[Futurs d’ailleurs #4] Vingt mille lieues sous la BULAC : plongée au cœur des collections de science-fiction

Nicolas Almimoff, commissaire de l’exposition Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction présentée jusqu’au 27 mars 2020 à la BULAC, et Juliette Pinçon vous proposent une excursion dans les collections patrimoniales de la bibliothèque, à la découverte des sciences-fictions d’Europe de l’Est, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie1.


Jules Verne dans les collections de la BULAC

Jules Verne est-il l’ancêtre de la science-fiction ? Cette question nourrit les articles, les colloques et les émissions de radio. Les différents acteurs du débat se rejoignent pour reconnaître le rôle de précurseur de Jules Verne et son apport à la science-fiction.

On ne peut pas dire que Jules Verne soit un auteur de science-fiction parce que ce n’est pas lui qui a inventé ce genre. En revanche, c’est un précurseur revendiqué. Si Wells en est le père, Jules Verne pourrait en être le grand-père. En même temps, ils sont relativement contemporains, et Jules Verne est toujours très attentif à signaler ces différences.

Agnès Marcetteau, dans l’émission « La Grande table culture » du 01/11/2019 sur France Culture.

Verne a introduit dans un large public un sentiment machiniste que la réalité ne suffisait pas à imposer. Il y fallait une prise de conscience artistique, ou tout au moins romanesque, et c’est cette prise de conscience qui émane de toute l’œuvre de Jules Verne, épopée industrielle, à la fois constat et ouverture.

Pierre Versins, Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1972.

Les œuvres de Jules Verne – l’un des auteurs les plus traduits au monde2 – sont présentes en 12 langues dans les collections de la BULAC. Plusieurs relèvent de la science-fiction :

  • Cinq Semaines en ballon (1863), présent en ourdou à la BULAC, et Les Enfants du capitaine Grant (1867), disponible en croate à la BULAC, voyages géographiques extraordinaires dans lesquels on peut trouver des éléments d’anticipation ;
  • Voyage au centre de la terre (1864), accessible en tamoul et en persan à la BULAC ;
  • Vingt mille lieues sous les mers (1869-1870), disponible en ourdou à la BULAC ;
  • Le duo des romans lunaires, De la Terre à la lune (1865) et Autour de la lune (1869), dans lesquels l’imaginaire scientifique se développe plus largement ;
Collections de la BULAC, cote BIULO AO.VI.289.
  • L’Étonnante aventure de la Mission Barsac, roman publié en 1919 sous le nom de Jules Verne, mais écrit par son fils Michel Verne à partir d’un manuscrit de son père, présent en polonais à la BULAC.

De l’origine de la science-fiction à nos jours, la science a inspiré la littérature et l’œuvre de Jules Verne a inspiré un certain nombre d’auteurs de science-fiction. La frontière reste toutefois floue entre science et science-fiction :

L’écriture de nos futurs possibles appartient aux littératures de l’imaginaire, aux récits utopiques, à l’anticipation et à la science-fiction. […] Comment appréhender un progrès technique et scientifique annoncé comme inéluctable mais insaisissable ? Seule la science-fiction ou l’anticipation déploient des images virtuelles suffisamment diversifiées pour s’approprier ou explorer une histoire moderne confrontée aux désirs d’alternances, de révoltes ou d’alternatives. […] élaborer le futur nécessite de l’écrire dès aujourd’hui.

Natacha Vas Deyres, Ces Français qui ont écrit demain : utopie, anticipation et science-fiction au XXe siècle, Paris, Honoré Champion, 2012.

La science-fiction soviétique

La littérature de science-fiction disponible, lue et reconnue en France a pendant très longtemps été exclusivement occidentale, particulièrement américaine, britannique et, il est important de le signaler, française3. Jusqu’à très récemment, les productions science-fictionnelles du reste du monde ne s’imposaient pas dans cet environnement français. La seule exception à ce monopole est la diffusion de la SF soviétique, et si le positionnement politique des critiques a pu influencer leur jugement sur la valeur de cette production, elle est unanimement reconnue au minimum comme digne d’intérêt. Cependant, le nombre de titres traduits et diffusés en France est très limité par rapport à l’importance de la production totale.

