[Futurs d’ailleurs #1] Tour du monde science-fictionnel en 60 traductions

Collections de la BULAC, cote BIULO JAP.D.IV.1629.

Pour accompagner l’exposition Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction, son commissaire Nicolas Almimoff vous présente une sélection commentée d’ouvrages de science-fiction non occidentale. Si l’esprit aventureux, vous êtes tenté.e.s par la découverte de cet univers encore largement inexploré, vous trouverez ici de quoi satisfaire votre curiosité, en versions originales ou en traductions1. Du 17 au 28 février 2020, retrouvez la plupart des titres de cette sélection disponibles au prêt sur les étagères de l’entrée de la BULAC.


La SF au-delà des frontières

Apparue au XIXe siècle – même si les plus ambitieux font remonter ses origines à Lucien de Samosate en 180 -, la science-fiction s’est imposée en tant qu’expression artistique globale, et globalisée. Globale car tous les arts exploitent son langage : la photographie (Omar Gilani, Marina Gadonneix, etc.), la musique (Parliament, Sun Ra, Devo, etc.), la peinture (Gregory Manchess, Nikolaï Niedbaïlo, etc.), sans oublier, bien sûr, la littérature, la bande dessinée et le cinéma, et tous les croisements multimédia imaginables. Globalisée car la science-fiction est présente sur tous les continents, et les œuvres voyagent de part et d’autre du monde, à la vitesse luminique de la fibre optique, comme dirait tout bon cyberpunk. Limitée à l’origine à un cercle restreint d’amateurs, et longtemps considérée comme un genre destiné à la jeunesse, la SF est devenue mainstream, séduisant une audience de plus en plus nombreuse, dans tous les pays, et de toutes les générations.

Il convient toutefois d’apporter quelques nuances à ce constat. Tout d’abord, si le cinéma de SF séduit le grand public, au point de produire certains des plus grands succès du box office (Star Wars), et a inspiré les plus grands réalisateurs (Fritz Lang, Stanley Kubrick, David Lynch ou plus récemment James Gray), la littérature de SF, bien qu’elle soit pionnière dans le domaine, reste assez largement méconnue, sujet de nombreux a priori associés à l’étiquette de « littérature de genre ». Heureusement, cette hiérarchie entre disciplines et genres artistiques s’affaiblit. Une autre nuance à apporter à la réalité de sa diffusion globale réside dans l’inégalité des échanges internationaux. Sur le marché de la SF, certains pays sont largement exportateurs, et d’autres majoritairement importateurs. Les États-Unis et le Royaume-Uni ont grandement propagé leur production de par le monde. Le manga et le cinéma d’animation japonais, fréquents vecteurs de science-fiction, sont distribués à l’international. Pour les autres pays, la production science-fictionnelle, qu’elle soit ancienne ou récente, reste majoritairement confinée à l’intérieur des frontières nationales ou linguistiques. En France, la balance commerciale science-fictionnelle est négative : on importe plus qu’on exporte de SF, et c’est de loin la SF américaine qui truste les étagères des librairies ; la présence de science-fiction non occidentale est extrêmement faible, les auteurs non occidentaux sont peu traduits.

Ce cercle vicieux serait-il en passe d’être brisé ? Espérons que le succès de la trilogie du Problème à trois corps du Chinois Liu Cixin en soit le premier signe….


SF russe et soviétique

Commençons par une exception : la science-fiction soviétique est probablement la science-fiction non occidentale la plus connue en France. Celle-ci est ancienne, il est vrai, et ses premiers titres sont contemporains de Jules Verne et de H.G. Wells.

De cette période, si vous n’êtes pas russophone, il vous est possible de lire :

Deux romans utopiques publiés respectivement en 1908 et 1912. Deux pièces à verser dans le formidable débat d’idées qui agita l’intelligentsia russe au début du siècle.

Paru en 1908, L’Étoile rouge s’est écoulé à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires. Ce roman utopique décrit le fonctionnement socialiste idéal de la société martienne. L’Ingénieur Menni, paru en 1912, est la préquelle de L’Étoile rouge. Mars n’est pas encore socialiste, mais le capitalisme y vit ses dernière heures.


Intrinsèquement liée aux évolutions politiques de son pays, la SF soviétique, au moins jusqu’à la mort de Staline et au XXe congrès du PCUS en 1956, exprimera son attachement à la construction socialiste, et un certain patriotisme parfois béat. Toutefois, certains auteurs valent le détour, dont Alexandre Beliaev. Auteur de récits d’aventures scientifiques aux accents très verniens, il a posé les bases, dès les années 1920, de l’importante production science-fictionnelle soviétique d’après-guerre. La plupart de ses écrits décrivent en parallèle progrès scientifique et conditions politiques et sociales de son développement. Il s’agit bien souvent de mettre en lumière la perversion du capitalisme, comparée à la grandeur morale de la société socialiste.

  • Alexandre Beliaev, Le Pain éternel, Le Pré-Saint-Gervais, Langues et monde-L’Asiathèque, 2005.

