1989, le retour de l’Histoire

Photos : Maxime Ruscio / BULAC

Ce billet prolonge l’exposition présentée au rez-de-jardin de la BULAC du 7 octobre au 9 novembre 2019, à l’occasion des 30 ans de la chute du mur de Berlin. En s’appuyant sur des documents d’époque issus des collections de la BULAC, l’exposition revient sur les moments forts d’événements qui ont marqué un véritable tournant dans l’histoire européenne et mondiale, tout en bouleversant le devenir des sociétés concernées en Europe balkanique, centrale et orientale. Le billet et l’exposition ont été préparés par Nicolas Pitsos et Benjamin Guichard.


Frontières disputées : la mémoire réactivée des gloires et des humiliations nationales en Europe médiane

Collections de la BULAC, cote BJECO 8-1673 et BULAC MON 8 2305.

Considérée par les Serbes comme le berceau de leur royaume médiéval, la région du Kosovo est également revendiquée par le projet de Grande Albanie, compte tenu de la présence d’une importante population albanophone. En 1989, les tensions régionales s’aggravent avec la révocation du statut d’autonomie et le discours nationaliste prononcé par Slobodan Milošević (1941-2006), le nouveau président de la République serbe de Yougoslavie, pour le 600e anniversaire de la bataille qui a opposé une coalition chrétienne aux troupes ottomanes à Kosovo Polje. Le Serbian literary quarterly (1986-1994) participe à l’arsenal éditorial mobilisé par le côté serbe pour asseoir sa légitimité historique sur le territoire. De leur côté, les habitants albanophones multiplient les prises de parole, pour dénoncer les exactions subies. Leurs témoignages sont recueillis et traduits par l’Albanie pour alerter l’opinion internationale.

Raffay Ernő, Trianon titkai, Budapest : Tornado Damenija, 1990, collections de la BULAC, cote BIULO HON.IV.2456.

Signé en juin 1920, le traité de Trianon démantèle l’Empire austro-hongrois défait en 1918 et attribue, entre autres, à la Roumanie la souveraineté sur la Transylvanie, peuplée d’une importante population magyarophone. La politique extérieure hongroise de l’entre-deux-guerres n’a de cesse de réclamer la révision de ce traité puis de chercher l’appui de l’Allemagne nazie. Gelé durant la guerre Froide, cette revendication refait surface lors de  la dissolution des régimes autoritaires en Europe de l’Est. Œuvre d’un historien universitaire élu député d’opposition en 1989, entré au premier gouvernement non communiste en 1990, l’ouvrage de Raffay Ernö (1948), Trianon titkai [Les secrets de Trianon], plaide la cause des populations magyarophones de Slovaquie et de Roumanie. Il connaît un grand succès éditorial et devient une référence pour la jeune droite nationaliste. L’auteur fut ministre de la Défense du premier gouvernement de Viktor Orbán en 1998.

Bloc éclaté : le retrait soviétique d’Afghanistan

« Le moudjahidine l’a eu » 
Afghanistan, c. 1989. Don May Schinasi

En 1979, l’URSS tente de rompre l’équilibre des blocs et d’étendre sa sphère d’influence en envahissant l’Afghanistan. L’entreprise tourne à l’échec militaire face à la résistance des moudjahidines, combattants des mouvements de résistance afghans, et alimente le mécontentement de la population, l’offensive reposant sur des conscrits. À partir de 1988, l’URSS prend acte de la défaite et entreprend un processus de retrait militaire qui s’achève en février 1989. La décision est un aveu de faiblesse de l’URSS sur le plan international, que souligne cette affiche afghane montrant un ours soviétique humilié qui porte sur le crâne une tâche de naissance similaire à celle de Mikhaïl Gorbatchev.

L’Union soviétique se fissure au Caucase et sur ses frontières européennes

Igrar Aliev, Nagornyj Karabah : istoriâ, fakty, sobytiâ, Baku : Èlm, 1989, collections de la BULAC, cote SORBO SLAVE 6= 7979.
V. B. Arutûnân, Sobytiâ v Nagornom Karabahe : hronika, Erevan : AN ASSR, 1990, collections de la BULAC, cote SORBO SLAVE 6= 7995-<1- >.

Enclave à majorité arménienne au sein de la RSS d’Azerbaïdjan, le Haut-Karabakh est un territoire à la souveraineté disputée de longue date. Dans le contexte de la Perestroïka, la région revendique son indépendance et Stepanakert, la capitale régionale, devient le théâtre de manifestations massives et continues à partir de 1988. Elles donnent lieu à des affrontements violents entre population arménienne et azérie, y compris hors de l’enclave. En dépit des tentatives d’arbitrage du pouvoir soviétique, en Arménie comme en Azerbaïdjan l’appareil du parti et les institutions officielles des deux républiques prennent fait et cause pour chaque camp nationaliste. Ici, deux membres de l’Académie des Sciences de chaque république proposent une démonstration historique de la légitimité des revendications azerbaïdjanaises ou arméniennes sur la région du Haut-Karabakh dans une publication officielle. 

