[Futurs d’ailleurs #2] Portraits des contributeurs de l’exposition

Collections de la BULAC, cote BIULO BR.8.804(1).

Ils sont onze spécialistes et passionnés de science-fiction, chercheurs, auteurs et traducteurs. Le Carreau de la BULAC vous dévoile les portraits des contributeurs de l’exposition Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction, présentée à la BULAC jusqu’au 27 mars 2020. Vous pourrez les rencontrer lors de la soirée d’inauguration du 25 février.


Loïc Aloisio / Chine

Pouvez-vous vous présenter ?
Loïc Aloisio

Je suis doctorant en langue et littérature chinoises à l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia) d’Aix-Marseille Université. Ma thèse porte sur l’étude et l’analyse littéraire de la nouvelle génération d’auteurs de science-fiction chinoise, qui est en pleine poursuite d’émancipation par rapport aux anciennes générations. J’anime le carnet Hypothèses SinoSF, qui rend compte des mes recherches.

Si vous étiez un personnage de SF…

Joe Chip de Ubik.

Si vous étiez un univers de SF…

Celui du film The Thing de John Carpenter.

Que trouve-t-on dans votre bibliothèque de SF idéale ?

Tous les livres de Philip K. Dick.

Quelle(s) thématique(s) avez-vous choisi d’aborder dans l’exposition ?

La soft science-fiction et la hard science-fiction chinoise, à travers la présentation de deux auteurs représentatifs : Han Song et Liu Cixin.

Quelques-unes de vos publications / traductions ?
Han Song, Yiyuan (L’Hôpital), 2016.
Quels sont vos futurs projets ?

Tout d’abord, finir ma thèse. Puis continuer ma recherche sur la science-fiction chinoise, en l’élargissant à d’autres auteurs de la nouvelle génération.


Kawthar Ayed / Monde arabe

Kawthar Ayed
Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis docteure en littérature comparée, maître-assistante et directrice de l’Insitut supérieur des études appliquées en humanités de zaghouan (ISEAHZ) à l’université de Tunis. Je suis passionnée de science-fiction depuis mon enfance. Mes premières lectures : زائر من المستقبل (Visiteur du futur) et مدينة الأعماق (Ville sous-marine) de Nabil Farouk. Ma thèse porte sur la littérature d’anticipation dystopique et l’expression de la crise dans le monde occidental et arabe. Je suis contributrice de nooSFere et de la revue syrienne مجلة الخيال العلمي (Science Fiction Magazine).

Si vous étiez un personnage de SF…

John Sheridan (Babylon 5).

Si vous étiez un univers de SF…

Une uchronie carthaginoise.

Que trouve-t-on dans votre bibliothèque de SF idéale ?

Les collections entières de l’utopie militaire ملف المستقبل de Nabil Farouk et de fantastique ما وراء الطبيعة de Khaled Tawfik, Jules Verne, Wells, les utopies classiques, René Barjavel, Alain Damasio et bien d’autres.

Quelle(s) thématique(s) avez-vous choisi d’aborder dans l’exposition ?
Revue Galaxies SF NF, n°43, paru en 2016. © Galaxies SF NF

J’ai choisi d’aborder deux thématiques : la proto-science-fiction arabe et l’utopie arabe.