Dans chacune de ces quatre nouvelles de science-fiction, un scientifique est aux prises avec un problème capital qui, s’il le résout, va sauver l’humanité ou, dans le cas de « Monsieur Le Rire », lui apporter gloire et richesse. Mais un événement imprévu, comme la cupidité des hommes ou les mécanismes économiques, font que tout tourne à l’envers.

Une étudiante en médecine, Marie Laurane, est recrutée par le docteur Kern, pour veiller sur la tête vivante et séparée de son tronc du professeur Dowell… Un roman sur le rapport de l’esprit au corps paru en 1926.

Une série d’extraits de l’œuvre d’A. Beliaïev Les inventions du professeur Wagner. Le personnage éponyme, un biologiste fou, consacre sa vie à défier les lois de la nature pour donner forme à des inventions époustouflantes.

  • Alexandre Beliaev, L’Homme amphibie, Lausanne, L’Âge d’homme, 2014.

Les milieux scientifiques estimaient qu’il ne pouvait exister dans l’océan de monstre marin inconnu de la science et accomplissant des actes dont seul l’homme est capable. L’homme que, selon la Genèse, Dieu créa à son image.


En construisant une intrigue proche de celle de Bogdanov, l’écrivain Alexeï Tolstoï, parent de Léon et proche du parti bolchévique, choisit le genre science-fictionnel pour développer son propos politique. Ce roman fera l’objet, dès 1924, d’une remarquable adaptation cinématographique par Yakov Protazanov.

  • Alexeï Tolstoï, Aélita, Lausanne, L’Âge d’homme, 2009.

Décembre 1921. Alors qu’un mystérieux message est envoyé aux radios du monde entier, Loss quitte la Terre à bord d’un appareil spatial construit par ses soins. Son voyage le conduit sur Mars, où règne la belle Aélita. Mais une révolution est en marche sur la planète.


S’il est un titre à retenir des premières années de l’Union soviétique, c’est bien Nous (ou Nous autres) de l’ancien bolchevik et dissident de la première heure Evgueni Zamiatine, et cela pour deux raisons : pour son destin singulier d’oeuvre censurée, décrivant avec force la dérive totalitaire à venir, mais aussi pour l’influence considérable qu’il exerça sur la science-fiction, en inventant le genre dystopique, repris avec talent par George Orwell et Aldous Huxley.

  • Evgueni Zamiatine, Nous, Arles, Actes Sud, 2017 (les éditions françaises traduisent généralement ce titre par Nous autres). (édition de 1979 disponible à la BULAC)

Six siècles après notre ère, le monde est réuni en un seul État, régi par l’autorité absolue d’un Bienfaiteur. L’existence des hommes, devenus de simples numéros, est entièrement régulée, tout faux pas condamnant à mort le fautif. Une minorité s’insurge contre l’ordre établi.


Les années 1950 marquent un nouvel essor pour la SF soviétique. Les intrigues se complexifient à la faveur d’une certaine prise de recul sur la société soviétique. Le propos est néanmoins toujours très politique. C’est également à partir de cette période que vont être diffusés à l’étranger, notamment en France certains de ces ouvrages, des anthologies de nouvelles ou des romans.

L’œuvre pivot de ce renouveau est probablement La Nébuleuse d’Andromède, d’Ivan Efremov. Expression d’une vision optimiste de l’avenir, ce roman ambitieux sorti en 1957 s’inspire des philosophies indienne et grecque pour imaginer la rencontre puis les échanges entre civilisations terrestre et extraterrestre, dans un développement conjoint de la technologie et de la conscience.

  • Ivan Efremov, La Nébuleuse d’Andromède, Moscou, Raduga, 1988.
  • Ivan Efremov, La Nébuleuse d’Andromède, Caëstre, EONS, 2005.

Mais les auteurs les plus connus en URSS et à l’étranger sont sans conteste les frères Strougatski. L’adaptation cinématographique de leur Pique-Nique au bord du chemin, rebaptisé Stalker par Andreï Tarkovski en 1979, a grandement participé à leur renommée tardive à l’Ouest. Mais si ce titre reste le plus célèbre en France, d’autres romans très intéressants valent la peine d’être découverts. Experts en écriture à plusieurs niveaux et en contournement subtil de la censure, même s’ils n’ont pas toujours réussi à l’éviter, les deux frères ont habilement caché leur regard acerbe sur le pouvoir et la société soviétiques dans leurs fictions philosophiques.

  • Arkadi et Boris Strougatski, Stalker : Pique-nique au bord du chemin, Paris, 2013. (édition de 2010 disponible à la BULAC)

Des visiteurs sont venus sur Terre. Sortis on ne sait d’où, ils sont partis sans crier gare. Dans la zone qu’ils ont occupée sans jamais communiquer avec les hommes, ils ont laissé traîner des objets étranges que les stalkers viennent piller au risque de leur vie. Porté à l’écran par A. Tarkovski en 1979, ce roman a aussi inspiré un jeu vidéo.