La SF soviétique repose sur des fondations anciennes. Avant même la création de l’Union soviétique, des contemporains russes de Jules Verne et H.G. Wells ont écrit des textes correspondant au genre, par exemple les romans d’aventure spatiale На луне (Sur la Lune, 1893) de K. Tsiolkovski, Красная звезда (L’astre rouge, 1908) et Инженер Мэнни (L’Ingénieur Menny, 1913) d’A. Bogdanov. Durant les années 1920 et 1930, la production SF s’intensifie, et propose déjà quelques textes fondateurs et sources d’inspiration pour les auteurs à venir. Parmi ceux-ci, on retient Аэлита (1922) d’Alexis TolstoÏ, et la fameuse dystopie Мы (Nous autres, 1920) d’Evguéni Zamiatine, annonciatrice des futurs 1984 de George Orwell et Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley.

Alexandre Beliaïev (1884-1942)

Collections de la BULAC, cote SORBO SLAVE 6= 7797.

Le développement scientifique et technique est, dès les premiers temps de l’URSS, considéré comme un facteur majeur de l’édification du socialisme, et la production science-fictionnelle participe au discours enthousiaste accompagnant cette construction. De nombreux textes de l’époque incorporent dans leur intrigue une réflexion politique militante. C’est notamment le cas des récits d’Alexandre Beliaïev, qui derrière des histoires d’aventure scientifique spéculative développent une critique des comportements capitalistes.

Auteur de récits d’aventures scientifiques aux accents très verniens, Alexandre Beliaïev a posé les bases, dès les années 1920, de l’importante production science-fictionnelle soviétique d’après-guerre. L’importance de son œuvre est considérable à tel point qu’il a été surnommé le « père de la science-fiction soviétique ».

La plupart de ses écrits décrivent en parallèle progrès scientifique et conditions politiques et sociales de son développement. Il s’agit bien souvent de mettre en lumière la perversion du capitalisme, comparée à la grandeur morale de la société socialiste.

Dans Продавец воздуха (Le Marchand de l’air, 1929), un scientifique américain capture l’atmosphère terrienne pour nuire à l’Union soviétique.

Dans Человек-амфибия (L’Homme amphibie), en 1928, et Вечный хлеб (Le Pain éternel), en 1929, Beliaïev s’est intéressé aux inventions extraordinaires sur Terre.

Звезда КЭЦ (L’Étoile KETs, 1936) développe une intrigue spatiale complexe : satellite artificiel habité, vie extraterrestre, mutations biologiques et risque d’explosion de la Lune.

De toute l’étendue de son œuvre, il faut également mentionner Голова профессора Доуэля (La tête du professeur Dowell, 1924), roman traitant de la réanimation des morts et de la guérison des mutilés ; Остров погибших кораблей (L’île des navires perdus, 1926), constituée de navires naufragés dans la mer des Sargasses et où des rescapés ont fondé une véritable société ; Последний человек из Атланды (Le dernier homme de l’Atlantide, 1929) qui nous conte la catastrophe ayant englouti le continent et l’épopée des survivants qui transmettront leurs connaissances aux aborigènes d’Europe et d’Amérique ; Борьба в эфире (Lutte dans l’éther) ; Властелин мира (Le maître du monde, 1929), traitant de l’invention de rayons hypnotiques permettant de prendre possession du cerveau humain ; Прыжок в ничто (Le saut dans le néant, 1932), réalisé par un groupe de savants capitalistes en direction de Vénus pour y établir une société, et l’échec consécutif de celle-ci ; Ариэль (1939), roman passionnant sur des expériences psycho-télépathiques et de lévitation ; les aventures du Professeur Wagner.