Quelques-unes de vos publications / traductions ?
  • Kawthar Ayed, « Panorama de la science-fiction arabe (et tunisienne en particulier) », in Galaxies nouvelle série n° 43/85, septembre 2016.
  • Kawthar Ayed, « La science-fiction au carrefour des arts et des sciences », actes du colloque international École, esprit critique et émancipation par le savoir, Ed. Cipa, Belgique, 2013.
  • Kawthar Ayed, « L’immigration inversée dans 2103, Le Retour de l’éléphant et l’expression de la crise », in Horizons maghrébins, Le droit à la mémoire, n° 68, p. 95, novembre 2013.
  • Kawthar Ayed, « La science-fiction arabe, une transgression littéraire pour une transgression politique », in Revue LICARC, n° 1, En deçà et au-delà des limites, éd. Classique Garnier, p. 27, octobre 2013.
  • Kawthar Ayed, « Science-fiction et éthique : questionnement sur le rapport science/conscience », UNESCO, in Cahier du Réseau Linguapax Network Bulletin 14/15, janvier 2012.
  • Kawthar Ayed, « L’Utopie dans la littérature arabe », in Causeries du Boulevard 2010, Éditions du Sagittaire, novembre 2010.
  • Kawthar Ayed, « L’utopie et l’expression de la crise dans 2103, le retour de l’éléphant », actes du colloque international jeunes chercheurs Société et énonciation dans le roman francophone tenu à l’Université Laval, Québec, Canada, les 2, 3 et 4 mai 2007.
  • Kawthar Ayed, « L’image de soi et de l’autre dans deux romans d’anticipation dystopique », in NEF, Revue officielle du Conseil International de la Francophonie, USA, n° 22.2, automne 2007.
  • Kawthar Ayed, « La fiction d’anticipation arabe sous les auspices du cauchemars », Presses universitaires de Bordeaux, collection Eidôlon, novembre 2006, Fictions d’anticipation politique, n° 73, p. 49-58.
Quels sont vos futurs projets ?

Je suis en train de réaliser un retour critique sur mes travaux de recherches antérieurs et je travaille actuellement sur l’utopie en tant que littérature d’alternatives.


Benoît Berthelier / Corée

Benoît Berthelier est maître de conférences à l’université de Sydney et traducteur, spécialiste de littérature coréenne. Sa thèse porte sur la politique du discours littéraire dans les Corées libérées (1945-1950). Dans l’exposition, il aborde la thématique de la course à l’espace entre les deux Corées.


Martin Carayol / Finlande

Martin Carayol
Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis traducteur, surtout dans les domaines technique et juridique (depuis le finnois, l’estonien, le hongrois et l’allemand), et plus épisodiquement traducteur littéraire. Je suis docteur en littératures et civilisations, ma thèse porte sur la formation du canon de la nouvelle en Finlande et en Estonie. J’ai enseigné le français de 2014 à 2017, et traduit en français les auteurs finlandais Emmi Itäranta et Pasi Ilmari Jääskeläinen. Je suis tombé dans la SF dès mes 11 ans en lisant Lovecraft et Ray Bradbury, entre autres…

Si vous étiez un personnage de SF…

Plus jeune, je m’identifiais à Wuellig, vieil homme spectateur de la déchéance de l’humanité, dans Les Ailes de la nuit, de Robert Silverberg. Dans le domaine de la SF cinématographique, je pense en premier lieu à Ripley dans la saga Alien, véritable icône pour maints amateurs de SF. La figure mystérieuse de Rork, dans les bandes dessinées d’Andreas, à mi-chemin entre science-fiction et fantastique, m’est également tutélaire et a sans doute forgé mon goût pour des œuvres qui se plaisent à égarer le lecteur dans un monde énigmatique.

Si vous étiez un univers de SF…

Les Futurs mystères de Paris, le décor de quelques-uns des meilleurs romans de Roland C. Wagner. Des romans populaires sans prétention dans un Paris à la fois dystopique (avec la mainmise des grandes entreprises mondiales sur la sphère politique) et utopique (la violence ayant quasiment disparu), bourrés de références au rock psychédélique.

Que trouve-t-on dans votre bibliothèque de SF idéale ?
Emmi Itäranta, Teemestarin kirja, Helsinki : Teos, impr. 2016, cop. 2012, collections de la BULAC, cote 11FI 841.11 ITA.

On trouve pas mal de romans de Robert Silverberg et de Roland C. Wagner, tous deux héritiers d’un certain esprit sixties et libertaire qui m’a toujours semblé se marier à merveille à la science-fiction. J’ai également un profond attachement pour les classiques de la SF allemande, Le Jeu des perles de verre (Heinrich Hesse) et Héliopolis (Ernst Jünger). Je connais assez mal la SF de ces dernières années, à part quelques exceptions comme les nouvelles de Ken Liu qui m’ont tout de suite donné l’impression d’être de futurs classiques, et en France Antoine Volodine, dont le recueil Écrivains par exemple est un chef-d’œuvre et une bonne introduction au monde carcéral et paranoïaque qu’il a créé.

