[Futurs d’ailleurs #3] La revue CAFÉ, Collecte Aléatoire de Fragments Étrangers – #1 : Futurs

Pour son premier numéro, la revue CAFÉ a choisi d’explorer la pluralité des Futurs. C’est l’aboutissement d’un projet original porté par de jeunes traducteurs et traductrices. Un projet pensé pour durer, et tourné vers le public et les lecteurs.

Ligne éditoriale

CAFÉ est une revue de littérature étrangère consacrée aux « autres littératures », aux textes écrits dans des langues moins lues et moins traduites en France… soit à peu près toutes, exceptées celles écrites dans les langues d’Europe occidentale parfois qualifiées de « grandes » !

Ce choix reflète le lieu de naissance de la revue, l’Inalco, où une centaine de langues sont enseignées, de l’albanais au wolof, en passant par le quechua ou le cantonais. Il s’agit de mettre en lumière une littérature plurielle qui dépasse non seulement les frontières nationales, mais aussi les hiérarchies existant entre les langues : les « dialectes », les langues régionales et celles de tradition orale ont ainsi toute leur place entre nos pages.

Il s’agit pour nous, sans attendre, de mettre en avant le rôle de la traduction dans l’existence de la littérature étrangère.

Genèse de la revue

Formés à l’Inalco et à ses langues orientales, nous voulions faire connaître des littératures dont la valeur n’est pas d’être exotiques mais d’être autres et de dire quelque chose sur des aires culturelles souvent méconnues. Et tout en mettant en lumière ces textes étrangers, nous cherchions aussi à rappeler aux lecteurs ce qu’ils doivent aux traducteurs.

CAFÉ, c’est une Collecte, car le traducteur est aussi un farfouilleur. Une collecte Aléatoire, car nous n’avons encore aucune idée du rythme de parution. Il s’agissait de réunir des Fragments (il fallait bien une lettre F). Enfin, Étrangers, car c’est tout de même l’objet de cet objet. Nous voulions traduire, mais aussi éditer, diffuser… collectivement, en confrontant nos différends et en additionnant nos différences.

#1 : Futurs

Dans le premier numéro, une dizaine de traducteurs vous font découvrir des textes qui se conjuguent au Futur. De la science-fiction bien sûr, mais pas seulement : des touches de poésie, des regards sur la crise sociale ou la résistance…

Pour vous mettre l’eau à la bouche, voici le sommaire du premier CAFÉ !

  • Quelqu’un qui ne ressemble à personne (کسی که مثل هیچ کس نیست), Forough Farrokhzâd
    Quand un enfant rêve à l’arrivée d’un Messie (poésie traduite du persan par Sepideh Nikoukar)
  • Autocollant (Αυτοκόλλητο), Yannis Palavos
    Une satire onirique de la crise (nouvelle traduite du grec par Clara Nizzoli)
Photo : Clément Buée
  • Cœur Blessé (Cegerxwîn), Menaf Osman
    Un avenir entre lutte et amour (nouvelle traduite du kurde par Firat Baran et Sibel Er)
  • Au travail (퇴근 ), Cheon Myeong-Kwan
    Une dystopie humaniste contre le capitalisme (extrait de roman traduit du coréen par Callisto Vesin)
Photo : Clément Buée
  • Statistiques (Statistika), Karel Poláček
    Après le bac, on verra… (nouvelle traduite du tchèque par Chantal Dauphin)
  • Relation programmée (Tervezett kapcsolat), János Lackfi
    Désamours robotiques (nouvelle traduite du hongrois par Roxana Giba)
  • En l’an un million (في سنة مليون)Tawfiq al-Hakim
    Sans Dieu ni Mort : un futur en quête d’avenir (nouvelle traduite de l’arabe par Florian Targa)
  • L’employé de garde (Päivystäjä), Leena Krohn
    Le business de la vie éternelle (nouvelle traduite du finnois par Élisa Morange)
  • XixilajiaLes planètes invisibles (看不见的星球), Hao Jingfang
    Une planète imaginaire et utopique (nouvelle traduite du chinois par Morgane Kervinio)
  • Dans la peur invisible, nous avons vu (見えない恐怖のなかでぼくらは見た), Maeda Arata
    Imaginer demain après Fukushima (poésie traduite du japonais par Clément Dupuis)

Le futur de CAFÉ

Aujourd’hui, plus nombreux et plus qualifiés, nous continuons d’apprendre à traduire, à éditer et à travailler ensemble. Depuis novembre 2019, nous nous attelons à la préparation du deuxième numéro, qui portera sur le thème « Silence ». Une nouvelle occasion pour nous de faire entendre des langues et des littératures méconnues.


L’association Translations sera présente à la soirée d’inauguration de l’exposition Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction, le mardi 25 février. De 18h30 à 22h, venez découvrir la revue et échanger avec son équipe de rédaction dans le foyer de l’auditorium du Pôle des langues et civilisations.

La revue CAFÉ est consultable à la BULAC. Photo : Maxime Ruscio / BULAC

Citer ce billet : Association Translations, "[Futurs d’ailleurs #3] La revue CAFÉ, Collecte Aléatoire de Fragments Étrangers – #1 : Futurs," dans Le Carreau de la BULAC, 21 février 2020, https://bulac.hypotheses.org/23795. Consulté le 31 mars 2020

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.