Éditer en albanais dans un contexte allophone

Ce billet est issu d’une présentation donnée à l’occasion d’une séance de séminaire qui s’est tenue à la BULAC le 18 juin 2019, dans le cadre des séminaires du réseau Transfopress (Réseau transnational pour l’étude de la presse en langues étrangères) consacrés à l’étude de la presse allophone. Cette séance conçue et animée par Nicolas Pitsos et Irena Rambi présentait la presse et l’édition en albanais dans des pays où l’albanais ne fut ni considéré ni établi comme langue officielle.

Photos : Maxime Ruscio / BULAC


Le journal Dielli (Le Soleil), édité en albanais, a vu le jour le 15 février 1909 à Boston (Massachusetts).

L’étude d’une presse éditée dans un contexte allophone permet à la fois d’identifier la politique linguistique de la société en question et d’esquisser l’évolution géo-historique d’une langue et l’histoire sociale des individus la pratiquant.

Dans le cadre de la presse éditée en albanais, ce phénomène suit les grandes séquences historiques de la mobilité dans l’espace des populations albanophones :

  • la période de la construction d’une conscience nationale et de la fabrication d’un État (1878-1912) ;
  • la période de l’exil de dissidents politiques opposés au régime totalitaire en Albanie, pendant la Guerre froide ;
  • la période d’une nouvelle émigration après 1990.

Ce billet brosse un tableau panoramique de l’édition en albanais pendant la première période, qui reflète trois transformations sociopolitiques : l’affirmation d’une langue, l’élaboration d’une conscience nationale et la conception d’un projet étatique.

Cette édition se développe au sein de trois grandes communautés albanophones :

  • la communauté des Arbëresh en Italie méridionale et la communauté des Arvanites en Grèce du Sud, dont la formation remonte au Moyen-Âge ;
  • les communautés d’émigrés albanophones en Bulgarie, Roumanie, Égypte, France, Belgique ou encore aux États-Unis d’Amérique, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle ;
  • la communauté albanophone au sein des territoires de l’Empire ottoman, aussi bien dans les vilayets de Yanina et de Skodra, de Selanik, de Monastir, du Kosovo, que dans la capitale impériale, la ville d’Istanbul.

La naissance d’un mouvement national albanais

Dans le cadre de la question d’Orient, la société ottomane est agitée par l’émergence de projets sécessionnistes et nationalistes au sein de ses différentes communautés linguistiques et confessionnelles. Ces projets souvent conflictuels voient s’opposer d’un côté des « légitimistes » souhaitant le maintien de l’ordre ottoman face à des indépendantistes séduits par le modèle d’État-nation, et de l’autre côté des fédéralistes œuvrant pour une transformation fédérale de l’État ottoman face à des centralistes inspirés par le modèle jacobiniste français.

Entre 1815 et 1878, plusieurs constructions étatiques autonomes ou indépendantes surgissent dans les Balkans ottomans. En 1878, le traité de Berlin reconnaît l’indépendance de plusieurs États balkaniques (la Bulgarie, la Roumanie, la Serbie), mais aucune mention n’est faite de la création d’un État albanais, au grand désespoir des sujets ottomans réunis autour de la ligue de Prizren.

Par la suite, les inspirateurs de ce projet se mobilisent davantage. Leurs efforts donnent lieu à l’éclosion d’un mouvement d’éveil national (en albanais, Rilindja Kombëtare), connu sous le nom de Renaissance albanaise. Dans cette perspective, un Comité pour la défense des droits albanais et la promotion des publications en langue albanaise est constitué à Istanbul. Un congrès est convoqué à Monastir/Bitola en 1908 pour décider de la standardisation de l’alphabet.

Comme tout projet national au XIXe siècle, celui-ci passe par la construction/invention d’un passé et de symboles censés signifier et sublimer la « nation » – la fameuse check-list identitaire dont parle Anne-Marie Thiesse1 – susceptible de fédérer les différentes composantes de la communauté albanophone autour d’un projet commun. La mémoire de Skanderberg2 sert d’élément de référence autour duquel se déploie la trame de la mythologie nationale.

La promotion de l’enseignement de la langue albanaise – auparavant fortement défavorisée et éclipsée au profit de l’enseignement du grec, du turc ottoman, de l’italien ou du français au sein de différents établissements scolaires reconnus par l’administration ottomane (l’école Zosimaia à Yanina, le lycée de Galatasaray à Istanbul) – participe également de ce projet.