Ivan Efremov (1908-1972)

Collections de la BULAC, cote BIULO PB.III.2261.

Si ce paléontologue de renom a également publié des romans d’aventure et des romans historiques, c’est bien un titre de science-fiction qui constitue la pièce maîtresse de l’œuvre d’Ivan Efremov. La sortie en 1957 de Туманность Андромеды (La Nébuleuse d’Andromède) imprimera une nouvelle trajectoire à la science-fiction soviétique, devenant à cette époque beaucoup plus complexe dans ses intrigues, plus ambitieuse dans son propos et les imaginaires déployés, moins attachée à la glorification du régime.

Expression d’une vision optimiste de l’avenir, ce roman s’inspire des philosophies indienne et grecque pour imaginer la rencontre puis les échanges entre civilisations terrestre et extraterrestre, dans un développement conjoint de la technologie et de la conscience.

Cette édition de 1976 inclut des images de l’adaptation cinématographique de La Nébuleuse d’Andromède par Evgeni Sherstobitov, sortie en 1967.

Evgueni Zamiatine (1884-1937)

Collections de la BULAC, cote BIULO LIT.III.2930.

Ancien opposant au régime tsariste exilé par deux fois, adhérent au parti bolchevique qu’il quitte dès 1917, Evgueni Zamiatine (1884-1937) perçoit très tôt la dérive totalitaire du nouveau régime. Écrit en 1920 et immédiatement censuré, Мы (Nous autres) décrit une société déshumanisée où l’individu est soumis au contrôle permanent du pouvoir, où sa liberté de penser est annihilée. Si sa diffusion est empêchée en URSS, le texte rencontrera ses lecteurs à l’étranger dans de multiples traductions, et sera le première source d’inspiration du Meilleur des mondes d’Aldous Huxley (1932) et de 1984 de George Orwell (1949), les deux dystopies majeures du genre. Cette édition américaine de 1952, destinée à la diaspora russe émigrée, est la première édition complète du roman en russe.

Collections de la BULAC, cote BIULO MEL.8.1458(33).

Si la grande majorité des textes de science-fiction soviétiques d’avant-guerre accompagnent avec enthousiasme la construction du communisme, l’un des plus symboliques en fait une critique virulente dans une dystopie retentissante.

L’inspiration de Zamiatine pour écrire le futuriste et visionnaire Nous autres lui est peut-être venue de sa lecture de H.G Wells (1866-1946). Dans ce court texte, il exprime toute son admiration pour l’auteur de La Machine à explorer le temps (1895) ou de La Guerre des mondes (1898).

Arcadi Strougatski (1925-1991) et Boris Strougatski (1933-2012)

Collections de la BULAC, cote BIULO PB.IV.8198.

Dans les années 1960, la science-fiction soviétique entre dans sa période la plus faste. De nombreux auteurs apparaissent, et particulièrement les frères Strougatski. Les œuvres de ces années 1960 à 1965-66 reflètent les nouvelles préoccupations de la SF russe : société nouvelle, psychologie plus élaborée des personnages, hypothèses scientifiques modernes. Un roman des frères Strougatski est particulièrement typique de cette période, Трудно быть богом (Il est difficile d’être un dieu).

Fers de lance de la science-fiction soviétique, les frères Strougatski sont probablement les auteurs du genre les plus connus en Occident. L’adaptation cinématographique de leur Пикник на обочине (Pique-Nique au bord du chemin), rebaptisé Stalker par Andreï Tarkovski en 1979, a grandement participé à leur renommée tardive à l’Ouest. Experts en écriture à plusieurs niveaux et en contournement subtil de la censure, même s’ils n’ont pas toujours réussi à l’éviter, les deux frères ont habilement caché leur regard acerbe sur le pouvoir et la société soviétiques dans leurs fictions philosophiques. Décrivant des sociétés extraterrestres aux nombreux points communs avec la Terre, les frères Strougatski proposent un cadre de références connues des lecteurs, propice à l’analyse critique.

