Portrait de chercheur : Hélène Kessous

Hélène Kessous par Maxime Ruscio/BULAC

Questions à… Hélène Kessous, docteur en anthropologie sociale et ethnologie, aussi chargée des fonds hindi et népali à la BULAC

Jeune docteur en anthropologie sociale et ethnologie, Hélène Kessous a soutenu sa thèse il y a un an à l’EHESS. Elle est membre du Centre d’étude de l’Inde et d’Asie du Sud (CEIAS) et a obtenu le prix de thèse 2019 du Musée du quai Branly. Elle délivre un cours intitulé « Cinémas d’Asie du Sud et du Tibet » à l’Inalco ce semestre.

Quel est votre parcours ?

J’ai un parcours qui s’annonçait tout à fait classique jusqu’à ma rencontre avec l’Inde. Après deux ans d’hypokhâgne-khâgne, je me suis dirigée vers une licence puis une maîtrise de philosophie pendant laquelle j’ai travaillé sur la question de la foi chez Pascal et Spinoza, sous la direction de Chantal Jaquet à Paris 1 Panthéon Sorbonne. C’est pendant mes années de philosophie que j’ai rencontré l’Inde lors d’un voyage. Au début c’était une passion, un loisir, un plaisir coupable. Un plaisir coupable car pendant mon voyage je suis tombée amoureuse du cinéma Bollywood et, en rentrant, j’ai passé des heures et des heures à regarder ces films fleuves qui me fascinaient.

« Idhar Chala Mein Udhar Chala », du film Koi…Mil Gaya (Rakesh Roshan, 2003)

En 2005, je décide alors de m’inscrire en mineure hindi à l’Inalco, pour m’aérer un peu la tête pendant la préparation de l’agrégation de philosophie, et puis finalement, au second semestre, je quitte la philosophie pour me consacrer pleinement aux études indiennes. Cela a été un virage déterminant.

Après la licence de hindi, j’ai rejoint le Master 2 Asie Méridionale et Orientale de l’EHESS. Cette année-là j’ai travaillé sur les pratiques de blanchiment de la peau dans les communautés asiatiques de Paris, un sujet qui a préparé mon sujet de thèse d’anthropologie dans le même établissement : La blancheur de la peau en Inde. Des pratiques cosmétiques, à la redéfinition des identités, sous la direction de Catherine Servan-Schreiber. Une thèse que j’ai soutenue en décembre 2018. Parallèlement à mes activités universitaires, n’étant pas financée, je travaillais pour des festivals de films (notamment Cannes, Lyon), j’étais bénévole au FICA de Vesoul également, un festival que j’ai connu grâce à l’Inalco qui emmenait chaque année une délégation d’étudiants. Ce festival m’a donné le goût de la pédagogie par l’image. Voir les films en festival est toujours une expérience enrichissante : la présence des réalisateurs, les rencontres avec le public, les débats, etc., c’est un rapport au cinéma qui m’a plu.

Souhaitant mieux faire connaître l’Asie du Sud et ses cinémas, avec Némésis Srour (une collègue de l’EHESS) nous avons monté différents projets, un festival notamment, nous avons un peu tâtonné jusqu’en 2015 et la création de Contre-Courants. Contre-Courants est une plateforme curatoriale qui travaille à la promotion et la diffusion des cinémas d’Asie du Sud. Nous sommes amenées à élaborer des programmes, des conférences, des Q&A, etc. C’est dans ce cadre que nous avons distribué un film du Bangladesh, Les Lauriers-roses rouges, de Rubaiyat Hossain; un film engagé dans lequel la réalisatrice donne à voir trois portraits de femmes complexes et nuancés, et dans lequel elle croque la société bangladeshie avec finesse.

Comment expliqueriez-vous vos recherches aux lecteurs du Carreau de la BULAC ?

Mes recherches tournent autour des questions de la couleur de la peau en Inde, et comment celles-ci influencent les identités sociales. Il y a, en Inde, une préférence ancestrale pour les teints les plus clairs ; mon enquête m’a conduite à essayer de comprendre d’où vient cette préférence. Il m’a fallu démêler les liens entre la couleur de la peau et les notions de race, de caste, mais également de beauté. Aussi, j’ai tenu à étudier les systèmes de représentations, J’ai particulièrement aimé me plonger dans l’œuvre du grand peintre indien Ravi Varma (1848-1906) et dans ses très célèbres chromolithographies.

Murugan, Raja Ravi Varma

Cet art populaire par essence peut être considéré comme le début du kitsch indien pour aller un peu vite. La blancheur des personnages renvoie quant à elle à une idée d’aryanisation des images, à une époque où l’Inde, encore à naître, se cherche une identité qui peut faire face à la domination coloniale britannique. Ces dernières années, plusieurs chercheurs s’intéressent à cette liaison entre mythologie, arts populaires, discours politique, à l’étranger comme en France.

