Aliento, le souffle de la sagesse

Photos : M Ruscio / BULAC

En prolongement de l’exposition présentée dans la galerie du Pôle des langues et civilisations et au rez-de-jardin de la BULAC du 12 novembre au 20 décembre 2019, ce billet vous invite à explorer des textes sapientiels arabes médiévaux et leur diffusion par les orientalistes européens de la Renaissance puis des Lumières. L’exposition est organisée au terme d’un projet de recherche ANR dont la BULAC a été partenaire, s’intéressant aux dynamiques de circulation des maximes, sentences et proverbes (savoirs sapientiels), entre trois cultures (arabe, juive et chrétienne) et cinq langues. Le billet et l’exposition ont été préparés par Marie-Christine Bornes Varol (Inalco) et Marie-Sol Ortola (Université de Lorraine) avec la collaboration de Juliette Pinçon.


Postérité européenne de la sagesse arabe médiévale

À la fin du XVIIe et tout au long du XVIIIe siècle, en France, les savants orientalistes de l’École des langues orientales recueillent la sagesse et les savoirs des Arabes dans plusieurs volumes encyclopédiques. Les proverbes arabes sont utilisés à des fins d’enseignement de la langue et de la grammaire. On voit apparaître, au gré des citations, des énoncés sapientiels présents chez les compilateurs arabes médiévaux, comme Mubashshir ibn Fâtik (XIe s.) ou al-Maydâni (XIIe s.).

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON Fol 828.

L’exposition s’ouvre sur la Bibliothèque orientale de Barthélemy d’Herbelot (1625-1695), somme de connaissances encyclopédiques sur l’Orient arabo-musulman publiée de manière posthume par Antoine Galland (1646-1715) en 1697. Cet ouvrage a pour particularité de se baser sur des sources orientales, principalement un dictionnaire bibliographique rédigé en arabe par l’auteur turc Kâtib Çelebi (Haji Khalifa). L’exemplaire exposé est annoté de la main d’Armand-Pierre Caussin de Perceval (1795-1871), professeur d’arabe à l’École des langues orientales vivantes puis au Collège de France. L’ouvrage comporte une entrée Amthal, qui signifie proverbe en arabe.

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 4 460.

En regard, une édition enrichie de la Bibliothèque orientale, datant de 1777-1779, donne à découvrir les Paroles remarquables et maximes des orientaux publiées par Antoine Galland en 1694. Ce dernier avait pour dessein « de faire connoistre quel est l’esprit et le génie des Orientaux » et « comme les Paroles remarquables representent la droiture et l’équité de l’ame ». Le recueil ne contient pas le texte original et ne cite ni les ouvrages ni les auteurs dont ils sont tirés.

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 4 2556.

Le visiteur peut ensuite découvrir une grammaire d’Auguste-François-Julien Herbin (1783-1806), élève de l’École des langues orientales. Ses Développemens des principes de la langue arabe moderne incluent des proverbes qui constituent des formules à mémoriser. Le proverbe « Maîtriser ses passions c’est être riche » fait la synthèse de deux sentences :

Le fort / le brave est celui qui maîtrise ses passions.

Le riche est celui qui se contente de ce qu’il a.

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 4 2556.
Collections de la BULAC, cote BIULO A.V.17.
Collections de la BULAC, cote BIULO A.V.17.

Au XIXe siècle, l’intérêt pour les proverbes arabes ne faiblit pas. Georg Wilhelm Friedrich Freytag (1788-1861), orientaliste allemand qui étudia à Paris avec Sylvestre de Sacy, est le premier à publier l’ensemble des textes attribués à al-Maydâni (XIIe s.). L’exposition présente ses Arabum proverbia, œuvre importante d’édition, de traduction en latin et de notes érudites de traités sapientiels arabes.

Les humanistes de la Renaissance et les sommes sapientielles en langues orientales

Dès le XVe siècle, les humanistes de la Renaissance européenne s’intéressent aux langues orientales et cherchent à en diffuser la connaissance.