Satire de la propagande soviétique, Обитаемый остров (L’Île habitée) est probablement leur ouvrage le plus directement politique. Le jeune terrien (et russe, c’est important de le préciser) Maksim, après que son vaisseau se soit écrasé sur une planète inconnue, découvre avec étonnement puis écœurement la violence et l’absurdité du système politique militariste local. Issu d’une Terre du futur où le progrès social et technologique s’est imposé, il va tenter de renverser le régime.

Le propos du roman Трудно быть богом (Il est difficile d’être un dieu) est analogue. Là aussi, la planète visitée par des terriens est peuplée d’humains, se débattant cette fois dans une féodalité obscurantiste.

La science-fiction soviétique en revues

Malgré l’importance de la production science-fictionnelle, les lecteurs soviétiques ne disposaient pas de revue entièrement consacrée à la SF. Toutefois, plusieurs revues littéraires ou de vulgarisation scientifique et technique, souvent destinées aux jeunes lecteurs, publiaient de courts récits ou des romans en feuilletons d’auteurs soviétiques ou occidentaux.

Искатель (L’Explorateur) était probablement la publication qui s’approchait le plus d’une revue spécialisée, même si la science-fiction devait partager ses pages avec des récits de guerre ou d’aventure. Née en 1962, cette revue bimestrielle au format de poche ne cessera de s’appauvrir à compter de 1966. Une seule nouvelle de science-fiction sera dès lors publiée pour quatre ou cinq récits de guerre.

Presque chaque mois, le journal de sciences et techniques Знание-сила (La connaissance est la force) consacrait quelques pages à un récit de SF. Kir Bulitchev (1934-2003), prolifique auteur pour la jeunesse, et les frères Strougatski y étaient souvent mis à l’honneur.


La science-fiction bulgare

Pionnier de la science-fiction bulgare, genre dont il se saisit alors qu’il jouit déjà d’un statut d’écrivain établi, Pavel Vežinov (1914-1983) l’utilisera comme support à l’analyse de la psychologie humaine, en se concentrant sur les aspects philosophiques et moraux, sans s’appesantir sur les descriptions scientifiques et le contexte technologique.

Pavel Vežinov (1914-1983)

Symbolique de la production science-fictionnelle de Vežinov, Сините пеперуди (Les Papillons bleus) fait le récit d’une expédition terrestre sur la planète Hela, à la découverte de la civilisation des papillons géants intelligents. Les habitants de la planète passent par deux étapes – la vie intellectuelle de la chenille sans émotion et la vie relativement courte, mais brillante et créative du papillon, libérée de tout devoir social, sauf la reproduction.

Lûben Dilov (1927-2008)

Empreinte de philosophie et d’humour, la production littéraire du principal auteur de science-fiction bulgare, Lûben Dilov (1927-2008), n’est pas sans faire penser à Clifford D. Simak, auteur de l’âge d’or américain. Et s’il se décrit lui-même comme le « Simak bulgare », c’est à Isaac Asimov qu’il rendra hommage en ajoutant une quatrième loi de la robotique aux trois lois édictées en 1942 par l’écrivain américain.

Réflexion sur la création littéraire, Пропуснатият шанс : из съчиненията на моя компютър (L’Occasion ratée) décrit les relations entre un écrivain et son ordinateur du futur, programmé pour inventer des histoires à la demande.


