VivAmericas ! Du Grand Nord à la Terre de Feu

Ce billet prolonge l’exposition présentée au rez-de-jardin de la BULAC du 3 septembre au 4 octobre 2019. Celle-ci met à l’honneur le patrimoine culturel immatériel des Amériques à l’occasion de l’Année internationale des langues autochtones. Le billet et l’exposition ont été préparés par Cristina Dutertre et Juliette Pinçon, avec la contribution de chercheurs spécialistes des langues de l’Arctique nord-américain, de la Mésoamérique et d’Amérique du Sud. Marc-Antoine Mahieu, Karla Aviles, Marie Chosson, César Itier, Ana Doldan, Joaquín Ruiz Zubizarreta et Capucine Boidin sont chaleureusement remerciés pour leurs éclairages respectifs sur ces langues et leurs dynamiques actuelles et pour leurs riches commentaires sur l’exposition.


Diversité linguistique

L’exposition offre un focus inédit sur les collections du domaine Amérique et Groenland de la BULAC, qui couvre une dizaine de langues dont l’inuktitut (Nunavik et Nunavut, en Arctique oriental canadien), le nahuatl (Mexique central), le maya (sud du Mexique, Guatemala, Bélize), le quechua (régions andines allant du sud de la Colombie au nord-ouest de l’Argentine, en passant par l’Équateur, le Pérou et la Bolivie), et le guarani (Paraguay, Brésil, Bolivie, Argentine), enseignées à l’Inalco.

Elle s’ouvre sur la présentation d’outils linguistiques (grammaires, dictionnaires et livres de prières) produits par des linguistes et missionnaires. Le visiteur peut tout d’abord découvrir une grammaire quechua, la Breve instruccion o arte para entender la lengua comun de los Indios, publiée à Lima en 1753. Attribuée au missionnaire jésuite Tomas Nieto Polo (1695-177.), elle était destinée à enseigner aux prêtres la langue parlée dans la province de Quito.

Le document exposé à ses côtés est un livre de prières rare et exceptionnel – l’un des deux seuls manuscrits en quechua connus – , offert à la BULAC par César Itier, enseignant de quechua à l’Inalco.

Le manuscrit Quincenario deprecatorio a la santísima Virgen María de la Merced rassemble quinze prières relatant des miracles, des bienfaits et des apparitions de la Vierge de la Merci, dont le culte fut propagé par l’ordre des mercédaires. Rédigé entièrement en quechua, hormis la page de titre et les annotations, il a été copié en 1835, probablement à partir d’un original de la première moitié du XVIIe siècle. Ce document présente un intérêt notable pour l’histoire de la langue et de l’anthropologie historique. Beaucoup de circonstances concrètes de la vie sont présentes dans les prières, notamment des histoires de naufrage en Méditerranée, avec tout un vocabulaire inédit.

César Itier, enseignant de quechua à l’Inalco


Le quechua est une famille de langues parlées du sud de la Colombie au nord-ouest de l’Argentine, en passant par l’Équateur, le Pérou et la Bolivie, qui présente une très grande diversité dialectale. On compte 6,5 millions de locuteurs, dont 4 millions au Pérou. La vitalité du quechua s’illustre à travers diverses initiatives telles que le journal télévisé entièrement en quechua de l’Équateur Willaycuna, diffusé sur la chaîne Ecuador TV, ou des productions cinématographiques originales comme Retablo, film péruvien filmé à 95% en langue quechua, réalisé par Alvaro Delgado-Aparicio en 2017.

César Itier, enseignant de quechua à l’Inalco

Collections de la BULAC, cote 62 891.2 LAN.

À découvrir dans les collections de la BULAC : Aqupampa, de Pablo Landeo Muñoz, premier roman paru en quechua en 2016 et lauréat 2018 du prix national pour une œuvre en langue originaire du Ministère de la culture du Pérou, qui s’intéresse à l’expérience des migrants indiens des Andes vivant à Lima entre 1970 et 2000 ; Atuqpa chupan (« la queue du renard », en référence à la grande sagesse attribuée à cet animal dans les Andes), revue littéraire et académique entièrement écrite en quechua.