Quelle(s) thématique(s) avez-vous choisi d’aborder dans l’exposition ?

J’ai choisi l’écologie car c’est un thème au cœur de l’œuvre de plusieurs des principaux auteurs finlandais de science-fiction. On aurait également pu penser au féminisme, sujet tout à fait prégnant dans la SF finlandaise de ces dernières années.

Quelques-unes de vos publications / traductions ?
  • Emmi Itäranta, Fille de l’eau, trad. du finnois par Martin Carayol, [Paris] : Presses de la Cité, impr. 2014, cop. 2015 – 18-Saint-Amand-Montrond : Impr. CPI Bussière.
  • Pasi Ilmari Jääskeläinen, Lumikko, trad. du finnois par Martin Carayol, [Paris] : Éditions de l’Ogre, 2016.
  • Emmi Itäranta, La cité des méduses, trad. du finnois par Martin Carayol, [Paris] : Presses de la cité, DL 2017.
Quels sont vos futurs projets ?

En matière de traduction littéraire, je n’ai rien de prévu car la traduction technique et juridique m’occupe désormais beaucoup ! J’ai en revanche plusieurs projets de recherche, en particulier une étude sur la littérature post-lovecraftienne, autour de l’auteur suédois Anders Fager, et un article tiré de ma thèse, sur les processus de canonisation. À terme, j’envisage d’écrire une Histoire de la littérature finlandaise puisqu’il n’en existe aucune en français. J’aimerais également publier une Anthologie du fantastique finlandais (et une autre pour le fantastique estonien).


Hemlata Giri-Loussier / Inde

Hemlata Giri-Loussier
Pouvez-vous vous présenter ?

Titulaire d’un doctorat en littérature française de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, je m’intéresse aux études comparatistes entre la littérature française, anglaise et indienne pour diversifier mes recherches. J’ai travaillé pendant deux ans en tant qu’ATER en section d’hindi à Aix-Marseille Université et j’ai participé à l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction » de l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia / UMR 7306). Aussi, j’ai traduit quelques récits, poèmes, extraits des romans et du théâtre indiens pour le journal Impressions d’Extrême-orient (IDEO). Actuellement, je suis membre associé de l’équipe IrAsia d’Aix-Marseille Université et j’enseigne l’anglais dans l’enseignement secondaire et supérieur.

Si vous étiez un personnage de SF…

The Time Traveller dans le roman The Time Machine de H.G.Wells. 

Si vous étiez un univers de SF…

Je serais dans l’univers de Jules Verne surtout dans son roman Voyage au centre de la terre. Ce roman m’a donné le goût pour la science-fiction qui reste un classique. J’aime vraiment la littérature du 19e siècle que ce soit la littérature française, anglaise ou hindi. 

Satyajit Ray, Punasca Profesora Śanku, Ḍhākā : N̄auroja Kitābistān, 1993, collections de la BULAC, cote BIULO INDBE.III.1548.
Que trouve-t-on dans votre bibliothèque de SF idéale ?

Frankenstein de Mary shelly, Dune de Frank Herbert, The Time Machine de H. G. Wells, 1984 de George Orwell, Voyage au centre de la terre de Jules Verne, The Left Hand of Darkness de Ursula K. Le Guin, La possibilité d’une île de Michel Houellebecq, The Gameworld Trilogy de Samit Basu, The Diary of a Space Traveller and Other Stories de Satyajit Rayplusieurs romans de Jayant Narlikar parmi d’autres et ma dernière possession est The Testaments de Margaret Atwood.

Quelle(s) thématique(s) avez-vous choisi d’aborder dans l’exposition ?