La science-fiction indienne

En Inde aussi, même si elle n’occupe pas une grande place à Bollywood, la science-fiction n’en est pas moins vivace. La maison d’édition Zubaan de New Delhi publie régulièrement de jeunes auteures indiennes comme Priya Sarukkai Chabria qui, dans Generation 14, décrit un futur où mémoire et sexualité sont interdites, ou Vandana Singh, dont les nouvelles sont rassemblées dans un volume intitulé The Woman Who Thought She Was a Planet and other Stories (La femme qui se prenait pour une planète et autres récits). Avant cette nouvelle vague, de grands noms de la littérature et des arts indiens s’étaient déjà laissé tenter par la science fiction. Le cinéaste Satyajit Ray (1921-1992) a ainsi écrit une série d’aventures pour la jeunesse tournant autour du personnage du professeur Shonku, que l’on découvre pour la première fois dans Diary of a Space Traveller (Journal d’un voyageur de l’espace). Et le romancier Amitav Ghosh a décroché le prix Arthur C. Clarke pour Le chromosome de Calcutta (Points, 2007). Enfin, il nous faut mentionner SP Somtow, auteur thaïlandais d’éducation anglo-saxonne, déjà assez célèbre en France, dont plusieurs œuvres ont été publiées en Folio SF. Somtow ne se contente pas d’écrire, il compose également des œuvres musicales, qu’il dirige.

Satyajit Ray (1921-1992) est un réalisateur indien mondialement reconnu pour son cinéma naturaliste, notamment La Trilogie d’Apu (1955, 1956, 1959), et Le Salon de musique (1958). Cette reconnaissance cinématographique, dans de grands festivals comme Cannes ou Venise, a eu tendance à occulter, en Occident, une œuvre riche et protéiforme. Ainsi, Ray est aussi compositeur de musique de film, décorateur de cinéma, traducteur, typographe, publiciste, éditeur et illustrateur de la revue pour enfants Sandesh.

Venant d’une famille bengalie lettrée (son père est le poète et écrivain Sukumar Ray), c’est notamment dans cette revue que Satyajit Ray écrit et illustre les aventures de deux héros toujours très populaires en Inde. L’inspecteur Feluda résout des énigmes « à la Sherlock Holmes », tandis que le Professeur Shonku, un scientifique, est l’auteur de nombreuses inventions comme la pilule qui empêche de ressentir la faim et la soif pendant une journée entière (Batika Indica), ou encore le Turbolin, un carburant sentant bon… le santal ! Les aventures du Pr. Shonku l’amènent à ressusciter un dinosaure (Professor Shonku o Har), rechercher une licorne au Tibet ou prouver l’existence d’une vie extraterrestre. Un gentil extraterrestre est d’ailleurs le protagoniste d’une autre nouvelle de Ray, Bankubabur Bandhu (1962).


La science-fiction chinoise

Les œuvres chinoises dans le domaine de la science-fiction restent méconnues. Dès 1904, on signale des auteurs chinois de nouvelles de science-fiction, Lu Xun ayant, l’année précédente, entrepris de traduire Jules Verne et H.G. Wells en chinois. Avec l’avènement de la République Populaire en 1949, le genre a continué à se développer, permettant au parti de vanter les mérites d’un avenir socialiste. Vers la fin des années 1970, après avoir stagné pendant la Révolution culturelle, la science-fiction chinoise connaît un nouvel essor au point que Zheng Wenguang, surnommé le « père de la science-fiction chinoise », devient membre en 1980 de l’Association mondiale de SF. C’est à cette époque qu’est également réalisé le premier film chinois de science-fiction, Death Ray on a Coral Island (Rayon de la mort sur une île de corail). Mais en 1983-1984, la SF chinoise est condamnée par les autorités comme étant de la « pollution spirituelle », dans le cadre d’une campagne de répression qui manque étouffer définitivement cette littérature. Depuis la libéralisation relative du régime dans les années 1990, la science-fiction a de nouveau le vent en poupe, surtout par le biais des manhua, les mangas chinois.

Collections de la BULAC, cote BULAC CHI.4824.

Écrit en 1931, 猫城記 (La Cité des chats) est considéré par beaucoup comme le premier roman de science-fiction chinoise. Un voyageur chinois, dont l’avion s’est écrasé sur Mars, observe la société corrompue et décadente des Hommes-Chats, incapables de se défendre face à l’attaque d’une puissance étrangère. Un bel exemple de récit science-fictionnel décrivant le futur pour critiquer le présent, à savoir la Chine pré-révolutionnaire.