Arjun et Subhadra, Raja Ravi Varma

Et de manière plus générale, la peinture, le cinéma, la photographie, la publicité sont des véhicules majeurs du stéréotype de la peau blanche. Je les ai utilisés dans l’optique d’interroger le gouffre qui existe entre les représentations et la réalité. Je ne dis pas qu’une image, quelle qu’elle soit, se doit de représenter la réalité, mais j’ai voulu justement travailler sur l’écart entre les deux, en centrant l’analyse sur la question de la couleur de la peau.

En faisant cela j’ai inscrit mes recherches dans un courant de pensée relevant des Whiteness Studies, ou les études de la blanchité.

Après avoir passé tant de temps à penser la blancheur de l’Inde, je souhaiterai maintenant penser sa « noirceur ». Les anglicismes semblent inévitables sur ces questions et il paraît plus naturel d’utiliser les termes anglais. Il y a tout un travail à faire sur la blackness de l’Inde, ou plutôt sa brownness. Cela me permettrait de changer de terrain, et de faire entrer l’Inde du sud dans mon corpus, mais également de parler de l’Inde du nord et de tous ceux qui sont exclus des images à cause de leur couleur de peau trop foncée. Il y a aujourd’hui de plus en plus de campagnes sur les réseaux sociaux qui reprennent des hashtags comme #darkisbeautiful pour dénoncer le colorisme.

Quelles sont les raisons qui vous ont amenée à venir effectuer des recherches à la BULAC ?

Elles sont très simples, bon nombre de livres dont j’avais besoin pour mes recherches ne se trouvent qu’à la BULAC ! C’était impossible pour moi de faire mes recherches en France sans y venir. J’ai bien sûr eu recours à d’autres bibliothèques, mais qui sont dans le périmètre BULAC et qui sont des bibliothèques partenaires puisqu’il s’agit principalement de la bibliothèque du CEIAS et de celle de l’EFEO.

Étant étudiante à l’EHESS, je pouvais avoir recours à la réservation de place à la BULAC. Une fonction qui garantit un espace de travail et qui aide indéniablement à se motiver à venir travailler les jours où on est un peu fatigué. Je n’ai pas beaucoup utilisé les carrels. Parce que mine de rien la bibliothèque était un moment de socialisation ; certaines semaines vers la fin de la thèse, c’était le seul endroit où « je croisais des gens » alors je n’avais pas envie de m’enfermer dans un carrel.

Hélène Kessous, par Maxime Ruscio/BULAC

Quelles sont les autres lieux où vous allez travailler ?

Mes bibliothèques idéales étaient celles de la BIULO, à Dauphine d’abord, pour travailler pendant les cours en groupe, pour faire nos devoirs de hindi tous ensemble etc., c’était formidable. J’y ai de très bons souvenirs. Et puis bien sûr celle de la rue de Lille. Petite, cosy, belle, il ne faisait pas froid, c’était dans le centre de Paris, on croisait parfois Karl Lagerfeld dans la rue pendant la pause ! C’était très confortable et calme, avec de belles tables en bois, et tout un tas d’usuels à disposition. J’aime bien également une bibliothèque voisine, rue des Saints-Pères, la bibliothèque SHS Descartes. L’espace est très agréable avec de grandes tables, les magasins sont en accès libre donc on va directement se servir. Sinon, la Bpi est toujours une bibliothèque de secours pour moi. Elle est notamment très bien pourvue en ouvrages sur l’art indien.

Je dois avouer que mon critère principal est vraiment celui de la localisation. Même si je n’habite pas dans le centre de Paris, une bibliothèque dans le centre aura  toujours ma préférence si je cherche seulement un espace de travail. Au début de mes études j’habitais en province et je faisais le trajet tous les jours, alors en arrivant à la Gare du Nord, aller dans un périmètre allant de Châtelet à Saint Michel était très pratique et rapide.

Vous êtes par ailleurs chargée de collections à la BULAC. Cela a-t-il modifié votre recherche ?

Je dirai que c’est plutôt l’inverse ! Ma recherche a modifié ma pratique de chargée de fonds. Mes sujets de recherches étant transdisciplinaires et sur une période historique très vaste, cela m’a permis d’enrichir le fonds de textes théoriques venant de la recherche anglo-saxonne dans laquelle les courants disciplinaires comme les études postcoloniales sont présents depuis de nombreuses années. De manière générale je pense que j’ai donné une coloration beaucoup plus sciences sociales à un fonds qui était traditionnellement tourné vers la linguistique et la littérature.