Échoué sur une planète archaïque, le jeune Maxime découvre un régime politique très militarisé, aux accents ubuesques, qui utilise des tours radio pour contrôler les masses laborieuses. Il décide d’entrer en résistance et découvre les marionnettistes. Ce roman, le plus politique des frères Strougatski, a été adapté au cinéma par F. Bondarchuk en 2008 et 2009 en deux longs-métrages.

  • Arkadi et Boris Strougatski, Il est difficile d’être un dieu, Paris, Gallimard, 2015. (édition de 2009 disponible à la BULAC)

La planète Arkanar ploie sous la férule du tyrannique ministre de la Sécurité. Cette société semi-féodale qui persécute ses intellectuels intéresse l’Institut d’histoire expérimentale de la Terre qui, elle, est peuplée d’humanistes tout-puissants considérés comme des dieux. Le jeune Rumata apprend qu’il est dangereux pour un dieu de se mêler du sort des mortels.

Candide, victime d’un accident d’hélicoptère, a été recueilli par des indigènes de la Forêt. Grièvement blessé et amnésique, il est obsédé par l’idée de revenir à la Ville. Poivre est linguiste et employé comme statisticien au sein de l’administration de la Ville. Équipé d’une calculatrice défaillante, il veut se perdre dans la Forêt pour ne pas revenir.


La production soviétique était importante, et les titres traduits en français et en anglais n’en représentent qu’une faible proportion. Ceux qui veulent aller plus loin pourront par exemple lire :

  • Kir Boulytchev, La Robe blanche de Cendrillon, Encino, Black Coat Press, 2011.

Dans les espaces incommensurables de la Galaxie, le docteur Slava Pavlych poursuit une énigmatique jeune femme. Gardant intact son profond humanisme et sa foi dans les forces du bien, ce médecin aventurier se voit confronté à divers problèmes d’éthique.

Collections de la BULAC, cote BIULO GEN.IV.3369.

Contrairement à ce qu’il est souvent permis de penser, la science-fiction ne se borne pas toujours à tracer les nouvelles cartes de l’Enfer. Elle peut aussi rassurer, offrir des cadres d’action future plus nobles, plus authentiques. C’est là du reste la grande particularité des écrivains d’anticipation soviétique. Quel que soit le thème abordé (civilisations disparues, exploration de l’espace, satire sociale, intelligences extra-terrestres…), chez eux l’optimisme est le corollaire de l’inquiétude. Et pourquoi, après tout, le monde des possibles ne serait-il pas le monde des justes valeurs ?


La Russie post-soviétique, quoique moins productive, n’a pas délaissé le genre. Certains titres ont même rencontré un succès international. Ce fut particulièrement le cas de la trilogie Metro 2033 de Dmitry Glukhovsky.

  • Dmitry Glukhovsky, Metro 2033, Nantes, L’Atalante, 2016. 

En 2014, une guerre nucléaire a ravagé la Terre. En 2033, quelques dizaines de Moscovites survivent dans le métro, se dotant de diverses formes de gouvernements et de croyances. Mais une menace venant de l’extérieur plane. L’un des survivants, Artyom, est alors chargé d’en avertir Polis, une communauté de stations qui préserve les derniers vestiges de la civilisation humaine.

  • Dmitry Glukhovsky, Metro 2034, Nantes, L’Atalante, 2017.

La Sevastopolskaya, une des stations habitées du métro moscovite, produit une grande part de l’électricité qui l’alimente. Le courage de ses défenseurs a permis qu’elle ne soit pas envahie par les monstres. Cependant, la dernière caravane d’approvisionnement n’est jamais arrivée. Le combattant Hunter, le vieil Homère et une jeune fille, Sacha, doivent résoudre ce problème.

  • Dmitry Glukhovsky, Metro 2035, Nantes, L’Atalante, 2017.

2035. Artyom est retourné vivre à la station VDNKh. Obnubilé par le souvenir de la voix qu’il a entendue sur une radio deux ans plus tôt, il remonte quotidiennement à la surface pour tenter d’entrer en contact avec d’autres survivants. Tenu pour fou par beaucoup, Artyom sombre peu à peu, jusqu’à l’arrivée d’Homère, un vieil homme qui écrit une histoire du métro et qui corrobore ses dires.


Le succès de cette trilogie fut tel qu’il inspira d’autres auteurs, y compris l’écrivain français Pierre Bordage.

En 2033, à Saint-Pétersbourg. Gleb, orphelin miséreux, est exigé en guise de récompense par le stalker Bélier en contrepartie d’une mission dangereuse que souhaite lui confier l’Alliance littorale. Il s’agit de mener une expédition en surface jusqu’à Kronstadt, où de la lumière a été détectée.

En 2033, dans le golfe de Finlande, les membres du Babel assistent à la destruction de leur île par un engin nucléaire et trouvent refuge dans une station inoccupée du métro. Ils lancent alors un ultimatum à toutes les stations, soit les coupables se dénoncent, soit l’ensemble du réseau s’expose à une attaque au gaz.