L’exposition présente ensuite un dictionnaire espagnol-guarani.

Le père Antonio Ruiz de Montoya (Lima 1585 – Lima 1652), jésuite envoyé au Paraguay, linguiste, est resté vingt-cinq ans dans les missions avant de se rendre en Espagne avec ses notes détaillées et une connaissance approfondie de la langue guarani. Arte y Bocabulario de la lengua guarani et le Tesoro de la lengua guarani sont publiés à Madrid en 1640 et 1639.

Le Bocabulario est un dictionnaire espagnol-guarani d’environ 10 000 articles. Le Tesoro est un richissime dictionnaire guarani-espagnol inspiré des trésors monolingues qui commençaient à voir le jour en Europe comme celui de Sebastián de Covarrubias, le Tesoro de la lengua castellana o española de 1611. La riche phraséologie qui illustre chacune des presque 5 500 entrées du dictionnaire, constitue le vrai « trésor » de Montoya.

Le document exposé est un exemplaire de l’édition brésilienne du XIXe siècle, quand, poussé par le vent du nationalisme impérial, s’imposa lentement le nom « tupi » qui finit accolé à celui de « guarani » dans le titre du dictionnaire de Montoya. Cette dichotomie guarani/tupi n’est probablement pas purement linguistique, mais historiquement et géopolitiquement située (Boidin 2017).

Ana Doldan, masterante en sociologie à l’IHEAL et étudiante de guarani à l’Inalco,
Joaquín Ruiz Zubizarreta, doctorant en anthropologie sociale et ethnologie à l’EHESS (LAS),
Capucine Boidin, anthropologue, enseignante de guarani à l’Inalco


Parlez-vous le guarani sans le savoir ? S’il vous arrive d’avoir recours aux termes « pétuner », « jaguar », ou « acajou », vous utilisez des mots entrés dans la langue française issus du contact avec le guarani, ensemble dialectal de la famille tupi-guarani. Il s’agit d’une famille de langues indigènes mais dont certaines variantes sont parlées par une population non-Indienne dans l’actualité. Les différentes variantes du guarani sont parlées actuellement par environ 8 millions de locuteurs dans la région du Cône sud, notamment au Brésil, au Paraguay, en Argentine et en Bolivie. Le guarani est langue officielle en Bolivie (Décret suprême N°25 894 du 11 septembre 2000), dans la province argentine de Corrientes (Ley Provincial Nº 5598 de 2004), ainsi qu’au Paraguay, depuis la modification de la Constitution de 1992. Au Paraguay, il est courant de distinguer trois variantes : le guarani jésuite, aujourd’hui éteint, écrite et parlée à l’époque coloniale (1632-1767) ; le guarani parlé par les populations indigènes : Mbya, Aché, Paî Tavytera, entre d’autres ; enfin, le guarani paraguayen, variante enseignée à l’Inalco, dont on estime qu’elle est parlée par 77% de la population du pays (Censo 2002) et que les langues les plus parlées dans les foyers sont à 40% le guarani, guarani et espagnol ensemble à 30% et espagnol 26,5% (EPH-DGEEC : 2017).