Outre la création d’une identité culturelle, l’énoncé d’un projet politique/étatique se donne comme horizon la constitution de la « Grande Albanie » à l’instar d’autres projets irrédentistes, tels que le Nacertanje, visant à constituer une Grande Serbie, la Megali Idea, dessinant les frontières d’une Grande Grèce, ou la revendication d’une Grande Bulgarie tracée par le traité de San Stefano.


La presse au service de la création d’une « communauté imaginée »

Dans ce contexte et suite au Congrès de Berlin, une série de journaux, périodiques et autres tentatives éditoriales surgissent dans plusieurs villes, afin de soutenir la réalisation de ces ambitions, aussi bien à l’intérieur des territoires de l’Empire ottoman, mais avant tout et surtout à l’extérieur des domaines administrés par le sultan.

Deux références bibliographiques documentent cette période de l’activité éditoriale en albanais.

Il s’agit, pour la première, d’un article publié en juillet 1939 par André Ravry dans les Cahiers de la Presse, la revue trimestrielle de l’Institut de science de la presse de l’Université de Paris. Cette étude se donne comme objectif d’inventorier et répertorier les journaux albanais et leurs éditeurs/rédacteurs sur une période qui débute au milieu du XIXe siècle (période correspondant à la Renaissance nationale albanaise) et s’étend jusqu’à l’invasion de l’Albanie par l’Italie fasciste en 1939.

La deuxième référence bibliographique est le livre de Stavro Skendi, The Albanian national awakening, 1878-1912, publié en 1967 par Princeton University Press.

Dans l’extrait ci-dessous, André Ravry esquisse de manière éloquente les motivations à l’origine de la fondation et de la diffusion des journaux en albanais en dehors de l’empire ottoman.

En ce qui concerne la presse imprimée, c’est seulement au milieu du XIXe siècle que des Albanais résidant hors du pays commencèrent à y avoir recours, un peu – comme cela s’est produit pour plusieurs autres peuples opprimés – pour maintenir entre leurs compatriotes des liens qui menaçaient de se relâcher et entretenir chez eux le sentiment national, mais aussi – et surtout – pour attirer l’attention des autres nations sur leur pays et proclamer son droit à vivre comme un État libre et indépendant.

André Ravry, « La presse albanaise », Cahiers de la Presse, 1939.

Athènes : Phoni tis Alvanias – Zëri i Shqipërisë

La création, en 1879 à Athènes, du journal Phoni tis Alvanias – Zëri i Shqipërisë (La Voix de l’Albanie), publié à la fois en grec et en albanais, illustre ce phénomène éditorial.

Son fondateur, un Grec de la communauté des Arvanites3 nommé Anastasio Kullurioti, publie aussi en 1882 un abécédaire pour l’apprentissage du dialecte de l’albanais parlé en Grèce4. Le journal, tout comme l’abécédaire, est édité par l’imprimerie homonyme Η Φωνή της Αλβανίας (I Phoni tis Alvanias).

Le cofondateur du journal, Panajot Kupitori, est un ami d’Anastasio Kullurioti originaire de l’île d’Hydra. Il étudia les lettres à l’Université d’Athènes et publia en 1879 une étude en grec sur la langue et la nation albanaise, intitulée Αλβανικαί Μελέται – Πραγματεία ιστορική και φιλολογική περί της γλώσσης και του έθνους των Αλβανών (Meletai peri tis glossis kai tou ethnous Alvanias).


Corigliano Calabro et Naples : Fiamuri Arbërit et L’Albanese d’Italia

Le 23 février 1848 paraît à Naples le premier numéro de L’Albanese d’Italia (L’Albanais d’Italie), publié en italien, qui inaugure l’histoire de la presse albanophone comme presse allophone.

En 1883, un comité de notables Arbëresh5 entreprend de publier à Corigliano Calabro une revue mensuelle en italien et en albanais. Il s’agit du périodique Fiamuri Arbërit (Le Drapeau de l’Albanie), dont le premier numéro paraît en juillet.

Collections de la BULAC, cote BULAC MON Fol 227.