J’ai aussi participé activement au développement du fonds sur les cinémas indiens, qui je crois commence à être appréciable. Car, à travers les cinémas indiens, c’est bien la société indienne qui est interrogée et je trouve cela dommage que souvent, dans la recherche en France, les cinémas soient mis de côté. Ils peuvent pourtant nous permettre de comprendre de vastes sujets très contemporains comme par exemple la montée de l’hindutva, une idéologie hindoue d’extrême droite.

Conseillez-nous des ouvrages inspirants issus du catalogue de la BULAC ? 

Rāmāyaṇa, aux éditions Diane de Sellier. Classique entre les classiques, mais il est inspirant parce que c’est une édition illustrée. À travers les illustrations provenant des diverses traditions picturales de l’Inde, c’est toute la complexité et la richesse du monde indien qui ressort.

The Imperial Gazetteer of India, 1908

J’aime beaucoup me plonger dans les Imperial Gazetteers of India. On y voit l’Inde telle que les Anglais la percevaient à la fin du XIXe et au début du XXe. Il y a des volumes thématiques et des volumes régionaux. J’aime lire ceux qui concernent les villes et les endroits que je connais bien. Cela permet de remonter dans le temps en quelque sorte.

Le fonds regorge également de romans inspirants. Comme au cinéma, en littérature j’aime les grandes fresques romanesques qui se déroulent sur plusieurs générations. Pour pleurer d’émotion, on peut lire L’Équilibre du monde de Rohinton Mistry, ou encore une œuvre traduite du télougou, Sacrifice de Muppala Ranganayakamma. Pour voyager dans le temps et l’histoire, c’est Le Palais des miroirs d’Amitav Ghosh et, pour rire,  la version cynique du Mahabharata de Shashi Tharoor, Le Grand roman indien.

La BULAC possède aussi un fonds de DVD. Un film indien présent dans nos collections à conseiller ?

J’hésite entre La Famille indienne de Karan Johar et Veer Zaara de Yash Chopra. Le premier me ramène instantanément à mon premier voyage en Inde, le chauffeur que nous avions dans le Rajasthan passait la cassette audio toute la journée, sans interruption. Je ne connaissais pas Bollywood et je ne savais même pas de quel film il s’agissait, mais à la fin du voyage je connaissais toutes les chansons par cœur. Alors quand le film est sorti quelques mois plus tard en salle, à Paris, j’étais au bord de l’hystérie. C’est resté depuis un incontournable pour moi, un refuge.

Veer Zaara quant à lui est probablement le film que j’ai vu et revu le plus de fois d’affilée juste après l’avoir découvert. La musique poignante et obsédante y est pour beaucoup.

« Yeh Hum Aa Gaye Hain Kahaan », Veer Zaara (Yash Chopra, 2004)

J’en profite pour préciser que le fonds DVD est assez peu fourni parce qu’il y a très peu d’éditeurs de DVD français qui proposent des films indiens. Les étudiants de l’Inalco les plus curieux et les plus passionnés pourront contourner cela en utilisant le fonds disponible au service TICE de l’Inalco, qui est plus fourni que le nôtre.

Quels sont les événements et les personnalités scientifiques qui vous ont inspirée récemment ?

Il y en a énormément, il se passe toujours quelque chose à l’EHESS. Mais s’il fallait choisir je dirai qu’il y a eu la rencontre de Cristina Ciucu qui a beaucoup compté pour moi. C’est une philosophe qui donne un séminaire à l’EHESS. J’ai pu assister à celui de l’année dernière consacré au thème Paradigmes écartés de la modernité : philosophie, cosmologie, sciences politiques, sciences naturelles, c’était passionnant et surtout époustouflant de brio. La philosophie est loin derrière moi aujourd’hui et je n’avais sincèrement plus tous les outils théoriques nécessaires pour comprendre toute la portée de ce séminaire, mais le simple fait d’y aller, de lire les textes et de réfléchir a été une grande source de plaisir. Je citerai également Anne Lafont, dont le livre L’Art et la race est paru malheureusement trop tard pour m’être utile dans la thèse. Je suis cette année son séminaire Art africain, art nègre, créolisation : histoire et catégories. Idem, j’aurais aimé qu’il existe au début de ma thèse, mais malheureusement ce n’était pas le cas. Quoiqu’il en soit, pouvoir le suivre aujourd’hui est une chance qui va nécessairement influencer la publication de ma thèse. Et j’en suis ravie.

Hélène Kessous, par Anjely Rais

Quelques-unes de vos publications?

Publier avant la fin de la thèse me semblait être une aberration. J’avais besoin de temps pour dérouler ma pensée, publier avant d’avoir « fait le tour » ne me mettait pas à l’aise et je n’ai pas osé. Je crois que j’avais besoin de la validation de la thèse pour me sentir légitime. Maintenant que c’est chose faite, je suis en train de contacter des éditeurs pour mes différents projets.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.