Le genre de la science-fiction dans la littérature indienne n’a pas été très connu avant l’apparition des romans anglophones. J’ai choisi de présenter les trois phases phares de la science fiction indienne par le biais de Satyajit Ray qui est un cinéaste indien mondialement connu pour ces films, mais aussi par l’astrophysicien indien Jayant Narlikar qui a donné un nouvel élan au genre de la science-fiction indienne. Ces deux auteurs ont beaucoup nourri mon imagination pendant mon enfance. Cette exposition est une façon de leur rendre hommage. Mais j’ai aussi voulu inclure Samit Basu pour son originalité et son imagination qui a fait surgir ce genre parmi les publics indiens qui ne lisaient que les œuvres de sci-fi des auteurs anglophones. Mon objectif est de faire connaître cet univers indien si différent et riche néanmoins si mal connu dans le monde. 

Quelques-unes de vos publications ?
  • Hemlata Giri-Loussier, « La continuité ou la fin du mythe gandhien ? étude sur Great Soul : Mahatma Gandhi and his struggle with India de Joseph Lelyveld (2011) », in La vérité d’une vie, Honoré Champion, Paris, 2019, p. 87-97.
  • Hemlata Giri-Loussier, « L’émergence des littératures de l’imaginaire dans la littérature contemporaine indienne », in Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 8 | 2018.
  • Hemlata Giri-Loussier, « Une version féminine du mythe de Mahābhārata en littérature indienne contemporaine : enjeux et critiques sociétaux de la réécriture du mythe féminin », in Les mythes féminins et leurs avatars dans la littérature et les arts, éditions Indigo – Côté femmes, décembre 2018, p. 175-188.
  • Hemlata Giri-Loussier, « L’école comme le berceau de l’éducation intégrale et laïque à la fin du XIXe siècle dans les romans Travail (1901) et Vérité (1902) d’Émile Zola », in Tableaux d’école : Brouillages génériques, édition Orizons, 2018.
  • Hemlata Giri-Loussier, « Quel dispensateur du destin de l’Inde faut-il appeler ? », in Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 7 | 2017.
  • Hemlata Giri-Loussier, « Le Seigneur androgyne de Perumal Murugan », in Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 6 | 2016.
Quels sont vos futurs projets ?

Je vais continuer d’enseigner anglais dans l’enseignement secondaire et supérieur. En parallèle, je souhaiterais poursuivre mes recherches de façon comparatiste en pivotant entre les sphères francophones, anglophones et hindiphones et je vais continuer mes traductions des œuvres littéraires la littérature indienne.


Patrice Lajoye

Patrice Lajoye / URSS

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis ingénieur d’études au CNRS, mais aussi, sur mon temps libre, historien des religions, spécialisé dans le domaine de la mythologie comparée. Je m’intéresse cependant aussi beaucoup à la science-fiction, et avec ma femme Viktoriya, nous travaillons à faire connaître la littérature fantastique et la science-fiction russe et ukrainienne, et d’une manière générale de l’ancien espace soviétique. Nous avons cofondé les éditions Lingva.

Si vous étiez un personnage de SF…
Illustration de L. Birioukov pour les Légendes des capitaines stellaires, de Guenrikh Altov (1961).

Batu, dans Ghost in the Shell.

Si vous étiez un univers de SF…

Star Trek. Ou l’Univers du Midi, des frères Strougatski, qui lui est très proche.

Que trouve-t-on dans votre bibliothèque de SF idéale ?

Les Seigneurs de l’Instrumentalité, de Cordwainer Smith, Stalker des frères Strougatski, L’Invincible de Stanislaw Lem, Les Chroniques martiennes de Ray Bradbury, les trois premiers volumes du cycle de Fondation, d’Isaac Asimov, Le Fleuve des dieux de Ian McDonald…

Quelle(s) thématique(s) avez-vous choisi d’aborder dans l’exposition ?

L’altérité. Le monde soviétique tendait vers l’uniformisation : c’est du coup une question importante dans sa science-fiction.

Quelques-unes de vos publications / traductions ?

Dimension RussieDimension URSS et bientôt Dimension Russie impériale, trois anthologies qui, je l’espère, offrent un panel représentatif de ce qui s’est fait dans ce domaine. Et Étoiles rouges, essai co-écrit avec Viktoriya, pour commenter le tout…

  • Patrice Lajoye et Viktoriya Lajoye, Dimension Russie, Encino (Calif.) : Black coat press, 2010.
  • Patrice Lajoye et Viktoriya Lajoye, Dimension URSS, Encino (Calif.) : Black coat press, 2009.
  • Patrice Lajoye et Viktoriya Lajoye, Étoiles rouges. La littérature de science-fiction soviétique, Paris, Piranha, collection « Incertain futur », 2017.