Son directeur et rédacteur en chef, Girolamo de Rada, incarne le mouvement d’un nationalisme romantique. Né au sein d’une famille d’Arbëresh de Calabre, il fait des études de droit à l’Université de Naples. Mais sa véritable passion est l’étude du folklore et de la littérature en langue albanaise. En 1836, il publie en italien Poesie albanesi del secolo XV. Canti di Milosao, figlio del despota di Scutari.

Quelques années plus tard, dans le cadre des événements révolutionnaires de 1848, il publie aussi à Naples le journal L’Albanese d’Italia (L’Albanais d’Italie) avec des articles en italien et en albanais. Une édition en fac-similé du journal original, commentée par Francesco Altimari, est disponible à la BULAC. Cette publication est éphémère mais elle inaugure l’histoire de la presse éditée en albanais6. La publication du journal Fiamuri Arberit dure un peu plus longtemps, mais l’interdiction de sa circulation sur les territoires austro-hongrois, ottomans et grecs le prive d’une partie importante de son lectorat potentiel, le conduisant à sa disparition en novembre 1887.


Constantinople : Drita

Entre-temps, en 1884 paraît à Constantinople la première revue albanaise d’érudition, Drita (La Lumière), publiée par la société littéraire du même nom et dont la direction est confiée à Pietro Poga, avec la collaboration de Naim Frashëri et de Jan Vreto. Après le troisième numéro, la revue change de nom pour s’appeller désormais Diturja (La Culture).

Naim Frashëri (1846-1900)7 est un défenseur acharné de l’indépendance albanaise. Issu d’une famille de Bektashis, il se forme à la fois au sein d’un tekke et à l’école de Zosimaia à Yanina, qui est tout au long du XIXe siècle un véritable foyer de diffusion des idées des Lumières auprès des élites culturelles des Balkans ottomans et une pépinière pour la formation de plusieurs acteurs du mouvement nationaliste albanais. En 1879, il fonde avec son frère Sami et d’autres personnalités de la communauté ottomane albanophone la Société pour la publication d’ouvrages en albanais. C’est dans cette perspective que la revue Drita paraît brièvement en 1884. Ensuite, le siège de la revue est transféré à Bucarest.

À Constantinople sont aussi publiés, en 1909, le périodique Shqipetari, et en 1911, E. Vërteta (La Vérité).


Bucarest et Sofia : Shqipetari et Liri e Cqiperise

C’est à Bucarest qu’est publié en 1898 le poème épique de Naim Frashëri sur l’Épopée du Bektachisme, Qerbelaja, ainsi que son épopée historique sur la vie de Skandeberg, Istori’e Skenderbeut.

Collections de la BULAC, cote BIULO MEL.8.901(13).

La capitale roumaine est également le lieu d’édition, dès 1888, d’un journal fondé par Nikolla Naço sous le titre de Shqipetari (L’Albanais), avec des articles paraissant en albanais et en roumain.

Kristo Luarasi (1876-1934) se retrouve aux côtés de Nikolla Naço, avant de gagner Sofia en 1896, où il devient le directeur de la maison d’édition Mbrothësia (Progress), publiant des ouvrages tels que Fe e kombësi : dramë kombëtare me katrë akte dhe katrë tabllo de Kristo Floqi. Kristo Luarasi est aussi l’éditeur du journal Liri e Cqiperise à Sofia, entre 1911 et 1915.


Collections de la BULAC, cote BIULO PER.20078.

Bruxelles : Albania

Une autre étape significative de l’histoire de la presse albanophone dans un contexte allophone pendant la période de la Renaissance nationale est la publication, en mars 1897 à Bruxelles, du premier numéro de la revue Albania, par Faik Konica. Cette revue est rédigée en albanais et en français. Il s’agit d’un des périodiques les plus importants, voué à la cause albanaise. Albania est transférée en 1902 à Londres, où elle continue de paraître jusqu’en 1909.

Collections de la BULAC, cote BIULO PER.20078.

Né dans la ville de Koniçe (aujourd’hui Konitsa en Grèce), Faik bej Konica (1875-1942) apprend le turc à l’école primaire de sa ville natale, puis poursuit ses études au collège jésuite de la ville de Scutari (Shkodra) et au lycée impérial francophone de Galatasaray à Istanbul. Parti pour compléter ses études en France, il s’installe à Bruxelles, où il lance la revue Albania en 1897. Ce périodique est publié jusqu’en 1909, quand Konica part pour les États-Unis d’Amérique. Au moment de sa publication, Albania est considérée comme l’une des tribunes les plus en vue du mouvement de renaissance nationale albanaise.


