Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction arabe

Envie de prendre le large au-delà des frontières ? Cet été, la BULAC vous propose une excursion dans les sciences-fictions d’Europe de l’Est, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. Voici le premier épisode d’une série de dix en compagnie des contributeurs de l’exposition Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction, présentée à la BULAC du 17 février au 14 mars 2020.


Trip to the Heavens (Voyage dans le ciel, ou vers les cieux), couverture d’un roman de science-fiction arabe, Le Caire, 1953.

L’anticipation utopique

Deux termes arabes peuvent être utilisés pour traduire le mot « utopie » : al-yūtūbiyā (اليوتوبيا) et al-tūbawiyyā (الطوباوية), récent néologisme créé à partir du mot tūbā (طوبى, nom d’un arbre au paradis musulman). Il existe cependant un concept proche d’utopie : « al-Madīna al-Fādila » (La Cité Vertueuse) imaginée par Al-Fārābī au Xe siècle dans son essai philosophique Kitāb ’arā’ Ahl al-madīna al-Fādila (Idées des habitants de la cité vertueuse).

Nicolas Bouvier / Sparth, Dune sketch, 2010. © Nicolas Bouvier / Sparth

Ce n’est qu’à partir du XIXe siècle que des textes utopiques sont édités, à commencer par La Forêt de la vérité (غابة الحق, vers 1865) du Syrien Francis Al-Marash qui décrit une construction imaginaire d’un royaume modernisé où la devise du roi est la Liberté, la devise de la reine est la Sagesse. Apparaît ensuite le texte de l’auteur égyptien Adīb Izāk intitulé La Nouvelle Ère (العهد الجديد), récit utopique qui met en relief les travers oppressifs du pouvoir ottoman. Dans les Douces discussions à propos des habitants de Vénus et de la lune (لطائف السمر في سكان الزهرة و القمر), pour fonder sa cité utopique sur Vénus où l’homme parvient à vaincre son imperfection et à vivre dans la tolérance religieuse, Michel Al-Şaqāl voyage très loin dans l’espace et dans le temps. C’est dans cet esprit que Mūssa Salāma écrira une remarquable utopie-rêve, Introduction à une utopie égyptienne (مقدمة لطوبا مصرية), pour nous faire découvrir une Égypte évoluée et communiste. Les progrès de la science ont mis fin à la famine. Tawfiq Al Hakim, dans L’An million (العام المليون) et Le Monde inconnu (العالم المجهول), développe toute une réflexion sur l’utopie et son revers, la dystopie. C’est à partir de cette époque que plusieurs textes utopiques ont vu le jour dont ceux de Nihād Sharīf, Taleb Umran, Hedi Thabet et Abdelaziz Belkhūdja.

La collection égyptienne de textes bon marché Dossiers du futur (ملف المستقبل) peut être qualifiée « d’utopie militaire ». Anti-expansionniste, elle conte l’histoire d’une lutte perpétuelle pour préserver la cité utopique (l’Égypte) des menaces de l’extérieur.

Les textes utopiques véhiculent des rêves et des espoirs mais aussi du dégoût et du désenchantement. Écrire et imaginer un monde meilleur, c’est résister contre le dogmatisme et contre l’obscurantisme qui constituent la pierre angulaire de l’enfer terrestre.

Conception graphique : Emmanuelle Garcia (e.deux)


La protoSF arabe

La littérature de science-fiction est considérée comme un genre occidental qui a ses origines et ses précurseurs, ses pionniers et ses fondateurs. Constat controversé par l’existence d’une science-fiction arabe qui a émergé en Égypte dans les années 1950, très peu connue en Occident.

Revue Galaxies SF NF, n°43, paru en 2016. © Galaxies SF NF

De 1950 à 1960, aucun terme ne désigne clairement ces écrits. On parle alors d’un nouveau genre littéraire. De 1960 à 1978 apparaît la notion de roman scientifique (الرواية العلمية). Après 1978, le terme de khayāl ‘ilmī (خيال علمي) a été définitivement adopté par les auteurs et les éditeurs pour désigner la SF. Mais cette littérature aurait-elle été influencée par la culture arabe ou été calquée sur le modèle occidental ? La science-fiction arabe a bel et bien ses pionniers et ses origines et on peut déceler des textes de proto-science-fiction en remontant le cours du temps.

Par exemple, le récit de voyage d’Al-Mass‘ūdī, Prairies d’or et mines de joyaux (Xe siècle), livre des descriptions d’inventions intéressantes. Les Mille et Une Nuits, dont les origines restent mystérieuses, présente un éventail de personnages étranges surgis de royaumes invisibles, de villes enfouies au fond des océans, d’objets volants, etc. Dans Le Porteur et les Filles (الحمال و البنات), on voit surgir une créature en cuivre qui a, sur le torse, une plaque en plomb sur laquelle sont inscrits des noms et des formules magiques. Cette créature en cuivre fonctionne par magie, ce qui lui donnerait l’allure d’un pseudo-robot.

Conception graphique : Emmanuelle Garcia (e.deux)


L’auteur

Kawthar Ayed est docteure en littérature comparée, enseignante à l’université de Tunis. [Découvrir son portrait]


Pour aller plus loin

Citer ce billet : kawtharayed, "Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction arabe," dans Le Carreau de la BULAC, 1 juillet 2020, https://bulac.hypotheses.org/30027. Consulté le 30 septembre 2020

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search