Patrice et Viktoriya Lajoye ont obtenu le Grand Prix de l’Imaginaire 2018 pour cet essai. En octobre 2017, Patrice Lajoye était l’invité de l’émission « Mauvais genres » sur France Culture.

Quels sont vos futurs projets ?

Dans le domaine de la SF, je travaille actuellement à un blog consacré au cinéma fantastique et de science-fiction soviétique et russe, qui se transformera peut-être un jour en livre. Viktoriya et moi avons traduit un roman de fantasy préhistorique de Vladimir Bogoraz, qui sortira cette année chez Callidor. Et pour mai prochain, nous ferons paraître chez Lingva une énorme anthologie du fantastique classique…


Timour Muhidine et Alexandre Toumarkine / Turquie

Pouvez-vous vous présenter ?
Timour Muhidine

Timour Muhidine :

Je suis maître de conférences à l’Inalco, traducteur, éditeur, auteur, spécialiste de la littérature turque. Je suis intéressé par la littérature de science-fiction et toutes les « marges » de la littérature produite en Turquie…

Alexandre Toumarkine

Alexandre Toumarkine :

Je suis professeur des universités à l’Inalco, spécialiste de l’histoire de l’Empire ottoman finissant et de la République turque. Je travaille, entre autres choses, sur l’ésotérisme, l’occultisme, le spiritisme et l’ufologie.

Si vous étiez un personnage de SF…

Timour Muhidine : Yor, le chasseur du futur. Celui qui passe allègrement de la préhistoire au futur technologique, et assomme un tricératops au besoin !

Alexandre Toumarkine : Un super-héros décalé des nanars du cinéma SF turc – le personnage d’Ömer le Touriste dans Turist Ömer Uzay yolunda de Hulki Saner (1973) – ou kurde – Genco (2017) du réalisateur Ali Kemal Çınar.

Si vous étiez un univers de SF…

Timour Muhidine : Une terre désertique et désolée où subsistent de rares oasis, où l’humain s’efforce de survivre. Dans l’ombre des catastrophes à répétition.

Alexandre Toumarkine : Le monde inversé du film franco-canadien du réalisateur Juan Solanas, Upside Down (2012) qui fait se toucher deux planètes aux gravités opposées.

Que trouve-t-on dans votre bibliothèque de SF idéale ?

Timour Muhidine : Le roman fondateur de HG Wells – La Guerre des mondes – et tous les textes de Philip K. Dick !

Alexandre Toumarkine : Côté français, Pierre Boulle, La planète des singes (1963), et Robert Merle, Un animal doué de raison (1967), pour leur intuition précoce de la nécessaire révision de notre regard sur les animaux. Outre-Atlantique, H. P. Lovecraft pour Dagon (1917), L’Appel de Cthulhu (1926) et Les Montagnes hallucinées (1931). Mais ma bibliothèque idéale de SF, celle que j’emmènerais dans l’espace – est surtout une cinémathèque où Blade Runner (1982) côtoie Interstellar (2014) !

Quelle(s) thématique(s) avez-vous choisi d’aborder dans l’exposition ?
Uzaylılar, Genel Bilgiger, Istanbul, 1978.

À l’origine, nous voulions mêler un rapide tour d’horizon de la science-fiction (plutôt Timour) et un focus sur les extraterrestres (plutôt Alexandre). Cependant, par manque de place, nous avons décidé d’évoquer plus brièvement la science-fiction littéraire, ou, comme les Ottomans l’appellent « le roman scientifique », et de nous concentrer sur les petits hommes verts. Ce qui réunit notre approche des deux thèmes est la combinaison de l’influence occidentale et de l’élaboration d’une matière, et d’une manière proprement turque. Une deuxième interrogation nous est commune : la question des genres et des registres de la SF turque, en littérature, mais également dans la bande-dessinée et le cinéma, vecteurs plus récents de la culture de masse. Quant aux extraterrestres, nous avons cherché à comprendre de quoi ils sont le nom en Turquie et ce qu’ils disent des mutations sociales et sociétales du pays. Des Persans de Montesquieu jusqu’aux extraterrestres en Turquie, c’est un peu la même question pour une société : se regarder et parler de soi, sans cacher ses travers.