Dans le sillage du conflit au Haut-Karabakh, les revendications indépendantistes et les velléités sécessionnistes de la minorité abkhaze mettent en crise la République socialiste soviétique de Géorgie. À partir du 4 avril, les manifestants occupent le centre de Tbilissi et un parti d’opposition nationaliste est constitué. Le 9 avril, la manifestation est violemment réprimée par l’Armée rouge. Les chars font irruption dans les rues, plus de 20 morts sont décomptés et la rumeur de l’emploi de gaz de combats enflamme l’opinion à travers toute l’URSS, au point que le gouvernement de Gorbatchev prend ses distances avec le commandement militaire et les autorités locales. L’événement suscite ainsi une crise au sommet de l’État soviétique et accélère la marche de la Géorgie vers l’indépendance. Le journaliste géorgien Irakli Goc’irije (1923-2004), de formation soviétique, fonde en 1989 une maison d’édition indépendante et publie l’année suivante un dossier documentaire, Simartʹlis kvaldakval, cherchant à démêler les responsabilités du massacre.

Vytautas Visockas, Baltijos kelias, Vilnius : Mintis, 2000, collections de la BULAC, cote 12LT 943.34 VIS.

Le 50e anniversaire du pacte germano-soviétique du 23 août 1939, impliquant l’annexion des trois républiques baltes par l’URSS, donne lieu à une démonstration de force inédite et pacifique de la revendication indépendantiste en Lituanie, Lettonie et Estonie. Dans les trois républiques, les Églises et les Fronts populaires, partis réformistes constitués en 1988 à la faveur des réformes initiées par Gorbatchev, organisent une chaîne humaine qui rassemble près d’un tiers de la population sur un parcours de plus de 600 kilomètres traversant les trois républiques. La manifestation exprime la solidarité des trois mouvements indépendantistes baltes et le soutien de la population à la souveraineté proclamée par le Soviet suprême de chaque RSS entre mai et juillet 1989. L’événement marque le glissement des mouvements démocratiques baltes favorables à la Perestroïka vers la revendication d’une indépendance et l’éclatement de l’URSS.

Gorizont, Kišinev : Izdatelʹstvo CK LKSM Moldavii, 1984-1989, collections de la BULAC, cote BIULO PER.2153.

La RSS de Moldavie, région pluriethnique à dominante roumanophone située à l’ouest de l’Ukraine, issue de l’ancienne province de Bessarabie intégrée à l’URSS en 1945, subit la double influence du succès des mouvements nationalistes baltes et de la révolution démocratique roumaine. Les instances régionales du parti, fortement engagées aux côtés des réformes de la Perestroïka, revendiquent une autonomie culturelle et politique de plus en plus affirmée. Dans les colonnes de l’organe de presse de la Jeunesse communiste et de l’Union des écrivains de Moldavie, le journaliste Valeriu Butnaru (1955), militant du jeune « Mouvement de renaissance nationale et de libération des Bessarabiens » interroge les chefs de file des différents partis démocratiques roumains issus de la révolution de décembre 1989. Il leur pose directement la question de l’opportunité d’une renaissance de la Bessarabie et de sa réunion avec la Roumanie.

Révolution et crise économique : la Pologne de Solidarność

Gazeta wyborcza, Warszawa : Agora, 1989-, collections de la BULAC, cote BIULO PER.406.

Le journal Gazeta Wyborcza est fondé en avril 1989 par des figures de la dissidence pour soutenir la coalition formée autour du syndicat Solidarność lors des premières élections libres de juin 1989. Cette dernière les remporte haut la main et son succès souligne le poids central des questions sociales et économiques dans le renversement du régime communiste. Mais le tournant démocratique n’efface pas les difficultés, d’autant que le nouveau gouvernement embrasse la « thérapie de choc » pour sortir au plus vite du capitalisme d’État. La population est ainsi confrontée à une inflation galopante. La une du 4 janvier 1990 pose la question « Jusqu’où iront les prix ? », question à laquelle elle donne une force métaphysique avec une caricature faisant référence au monologue d’Hamlet. L’interrogation illustre le dilemme d’une presse d’opposition et syndicale parvenue au pouvoir dans un contexte de graves difficultés économiques. En septembre 1990, le journal dénonce la politique suivie par Lech Wałęsa et s’éloigne de Solidarność.

La parole libérée : printemps albanais et consécration de la révolution de 1956 en Hongrie

Ardian Klosi, Edi Rama, Refleksione, Tirana : Botime Albania, cop. 1992, collections de la BULAC, cote BULAC MON 8 14595.