En 1614, Thomas van Erpe, dit Erpenius (c. 1584-1624), fait paraître à Leyde un recueil de 200 proverbes arabes annotés en latin, le Kitab al-Amthal seu Proverbiorum Arabicorum. L’orientaliste néerlandais mène ainsi à son terme un travail d’érudition mené à partir d’un manuscrit arabe transmis à Isaac Casaubon. Lui-même le confia au philologue Joseph-Juste Scaliger (1540-1609), avec la tâche de commenter « les sentences les plus difficiles ». Ce qu’il fit en partie car il mourut avant de finir le travail. En 1609, Casaubon demanda à Erpenius d’achever ce travail d’annotation. L’exposition présente un exemplaire imprimé à Leyde en 1623 (seconde édition). L’ensemble, soigneusement édité, propose le texte arabe, suivi de sa traduction et de commentaires de Scaliger et Erpenius.

Les traités d’Erpenius furent une référence pour l’enseignement de l’arabe jusqu’à Silvestre de Sacy. Sa Grammatica arabica (1613) est considérée comme « un monument linguistique et pédagogique ». La Grammaire arabe d’après Thomas Erpenius du diplomate et orientaliste François Savary de Brèves (1560-1628) en est un exemple. Parmi les proverbes que recèle cette grammaire, on retrouve un énoncé présent dans le corpus noyau d’Aliento :

Il y a trois choses dont on ne peut juger que dans trois circonstances. On ne connoit l’audace que dans la guerre, le sage que dans la colère et un ami que dans l’adversité.

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 8 1900.

Sur le modèle d’Erpenius, le néerlandais Jan Van den Driesche dit Drusius (1550-1616) donne un recueil de proverbes arabes et hébreux glosés en latin, Apophtegmata Ebraeorum ac arabum. Professeur d’hébreu, de chaldéen et de syriaque à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle dans les universités européennes, Drusius propose la traduction latine d’une version des Pirke Avot (traité midrashique) et du Miv’har ha-Pninim, collection hébraïque de sentences et proverbes traduite de l’arabe au XIIe siècle. Ces deux textes se trouvent sur la plate-forme Aliento, entièrement annotés. Apophtegmata Ebraeorum ac arabum est une compilation de 200 proverbes, dont certains sont d’auteurs inconnus.

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 8 385.

À Padoue en 1688, Timoteo Agnellini (m. 1724), nom italianisé de l’évêque de Mardin (Turquie), fait paraître un recueil de proverbes en arabe, turc et persan expliqués en latin et en italien. Cette rare collection de proverbes en latin, italien, arabe, persan et turc, est sortie des presses du séminaire de Padoue en 16881. Elle fut utilisée pour l’apprentissage des langues.

Le Choix de sentences de sagesse et de dits remarquables de Mubashshir ibn Fâtik et sa traduction espagnole Les bouchées d’or

En Allemagne, le nouvel intérêt pour les études médiévales et pour l’Espagne, légataire d’une longue tradition d’échanges entre l’Orient et l’Occident, suscite des éditions érudites de traductions d’ouvrages sapientiels d’origine philosophique.

Exposition « Aliento, le souffle de la sagesse »

L’exposition présente deux éditions du Mukhtâr al-Hikam, œuvre composée en 1048-9 par Abu al-Wafâ’ al-Mubashshir b. Fâtik al-Âmari, historien et savant égyptien (peut-être d’origine syrienne) du XIe siècle, qui vécut dans l’Égypte fatimide. Une traduction espagnole du Mukhtar al-Hikam voisine avec l’édition arabe d’ʿAbd al-Raḥmân Badawī.

Hermann Knust, grand savant du XIXe siècle, édite pour la première fois Bocados de Oro, traduction castillane du Mukhtâr al-Hikam de Mubashshir ibn Fâtik (XIe s.) effectuée à Tolède au XIIIe siècle. L’ouvrage est traduit simultanément en latin et connaîtra une grande diffusion en Europe. L’ouvrage composite d’Hermann Knust, Mittheilungen aus dem Eskurial, contient non seulement l’édition annotée du Bocados de Oro et la traduction espagnole du Mukhtar al-Hikam, mais aussi le Libro de los Buenos proverbios, traduction espagnole (circa 1250) du Kitab adâb al-Falasifa, les Flores de filosofía (XIIIe s.) et d’autres fragments textuels médiévaux qui leur sont liés. Le proverbe « L’erreur du médecin, la terre la recouvre. », lié à une anecdote exemplaire sur les médecins très diffusée au XVIIe siècle, est toujours utilisé en espagnol, judéo-espagnol d’Orient et en arabe.

