Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction turque

Envie de prendre le large au-delà des frontières ? Cet été, la BULAC vous propose une excursion dans les sciences-fictions d’Europe de l’Est, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. Voici le quatrième épisode d’une série de dix en compagnie des contributeurs de l’exposition Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction, présentée à la BULAC du 17 février au 14 mars 2020.


Les extraterrestres comme expression des mutations de la Turquie contemporaine

Le récit de SF, qualifié de « roman scientifique » (en turc, fenni roman), est inspiré des romans de Jules Verne, très lus dans l’Empire ottoman finissant. il est apparu à partir de la révolution jeune turque de 1908 comme un des genres liés à l’explosion du roman populaire.

Dès les débuts de la République turque (1923), les textes d’anticipation et les dystopies se multiplient, en écho au programme de modernisation du régime. Il faut pourtant attendre les années 1970 pour qu’un véritable courant, lié à la science-fiction anglo-américaine, émerge, dominé par trois tendances : la description de mondes lointains, la critique des comportements sociaux et la satire ; trois perspectives que l’on retrouve dans le traitement particulier du thème des extraterrestres.

3e album du caricaturiste Selçuk Erdem, Boyner Yayınları, Istanbul, 2012 (4e édition).
– L’extraterrestre : « Bonjour Terrien, nous venons d’une civilisation très avancée. Tu peux nous poser la question de ton choix ! »
– Le terrien turc : « Pour le sexe, vous faites comment ? »

L’apparition du thème des soucoupes volantes dans la presse turque date de 1948, quelques mois donc après l’affaire de Roswell (juillet 1947) qui a lancé le thème des extraterrestres aux États-Unis. L’entrée de la Turquie dans l’OTAN n’intervient qu’en 1952, mais, en réalité, depuis 1947, le pays s’est aligné militairement sur les États-Unis et reçoit leur aide économique. Pourtant, les apparitions d’ovnis ne semblent pas renvoyer à la peur d’un expansionnisme soviétique sur le territoire turc, une peur exprimée dès 1945. À partir des années 1950, les petits hommes verts se métamorphosent en… des femmes fantasmées, belles, libérées et dominantes.

3e album du caricaturiste Selçuk Erdem, Boyner Yayınları, Istanbul, 2012 (4e édition).
« J’espère que l’akbil [le Navigo turc] marche ! »

C’est dans la littérature qu’éclot, en 1954, la première de ces créatures : la nouvelle éponyme du recueil de Tahsin Yücel, Uçan daireler (Les Soucoupes volantes), évoquant la profusion des articles sur les ovnis, les associent à une beauté aux yeux verts que le narrateur, divaguant, croit ensuite apercevoir dans l’autobus où il a pris place. Ce livre reste pourtant une exception : c’est le cinéma comme art, et la comédie comme genre, qui relayent le thème, érotisé, des extraterrestres.

Uçan Daireler Istanbul’da (Les Soucoupes volantes à Istanbul, 1955) d’Orhan Erçin, Turist Ömer uzay yolunda (Ömer le touriste dans l’espace, 1973) d’Hulki Saner, et G.O.R.A. (2004) d’Ömer Faruk Sorak sont les plus emblématiques de ces comédies, entre nanar et parodie turque de la SF américaine. Les années 1950 sont, en Turquie, le point de départ d’un mouvement d’exode rural et d’urbanisation massive qui va continuer jusqu’à nos jours. La grande ville est donc l’espace où des mondes sociaux traditionnels et modernes, turcs et occidentalisés, se rencontrent. Le motif principal de ces comédies est le récit d’enlèvements d’hommes ordinaires, mais roués, pour des voyages vers d’autres mondes et d’autres temps : une manière de signifier les défis d’une société modernisée et de ces rencontres improbables… avec des femmes si différentes.

Conception graphique : Emmanuelle Garcia (e.deux)


Les petits hommes verts au pays des Turcs

Uzaylılar : Genel Bilgiler (Les Extraterrestres : informations générales), Bilim Araştırma Merkezi, Istanbul, 1978.

Les fanzines satiriques hebdomadaires de l’underground turc (GırgırPenguenLeman, etc.), qui fleurissent à partir des années 1970, à Istanbul et Ankara, brodent à leur tour sur les Martiens, mais en délaissant la veine creusée par le cinéma : les petits hommes verts sont les porteurs d’un regard radicalement étranger. Il permet de fustiger, sur un mode comique, les travers, les excès et les incohérences d’une société urbaine, dont l’emballement est synonyme de dérèglement moral. Il dénonce également un nationalisme turc exacerbé, et obsédé par la négation des différences. C’est cette obsession qui pousse les personnages types de ces bandes dessinées à turquifier les extraterrestres qu’ils rencontrent, à l’instar de certains islamistes turcs, qui voient dans les hommes verts, les thuriféraires de l’islam. Un thème brocardé dans la comédie Kolonya Cumhuriyeti (La République de l’eau de Cologne, 2017) de Murat Kepez, où un extraterrestre, égaré dans un village de la côte égéenne, est promu imam et prend la tête d’une croisade anti-américaine.

Uzaylılar ve Uçan Daireler (Extraterrestres et soucoupes volantes), Istanbul, Milliyet Yay, 1975.

Le comique n’est cependant pas le seul registre cultivé à propos des ovnis. Un spiritisme turc, se réclamant de l’école française d’Allan Kardec, se développe à partir du milieu des années 1940. Il s’intéresse par définition, par le truchement du medium, à la pluralité des mondes habités. Il faut pourtant attendre les années 1960 pour qu’il s’empare de l’ufologie, avec pour arrière-plan la compétition soviéto-américaine pour la conquête de l’espace. Le public des spirites est néanmoins limité, et sa langue, souvent jargonneuse et absconse. Dans les années 1970, des éditeurs généralistes turcs popularisent par des traductions (celles des ouvrages de Peter Kolosimo, Erich von Däniken, etc.) ou des ouvrages originaux (notamment ceux du « Levantin » Giovanni Scognamillo, fin connaisseur du cinéma turc dans ses genres mineurs, de la SF et du fantastique à l’épouvante) la « théorie des anciens astronautes ». Cette théorie pseudo-scientifique postule que les grandes civilisations antiques et leurs ouvrages ont été « informés » par des visiteurs technologiquement et spirituellement beaucoup plus avancés. Le succès de ces livres aidant, cette thèse se diffuse ensuite dans l’industrie du tourisme national et contribue à réenchanter l’Anatolie, son patrimoine archéologique et ses richesses naturelles. Certaines régions, comme la Cappadoce et ses cheminées de fée, voient même apparaître, de manière plus ou moins éphémère, de musées des extraterrestres dans les années 2000.

Conception graphique : Emmanuelle Garcia (e.deux)


Les auteurs

Timour Muhidine est maître de conférences à l’Inalco, traducteur, éditeur et auteur, spécialiste de la littérature turque.

Alexandre Toumarkine est professeur des universités à l’Inalco, spécialiste de l’histoire de l’Empire ottoman finissant et de la République turque.

 

[Découvrir leurs portraits]


Pour aller plus loin

Citer ce billet : Timour Muhidine et Alexandre Toumarkine, "Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction turque," dans Le Carreau de la BULAC, 22 juillet 2020, https://bulac.hypotheses.org/30140. Consulté le 30 septembre 2020

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search