  • Pierre Bordage, Rive gauche : Paris Metro 2033, Nantes, L’Atalante, à paraître le 26 mars 2020.

Après un événement apocalyptique, la surface de la Terre, irradiée, est devenue inhabitable pour les humains. A Paris, du côté de la Rive Gauche, les survivants ont trouvé refuge dans les profondeurs du métropolitain où ils ont organisé des microsociétés de la pénurie, tandis que la Rive Droite est devenue un lieu maudit.


Collections de la BULAC, cote 14RU 823.15 SOR D.

En Russie comme ailleurs, notamment ces deux dernières décennies, certains écrivains de littérature générale s’approprient les thèmes de la SF, parfois avec talent, comme l’a fait Sorokine pour le roman suivant :

  • Vladimir Sorokine, Journée d’un opritchnik, Paris, Points, 2010. (édition de 2008 disponible à la BULAC)

2028, le pays est gouverné par une oligarchie sanguinaire, mélange des traditions de la sainte Russie et de dictature policière moderne. Au sommet règne l’opritchina équipée de moyens technologiques ultrasophistiqués. Les opritchniks sont les nouveaux maîtres de ce pays. Parmi eux, Komiaga, dont l’auteur déroule ici une journée ordinaire, rythmée par ses missions et ses rituels.


SF polonaise

Il n’y a pas que l’Union soviétique qui s’est passionné pour la science-fiction. Dans tout l’ancien « Bloc de l’Est » sont apparus des écrivains parfois très talentueux, et reconnus jusqu’en Occident. Le polonais Stanislaw Lem en est probablement le meilleur exemple. Adapté par Andreï Tarkovski, son Solaris est un roman majeur.

  • Stanislas Lem, Solaris, Paris, Gallimard, 2017. (édition de 2002 disponible à la BULAC)

Solaris tourne autour de deux soleils et ne semble pas abriter de vie. Un jour, pourtant, un groupe de scientifiques y découvre une étonnante entité sous la forme d’un vaste océan protoplasmique. Mais après de nombreuses études, elle est déclarée non pensante et sans intérêt. Jusqu’au jour où le docteur Kelvin débarque sur la planète et rencontre la femme qu’il avait aimée et qui s’était suicidée.

  • Stanislas Lem, La Cybériade, Paris, Gallimard, 2004. (édition de 1968 disponible à la BULAC)

Les aventures de Trurl et Clapaucius, deux robots cybernéticiens, créateurs d’intelligences artificielles qui sillonnent la galaxie pour mettre leurs connaissances au service des puissants. Mais leurs créations se retrouvent souvent à l’origine de bien des catastrophes.


SF tchèque

Pionnier de la SF européenne, Karel Čapek restera célèbre pour avoir utilisé le mot « robot » (le travail) pour désigner des êtres artificiels, sans sa pièce de théâtre RUR en 1920. Plusieurs autres ouvrages sont néanmoins tout aussi dignes d’intérêt.

Collections de la BULAC, cote BIULO AG.IV.144.
  • Karel Čapek, RUR : Rossum’s universal robots, drame collectif en un prologue de comédie en trois actes, Paris, La Différence, 2019.

Un scientifique invente un robot que ses successeurs perfectionnent et produisent en masse. Les robots s’imposent dans la société comme une force de travail extraordinaire et les hommes, devenus anachroniques et inutiles, sont condamnés à l’inactivité et à l’oisiveté. L’humanité tombe en décadence et leurs créations se révoltent.

Un jour au large de l’Indonésie, le capitaine Van Toch découvre des salamandres. Intelligentes et paisibles, celles-ci aident l’homme dans l’exploitation des perles. Bientôt, l’homme les asservit et les exploite, mais elles finissent par se révolter. Dans cette satire du comportement humain, Capek (1890-1938) fustige le pédantisme scientifique, le monde des affaires et de la politique.


SF finlandaise

Quoique numériquement modeste, la SF finlandaise propose de très bons ouvrages. Les thématiques écologiste et féministe infusent les quatre romans suivants.

  • Johanna Sinisalo, Le sang des fleurs, traduit du finnois par Anne Colin du Terrail, Arles : Actes sud, impr. 2013, cop. 2013.

Nous sommes en 2025. Le syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles, énigme écologique apparue en 2006, s’est considérablement aggravé, au point que la plupart des pays — et les États-Unis en première ligne — doivent faire face à une grave crise agricole. Orvo, directeur d’une entreprise de pompes funèbres et apiculteur amateur, ébranlé par une tragédie familiale récente, voit ses ruches atteintes : deux d’entre elles ont été désertées. La Finlande — jusque-là épargnée — est-elle à son tour gagnée par la catastrophe ? Très préoccupé par ce phénomène, Orvo tombe par hasard sur un étrange accès vers une sorte de dimension parallèle d’où l’homme semble absent. Orvo a beau mettre en question sa propre lucidité, son instinct lui dit que sa découverte pourrait avoir un lien avec le mystère des disparitions récentes d’abeilles. Et un espoir naît en lui : l’abeille étant considérée dans de nombreuses civilisations comme capable de circuler entre le monde de la vie et celui de la mort, c’est peut-être à travers elle qu’il pourra enfin retrouver son fils perdu… Écologique, engagé, savamment agencé, aux lisières du fantastique et de la science-fiction, le nouveau roman de Johanna Sinisalo a cette force poétique qui avait fait le succès de Jamais avant le coucher du soleil.

