Les 19 et 20 mars, la BULAC fait son Cinéma du réel !

Le Cinéma du réel continue en ligne ! Plus d’informations sur le site de la BULAC.


Les 19 et 20 mars, la BULAC projette cinq films documentaires sélectionnés parmi la quarantaine de films en compétition au Festival international Cinéma du réel. Demandez le programme !


La BULAC participe à la 42e édition de Cinéma du réel

Pour la 4e année consécutive, la BULAC renouvelle son partenariat, en tant que lieu associé, avec le Cinéma du réel, rendez-vous incontournable du film documentaire international. La dimension internationale de la programmation résonne particulièrement à la BULAC, qui fait le choix de mettre à l’honneur des films ancrés dans les aires géolinguistiques que recouvrent ses collections. Les projections sont accompagnées de débats avec les réalisateurs et des enseignants-chercheurs.

Sélection BULAC 2020 « Déterrer les mémoires »

« Déterrer les mémoires » est le fil rouge de la sélection 2020 de la BULAC, qui guidera vos pas de la Bosnie aux Philippines, en passant par la Syrie, l’Azerbaïdjan et l’Inde. Les cinq films retenus creusent des trajectoires douloureuses, à travers des propositions cinématographiques singulières. De l’image choc à la performance poétique, de la quête personnelle à l’enquête de terrain, ils explorent des mémoires fracturées. Parfois dures, les images fouillent au corps un passé ou un présent hantés par la violence et les spectres, tout en révélant des personnalités lumineuses et engagées.

Découvrez la bande-annonce de la sélection BULAC 2020…


[Jeudi 19 mars]

17h-18h22

Aswang

D’Alyx Ayn Arumpac

Philippines, France – 2019- 82′ – VOSTF

Compétition internationale, longs métrages

Synopsis

Élu président des Philippines en juin 2016, Rodrigo Duterte, fidèle à sa promesse de campagne, a mis immédiatement en branle une machine d’exécution massive des toxicomanes, des dealers et autres petits malfrats de Manille. En un peu moins de deux ans, 20 000 hommes, femmes et enfants ont été tués. Je documente depuis le début, la réalité de ces nuits moites et assassines en arpentant ma ville natale. Sur les lieux des crimes, je rencontre les familles en état de choc de ceux que l’on vient d’abattre, en essayant de comprendre les racines de ce mal diligenté en haut lieu. Aswang suit les trajectoires d’individus frappés par cette répression sanglante et aujourd’hui contraints, ou décidés, à y faire face.

Catherine Bizern, déléguée générale du Festival Cinéma du réel, vous présente Aswang :

Alyx Ayn Arumpac est une documentariste indépendante philippine. Elle a reçu le soutien de Talents Tokyo en 2015. Elle est diplômée du master européen Docs Nomads (Belgique, Hongrie, Portugal) et de l’Université des Philippines. Elle a participé à la Berlinale Doc Station, aux Talents Tokyo, à Docs by the Sea, et à l’IDFAcademy. Elle a réalisé et projeté plusieurs films en Europe et aux Philippines. Premier documentaire philippin à avoir reçu l’Aide aux cinémas du monde, aide sélective cogérée par le Centre national du cinéma et de l’image animée et l’Institut françaisAswang a été primé en 2019 à l’International Documentary Festival Amsterdam.

La projection sera suivie d’un débat avec la réalisatrice Alyx Ayn Arumpac et Alessandro Stella, historien, chargé de recherche-CNRS au Centre de recherche historique de l’EHESS.


[Jeudi 19 mars]

19h30-21h05

Ahlan wa sahlan

De Lucas Vernier

France – 2019- 95′ – VOF

Sélection française, longs métrages

Synopsis

En 2009, je tourne un film en Syrie. Renouant les fils d’une mémoire familiale qui remonte au temps du Mandat français, je me lie d’amitié avec des familles syriennes de Palmyre. En 2011, surgit la Révolution, bientôt réprimée par le régime syrien. J’arrête de tourner, tandis que la guerre ravage le pays. Au-delà de la stupeur, je reprends aujourd’hui mes images d’une Syrie en voie de disparition, avec cette question qui me hante : que sont devenus ces hommes à qui un jour de 2011 j’ai dit « à bientôt » ?

Catherine Bizern, déléguée générale du Festival Cinéma du réel, vous présente Ahlan wa sahlan :

Lucas Vernier est un réalisateur français de documentaires de création. Après des études d’histoire et de cinéma (Toulouse / Bordeaux / atelier documentaire de la fémis), il réalise un premier long-métrage documentaire, Behind the yellow door, qui touche réellement à la fiction. En 2009, il commence un road movie documentaire en Syrie. Avec des photographies anciennes pour guide, et un livre écrit par son grand-père qui a été méhariste dans l’armée syrienne sous mandat français, il part à la rencontre de ceux qui ont partagé son quotidien de 1928 à 1931. De cette expérience naît son film Ahlan wa sahlan, qui tire son titre d’une expression arabe pour exprimer la bienvenue.