Néanmoins, la taxonomie statistique officielle cache la complexité du débat actuel en sciences sociales et sciences du langage : des monolingues guarani ou espagnol castillan existent-ils encore ?, après cinq siècles de contact ? Pourquoi le Paraguay est constitutionnellement un pays « pluriculturel et bilingue » alors que 17 autres langues sont parlées dans le territoire ? Qu’est-ce que le jopara, ou mélange de langues, tantôt décrit comme « ni guarani ni espagnol », « mélange guarani-espagnol » ou « troisième langue » ? Le locuteur se situe, en fonction des variables sociolinguistiques, dans un « un continuum entre deux pôles (espagnol/guarani) et une ample frange, le jopara, situé au centre » (Boidin 2011: 98). Le jopara est un objet de discussion central dans les problématiques actuelles autour du bilinguisme et des politiques linguistiques. Elles dépassent même le champ académique et font l’objet d’un débat de société, notamment après la Loi de Langues de 2011 et la création de l’Académie de la Langue Guarani. Différentes postures s’opposent dans le débat sur la normalisation de la langue : quel guarani adopter comme référent, un guarani académique (guarani de chaise d’école, ou guarani apyka, « chaise »), scolaire, un guarani écrit ou parlé dans la rue, un guarani mélangé ou un guarani « pur », sans élément issu de l’espagnol ? Dans tous les cas, la production de discours et d’objets culturels en guarani dit paraguayen est revue à la hausse, qu’elle soit écrite (BD, poésie, romans, traductions comme la célébrissime BD « Mafalda » traduite en guarani) et/ou audiovisuelle (chansons, films).

Ana Doldan, masterante en sociologie à l’IHEAL et étudiante de guarani à l’Inalco,
Joaquin Zubizarreta, doctorant en anthropologie sociale à l’EHESS (LAS),
Capucine Boidin, anthropologue, enseignante de guarani à l’Inalco

Collections de la BULAC, cote 62 891.4 ZAR.

À découvrir dans les collections de la BULAC : Kalaíto pombéro, premier roman écrit en guarani par Tadeo Zarratea en 1981, dans une version guarani-espagnol parue en 2012, qui narre l’histoire d’un mouvement de paysans sans-terre ; Amandayvi, une anthologie de poésie espagnol-guarani sélectionnée par Susy Delgado, poète et écrivain en espagnol et en guarani.


Un Vocabulaire de la langue tzotzil, compilé au XIXe siècle par le philologue français Hyacinthe de Charencey (1832-1916), permet ensuite d’explorer cette langue du groupe tzeltal-chol de la famille des langues mayas, parlé dans les hauteurs de l’État mexicain du Chiapas.


Collections de la BULAC, cote BIULO P.I.9.

La famille de langues mayas regroupe aujourd’hui une trentaine de langues (30 langues toujours en usage, 2 éteintes). Les locuteurs de ces différentes langues, près de 5 millions au total, sont originaires du Sud-est du Mexique (des États du Chiapas, Tabasco, Campeche, Yucatan ou Quintana Roo), du Guatemala ou encore du Belize. Il faut cependant noter que le nombre de locuteurs par langue est fortement contrasté. Ainsi la langue k’iche est parlée par près d’1,3 million de personnes alors que l’itza n’est parlée que par moins de 30 personnes. Enfin, à ces langues toujours en usage peut également être ajouté le cholan classique, langue de prestige utilisée, jusqu’au XVIe siècle, dans le système d’écriture maya précolombien.

Carte de la distribution actuelle des langues mayas. Tirée de la thèse de Daniel Aaron Law et basée sur les cartes de England (1994), Richard (2003 et Brown et Witschey (2008).

En raison de l’importance de la langue espagnole pour la mobilité sociale, la grande majorité des locuteurs de langues mayas sont aujourd’hui bilingues. Alors que pendant longtemps, l’usage de la langue vernaculaire était peu valorisé car sujette à discrimination, son usage est désormais, la plupart du temps, non seulement courant dans la vie quotidienne, mais aussi dans les institutions publiques, ou dans les plans de communication et la diffusion de messages publicitaires de grandes entreprises. Si ces dernières décennies ont vu se développer la publication de recueils de tradition orale ou de poésie rédigés par des auteurs indigènes, les locuteurs de langues mayas, qui jusqu’ici n’avaient que peu d’occasions de les utiliser à l’écrit, ont trouvé dans les réseaux sociaux un espace sur lequel ils n’hésitent plus à échanger dans leur langue. Le dynamisme de l’usage de ces langues se retrouve également dans d’autres genres de l’oralité, notamment celui de la production de chants, qui rencontrent un succès important auprès des jeunes. De plus en plus de jeunes artistes écrivent ainsi, en langues mayas, des morceaux, le plus souvent dans les genres musicaux contestataires que sont le rock ou le hip hop, qui leur permettent d’exprimer certaines revendications ou plus simplement leur attachement à leur identité indigène.

