Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction soviétique

Envie de prendre le large au-delà des frontières ? Cet été, la BULAC vous propose une excursion dans les sciences-fictions d’Europe de l’Est, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. Voici le deuxième épisode d’une série de dix en compagnie des contributeurs de l’exposition Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction, présentée à la BULAC du 17 février au 14 mars 2020.


La conquête spatiale, au cœur de la science-fiction russe

Née comme partout en Europe à la fin du XIXe siècle, la science-fiction russe puis soviétique a été florissante jusque dans les années 1920, avant de quasiment disparaître sous Staline. Mais à partir des années 1950, elle revient progressivement sur le devant de la scène, portée par l’enthousiasme entourant les prémices de la conquête spatiale.

Divers livres et brochures de vulgarisation sont alors édités, et tous ou presque sont ornés d’illustrations futuristes, montrant ce que pourrait être l’espace une fois rendu accessible, évidemment grâce aux cosmonautes soviétiques. On voit ainsi apparaître des images qui deviendront fameuses, telles ces stations orbitales en forme de tore, que l’on retrouvera dans nombre d’ouvrages, et dont le concept sera même repris en 1975 par la Nasa.

Illustration d’Alexandre Pobedinski pour le premier épisode de La Nébuleuse d’Andromède, d’Ivan Efremov, en couverture de la revue de vulgarisation scientifique La Technique pour les jeunes.

Ce sont cependant les cosmonautes qui vont rapidement attirer l’attention, notamment à partir de 1961 et du premier vol dans l’espace effectué par Youri Gagarine. Très vite ces personnages sont cités à titre d’exemple, et deviennent des héros de première importance dans une science-fiction qui se teinte alors de lyrisme.

Cependant, au-delà même de cette science-fiction collant à l’actualité, la parution en 1957 du roman Туманность Андромеды (La Nébuleuse d’Andromède), d’Ivan Efremov, aura été le véritable déclencheur de l’âge d’or de la science-fiction soviétique, en balayant toute limite et en offrant aux lecteurs un univers aux horizons particulièrement éloignés, tant dans le temps que dans l’espace. Véritable phénomène de société, La Nébuleuse d’Andromède s’est vendu à des millions d’exemplaires en très peu de temps.

Conception graphique : Emmanuelle Garcia (e.deux)


L’extraterrestre : si proche et si différent

Les explorateurs de l’espace ne rencontrent bien entendu pas que des mondes morts ou désertiques.

Le Jour du premier contact, œuvre u peintre biélorusse Nikolaï Nedbaïlo (1973).

Civilisations et cultures étrangères s’offrent alors aux lecteurs. Les premiers récits publiés dans les années 1950-1960 sont encore souvent assez naïfs et nous montrent d’autres humanités, des « frères de raison », sur Mars ou sur Vénus, tout comme dans la science-fiction du début du XXe siècle.

Très vite, cependant, l’imagination des auteurs se débride. Très souvent, les extraterrestres qu’ils créent sont encore anthropomorphes, et peu différents de nous sur le plan intellectuel. Idéologiquement pacifiste, la science-fiction soviétique en fait alors des peuples le plus souvent amicaux, lorsqu’ils sont technologiquement supérieurs à nous, ou bien amenés à devenir de parfaits communistes, avec l’aide des Terriens, lorsque leur science est encore en retard.

Illustration de Youri Makarov pour le court roman Lilith de Lidia Oboukhova (1966).

Petit à petit, cependant, sous l’influence de romans de l’écrivain polonais Stanisław Lem, tels que Solaris ou L’Invincible, les auteurs soviétiques vont imaginer des créatures qui défient la compréhension. Déjà, en 1917, Lénine ouvrait la voie en déclarant : « On peut parfaitement admettre l’existence, sur des planètes du système solaire et en d’autres endroits de l’Univers, de la vie et d’êtres doués de raison. Il est possible que, en fonction de la force de gravitation d’une planète donnée, de son atmosphère et d’autres conditions spécifiques, ces êtres doués de raison perçoivent le monde extérieur par des sens différents considérablement des nôtres. »

Ainsi verra-t-on régulièrement apparaître des êtres gigantesques, ou au contraire minuscules, capables parfois de communications mais souvent intellectuellement incompréhensibles. Des êtres totalement non-humains et fascinants.

Conception graphique : Emmanuelle Garcia (e.deux)


L’auteur

Patrice Lajoye est ingénieur d’études au CNRS, traducteur et éditeur, spécialiste de littérature fantastique et de la science-fiction russe. [Découvrir son portrait]


Pour aller plus loin

Citer ce billet : Patrice Lajoye, "Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction soviétique," dans Le Carreau de la BULAC, 8 juillet 2020, https://bulac.hypotheses.org/30101. Consulté le 4 août 2020

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.