  • Johanna Sinisalo, Avec joie & docilité, traduit du finnois par Anne Colin du Terrail, [Arles] : Actes sud, DL 2016, cop. 2016.

République Eusistocratique de Finlande, 2013. La nation a pris en compte ses erreurs historiques. La stabilité sociale et la santé publique sont désormais les valeurs prédominantes. Tout ce qui procure du plaisir ou est susceptible de causer une quelconque dépendance est formellement interdit, y compris le café. À une exception près – le sexe. Dans la République Eusistocratique de Finlande, la distribution de sexe – un produit de consommation essentiel – doit être aussi efficace que possible. À cet effet, le corps scientifique gouvernemental a généré une nouvelle sous-espèce humaine, une espèce réceptive, soumise et toujours disposée. Autrefois, on les appelait les femmes.

  • Emmi Itäranta, Fille de l’eau, traduit du finnois par Martin Carayol, [Paris] : Presses de la Cité, impr. 2014, cop. 2015 – 18-Saint-Amand-Montrond : Impr. CPI Bussière.

Noria est encore adolescente quand, à la mort de son père, elle est nommée maître du thé de son village. Dans un monde qui tente de se relever d’une guerre qui a épuisé les réserves d’eau potable, la jeune fille est à présent garante des traditions d’un temps révolu et protectrice d’une source secrète que sa famille protège depuis toujours. Mais bientôt, les militaires de la Nouvelle Qian – le gouvernement qui régit la société – décident d’enquêter sur l’apparente abondance des ressources d’eau du village. Alors que l’eau se fait de plus en plus rare, Nora devra faire un choix : se battre ou coopérer…

  • Emmi Itäranta, La cité des méduses, traduit du finnois par Martin Carayol, [Paris] : Presses de la cité, DL 2017.

Sur une île sans nom où les vies humaines ont peu de poids, Eliana est une citoyenne modèle, tisseuse au prestigieux palais des Toiles. Elle est pourtant née avec une tare indicible : elle peut rêver. Le quotidien des tisseuses est bientôt perturbé par la venue d’une jeune femme à la langue coupée. Analphabète, cette dernière se trouve incapable d’expliquer ce qui lui est arrivé ou d’où elle vient. Le seul indice semble être le prénom tatouée sur sa main : « Eliana ». Eliana se découvre une connexion inexplicable avec l’inconnue et toutes deux développent une amitié qui va au-delà des mots. Très vite, les deux femmes deviennent la cible de forces décidées à les exterminer, Eliana doit alors faire appel à ce don qu’elle a toujours considéré comme une malédiction : ses rêves.


SF chinoise

Le développement de la SF chinoise a connu des hauts et des bas, en fonction de la position fluctuante du régime à son égard, évoluant de la bienveillance à l’hostilité. Jusqu’à très récemment, elle était très peu diffusée en France. Mais le prix Hugo, la plus haute distinction internationale pour la littérature de SF, décerné à Liu Cixin pour le premier volet du Problème à trois corps, a rappelé au monde que la Chine peut abriter les meilleurs auteurs. Les lecteurs occidentaux sont encore loin d’imaginer la diversité de la production, encore largement non traduite.

  • Lao She, La Cité des chats, Paris, Pocket, 1992. (édition de 1981 disponible à la BULAC)

Écrit en 1931, La Cité des chats est considéré par beaucoup comme le premier roman de science-fiction chinoise. Un voyageur chinois, dont l’avion s’est écrasé sur Mars, observe la société corrompue et décadente des Hommes-Chats, incapables de se défendre face à l’attaque d’une puissance étrangère. Un bel exemple de récit science-fictionnel décrivant le futur pour critiquer le présent, à savoir la Chine pré-révolutionnaire.

Premier volet de la trilogie. Chine, années 1960. En pleine révolution culturelle, le pouvoir lance un programme de recherche de civilisations extraterrestres. Ye Wenjie, une astrophysicienne, envoie dans l’espace un message contenant des informations sur la civilisation humaine capté par les Trisolariens, qui s’apprêtent à abandonner leur planète menacée par son système solaire.

Deuxième volet de la trilogie. Consciente de la menace d’invasion de la Terre par les Trisolariens dans près de quatre siècles, l’humanité s’organise. Les conversations et les échanges électroniques de données sont interceptés par la technologie trisolarienne des intellectrons, mais pas les pensées. Quatre humains sont donc recrutés pour mettre au point une défense, parmi eux le sociologue Luo Ji.