Marie Chosson, ethnolinguiste, spécialiste du maya tseltal à l’Inalco


La langue inuit est mise à l’honneur à travers un livre de prières à l’usage des Inuit du vicariat du Labrador, traduit et transcrit en écriture syllabique inuktitut par le père Lucien Schneider, prêtre catholique qui s’est établi dans l’Arctique canadien comme missionnaire à la fin des années 1930. Connu des Inuit comme Ijautilialuk ou Ataatatsiaq, il est l’auteur d’une œuvre linguistique remarquable et d’outils lexicaux et grammaticaux essentiels pour la connaissance de l’inuktitut.


L’inuktitut est la langue des Inuit de l’Arctique oriental canadien. Elle est parlée sous la forme de nombreux dialectes au Nunavut (territoire autonome de la confédération canadienne), au Nunavik (Québec arctique), au Nunatsiavut (Labrador arctique), et dans les grandes villes du Sud canadien. Le recensement canadien de 2016 a dénombré 36 185 locuteurs d’inuktitut. Malgré sa situation enviable par rapport aux autres langues autochtones du Canada, l’inuktitut fait face à une situation de diglossie et de bilinguisme soustractif au profit de l’anglais. Le patrimoine culturel inuit est d’une immense richesse, mais son oralité foncière le rend fragile dans le contexte mondial actuel.

Marc-Antoine Mahieu, linguiste, enseignant d’inuktitut à l’Inalco

Collections de la BULAC, cote
BIULO COL.1795(4).

À découvrir dans les collections de la BULAC : l’édition originale de Sannaq, premier roman inuit canadien, écrit par Mitiarjuk Nappaaluk’s (1931–2007), femme inuite née en 1931 dans la région de Kangiqsujuaq, au Nunavik. Ce roman raconte la vie d’un petit groupe de familles inuit semi-nomades, avant et après l’arrivée des premiers Blancs, dans le Nunavik. Il a été traduit en français en 2002 et en anglais en 2014.


Du Grand Nord à la Terre de Feu… L’exposition dévoile un livre de gospel traduit en yaghan par le missionnaire anglican Thomas Bridge (1842-1898) à la fin du XIXe siècle. Parti en mission en Patagonie, Thomas Bridge s’intéresse particulièrement à cette langue, dont il produit également un dictionnaire. Le yaghan figure parmi les langues actuellement les plus menacées.


Contes et devinettes

Vecteurs de la tradition orale, les livres de contes et de devinettes facilitent l’apprentissage de la langue et contribuent à rendre la culture autochtone accessible à un large public.

Exposition « VivAmericas ! Du Grand Nord à la Terre de Feu ». Photo : Maxime Ruscio / BULAC

L’exposition présente un exemplaire des Fantásticas aventuras del atoj y el diguillo de Manuel Robles Alarcón (1916-1988), figure de l’indigénisme littéraire andin. Inspirées de la tradition orale de la région d’Apurímac au Pérou, ces fables en espagnol illustrent la circulation des contes d’animaux depuis l’Occident et leur transformation au contact de l’héritage autochtone.

Le lecteur suit les aventures de deux personnages, le renard (atoq ou atoj), devenu Don Antonio, et le rat (hucucha), devenu Don Diego ou el Diguillo, qui portent poncho et ojotas (sandales faites avec des pneus de camion), parlent la langue quechua et sont superstitieux. Là où le renard incarne en Occident la ruse et la duperie, il joue ici le rôle d’anti-héros victime de sa stupidité. Conçue pour le plaisir et l’édification des enfants du Pérou et du monde entier, cette œuvre contribue à la transmission d’un « véritable joyau de la littérature orale autochtone » (Manuel Robles Alarcón).