Quelques-unes de vos publications ?

Timour Muhidine : J’ai toujours en chantier une anthologie des écrivains turcs et la Première Guerre mondiale… Une sorte de science-fiction vue d’Europe ! Mais j’envisage de traduire un texte de SF turque pour diffuser un peu le regard des Turcs sur l’utopie et la critique politique auxquelles plusieurs romans recourent.

Alexandre Toumarkine : Je prépare un gros volume sur l’histoire du spiritisme ottoman et turc et de ses succédanés, dont l’ufologie. En Turquie, les Martiens sont en quelque sorte, … les petits-fils des esprits des tables tournantes !

Quels sont vos futurs projets ?

Nous sommes en train de préparer un volume collectif intitulé Les Turcs perdent la boule. Occultisme, humeurs sombres et science-fiction, qui devrait sortir en 2021. Un livre un peu savant où la fantaisie, les portraits de profils frondeurs et décalés auront leur place…


Ketty Steward / Afrique du Sud, Nigéria, Sénégal

Ketty Steward
Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis poétesse, autrice de textes fantastiques, réalistes et de science-fiction. Autrice d’une cinquantaine de nouvelles parues dans des revues ou des anthologies thématiques, j’ai été critique pendant plusieurs années pour ActuSF et ai assuré en 2017 et 2018 la direction de deux numéros spéciaux de la revue Galaxies consacrés à l’Afrique. J’ai récemment écrit pour France Culture Eugénie Grandit, ma première fiction radiophonique. Je suis par ailleurs psychologue clinicienne, conseillère principale d’éducation, formatrice en secourisme et présidente du réseau Université de la Pluralité.

Si vous étiez un personnage de SF…

Lauren, héroïne de La Parabole du Semeur (Parable of the Sower) d’Octavia Butler. C’est une jeune femme, affligée d’hyper-empathie, qui parvient à imaginer une pensée alternative et positive, dans un monde effondré. Elle crée et met en forme « Semence de la terre », une philosophie humaniste et pacifiste, inimaginable dans un monde où les uns luttent contre les autres pour leur seule survie. Ce genre de super-pouvoir me semble admirable.

Si vous étiez un univers de SF…

Anarres, la planète mise en scène pas Ursula Le Guin dans Les Dépossédés (The Dispossessed) et où s’expérimente un mode de vie conforme aux principes anarchistes. Une utopie réaliste et une expérience audacieuse.

Que trouve-t-on dans votre bibliothèque de SF idéale ?

Des classiques du genre, comme Dune de Frank Herbert, Bradbury, Philip K.Dick, mais de plus en plus de voix nouvelles. En particulier, j’essaie d’avoir sous la main des œuvres de femmes, comme Catherine Dufour, Sylvie Laîné, Luvan et Li Cam, pour la France ou Ursula Le Guin, Nora K. Jemisin, Nnedi Okorafor ou Sofia Samatar, … pour les États-Unis. C’est l’occasion de lire autre chose que des conquêtes, des rapports de force ou des angoisses face à nos créations technologiques.

Quelle(s) thématique(s) avez-vous choisi d’aborder dans l’exposition ?
Revue Omenana, n°10, paru en septembre 2017. © Omenana

Face à l’impossibilité de résumer la production d’un continent aussi vaste que le continent africain, j’ai choisi trois pays et pour chacun une problématique qui lui est propre, mais est susceptible de se retrouver dans d’autres pays d’Afrique, mais aussi, ailleurs sur Terre. Ce n’était pas simple de choisir, mais j’ai finalement opté pour :

– Le Nigéria et la problématique des grands nombres, notamment pour ce qui est de sa population ;

– Le Sénégal et le lien avec son passé colonial : quel futur construire sur ces questions ?