Il faut attendre le XXe siècle pour qu’une édition arabe du texte original du Mukhtâr al-Hikam voit enfin le jour, Muk̲h̲tār al-ḥikam wa-maḥāsin al-kalim (Choix de sentences et de belles paroles, ed. ʿAbd al-Raḥmān Badawī, Madrid, 1958), que l’on doit au philosophe égyptien ʿAbd al-Raḥmân Badawī. Ces textes mettent en évidence le travail de compilation et de recomposition des traditions sapientielles anciennes (textes sémitiques anciens, recueils arabes antérieurs, tradition philosophique grecque et florilèges de dits composés entre le IIIe et le VIe siècle EC). La compilation de Badawī fait partie des textes essentiels sur lesquels repose tout le travail présenté dans la plate-forme d’interrogation Aliento. Le texte est encore en cours d’annotation.

La sagesse en al-Andalus : collections de sentences, miroirs des princes et arts de gouverner

Exposition « Aliento, le souffle de la sagesse »

Les recueils d’apophtegmes qui circulent dans l’Andalousie médiévale appartiennent à la littérature d’adâb, destinée à la formation de l’homme de cour, puis à celle du gentilhomme et diffusée par les bourgeois lettrés des villes prospères d’al-Andalus, musulmans, juifs ou chrétiens. Si certains ouvrages venus d’Orient comme le Kalila wa Dimna, le Kitab adâb al-Falasifa et le Mukhtâr al-Hikam ont une grande influence dans la Péninsule ibérique, les auteurs andalous ne sont pas en reste. Dès le IXe / Xe siècle, Ibn ‘Abd Rabbihi compose un ouvrage d’adâb en sept volumes, al-’Iqd al-Farîd (Le collier unique) qui contient des chapitres sur les proverbes et sentences. Au XIe / XIIe siècle, ‘Abubakr At-Turtushi, compose un important traité de philosophie politique, le Kitāb Sirāj al-Mulūk (Le Flambeau des rois), où l’on trouve de nombreux dits communs avec le Kitâb adâb al-Falasifa et le Mukhtar al-Hikam. Les deux ouvrages andalous sont les sources principales du Miv’har ha Pninim (Choix de perles).

Collections de la BULAC, cote BIULO AL.IV.205(1).

Le Kitāb Sirāj al-Mulūk (Le Flambeau des rois) est un important traité de philosophie politique rédigé au XIe siècle par Muḥammad ibn al-Walīd al-Ṭurṭūshī, imam malikite originaire de Tortosa. L’édition arabe présentée dans l’exposition fut imprimée à Alexandrie en 1872. En regard est exposée la traduction espagnole. L’exemplum choisi, qui figure également en hébreu dans le Miv’har ha-Pninim, est le suivant :

Un roi demanda à son ministre de lui présenter lorsqu’il serait en colère l’un des trois écrits qu’il avait fait préparer. Sur le premier était écrit “Tu n’es pas un Dieu, tu mourras et retourneras à la poussière (…)” ; sur le second, “Aie pitié des gens si tu veux que Dieu ait pitié de toi.” ; sur le troisième, “Juge les gens selon la loi de Dieu, la seule qui leur soit applicable.” […]

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 4 183.

