Portrait de chercheur : Tigran Amiryan

Questions à… Tigran Amiryan, chercheur arménien (senior researcher) à l’université russo-arménienne en littérature.

Un séjour de recherche soutenu par la FMSH, la Fondation Calouste Gulbenkian et la BULAC 

Le fait que ma candidature ait été retenue par le programme Atlas 2019 de la FMSH, ouvert aux jeunes chercheurs du Sud du Caucase pour un séjour en France de trois mois, offre une opportunité unique pour mes recherches. Au début de l’année, j’étais vraiment très heureux de recevoir une réponse positive de la part de l’équipe de cette fondation. Le soutien logistique et scientifique de BULAC, partenaire de la FMSH pour l’accueil des chercheurs des programmes ATLAS et DEA, s’est révélé des plus utiles. Je tiens aussi à mentionner que ce projet de mobilité a été partiellement financé par la Fondation Calouste Gulbenkian dans le cadre du programme « Des études arméniennes », l’un des domaines prioritaires de cette organisation.

Mon institution d’accueil est l’Université Lumière Lyon 2, en particulier le laboratoire Passages Arts & Littérature XX-XXI, dont l’équipe m’a donné la chance unique de réaliser mon projet en m’invitant. Les membres de ce laboratoire étudient les esthétiques, théories et histoires des pratiques littéraires et artistiques contemporaines ; plusieurs formes d’autofiction dans la littérature et l’art visuel sont notamment au cœur des préoccupations de cette organisation. Il est particulièrement important pour mon projet de pouvoir échanger avec le professeur Roger-Yves Roche, l’un des membres de ce laboratoire, qui travaille sur l’autofiction dans les domaines de la littérature et de la photographie, ce qui s’inscrit parfaitement dans mes intérêts scientifiques. 

La Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), avec laquelle la BULAC a établi un partenariat dans l’accueil des chercheurs étrangers, propose des aides à la mobilité pour des séjours en France de 3 mois aux chercheurs post-doctorants ayant soutenu leur thèse depuis 2013. Cette aide à la mobilité est destinée à réaliser des travaux de recherche : enquêtes de terrain, travail en bibliothèques et en archives.

Quel est votre parcours ?

Actuellement, je travaille sur l’autofiction arménienne dans le domaine de la littérature et de l’art visuel. J’ai effectué des recherches comparatives sur la littérature autobiographique et autofictionnelle au fil des ans. En 2013, j’ai soutenu ma thèse de doctorat à l’Université d’État de Moscou Lomonosov, sous la direction de professeur Nathalia Pkhsarian. À cette époque, je me suis concentré sur nombre d’auteurs dont Julia Kristeva, Roland Barthes, Serge Doubrovsky, Pierre Guyotat, Hervé Guibert, qui produisent dans ces textes une fictionnalisation de leur propre expérience. Je parle ici avant tout d’expériences biographiques.

J’ai déjà réalisé un certain nombre de projets sur l’autofiction francophone dans les différentes institutions académiques et artistiques. En 2015, j’ai présenté une série de conférences pour une audience ukrainienne, dans le cadre desquelles, durant quatre semaines, j’ai parcouru les bases de l’autofiction jusque même au roman graphique autofictionnel. En 2017, j’ai présenté un rapport sur l’autofiction arménienne dans le cadre de la conférence internationale à la Faculté Polydisciplinaire de Safi (Université Cadi Ayyad, Maroc). En 2018, j’ai publié un article sur l’autofiction visuelle de Sergueï Paradjanov. Et pour la troisième année, j’ai eu l’opportunité d’enseigner aux étudiants de l’Université russo-arménienne à Erevan un cours optionnel de ce genre contemporain de littérature. Mon objectif principal étant l’intégration du terme « autofiction » dans le discours scientifique et public dans les pays de l’ex-Union Soviétique, j’essaie de relier les fictions autobiographiques à travers ce néologisme. En ce moment, je suis en train d’opérer une transition importante entre l’étude d’autofiction francophone, qui a un demi-siècle d’histoire, et celle de la culture arménienne moderne. Aujourd’hui, il y a un intérêt croissant pour ce phénomène partout dans le monde. Des conférences, des publications académiques, des ouvrages sur la littérature à la première personne sont proposés non seulement en France, mais également aux États-Unis, en Espagne, en Italie, en Afrique du Nord, presque partout. L’écriture autofictive ou l’écriture intime en fiction dans la littérature moderne des pays post-soviétiques, y compris l’Arménie, n’a jamais été étudiée dans ce contexte, j’essaie de combler cette lacune.

Quelles sont les raisons qui vous ont amené à venir effectuer des recherches à Lyon ?

