Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction indienne

Envie de prendre le large au-delà des frontières ? Cet été, la BULAC vous propose une excursion dans les sciences-fictions d’Europe de l’Est, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. Voici le troisième épisode d’une série de dix en compagnie des contributeurs de l’exposition Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction, présentée à la BULAC du 17 février au 14 mars 2020.


Les voyageurs de l’espace de Satyajit Ray

La chute d’une météorite crée un cratère gigantesque. En son centre se trouve un cahier rouge, dans lequel est relaté un extraordinaire voyage dans l’espace… Ainsi débute l’histoire du personnage le plus connu de la science-fiction indienne : le professeur Shonku.

Imaginé par Satyajit Ray (1921-1992), célèbre dans le monde entier pour ses films (Le Salon de musique en 1958 et Le Monde d’Apu en 1959), ce héros culte de la littérature bengalie apparaît dans la revue Sandesh en 1961, puis dans une série de livres de science-fiction publiée à partir de 1965. Fils du Dr Tripureshwar Shonku, son nom complet est Trilokeshwar Shonku et il est inventeur de profession.

Collections de la BULAC, cote BIULO INDBE.III.1548.

Inspiré du professeur Challenger d’Arthur Conan Doyle et d’un autre personnage créé par le père de Ray, Sukumar Ray, nommé Hesoram Hushiar – Hesoram l’ingénieux -, le professeur Shonku est représenté comme un génie scientifique excentrique et polyglotte (il maîtrise 69 langues). Dans la veine de la science-fiction classique du tournant du XXe siècle, celle de Jules Verne et H.G. Wells, Satyajit Ray fait vivre à son personnage des aventures extraordinaires pleines de mystère.

Dans une de ses aventures, Le Journal d’un voyageur de l’espace (ব্যোমযাত্রীর ডায়রি, 1961), le professeur Shonku s’envole dans l’espace à bord d’une fusée depuis son arrière-cour à Giridih (Inde, État du Jharkhand), accompagné de son fidèle mais pas très intelligent serviteur appelé Prahlad, de son chat Newton, âgé de 24 ans, et de son robot Bidhushekhar. Au-delà de son inspiration issue des premiers temps de la science-fiction, cette équipe n’est pas sans faire penser à Star Wars avec Obi-Wan Kenobi (Shonku), Jar Jar Binks (Prahlad), R2-D2 (Bidhushekar) et Chewbacca (Newton).

Conception graphique : Emmanuelle Garcia (e.deux)


Les romans scientifiques chez Jayant Narlikar

La science-fiction est souvent accusée de ne pas être « scientifiquement rigoureuse » ou fondée sur la science réelle, de dépeindre des lieux et des situations auxquels les gens ne peuvent pas se rapporter car ils ne sont pas ancrés dans un monde qui nous est familier, d’être complexe et alambiquée et de ne pas suffisamment anticiper l’avenir. Aucune de ces accusations ne peut être portée contre les romans de Jayant Narlikar.

Né en 1938, astrophysicien de renommée mondiale et reconnu pour ses thèses alternatives au Big Bang, Jayant Narlikar a notamment développé avec l’astronome anglais Sir Fred Hoyle une théorie de la gravité dans la continuité des travaux d’Einstein. Vulgarisateur infatigable de la science – à travers des livres, des articles et des programmes de radio et de télévision, dont le populaire Brahmand sur la chaîne nationale indienne – il est aussi, comme son mentor, Fred Hoyle, un écrivain de science-fiction.

Selon Jayant Narlikar, une définition très vague du genre a conduit à qualifier des histoires d’horreur de « science-fiction ». Sa préférence va à la science-fiction de Jules Verne et H.G. Wells qui, ancrés dans la science de leur époque, proposaient leur vision d’un avenir. Vu sous cet angle, le terme le plus applicable au travail de Jayant Narlikar, principalement écrit en marathi, mais aussi en anglais et en hindi, est alors « scientifiction », inventé par Hugo Gernsback (1884-1957), le fondateur de la revue américaine Amazing Stories. Ses romans les plus connus en marathi sont Vaman n’est pas revenu (वामन परत न आला, 1986), Virus (व्हायरस, 1996), Sanctuaire (अभयारण्य, 2002), et parmi les ouvrages en anglais, The return of Vaman (1988).

Conception graphique : Emmanuelle Garcia (e.deux)


La fusion des mythologies et des sciences chez Samit Basu

Romancier et cinéaste né en 1979, Samit Basu écrit des romans fantastiques et de super-héros, des livres pour enfants, des romans graphiques et des nouvelles. Auteur de The Simoqin PropheciesThe Manticore’s Secret et The Unwaba Revelations, les trois parties de The GameWorld Trilogy (2004-2007) mais aussi de Turbulence (2012) et Resistance (2013), Samit Basu s’inscrit dans le contexte de la récente floraison de littérature indienne écrite en anglais. Les références culturelles sont nombreuses et diverses dans ses écrits, des Beatles à Star Wars en passant par les jeux traditionnels des enfants du Bengale.

Son intention est de créer des super-héros « authentiques » indiens. Il s’inspire de la mythologie indienne traditionnelle. Son univers englobe également des éléments d’autres civilisations. Alors que la science-fiction indienne du XXe siècle ne se basait que sur la science, son œuvre pioche à la fois dans la science et les mythologies, dans un croisement entre science-fiction et fantasy. Ses thématiques de prédilection sont la distinction entre le bien et le mal, la subjectivité de l’histoire et l’animosité entre les races, pour n’en citer que quelques-unes.

Conception graphique : Emmanuelle Garcia (e.deux)


L’auteur

Hemlata Giri-Loussier est chercheuse à Aix-Marseille Université, spécialiste de la littérature indienne moderne. [Découvrir son portrait]


Pour aller plus loin

Citer ce billet : Hemlata Giri-Loussier, "Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction indienne," dans Le Carreau de la BULAC, 15 juillet 2020, https://bulac.hypotheses.org/30135. Consulté le 30 septembre 2020

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search