Dernier volet de cette trilogie. Grâce à la forêt sombre, les Terriens ont repoussé les envahisseurs trisolariens. La planète jouit d’une prospérité due aux transferts de technologie extraterrestre. L’intérêt des Trisolariens pour la culture humaine s’accroît et fait espérer une paix durable entre les deux civilisations. Mais un programme menaçant cet équilibre amène la Terre à l’heure du choix.

  • Liu Cixin, Terre errante, Arles, Actes Sud, 2020.

Dans un futur proche, la Terre se meurt et le soleil se transforme graduellement en géante rouge. Pour empêcher la fin de l’humanité, tous les États se rassemblent autour d’un projet insensé qui consiste à transformer la planète bleue en un vaisseau spatial à part entière. Cette nouvelle a fait l’objet d’une adaptation cinématographique réalisée par Frant Gwo en 2019.

  • Liu Cixin, The Supernova Era, Head of Zeus, 2020.

Collections de la BULAC, cote 43TW 851.55 CHI.

La SF en chinois s’écrit aussi à Taïwan. Avec ce roman écrit en 1996, Ta-Wei Chi fait entrer la culture queer dans l’univers SF sinophone :

  • Ta-Wei Chi, Membrane, Paris, Le livre de poche, 2017. (édition de 2015 disponible à la BULAC)

À T-ville, cité sous-marine futuriste, Momo est une jeune esthéticienne atteinte d’une grave maladie, qui vit par procuration en appliquant à ses patients une M-Skin, une membrane qui protège la peau contre les agressions extérieures, et transmet leurs expériences charnelles à la jeune femme à leur insu. Dans ce monde artificiel, les identités et les sexes se métamorphosent et se réinventent.


SF japonaise

L’imaginaire science-fictionnel japonais semble bien connu en Occident, notamment en France, premier pays lecteur de mangas après le Japon. Le succès d’Akira, notamment dans son adaptation en anime en 1988, a largement contribué à faire découvrir cet univers aux fans de SF français. Néanmoins, si le manga et l’anime de SF sont devenus familiers, ce n’est pas le cas de la littérature de SF japonaise, peu distribuée dans l’hexagone.

Immense best-seller vendu à 4 millions d’exemplaires, le plus grand succès de cet auteur majeur qu’est Sakyo Komatsu, La Submersion du Japon, décrit avec minutie les processus géologiques qui mèneraient à la disparition de l’archipel. Ce souci de description scientifique, par l’utilisation de schémas par exemple, fait de ce roman un parfait exemple du genre hard science, dont l’objectif est de construire des récits spéculatifs à partir d’hypothèses scientifiques rationnelles.

L’écorce terrestre bouge, des îles nouvelles surgissent, des volcans se réveillent provoquant raz-de-marée et tremblements de terre. Hommes politiques et banquiers s’interrogent et s’inquiètent. Comment évacuer cent dix millions de Japonais ?

  • Sakyo Komatsu (scénario), Tokihiko Isshiki (dessins), La Submersion du Japon, Nice, Panini Manga, 2008. La version manga du roman.

L’œuvre pléthorique de Yasutaka Tsutsui, débutée dans les années 1960, est aussi culte au Japon qu’elle est inconnue en France. Ambitieuse, provocatrice par moments, non dénuée d’expérimentations formelles, elle est particulièrement influente auprès des auteurs japonais de la génération suivante, et déborde largement des frontières de la SF. 

  • Yasutaka Tsutsui, Les Hommes salmonelle sur la planète porno, Paris, Wombat, 2017.

Les explorateurs et les scientifiques japonais ont surnommé Nakamura la « planète porno », car la faune et la flore qui s’y trouvent forniquent à tout va, se croisant avec n’importe quels genre et espèce jusqu’à produire un écosystème des plus étonnants. C’est ainsi qu’une de leurs collègues se retrouve enceinte. Trois hommes sont envoyés en mission pour entrer en contact avec les autochtones.

  • Ranmaru Kotone, La Traversée du temps, Paris, Asuka, 2008.

Adaptation manga du roman de Yasutaka Tsutsui. Makoto est une jeune lycéenne qui reçoit un don particulier : pouvoir traverser le temps. Tout devient alors possible : améliorer ses notes, aider des idylles, manger à répétition ses plats préférés… Mais ce don se révèle dangereux.


Ryo Hanmura a écrit, entre autres, de nombreux romans et courts récits de science-fiction, très peu diffusés hors du Japon. Ce manga permet d’avoir une idée de son univers :

  • Harutoshi Fukui (scénario), Ark performance (dessins), Commando samouraï 1549, Bruxelles, Kana, 2008.

Sur une idée originale de Ryo Hanmura. En 2010, au Japon, l’espace-temps a été aspiré par une autre époque et des militaires envoient une troupe pour observer le phénomène. Ces hommes se retrouvent propulsés en 1549. Ils deviennent la cible d’une attaque de samouraïs menée par Oda Nobugana et sont contraints de réagir. Leurs actions pourraient cependant changer toute l’histoire du Japon.


