Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction japonaise 1/2

Envie de prendre le large au-delà des frontières ? Cet été, la BULAC vous propose une excursion dans les sciences-fictions d’Europe de l’Est, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. Voici le sixième épisode d’une série de dix en compagnie des contributeurs de l’exposition Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction, présentée à la BULAC du 17 février au 14 mars 2020.


Steampunk et vaisseaux spatiaux : l’héritage japonais de Jules Verne

Considéré comme l’un des auteurs ayant initié la SF, Jules Verne a un double héritage au Japon.

Affiche du film de science-fiction japonais Atragon, réalisé par Ishirō Honda, sorti en 1963.

D’une part, il est l’un des premiers auteurs français traduits. Ces œuvres en versions japonaises ont été ensuite retraduites en chinois et ont largement contribué à l’émergence de la SF en Asie.

Verne a eu beaucoup d’impact sur les auteurs de la littérature de jeunesse comme Shunrō Oshikawa (押川 春浪) qui met en scène un formidable sous-marin influencé par Vingt mille lieues sous les mers et Face au drapeau dans son roman Le cuirassé du fond de la mer (海島冒険奇譚 海底軍艦).

Celui-ci a donné lieu à une série de romans populaires qui ont été adaptés en plusieurs longs métrages et séries dont Atragon (海底軍艦, 1963) et Super Atragon (新海底軍艦, 1995-1996). L’un des illustrateurs de cette veine est Shigeru Komatsuzaki. Il a participé à l’adaptation cinématographique du Cuirassé du fond de la mer, mais il est surtout connu en Occident pour son travail sur Thunderbirds.

Image de la série Fushigi no Umi no Nadia (Nadia, le secret de l’eau bleue), 1990-1991.

Par ailleurs, cette filiation des sous-marins et autres engins de guerre a inspiré le design des vaisseaux spatiaux de Leiji Matsumoto (松本零士), connu en France par l’adaptation de son manga Albator (宇宙海賊キャプテンハーロック, 1977-1979). Matsumoto a une influence majeure sur le genre du space opera avec Le cuirassé de l’espace Yamato (宇宙戦艦ヤマト, 1974-1975).

Outre son influence sur les récits mettant en scène les engins militaires, Jules Verne a également inspiré le courant du steampunk japonais. Ce courant de la science-fiction repose sur une forme d’uchronie où les machines à vapeur remplacent les turbines à énergie nucléaire, l’acier et les boulons apparents supplantent les matières plastiques.

Verne est directement évoqué dans les vidéos complémentaires de la série Nadia, le secret de l’eau bleue (ふしぎの海のナディア, 1990-1991), dont l’intrigue débute à Paris durant une exposition universelle. Une autre exposition universelle, cette fois-ci à Londres, est l’un des éléments clefs du film d’animation Steamboy (スチームボーイ, 2004) réalisé par Katsuhiro Ōtomo (大友 克洋).

Conception graphique : Emmanuelle Garcia (e.deux)


Croisements graphiques entre hier et demain

La science-fiction japonaise repose sur une forme d’admiration pour les sciences et la technologie occidentales, mais ses manifestations graphiques y mêlent de nombreux thèmes traditionnels, repris dans une perspective inédite.

Scène de parade dans le film d’animation Paprika, réalisé par Satoshi Kon, sorti en 2006.

Les artistes puisent notamment dans le riche héritage visuel des parades de monstres (百鬼夜行). Ces processions figurent dans les contes rédigés au XIIIe siècle (Contes d’Uji 宇治拾遺物語,) comme dans les rouleaux de peinture japonaise (Hyakki Yagyō Zu 百鬼夜行図) dès le XVIe siècle.

Dans Paprika (パプリカ, 2006), film d’animation adapté du roman éponyme de Yasutaka Tsutsui (筒井 康隆), la parade de monstres rassemble à la fois tanukidaruma et torī, robots, jouets et statue de la liberté dans un défilé hallucinatoire. En un sens, les produits contemporains sont devenus des tsukumogami (付喪神), des objets devenus vivants.

Cette parade de yokai modernes fait écho à Robot Carnival, anthologie de courts métrages dont la séquence titre met en scène une forme de caravane de cirque où des automates remplacent les humains.

Dans le film Ghost in the Shell 2 (イノセンス, 2004), une autre parade mélange représentations religieuses asiatiques traditionnelles et robots dans un environnement futuriste et désenchanté. Le même long métrage crée une filiation entre les automates japonais (karakuri ningyō 絡繰り人形), les poupées de Hans Bellmer et les cyborgs.

Ce type d’hybridation entre les références occidentales et asiatiques se retrouve dans de nombreuses œuvres comme l’introduction de Short Peace (ショート・ピース, 2013) où une Alice au pays des merveilles moderne passe sous un torī pour suivre un lapin blanc disparaissant dans un écran virtuel.

D’autres personnages iconiques comme le roi des singes (孫悟空) sont réinterprétés dans des contextes de SF. Dans Paprika, l’avatar de l’héroïne revêt l’apparence traditionnelle du personnage tandis que dans Midnight eye Goku (Midnight Eye ゴクウ, 1987-1989), Buichi Terasawa (寺沢 武一) reprend certains éléments dans un monde cyberpunk.

Conception graphique : Emmanuelle Garcia (e.deux)


L’auteur

Bounthavy Suvilay est docteure en littérature française comparée, spécialiste de la pop culture japonaise [Découvrir son portrait]


Pour aller plus loin

Citer ce billet : Bounthavy Suvilay, "Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction japonaise 1/2," dans Le Carreau de la BULAC, 5 août 2020, https://bulac.hypotheses.org/30166. Consulté le 30 septembre 2020

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Très intéressant, merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search