– L’Afrique du Sud, avec la question de l’Altérité qui se rattache à l’Apartheid et à ses conséquences, mais aussi aux rencontres extraterrestres chères à la science-fiction.

Il me semble que ces questions, bien que pouvant être ancrées dans un territoire, transcendent les frontières, comme le fait souvent la bonne science-fiction.

Quelques-unes de vos publications ?

L’essentiel de mon travail est constitué de nouvelles, une cinquantaine à ce jour. J’ai également publié des recueils et romans :

  • Ketty Steward, Confessions d’une Séancière, Mü éditions, collection Le labo du Mü, 2018. Ketty Steward a été nominée au Prix Imaginales 2019 (catégorie nouvelles) pour ce recueil.
  • Ketty Steward, Noir sur blanc, éditions Henry, collection La vie, comme elle va, 2012.
  • Ketty Steward, Connexions Interrompues, Éditions Rivière Blanche, 2011.
  • Ketty Steward, Je ne sais pas appartenir, Arbre d’Or, 2006. Ce recueil de poésie résonne 17 ans après, face aux injonctions identitaires des uns et des autres.
Quels sont vos futurs projets ?

Continuer. J’ai un roman prévu pour l’automne prochain aux éditions Mu. L’Évangile selon Myriam est un texte de science-fiction post-apocalyptique qui s’intéresse aux récits collectifs et à la notion de vérité. Plusieurs nouvelles sont programmées dans des anthologies et revues et un recueil de nouvelles de science-fiction est en lecture.


Bounthavy Suvilay / Japon

Pouvez-vous vous présenter ?
Bounthavy Suvilay

Je suis docteure en littérature et spécialiste de la pop culture japonaise. Ma thèse porte sur l’histoire de la réception et la recréation de la licence media mix Dragon Ball (manga, anime, jeux vidéo) en France. Journaliste freelance après avoir été rédactrice en chef d’IG Magazine, j’ai travaillé pour diverses publications spécialisées consacrées au jeu vidéo, au manga et à l’animation. J’ai également publié des articles dans des revues universitaires et collaboré à des expositions pour le Festival de la BD à Angoulême.

Si vous étiez un personnage de SF…

Un Tachikoma. Il s’agit de tanks intelligents qui apparaissent dans l’univers de Ghost in the Shell. Masamune Shirow s’est inspiré d’un certain type d’araignée ne faisant pas de toile mais utilisant les fils de soie comme lasso pour attraper les proies et se déplacer. Il s’agit donc d’un design inspiré de la nature (un peu comme l’avant des trains à grande vitesse au Japon) mais dans un univers cyberpunk. J’aime beaucoup les Tachikoma car les différents véhicules partagent une même mémoire et peuvent dialoguer entre eux dans le cyberspace pour se mettre mutuellement à jour. Ils sont dotés d’une voix féminine un peu enfantine qui contraste fortement avec leur fonction militaire.

Si vous étiez un univers de SF…

Soit l’univers du jeu vidéo Final Fantasy VII soit l’un de ces romans où les héros sont prisonniers d’un MMORPG. De cette manière je peux à la fois être dans une intrigue reposant sur un procédé narratif issu de la SF (mondes parallèles) et profiter du contexte heroic fantasy.

Que trouve-t-on dans votre bibliothèque de SF idéale ?

On y trouve les œuvres de Yasutaka Tsutsui (筒井 康隆) comme Toki wo Kakeru Shōjo (時をかける少女) et Paprika (パプリカ). J’ai découvert ses œuvres par le biais des adaptations en longs métrages d’animation par Satoshi Kon (今敏) et Mamoru Hosoda (細田 守). Je trouve qu’il est assez drôle et provoquant. Et j’aime beaucoup le fait que l’auteur ait protesté contre le politiquement correct et la censure insidieuse qu’elle diffuse.

Quelle(s) thématique(s) avez-vous choisi d’aborder dans l’exposition ?
Image de la série Fushigi no Umi no Nadia [Nadia, le secret de l’eau bleue], 1990-1991.