Depuis qu’en 1977 Serge Doubrovsky a inventé le néologisme d’ « autofiction », de nombreux romans autofictifs ont été créés, et de multiples études sur cette notion ont été produites aussi bien en France qu’à l’étranger. Il existe à l’heure actuelle plusieurs types d’interprétation de ce phénomène, de même que diverses écoles et différentes positions théoriques sur la littérature à la première personne1. Ces études sont toujours interdisciplinaires et englobent les domaines non seulement de l’analyse du texte littéraire, mais aussi de la psychanalyse théorique, de l’esthétique de la photographie, de la sémiologie et/ou de l’épistémologie du texte, etc. Une grande majorité de ces travaux méthodologiques et critiques continue à évoluer en France et en français. Afin de préciser les contours de mon approche méthodologique et de mieux comprendre les fondements théoriques et philosophiques de ce genre, il me faut étudier en profondeur le fonds important des recherches déjà réalisées, disponibles uniquement dans les bibliothèques françaises.

En outre, l’autofiction est un phénomène relativement nouveau et quelques laboratoires uniquement y consacrent des études. L’Université Lyon 2 avec le laboratoire Passages XX-XXI est l’une de ces rares institutions académiques où des recherches sur l’autofiction sont en cours. De plus, une partie de l’autofiction arménienne a été créée en dehors de l’Arménie, et la France est l’un des principaux pays où la littérature autofictionnelle d’auteurs arméniens ou franco-arméniens a été créée. À cet égard, j’avais d’une part le besoin réel de travailler avec des sources présentes en bibliothèques ; d’autre part, ce phénomène littéraire étant moderne et en cours de formation, un échange avec des spécialistes français me semblait absolument nécessaire.

Comment expliqueriez-vous vos recherches actuelles à nos lecteurs ?

Comme je l’ai déjà noté, l’autofiction est un genre transnational et plurilinguistique, ce qui s’applique entièrement à l’autofiction arménienne même. La littérature arménienne, surtout après le génocide, propose, comme d’autres, différents types de narrativisation du passé, de la mémoire collective et personnelle, où deux registres, fictionnel et autobiographique, fonctionnent simultanément. Les autofictions arméniennes se forment à travers plusieurs trajectoires socio-culturelles et géographiques : aujourd’hui on les observe dans la littérature italienne, francophone, russe, dans les langues arméniennes occidentale et orientale, au Liban, en Turquie, aux États-Unis, etc.2. De plus, l’autofiction est un genre interdiscursif et multimédiatique, il concerne toujours la littérature, la photographie et d’autres formes d’art, telles que l’art plastique, le théâtre, la danse, etc. Cette caractéristique du genre est également applicable à l’autofiction arménienne.

Collections de la BULAC, cote 21AM 825.2 BEL.

Un exemple pertinent de ce type d’écriture est la prose de l’écrivain Krikor Beledian. Dans ses romans, K. Beledian se réfère fréquemment au thème de la photographie, à l’écriture autobiographique. Il fait également une tentative de narration de la post-mémoire du génocide, et tout cela, bien sûr, est réalisé dans le cadre du roman, c’est-à-dire dans la fiction. C’est de l’autofiction arménienne, avec ses spécificités thématiques et linguistiques, que je suis en train d’analyser. En outre, si K. Beledian écrit en arménien occidental et est originaire de Beyrouth, divers types d’autofiction apparaissent également dans le contexte de l’Arménie soviétique et surtout post-soviétique, certains projets autofictifs sont produits dans le contexte de la littérature franco-arménienne, etc.

Dans le processus de structuration de tout ce matériau, j’en suis venu à la nécessité de rédiger une deuxième thèse de doctorat ou une monographie postdoctorale. Actuellement je développe des stratégies et un plan pour ce travail que je traiterai dans un proche avenir. En tant que partie intégrante de ce projet, actuellement à Lyon, je suis en train d’écrire un article sur deux projets autofictifs arméniens modernes ; l’un est un projet d’autofiction féminine, l’autre est une autofiction sur la corporalité et la sexualité. 

Quels sont les événements ou les personnalités scientifiques qui vous ont inspiré récemment ?

Au cours de ce séjour d’études j’ai eu l’excellente opportunité d’échanger avec le professeur Roger-Yves Roche, qui m’a donné de précieux conseils pour le développement de mon projet et m’a aidé à établir des contacts avec d’autres spécialistes. Il est membre du laboratoire Passage XX-XXI et il travaille depuis des années sur l’autofiction. Le professeur Roche est l’un de ces rares spécialistes qui travaillent toujours non seulement sur des ouvrages littéraires, mais également avec des autofictions visuelles, sur l’autofiction photographique particulièrement. C’est lui qui a élaboré la notion nouvelle de photofiction3, que j’ai déjà utilisée lors de mes conférences en Arménie et en Ukraine entre autres.