Les fables de Manuel Robles Alarcón voisinent avec un conte et un livre de devinettes nahuatl traduits par le socio-linguiste mexicain José Antonio Flores Farfán, promoteur de la langue et de la culture nahuatl. Leurs illustrations très colorées sont l’œuvre de l’artiste et linguiste nahuatl Ceofas Ramírez Celestino.

La sirena y el pescador (La sirène et le pêcheur) est un conte traditionnel du Mexique, écrit dans la langue nahuatl de San Agustín Oapan. Le conte narre les aventures d’un jeune garçon offert en sacrifice à une sirène, en échange de la libération de son père. Parvenant à s’échapper grâce à l’aide de sa sœur, le héros connaît ensuite une série de péripéties, aux prises avec la nature. Imprégné de la mythologie et des valeurs nahuatl, le conte célèbre la nature et la justice.

Collections de la BULAC, cote BULAC MON 8 5632.

Zazan tleino est un livre de devinettes nahuatl en version quadrilingue (nahuatl, espagnol, anglais et français). L’ouvrage contribue à la promotion de la langue nahuatl et permet aux enfants et aux étudiants d’intégrer de manière facile et ludique le vocabulaire du quotidien. Certaines devinettes se rapportent à la vie de tous les jours tandis que d’autres énigmes sont plus philosophiques.

Collections de la BULAC, cote BULAC MON 4 6526.

Les langues nahuas contemporaines sont parlées par environ 2 millions de locuteurs qui résident principalement au Mexique central et oriental. Il s’agit du groupe linguistique d’origine mésoaméricaine le plus important en termes numériques. Souvent associé à l’empire mexica ou aztèque (locuteurs du nahuatl), il est très hétérogène depuis la période précolombienne. Si les communautés nahuas contemporaines sont les plus nombreuses dans la région, elles ont la particularité de constituer un groupe très hétérogène, réparti dans un peu plus de 8000 localités, elles-mêmes situées dans seize États (départements mexicains). L’Institut National des Langues Indigènes recense ainsi au moins 30 variantes ou langues nahuas (INALI 2010 : 29). Cette vaste diversité géolinguistique, à l’heure de la globalisation, s’exprime par exemple dans le cyberespace à travers une multiplicité de genres communicatifs (récits, rituels, conversations, etc), ainsi que dans des projets pédagogiques en langues autochtones qui mettent l’accent sur les défis des politiques linguistiques officielles.

Karla Aviles, anthropologue linguiste, enseignante de nahuatl à l’Inalco


Musiques et chants

La collecte et la diffusion des chants traditionnels participent à la valorisation d’un patrimoine musical riche et diversifié.

Exposition « VivAmericas ! Du Grand Nord à la Terre de Feu ». Photo : Maxime Ruscio / BULAC

Le visiteur peut découvrir une compilation de chants inuit, un recueil d’hymnes en quechua et un recueil de chants en aymara.

La publication Inuit songs from Eskimo point du Musée national de l’homme – aujourd’hui Musée canadien des civilisations – constitue une importante contribution à la connaissance de la musique traditionnelle des Inuit. Elle rassemble 41 chants collectés et transcrits par l’ethnomusicologue Ramón Pelinski (1933-2015), en collaboration avec deux chercheurs inuit. Trois genres sont représentés : les chants personnels, les chants d’animaux et les jeux vocaux. Le disque 33 tours adjoint à la publication permet d’écouter dix de ces chants, enregistrés dans les villages de Rankin Inlet et d’Eskimo Point entre 1975 et 1977. Les transcriptions musicales sont accompagnées d’un texte en inuktitut publié en caractères syllabiques.

Au milieu du XXe siècle, Jorge Arístides Lira (1912-1984), linguiste et folkloriste spécialiste de la langue quechua, œuvre activement pour la préservation de la tradition orale andine, initiant une entreprise de collecte de chants sacrés dans les paroisses du sud du Pérou. Les Himnos sagrados de los Andes – recueil de chants en deux volumes – compilent des hymnes dédiés à Jésus et à la Vierge Marie en langue quechua, avec une notation musicale harmonique et mélodique. Ils portent le témoignage de l’expression de la foi chrétienne dans les Andes du sud, façonnée par la culture andine.