Collections de la BULAC, cote BIULO GEN.III.30588.

Sans que l’on puisse vraiment le qualifier d’auteur de science-fiction, Kobo Abe, cet auteur majeur de la seconde moitié du XXe siècle, a subtilement instillé des éléments science-fictionnels dans son œuvre, marquant de son empreinte toute la production à venir.

Peut-on imaginer la fin du monde sans Arche de Noé ? Peut-on imaginer, de nos jours, la fin du monde sous une autre forme qu’une guerre nucléaire ? Cette arche serait donc un abri antiatomique.


Ce titre majeur de Tsutsui, malheureusement introuvable en français, a été adapté en anime par le talentueux Satoshi Kon :

  • Yasutaka Tsutsui, Paprika, Alma books, 2009.

Brilliant and beautiful psychotherapist Atsuko Chiba is one of the leading brains in the Institute for Psychiatric Research. An expert in the use of ‘psychotherapy devices’ that trap a patient’s dreams and display them on a monitor, Atsuko is able to manipulate those dreams, even enter them, as an aid to psychoanalysis.


SF indienne

Collections de la BULAC, cote 41 821.1 GHO C.

Malgré sa vitalité, la production science-fictionnelle indienne est introuvable en français. Heureusement, certains titres ont été traduits en anglais, notamment les récits kalpabigyan (aventure scientifique) de Satyajit Ray en bengali, écrits entre 1965 et 1992. Plus récemment, la SF indienne s’écrit de plus en plus en anglais.

Petit fonctionnaire d’une organisation mondiale à laquelle seuls le lient son ordinateur et son omniprésente banque de données, Antar découvre un jour sur son écran les vestiges d’une carte d’identité qui a appartenu à un certain Murugan, prix Nobel spécialiste de la malaria, disparu. Antar entame une enquête qui transporte du New York de demain à l’Inde du siècle dernier.


Mondialement connu pour ses films, dont les plus célèbres sont Le Salon de musique et Le Monde d’Apu, Satyajit Ray est aussi l’auteur des aventures du professeur Shonku, un savant-inventeur excentrique. L’intérêt de Ray pour la SF aurait peut-être été mieux connu si son projet de film, The Alien, avait vu le jour. Antérieur à E.T. et singulièrement proche, le film a failli être tourné à Hollywood. Il n’en faut pas plus pour que Spielberg soit soupçonné de plagiat…

  • Satyajit Ray, The Exploits of Professor Shonku : The Diary of a Space Traveller, Londres, Puffin Books, 2004.

Ardent défenseur d’une science-fiction fondée sur des théories scientifiques vraisemblables, l’astrophysicien de renom Jayant Narlikar est l’auteur de nombreux titres en marathi et en hindi, et de quelques ouvrages en anglais.

  • Jayant Narlikar, The Return of Vaman, Springer, 2015.

When an alien container is unearthed by a crew of scientists, the enormous potential technological applications of its contents bring various criminal elements on the scene – but when the real danger becomes apparent it is almost too late to save humanity.


À mi-chemin entre la science-fiction et la fantasy, Samit Basu est le personnage central de la nouvelle génération d’écrivains de SF indiens. Le choix de l’anglais pour écrire ses ouvrages lui permet d’être diffusé sur tout l’espace indien.

  • Samit Basu, The Simoqin Prophecies, Londres, Penguin Books, 2006.

Première partie de la GameWorld Trilogy. The Prophecies foretell the reawakening of the terrible rakshas, Danh-Gem, and the arrival of a hero to face him. But heroes do not appear magically out of nowhere; they have to be found and trained. And sometimes the makers of prophecies don’t know everything they need to know… As the day of Danh-Gem’s rising draws closer and the chosen hero is sent on a quest, another young man learns of terrible things he must do in secret and the difficult choices he must make in order to save the world from the rakshas.

  • Samit Basu, The Manticore’s Secret, Londres, Penguin Books, 2005.

Deuxième partie de la GameWorld Trilogy. A mysterious Dark Lord and his grotesque army threaten all that is good on earth or do they? The heroic immortals who vanquished his rakshas father long ago have returned to do battle with the forces of evil, which is good news or is it? In the shadows a secret society of shapeshifters battles deadly mind-controlling foes who threaten history, humanity and the future of the planet. A beautiful, amoral rakshasi plots world domination while a strangely civilized barbarian fights to save the world. But the world is spinning out of control. Because the gods are back. And they want to play.

  • Samit Basu, The Unwaba Revelations, Londres, Penguin Books, 2007.

Troisième partie de la GameWorld Trilogy. Under the all-seeing eyes of the assembled gods, armies are on the move. The Game has begun. And when it ends, the world will end too… In The Unwaba Revelations, the third and concluding part of The GameWorld trilogy, a way must be found to save the world; to defeat the gods at their own game.


SF africaine

La récente émergence de la science-fiction africaine, au Nigeria et en Afrique du Sud notamment, témoigne probablement d’un nouveau regard que les habitants de ces pays portent sur leur avenir, un avenir où identité et technologie évoluent de concert, indépendamment des pays du Nord.