En combinant discours politique et moral, et vision confiante du développement technologique, 小灵通漫游未来 (L’Odyssée du petit Ling Tong dans le futur) représente très bien la science-fiction chinoise d’avant 1980, largement considérée comme un genre pour enfants, dont le but est de divertir, mais aussi d’éduquer aux valeurs de la société socialiste chinoise. Vendu à 1,6 million d’exemplaires dans sa première édition, les aventures du petit reporter dans cette ville appelée Futur, où les classes sociales n’existent pas et les voitures volent, a considérablement influencé les enfants de son époque.


La science-fiction japonaise

Sakyō Komatsu (1931-2011)

Auteur de nombreux ouvrages influents, dont plusieurs furent adaptés à l’écran, Sakyō Komatsu appartient, avec Yasutaka Tsutsui et Ryō Hanmura, à la première génération d’écrivains ayant popularisé la science-fiction à partir des années 1960-1970 au Japon.

Collections de la BULAC, cote BULAC MON 8 7257.

Immense best-seller vendu à 4 millions d’exemplaires, 日本沈没 (La Submersion du Japon) décrit avec minutie les processus géologiques qui mèneraient à la disparition de l’archipel. Ce souci de description scientifique, par l’utilisation de schémas par exemple, fait de ce roman un parfait exemple du genre hard science, dont l’objectif est de construire des récits spéculatifs à partir d’hypothèses scientifiques rationnelles.

Yasutaka Tsutsui (1934-)

Parfois comparé à J.G. Ballard, Yasutaka Tsutsui n’a cessé dans sa longue carrière de passer la frontière entre littérature de science-fiction et littérature générale, et de ce fait a largement contribué à la rendre moins étanche. Lauréat de nombreux prix, il a considérablement influencé la génération suivante des écrivains, réalisateurs et mangakas japonais de SF, jusqu’au réalisateur Christopher Nolan et son Inception (2010), fortement inspiré par le roman Paprika (1993).

La trilogie Nanase, dont le premier volume, 家族八景, fait partie des rares romans de l’auteur traduits en Occident (What the Maid Saw ou The Maid), a rencontré un grand succès au Japon. Une femme de chambre, dotée d’un pouvoir de perception extra sensoriel, est le témoin involontaire des pensées réelles de ses employeurs, cachées derrière les relations courtoises de la bonne société. Dans le second volume, 七瀬ふたたび, où Nanase rencontre d’autres jeunes gens dotés de pouvoirs semblables, Tsutsui laisse entendre que la génération née après-guerre diffère de celle de leurs parents, et constituent en cela une sorte de mutants, préfigurant ceux de l’anime Akira (1988). Dans エディプスの恋人, le dernier volume de la trilogie, le pouvoir de Nanase explore les travers d’une école d’élite.

Collections de la BULAC, cote BIULO JAP.D.IV.2091.

Ryō Hanmura (1933-2002)

Tout au long d’une œuvre pléthorique écrite entre 1971 et 2001, Ryō Hanmura a navigué entre dystopies politiques, séries de fantasy et histoires de samouraïs.


Pour aller plus loin :

Jules Verne dans les collections de la BULAC


Photos : Maxime Ruscio / BULAC

Citer ce billet : Nicolas Almimoff, "[Futurs d’ailleurs #4] Vingt mille lieues sous la BULAC : plongée au cœur des collections de science-fiction," dans Le Carreau de la BULAC, 2 mars 2020, https://bulac.hypotheses.org/20916. Consulté le 5 juin 2020
  1. La sélection des ouvrages et la rédaction de ce billet ont été réalisées avec le concours de différentes responsables de fonds et chargées de médiation de la BULAC qui en sont remerciées. []
  2. Le site de Garmt de Vries-Uiterweerd recense les traductions de Jules Verne dans 96 langues. []
  3. Jean Gattégno, La Science-fiction, PUF, Que sais-je ?, 1983 (4e mise à jour). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.