La projection sera suivie d’un débat avec le réalisateur Lucas Vernier et Hala Alabdalla, réalisatrice et productrice syrienne installée à Paris depuis 1981, à l’origine du projet « Savoir Voir et Revoir : un laboratoire de formation et de réalisation de films pour jeunes réfugiés syriens » et auteure de Mouhassaron Mithli (Un Assiégé comme moi), projeté au Cinéma du réel 2016.


[Vendredi 20 mars]

Début de la séance à 16h, projection 16h30-16h46

Tape 39

D’Amit Dutta

Inde – 2020 – 16′ – VOSTA

Compétition internationale, courts métrages

Synopsis

Jangarh Singh Shyam, célèbre artiste indien né dans un village tribal isolé, s’est suicidé dans un musée japonais en 2001. J’ai retrouvé sur une vieille cassette MiniDV les images d’un voyage que j’avais entrepris en 2008, lorsque j’étais parti à sa recherche dans sa région natale.

Catherine Bizern, déléguée générale du Festival Cinéma du réel, vous présente Tape 39 :

Amit Dutta est né en 1977 à Jammu (État de Jammu-et-Cachemire). Il a étudié la mise en scène de cinéma au célèbre Film and Television Institute of India de Pune, de 2000 à 2004. Figure reconnue du cinéma indien contemporain, dont les œuvres circulent dans les plus grands festivals et musées du monde, il explore les dimensions expressives du cinéma comme machine à voyager dans l’espace et le temps. Il compose pour le spectateur un univers où la recherche nourrit l’imaginaire, où les arts, l’histoire et la mythologie s’inscrivent dans les paysages et les gestes, et où la connaissance réenchante la réalité.

La projection sera précédée à 16h d’un panorama en images de la cinématographie d’Amit Dutta et de l’art indien gond, par Amandine D’Azevedo, docteur en études cinématographiques de la Sorbonne Nouvelle, spécialiste des cinémas indiens.


[Vendredi 20 mars]

17h-18h20

Nails in My Brain

D’Hilal Baydarov

Azerbaïdjan – 2019 – 80′ – VOSTF

Compétition internationale, longs métrages

Synopsis

Les errances d’un jeune homme dans les ruines de ce qui est – peut-être – la maison de son enfance, où chaque porte délabrée ouvre sur le passé. Quelle qu’ait pu être sa volonté de changer, il retourne toujours vers les mêmes endroits, les mêmes questions, les mêmes visages, les mêmes souvenirs – les mêmes clous plantés dans son cerveau.

Catherine Bizern, déléguée générale du Festival Cinéma du réel, vous présente Nails in My Brain :

Hilal Baydarov est né en 1987 à Bakou (Azerbaïdjan). Après avoir obtenu un diplôme de master en informatique, il part pour Sarajevo où il étudie la réalisation avec Bela Tarr. Il est connu pour ses documentaires Hills Without Names (2018), When the Persimmons Grew (2019) et In Between Dying (2020).

La projection sera suivie d’un débat avec Ariane Zevaco, docteure en anthropologie sociale et ethnologie de l’EHESS.


[Vendredi 20 mars]

19h30-20h37

Parler avec les morts

De Taina Tervonen

France – 2020 – 67′ – VOSTF

Sélection française, longs métrages

Synopsis

En septembre 2013, vingt ans après la fin de la guerre, un charnier de plusieurs centaines de corps est découvert à Tomašica, au nord-est de la Bosnie. Senem Škulj, anthropologue judiciaire, et Darija Vujinović, infirmière, travaillent à l’identification des victimes. L’une s’occupe des morts, l’autre des vivants. Je filme leur travail et j’écris. Senem avec les os, Darija avec le sang, moi avec les mots – chacune, à sa façon, met les mains dans le passé et parle avec les morts.

Catherine Bizern, déléguée générale du Festival Cinéma du réel, vous présente Parler avec les morts :

Taina Tervonen est journaliste indépendante, auteur et interprète. Elle écrit sur les migrations, la famille, les récits de vie. Elle a réalisé deux webdocumentaires, dont Trnopolje, un été oublié, sur l’école du village de Trnopolje, au nord-ouest de la Bosnie, transformée en camp de concentration par lequel transiteront environ 25 000 personnes, toutes non serbes. Parler avec les morts est son premier documentaire.

La projection sera suivie d’un débat avec la réalisatrice Taina Tervonen, en dialogue avec Darija Vujinovic, protagoniste du film, et Élodie Cabot, archéo-anthropologue à l’INRAP.


En savoir plus sur le Festival Cinéma du réel

Depuis sa création il y a 42 ans, Cinéma du réel s’est imposé comme le festival de référence du cinéma documentaire en France. Attentif à la diversité des écritures, des formes et des idées, il rassemble un public large, fidèle, attentif et curieux.

Cette 42e édition est construite autour d’un volet compétitif – avec une sélection internationale et une sélection française – et d’un événement Pedro Costa. L’autre invité du festival sera Mosco Boucault. La rétrospective « Front(s) populaire(s) », intitulée « Que faire de « nous » ? », sera consacrée à l’actualité des luttes à travers le monde (Chili, Hong-Kong, Iran…) et en France, au péril de violences policières.

À propos de cette 42e édition…, par Catherine Bizern, déléguée générale du Festival Cinéma du réel.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.