Al-ʿIqd al-Farīd (Le collier unique) fait partie des œuvres majeures de la littérature arabe. C’est l’un des premiers ouvrages d’adâb à être imprimé, en 1876. Cette anthologie composée par Ibn Abd Rabbih (860-940), juriste, homme de lettres et poète de la cour sous le règne des Omeyyades d’Espagne (al-Andalus), compte 25 chapitres portant chacun le nom d’une perle précieuse. Ce « collier unique » est une encyclopédie qui sert de guide des références littéraires et culturelles de l’honnête homme de l’époque ; on y trouve entre autres de la poésie, des proverbes, des conseils. La page exposée fait partie du premier chapitre intitulé : Lu‘lu‘aẗ al-Sulṭān (La perle de la gestion du pouvoir et de l’autorité), elle traite de « l’art de bien gouverner » qui rattache l’ouvrage au genre des miroirs des princes. Il n’existe que des traductions partielles et rares de cette encyclopédie dans les langues européennes. Le projet Aliento a numérisé les chapitres sur les proverbes mais ils ne sont pas (encore) annotés.

La sagesse médiévale en fables et séances

Collections de la BULAC, cote MS.TURC.112.
Collections de la BULAC, cote MS.TURC.114.

Parmi les traités d’adâb, le Kalila wa Dimna d’Ibn al-Muqaffa (VIIIe s.) occupe une place à part. Ouvrage original en arabe, il opère une synthèse entre la tradition indienne sanscrite, notamment le Panchatantra et la tradition sapientielle persane. Deux traductions en hébreu, puis deux latines et une espagnole circulent dans la Péninsule ibérique dès le XIIe siècle. Cette œuvre littéraire a connu un grand succès dans le monde médiéval. L’exposition offre à voir deux manuscrits présentant une traduction turque des Fables de Kalila et Dimna, dans une version dédiée à Soliman le Magnifique (1494-1566). Ces manuscrits servaient à l’apprentissage des futurs drogmans (interprètes).

Destiné à l’éducation morale et politique des princes, le Kalila wa Dimna traite du pouvoir et du gouvernement au travers d’exemples, de fables et d’apologues. Il a suscité une importante production de manuscrits richement illustrés. Des pages peintes retrouvées dans les collections de la BULAC complètent un manuscrit copié et illustré dans l’atelier impérial d’Istanbul au XVIe siècle, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote Supplément turc 12432 . « Le peintre et la jeune fille » illustre un exemplum sur l’infidélité et le mensonge. « Le renard et le tambour » met en image une fable sur les apparences trompeuses. « Kalila et Dimna » sont les noms de deux chacals, représentant deux courtisans.

Collections de la BULAC, cote BIULO HEB.IV.46.
Collections de la BULAC, cote BIULO HEB.IV.46.

Une autre œuvre littéraire médiévale d’Espagne est présentée, le Tahkemoni de Yehudah al-Harizi (XIIe / XIIIe s.). L’auteur andalou compose cette œuvre originale de « séances » ou maqama – pièces satiriques en prose rimée – après avoir traduit en hébreu de l’arabe les Maqamat de l’auteur arabe al-Hariri (XIe / XIIe s.), un des maîtres du genre qu’il admirait. Le Tahkemoni emprunte aux sommes proverbiales sa séance (ou maqama) 44, composée de proverbes croisés. Ce point est d’autant plus intrigant que l’on n’y trouve que deux proverbes communs avec le Musre ha-Philosophim, traduction hébraïque de l’ouvrage de sentences arabe Kitab adâb al-Falasifa, faite par le même Y. al-Harizi. Elga Disperdi en a récemment trouvé une traduction indépendante en italien de 1578.

Collections de la BULAC, cote BIULO HEB.IV.46.

Pour aller plus loin :

Citer ce billet : Marie-Christine Bornes Varol, Marie-Sol Ortola, "Aliento, le souffle de la sagesse," dans Le Carreau de la BULAC, 3 décembre 2019, https://bulac.hypotheses.org/19762. Consulté le 20 juin 2021
  1. L’évêque de Padoue Gregorio Barbarigo (1625-1697) fonda dans sa ville un séminaire où les langues orientales étaient enseignées. []
  2. Pour en savoir plus sur ce manuscrit démantelé, retrouver la présentation et l’enregistrement de la conférence de Francis Richard et Annie Vernay-Nouri, « Pages retrouvées d’un manuscrit à peintures de Kalila wa Dimna », organisée en 2015 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search