J’ai également réussi à mener des entretiens approfondis avec M. Daroueche Hilali Bacar. Il est l’auteur d’une monographie remarquable sur les autofictions arabophones récemment parue dans la collection PUL. Pendant de nombreuses années il a travaillé à la fois en tant que chercheur sur l’autofiction arabe et en tant que traducteur de prose autofictionnelle de la langue arabe vers le français. Au cours de notre échange, de nombreuses similitudes dans nos études des autofictions arabes et arméniennes se sont révélées, tant au niveau de la méthode de nos recherches (spécificité d’autofiction non-francophone, une vaste géographie, polylinguisme etc.), qu’au niveau des thématiques et de l’historique de ces deux littératures (influence du passé colonial, recherche de l’identité au sein de la mondialisation, conséquences des influences politiques et religieuses, etc). J’ai été vraiment inspiré par le travail très scrupuleux de Hilali Bacar. Je pense que nous pourrons poursuivre notre coopération, par exemple dans le cadre de recherches comparatives entre les littératures contemporaines maghrébine et arménienne.

Quelles sont les bibliothèques où vous envisagez d’aller travailler ?

La bibliothèque de la FMSH m’a ouvert une collection unique d’articles scientifiques et de livres publiés en France au cours des deux dernières décennies. Ici, je peux élargir mes connaissances méthodologiques que j’applique à l’analyse de la littérature arménienne. Je travaille aussi régulièrement à la bibliothèque municipale de Lyon. Plusieurs publications sur le genre étudié ont déjà été publiées dans la collection PUL, elles sont disponibles à la bibliothèque universitaire de Lyon 2. Je travaille également à la bibliothèque du CNMA (Centre national de la mémoire arménienne) à Lyon, où la direction de cette organisation a ressemblé une large collection de la littérature franco-arménienne pendants des années.

Quelques-unes de vos publications ?

Monographies et ouvrages collectifs
Firdus: The Memory of a Place. Collective monograph ed. by Tigran Amiryan, Sona Kalantaryan. CSN lab, Yerevan, 2019. – 210 p. (en arménien, en anglais)
Amiryan, Tigran. Memory Square. An Essay on the Memory of Place – Eurasian Cultural Alliance, Almaty, 2018 – 62p. (en russe, trad. en anglais et en kazakhe)
Amiryan, Tigran. Kukia Alphabet. GeoAir, Tbilisi, 2017 – 42p. (en géorgien, en anglais)
Michel Foucault & Literature: Collection of Academic Papers [Michel Foucault et la littérature]. Ed. by N.T. Pakhsaryan, T.N. Amiryan, V.I. Demin. St. Petersburg: Aletheia, 2015. – 144 p. (en russe)
Amiryan, Tigran. On a écrit le complot. Le roman conspiration de Dan Brown à Julia Kristeva. Moscou, Falanster, 2013. – 352p. (en russe)
Articles
Amiryan, Tigran. Sergueï Paradjanov : entre l’autovisualisation et l’autonarration. Textimage – Revue d’étude du dialogue texte-image [En ligne], Varia VI, 2018, URL : http://revue-textimage.com/16_varia_6/amiryan1.html (en français)
Amiryan, Tigran. Un roman graphique de David B. : la visualisation de l’histoire et la fictionnalisation de la biographie. Moscou, 2016, p. 285-293. (en russe)
Amiryan, Tigran. L’écriture autofictionnelle et le roman Austerlitz de V.G. Sebald. Kiev, 2016, p. 18-27. (en russe)
Amiryan, Tigran. Julia Kristeva: L’auteur du roman-réplique, Inknagir – Revue électronique de littérature. [En ligne], 2016, URL : https://inknagir.org/?p=6461 (en arménien)
Amiryan, Tigran. L’écriture autofictionelle d’Amélie Nothomb. Dnipropetrovsk, 2014, p. 69-74. (en russe)
Amiryan, Tigran. La « peau-souffrance » dans le roman d’Hovhannes Tekgyozyan. Moscou, 2014, p. 20-27.
Amiryan, Tigran. L’expérience et l’écriture de Pierre Guyotat. Moscou, 2012, p. 384-391. (en russe)

Toutes illustrations de l’auteur ou libres de droits / sous licences CC

Citer ce billet : Elsa Ferracci, "Portrait de chercheur : Tigran Amiryan," dans Le Carreau de la BULAC, 21 novembre 2019, https://bulac.hypotheses.org/20225. Consulté le 14 décembre 2019
  1. voir Grell Isabelle, Autofiction, Armand Colin, 2015 []
  2. voir par exemple l’ouvrage collectif Nos terres d’enfance. L’Arménie des souvenirs paru en 2010 chez Parenthèses sous la direction d’Anahide Ter-Minassian et de Houri Varjabédian []
  3. voir R.Y. Roche, Photofictions – Perec, Modiano, Duras, Goldschmidt, Barthes, Presses du Septentrion, collection Objet, 2009 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.