  • Lauren Beukes, Moxyland, Angry Robot, 2010 (Afrique du Sud).

In the near future, an art-school dropout, and AIDS baby, a tech-activist and an RPG-obsessed blogger live in a world where your online identity is at least as important as your physical one. Getting disconnected is a punishment worse than imprisonment.

  • Masande Ntshanga, Triangulum, Two Dollars Radio, 2019 (Afrique du Sud).

In 2040, the South African National Space Agency receives a mysterious package containing a memoir and a set of digital recordings from an unnamed woman who claims the world will end in ten years. Assigned to the case, Dr. Naomi Buthelezi, a retired professor and science-fiction writer, is hired to investigate the veracity of the materials, and whether or not the woman’s claim to have heard from a « force more powerful than humankind » is genuine.

  • Nnedi Okorafor, Qui a peur de la mort ?, Paris, Le livre de poche, 2018 (Nigeria, États-Unis).

En Afrique, après l’Apocalypse, une femme survit à l’anéantissement de son village et au viol commis par un général ennemi. Errant dans le désert, elle donne naissance à une petite fille à la peau blanche et aux cheveux blonds, qu’elle nomme Onyesonwu. Des pouvoirs magiques remarquables se manifestent chez l’enfant au fur et à mesure qu’elle grandit.

  • Wole Talabi, Incomplete Solutions, Luna Press, 2019 (Nigeria). Recueil de nouvelles.
Collections de la BULAC, cote 33DJ 820.2 WAB A.
  • Abdourahman Waberi, Aux États-Unis d’Afrique, Honfleur, Zulma, 2017 (Djibouti). (édition de 2005 disponible à la BULAC)

La Fédération des États-Unis d’Afrique prospère avec ses centres d’affaires et ses mégapoles, indifférente au sort des millions de réfugiés de la sanglante Euramérique qui se pressent à ses frontières. Maya, née dans un bidonville dans la banlieue de Rouen et adoptée par une riche famille kenyane, part en quête de ses origines.

Une femme tombe du ciel et s’écrase sur la route devant Bartolomeu au moment où éclate une tempête tropicale et où sa maîtresse lui annonce qu’elle le quitte. Il décide de percer ce mystère et, alors que tout change autour de lui, il découvre que la morte, mannequin et ex-miss, a fréquenté le lit d’hommes politiques, devenant gênante pour certains.


SF arabe

Pourtant dynamique, notamment en Égypte ou en Irak, la science-fiction arabe n’est pas diffusée en France. Seuls quelques titres, écrits en français peuvent être lus assez facilement dans l’hexagone.

Collections de la BULAC, cote 25DZ 861.15 DIB Q.

Dans une grande ville, soumise à des forces imprévisibles et démoniaques, des hommes patients, hébétés, aux visages de pierre, au milieu des explosions, continuent à vivre, s’enfonçant de plus en plus dans la terre pour y retrouver une racine ou un sommeil. Il n’y a plus de loi ni d’interdit. Tout peut arriver. Le héros le sait, averti par le visage mouvant et bénéfique de sa femme Nafissa.

Collections de la BULAC, cote BULAC MON 8 5476.
  • Hicham Lasri, Stati©, roman à facettes, Casablanca, La croisée des chemins, 2010. (édition de 2009 disponible à la BULAC)

Ce récit cinématographique à plusieurs facettes met en scène un futur lointain oscillant entre larmes et espoir.


Si le grand dramaturge égyptien Tawfiq al-Hakim n’est pas ce qu’on pourrait appeler un auteur de SF, il s’est essayé à la dystopie dans cette courte pièce, traduite en français, phénomène suffisamment rare pour être signalé :


Collections de la BULAC, cote 23EG 861.16 ILM.

Bien qu’écrit en anglais, ce roman dystopique dresse un portrait mordant de l’Égypte contemporaine :

En Égypte, en 2048, le Nezam tyrannise les Égyptiens. Cette organisation dictatoriale allie consumérisme et religion, régissant la vie des habitants à tous les niveaux. Donia Nour, avide de liberté, voudrait quitter le pays mais les frontières sont très surveillées et le passage en Europe coûte cher. En attendant, elle tire profit du système en épousant des hommes pour toucher la dot.


Pour aller plus loin

– Explorer les collections de science-fiction dans le catalogue de la BULAC

– Découvrir la revue Galaxies

Par Pierre Gévart, directeur de la revue Galaxies.


Citer ce billet : Nicolas Almimoff, "[Futurs d’ailleurs #1] Tour du monde science-fictionnel en 60 traductions," dans Le Carreau de la BULAC, 17 février 2020, https://bulac.hypotheses.org/22065. Consulté le 4 août 2020
  1. Sont indiquées les dernières éditions de chaque ouvrage. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17 février 2020

    […] [Futurs d’ailleurs #1] Tour du monde science-fictionnel en 60 traductions, par Nicolas Almimoff (publication le 17 février) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.