Boston : Dielli et Kombi

Collections de la BULAC, cote BIULO PER.67.

Arrivé à Boston en 1909, Konica devient le rédacteur en chef du journal Dielli (Le Soleil), publiée par Besa-Besën, l’association culturelle et politique de la diaspora albanaise aux États-Unis d’Amérique. Cette société fondée par Fan Noli joue un rôle prépondérant dans la promotion de l’enseignement en albanais en Albanie ottomane, avec le financement de la fondation de l’École normale supérieure à Elbasan, première institution d’enseignement supérieur en albanais.

En 1912, Besa-Besën fusionne avec d’autres associations albano-américaines pour donner naissance à Vatra, la fédération pan-albanaise des États-Unis. Parmi les publications sorties de la maison d’édition fondée par Fan Noli, on peut citer l’ouvrage Historia e Skënderbeut : Gjerg Kastriotit, Mbretit te Shqiperise, 1412-1468, en 1921, et un almanach de l’association Vatra, en 1918.

C’est à Boston aussi qu’est publié le premier journal en albanais aux États-Unis en 1905, par Sotir Peçi (1873-1932) sous le nom de Kombi (La Nation).

Sotir Peçi, né dans un village près de Körçe, étudie les mathématiques à l’Université d’Athènes. Pendant son séjour dans la capitale grecque, il publie un dictionnaire albanais rédigé par Konstandin Kristoforidhi (1827-1895). Kristoforidhi est connu pour avoir traduit le Nouveau Testament pour la première fois en albanais dans le dialecte guègue. Un exemplaire de cette traduction publiée à Constantinople en 1872 est disponible à la BULAC.


Enfin, ailleurs en Méditerranée orientale, nous pouvons évoquer Bashkimi i Shqipetarevet (L’Union de l’Albanie), bimensuel rédigé en albanais et en français au Caire en 1900, et en Europe du Sud-Est, le trimestriel Albanija, édité à Belgrade en albanais et en serbe en 1905, Dashamiri, revue bimensuelle fondée à Trieste en 1907 et écrite en dialecte guègue, et Shpnesa e Shqypeniis (L’Espérance de l’Albanie), dont la publication commence à Raguse en septembre 1905 en albanais, italien et croate.


  1. Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales, Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1999. []
  2. Georges Castriote (Gjergj Kastriot en albanais) surnommé Skanderbeg, fut un seigneur de confession chrétienne dans les Balkans du Moyen-Âge. Opposé au sultan ottoman au XVe siècle, il est devenu la figure emblématique du mouvement national albanais au XIXe siècle. []
  3. Les Arvanites sont des populations albanophones et chrétiennes orthodoxes installées depuis le Moyen-Âge en Grèce méridionale. []
  4. L’albanais est une des langues parlées au sein de l’État grec au moment de sa création en 1830. Malgré une hellénisation progressive des Arvanites en lien avec le jacobinisme linguistique de l’État grec et l’adoption du grec comme seule langue officielle, la présence des communautés albanophones est attestée en Grèce tout au long du XIXe siècle. Certains membres de ces communautés œuvrent pour la cause albanaise en vue de la création d’un État albanais indépendant sur les territoires de l’Empire ottoman correspondant à l’Albanie de nos jours. D’autres se prononcent en faveur de la constitution d’une fédération gréco-albanaise, perçue par ses partisans comme une réponse aux projets panslavistes dans les Balkans à partir des années 1870 ou comme une réaction à l’influence autrichienne et italienne le long des Balkans adriatiques. []
  5. La communauté des Arbëresh s’était constituée depuis le XVe-XVIe siècle en Italie méridionale, dans la région des Pouilles et surtout de Calabre. []
  6. Parmi les périodiques publiés en albanais en Italie du XIXe siècle, on peut citer la Nuova Albania (1898-1904), organe bimensuel du comité politique albanais de Naples ou le Laimtari i Shqypenies (Le Héraut d’Albanie), qui paraît à Rome (1905) en italien et en albanais. []
  7. Une maison d’édition porte son nom actuellement à Tirana. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.