Figure du mouvement estudiantin qui se révèle en 1989, Edi Rama (1964) est jugé trop radical par le Parti démocratique créée en décembre 1990 dont il claque rapidement la porte. Avec l’écrivain Ardian Klosi (1957-2012), le jeune enseignant fait de l’Institut des Beaux-Arts de Tirana le centre de débats intellectuels bouillonnants. Forts de cette expérience, les deux auteurs publient en 1992, un recueil qui fait la synthèse de leurs réflexions sur la dissidence et la nouvelle expérience démocratique. Élu maire de Tirana en 2000, Edi Rama prend la tête de l’opposition et devient premier ministre de 2013 à janvier 2019.

La Perestroïka et la mort de János Kádár, à la tête de la Hongrie socialiste depuis 1956, ouvrent les portes du pouvoir à une génération de cadres réformateurs qui entreprennent une transition démocratique accélérée et pionnière. La révolte hongroise antisoviétique de 1956, violemment réprimée par les troupes du pacte de Varsovie et dénoncée comme « contre-révolution » par le régime, est qualifiée en janvier 1989 par un membre du gouvernement d’« insurrection populaire », ouvrant la voie à une reconsidération radicale de cette expérimentation démocratique au sein du camp socialiste.

Collections de la BULAC, cote BIULO HON.III.1359 et BIULO HON.IV.2007.

Deux publications réalisées en Hongrie, A Forradalom hangja : magyarországi rádióadások 1956. október 23-november 9 et Tizenkét nap amely..1956 oktober 23-november 4 : események, emlékek, dokumentumok, témoignent de cette libération de la parole autour des événements de 1956. L’édition des enregistrements de la radio tenue par les insurgés reprend ainsi une édition publiée à New York en 1957 par le militant anticommuniste en exil Varga László (1910-2003). Symboliquement, la disparition de la république populaire de Hongrie est prononcée le 23 octobre 1989, jour anniversaire de la révolution de 1956.

Les voix de la contestation : la révolution roumaine de décembre 1989

Vom muri şi vom fi liberi, Bucureşti : Ed. Meridiane, 1990, collections de la BULAC, cote BIULO ROU.I.81.

Pendant la révolution de décembre en Roumanie, la télévision roumaine devient un centre important des événements ; les manifestants envahissent les locaux de TVR pour annoncer la chute du conducator le 22 décembre et occupent les antennes en lançant la TVRL, « Televiziunea Română Liberă » (Télévision Roumaine Libre). Édité à chaud après les événements, le recueil Vom muri şi vom fi liberi retranscrit une grande partie des séquences télévisées des jours qui ont suivi cet événement, sans négliger de retranscrire les slogans des manifestations et les graffitis qui ont couvert les rues des villes de Roumanie.

A învins libertatea : La liberté l’a emporté

A A căzut Cizmarul : Le cordonnier est tombé

Jos asasinul, Jos tiranul : À bas l’assassin ! À bas le tyran !

Democrație și pluralism fără violenţă : La démocratie et le pluralisme sans violence

Noi sîntem poporul : Nous sommes le peuple

Nu nu plecăm acasă : Nous ne rentrons pas à la maison

Le pouvoir est dans la rue : la Révolution de velours en Tchécoslovaquie

Jiří Všetečka a kol., Jiří Doležal, Rok na náměstích : Československo 1989, Praha : Academia, 1990, collections de la BULAC, cote BIULO TCH.II.288.

La Révolution de velours tire son nom du contexte plutôt pacifique et non-violent de la chute de la République socialiste tchécoslovaque. Du 17 novembre, jour anniversaire de la répression d’une manifestation étudiante dénonçant en 1939 l’occupation nazie, au 29 décembre, des centaines de milliers de personnes manifestèrent chaque soir ou se mirent en grève pour réclamer la démocratie, un État de droit, et des libertés politiques. La place Venceslas à Prague, lieu chargé de la mémoire des révolutions de 1848 et de 1968, devient le centre de la contestation.

Jiří Všetečka a kol., Jiří Doležal, Rok na náměstích : Československo 1989, Praha : Academia, 1990, collections de la BULAC, cote BIULO TCH.II.288.

Figures actives de l’édition clandestine après 1968, les journalistes Jaromír Hořec (1921-2009) et Ivan Hanousek (1942) proposent, à chaud, un florilège d’affiches, banderoles et scènes de rues de ces journées décisives. Dans le même esprit, les photojournalistes engagés Jiří Všetečka (1937-2016) et Jiří Doležal (1966) publient très rapidement un recueil des photographies prises au cours de ces manifestations, capturant les slogans qui envahissent les rues, comme « Dobro budiž dobrem » (Soyons ensemble pour la liberté) et « Ať žije svoboda » (À nous la liberté).


Pour aller plus loin :

Citer ce billet : Nicolas Pitsos, "1989, le retour de l’Histoire," dans Le Carreau de la BULAC, 6 novembre 2019, https://bulac.hypotheses.org/19525. Consulté le 22 novembre 2019

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.