La revue Graminées, un vent nouveau pour la traduction

Graminées est une revue illustrée de nouvelles littéraires étrangères, dont le premier numéro a vu le jour en décembre 2019. Graminées est aussi le nom d’une association visant à créer des synergies entre auteurs, traducteurs, illustrateurs et lecteurs.


Ce n’est pas de jardinage dont nous allons parler ici, non. Nous cultivons dans un tout autre genre, celui de la nouvelle. Nous espérons disséminer cette forme courte et encourager sa floraison en France. À la manière des Graminées qui voyagent, s’implantent et germent, nos histoires ont été soufflées par les vents d’ailleurs afin de s’ancrer dans votre imaginaire et d’y faire naître un foisonnement d’émotions.

Le concept ?

Une revue papier illustrée réunissant des nouvelles contemporaines des 5 continents, autour d’un thème évocateur.

Chaque numéro regroupera des auteurs originaires du monde entier. Autant de voix singulières qui se côtoient et se font écho autour d’un thème unique, pour confronter des visions du monde.

Pourquoi la nouvelle ?

Bien qu’encore sous-représentée en France, la nouvelle est un genre reconnu à l’étranger. Avec la forme courte, pas le temps de s’ennuyer. Elle suggère, sans détailler. Elle se livre, intense et efficace. Et les auteurs ne s’y trompent pas. Ils s’en emparent avec jouissance car ils savent qu’elle leur ouvre un champ d’exploration infini et une liberté de forme incomparable. C’est cette originalité qui sous-tend les dix nouvelles de ce premier numéro.

Pourquoi étrangère ?

Plusieurs revues consacrées à la nouvelle existent déjà, mais aucune n’est dédiée exclusivement aux nouvelles étrangères. Il y a donc un espace à investir. Certains des auteurs que nous avons choisis sont reconnus dans leurs pays mais méconnus en France.

Ce que permet l’étranger, c’est regarder avec les yeux d’un être qui se trouve à l’autre bout du monde. Ou bien dans un pays voisin, mais avec ce pas de côté qu’induit la différence de culture. Certes, l’auteur nous livre une part intime, mais il est aussi la voix de toute une société, d’une époque et d’un mode de pensée. Alors quelle joie de voyager ainsi, sans visite guidée, sans exotisme ni souvenirs en toc.

Et ces excursions sur d’autres terres ne sont possibles que grâce au travail des traducteurs, véritables passeurs. Avec Graminées, ils auront la possibilité de proposer des textes et des auteurs qu’ils aiment, peu ou pas visibles dans le paysage français. De mettre à l’honneur des langues rares et des littératures délaissées. De détourner le thème en proposant des nouvelles un brin décalées.

Pourquoi illustrée ?

Pour donner à voir. Vous proposer une revue à lire et à regarder. Pour chaque continent, nous avons demandé à un illustrateur de nous livrer sa vision du thème sur une double page et de nous dévoiler ainsi un peu de son univers intime. Il ne s’agit pas d’illustrer les textes, mais d’enrichir la palette des interprétations. Vous offrir une pause colorée, écho visuel à des textes, en continuité ou en décalage…

Graphisme : Mathilde Dubois

De quoi parle le numéro 1 ?

Pour débuter l’aventure : le couple ! Ou plutôt les couples, sous toutes leurs formes. Parce que ça nous concerne tous, parce qu’ils nous font fantasmer et enflamment l’imagination, nous avons eu envie d’aller voir comment l’on s’en empare sous d’autres latitudes. Dans le champ lexical de Couple(s), on peut trouver amour, sexe, intimité, apparences, domination, dépendance… ou rien de tout cela. Alors voilà dix versions de ce qui fait couple, ici et ailleurs.

Qui participe ?

Les auteurs : Olufunke Ogundimu (Nigeria), NoViolet Bulawayo (Zimbabwe), Marcial Gala (Cuba), Carl-Keven Korb (Canada), Geetanjali Shree (Inde), Soukhbat Aflatouni (Ouzbékistan), Alison Louise Kennedy (Écosse), Guéorgui Gospodinov (Bulgarie), Laura Elizabeth Woollett (Australie), Sue McCauley (Nouvelle-Zélande).

Les traducteurs : Gersende Camenen (espagnol), Annie Montaut (hindi), Marie Vrinat-Nikolov (bulgare) et Filip Noubel (russe).

Les illustrateurs : Amélie Patin, Camille Deschiens, Antonin Guillot, Raphaelle Macaron et Louise de Crozals.

La graphiste unique : Mathilde Dubois

Qui sommes-nous ?

Nous sommes deux cofondatrices, Ève Vila, traductrice et nouvelliste, et Nathalie Tournillon, éditrice.

L’idée est née d’une envie : pourquoi ne pas créer une belle structure ensemble après des années de collaboration dans l’édition ? Exaucer enfin le souhait d’être libres d’éditer ce qui nous fait vibrer. En étant respectueuses de notre écosystème : rémunération des contributeurs et impression en France.

Et partager cette possibilité avec d’autres : Graminées, c’est aussi une association qui vise à créer des synergies entre auteurs, illustrateurs, traducteurs… et lecteurs. Elle se déploiera dans le temps. Ouverte aux propositions et aux partenariats fertiles.


La revue Graminées est consultable à la BULAC !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search