J’ai abordé le lien entre Jules Verne et la SF japonaise pour montrer les filiations entre des imaginaires qui se sont développés à différentes époques et lieux. J’ai aussi esquissé des pistes au sujet des influences graphiques mutuelles entre le Japon et l’Occident. Je voulais montrer comment les représentations graphiques s’insèrent dans des traditions particulières.

Quelques-unes de vos publications ?
Quels sont vos futurs projets ?

Je viens juste d’achever l’écriture d’un livre à paraître au deuxième trimestre 2020. Il est consacré au réalisateur Satoshi Kon (今敏). Pour le moment, je n’ai pas vraiment de projets en cours. Mais si vous avez des suggestions, je suis preneuse !


Denis Taillandier / Japon

Denis Taillandier
Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis maître de conférences à la faculté des relations internationales de l’université Ritsumeikan (Kyoto, Japon). J’y donne quelques cours sur la culture populaire japonaise, notamment sur le développement de la science-fiction dans l’archipel. Mes recherches portent sur la science-fiction japonaise et plus précisément sur l’imaginaire des sciences et des technologies. J’ai d’ailleurs consacré ma thèse à l’imaginaire des nanotechnologies dans la science-fiction japonaise (1960-2010), du point de vue des études culturelles et des théories sur l’imaginaire. J’ai également traduit quelques nouvelles d’auteurs japonais, parmi lesquels Hoshi Shin’ichi, Ueda Sayuri, Tobi Hirotaka et Fujii Taiyō. 

Denis Taillandier a remporté en 2013 le prix spécial du jury pour le 8e concours de critique de science-fiction au Japon.

Si vous étiez un personnage de SF…

Gally (Gunnm).

Si vous étiez un univers de SF…

L’Ekumen, peut-être.

Que trouve-t-on dans votre bibliothèque de SF idéale ?

Une salle de l’esprit et du temps et une sélection aussi hétéroclite que possible de romans, nouvelles, bandes-dessinées, films, dessins animés, séries et jeux vidéo (sans oublier la musique) !

Quelle(s) thématique(s) avez-vous choisi d’aborder dans l’exposition ?
Satoshi Hase, My Humanity, Tokyo : Hayakawa shobō, 2015.

La science-fiction japonaise du 21e siècle et la façon dont elle explore la superposition du réel et du fictionnel à notre époque.

Quelques-unes de vos publications / traductions ?
Quels sont vos futurs projets ?

Je dirige la publication d’un recueil de nouvelles de science-fiction japonaise chez Atelier Akatombo. Le volume devrait paraître aux alentours de novembre 2020. Je m’occupe aussi d’un dossier spécial IA pour un numéro de la revue Galaxies, dont la sortie est prévue l’année prochaine.


Citer ce billet : Juliette Pinçon, "[Futurs d’ailleurs #2] Portraits des contributeurs de l’exposition," dans Le Carreau de la BULAC, 19 février 2020, https://bulac.hypotheses.org/24750. Consulté le 25 novembre 2020


Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. 7 juillet 2020

    […] Kawthar Ayed est docteure en littérature comparée, enseignante à l’université de Tunis. [Découvrir son portrait] […]

  2. 10 juillet 2020

    […] Patrice Lajoye est ingénieur d’études au CNRS, traducteur et éditeur, spécialiste de littérature fantastique et de la science-fiction russe. [Découvrir son portrait] […]

  3. 23 juillet 2020

    […] [Découvrir leurs portraits] […]

  4. 30 juillet 2020

    […] Martin Carayol est chercheur et traducteur, spécialiste des littératures de l’imaginaire en Finlande, Estonie et Hongrie. [Découvrir son portrait] […]

  5. 5 août 2020

    […] Bounthavy Suvilay est docteure en littérature française comparée, spécialiste de la pop culture japonaise [Découvrir son portrait] […]

  6. 20 août 2020

    […] Loïc Aloisio est doctorant en langue et littérature chinoises à Aix-Marseille Université, spécialiste de la nouvelle génération d’auteurs de science-fiction chinoise. [Découvrir son portrait] […]

  7. 26 août 2020

    […] Ketty Steward est poétesse et autrice de textes fantastiques et de science-fiction. [Découvrir son portrait] […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search