L’ouvrage Qala chuyma – recueil bilingue de chants traditionnels en aymara-espagnol – réunit 25 chansons de q’axilu, expression musicale et dansée dans la région de Puno au Pérou. Ce document a été édité dans les années 1980, dans le cadre d’un projet expérimental d’éducation bilingue à destination des communautés aymaras et quechuas de cette région.


Médecine et botanique

Le patrimoine immatériel s’étend au champ des connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers, parmi lesquelles la connaissance des plantes médicinales et ses utilisations pratiques.

Exposition « VivAmericas ! Du Grand Nord à la Terre de Feu ». Photo : Maxime Ruscio / BULAC

À l’époque moderne, la découverte européenne de plantes indigènes inconnues change les pratiques et conceptions médicales en Europe. Cette appropriation de la pharmacopée indigène s’illustre ici à travers le traité du médecin sévillan Nicolás Monardes (1493-1588). Son Histoire médicinale des Indes occidentales, originellement parue en espagnol entre 1565 et 1574, décrit les remèdes pouvant être administrés à partir des espèces importées d’Amérique. Ce traité constitue la deuxième partie de l’Histoire des drogues espiceries, sur les usages médicinaux des fruits, plantes et arbres des Amériques et d’Asie, traduite en français et imprimée à Lyon en 1602 et 1619.

La medicina popular peruana est un traité sur la médecine péruvienne, publié en trois volumes à Lima en 1922. Le médecin péruvien Hermilio Valdizán Medrano (1885-1929) aborde dans le second volume les procédés thérapeutiques, mettant l’accent sur la flore médicinale. Chaque plante fait l’objet d’un bref historique suivi d’une description de ses usages populaires.

L’exposition présente également un ouvrage sur les plantes médicinales de la région de Nazca (Pérou), illustré par des aquarelles d’Olivia Sejuro. L’artiste, poète et chercheuse péruvienne a consacré sa carrière à la reproduction d’environ 400 espèces botaniques, afin de faire connaître et préserver ce patrimoine végétal. Quatre de ses aquarelles illustrent des timbres péruviens.


Textiles et tissus

L’Amérique latine est riche d’une tradition textile séculaire. La transmission des savoir-faire liés à cet artisanat traditionnel représente un enjeu identitaire, social et culturel important.

Exposition « VivAmericas ! Du Grand Nord à la Terre de Feu ». Photo : Maxime Ruscio / BULAC

L’ouvrage Tintes naturales para lana de oveja compile des techniques de fabrication de teintures naturelles au Pérou. Il a été réalisé dans les années 1970 par l’artiste textile suisse Hugo Zumbühl, dans le cadre de son travail au sein d’une association coopérative d’artisanat d’art dans les Andes péruviennes nommée Kamaq Maki (« mains créatives » en quechua). Il explique notamment comment obtenir des couleurs différentes à partir de la végétation locale. Les échantillons présents dans le document (mordants, insectes séchés, plantes et laine teinte) rendent sa lecture concrète et vivante.

L’État de Puebla, au cœur du Mexique, est réputé pour son artisanat de grande qualité, qui remonte à l’époque pré-colombienne. L’exposition présente deux catalogues iconographiques de motifs pour les textiles. Ces documents offrent un témoignage de la richesse de la tradition de tissage et de broderie dans la région et du nouvel intérêt pour les motifs traditionnels dans la population.


Pour aller plus loin :

Photo : Maxime Ruscio / BULAC
Citer ce billet : Juliette Pinçon, "VivAmericas ! Du Grand Nord à la Terre de Feu," dans Le Carreau de la BULAC, 19 septembre 2019, https://bulac.hypotheses.org/19150. Consulté le 18 octobre 2019

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.