Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction japonaise 2/2

Envie de prendre le large au-delà des frontières ? Cet été, la BULAC vous propose une excursion dans les sciences-fictions d’Europe de l’Est, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. Voici le septième épisode d’une série de dix en compagnie des contributeurs de l’exposition Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction, présentée à la BULAC du 17 février au 14 mars 2020.


À l’aube du XXIe siècle, malgré le succès international des anime et des mangas, l’intérêt pour la science-fiction littéraire diminue, obligeant les éditeurs à trouver des parades.

Satoshi Hase, My Humanity, Tokyo : Hayakawa shobō, 2015.

Apparaissent alors les lights novels, des romans de science-fiction et de fantasy destinés à un public de jeunes adultes, dont le modèle économique repose sur celui des mangas. Agrémentés d’illustrations, ils sont d’abord sérialisés avant de paraître en livres de format poche. Souvent, ils adaptent ou sont des adaptations d’anime, de mangas, ou encore de jeux vidéo. Le media mix – le fait qu’une œuvre ou une licence navigue entre plusieurs media – prend une part de plus en plus importante dans le paysage de la SF.

De 2003 à 2008, Shiozawa Yoshihiro, rédacteur en chef de SF Magjin (la principale revue dédiée au genre), lance une nouvelle collection de science-fiction japonaise dans le but de promouvoir de jeunes talents. Leurs œuvres, qualifiées de real fiction, connaissent un rapide succès. Sous des airs de simulations virtuelles reflétant l’influence grandissante des jeux vidéo, elles explorent des fragments du réel postmoderne sur un ton souvent pessimiste.

L’une des premières figures à émerger, Ubukata Tō (冲方 丁), à la fois écrivain et scénariste, est emblématique de la nouvelle génération. Ses œuvres, qui sondent avec violence et cruauté la psyché humaine – il suffit de songer à Mardock Scramble, lauréat du Grand prix de SF japonais en 2003 –, ont fait l’objet de nombreuses adaptations.

Enjoe Toh, エピローグ (Épilogue), Tokyo : Hayakawa shobō, 2015.

Itō Keikaku 伊藤 計劃 (Project Itoh) et Miyauchi Yūsuke (宮内 悠介) interrogent l’ordre mondial au XXIe siècle en abordant la problématique des libertés individuelles et du contrôle de l’information, notamment à travers le thème de la guerre. Ils explorent aussi, avec Tobi Hirotaka (飛 浩隆) et Hase Satoshi (長谷敏司), de nouvelles façons d’envisager l’humain à l’heure où les bio-nanotechnologies laissent entrevoir une hybridation toujours plus subtile entre le vivant et la technique. Hayashi Jōji (林讓治) et Nojiri Hōsuke (野尻 抱介) revisitent le space opera, tandis qu’Enjoe Toh (円城 塔) joue avec les concepts physiques, mathématiques et littéraires dans un style expérimental. Mais les questions de la conscience et du pouvoir du langage sont au centre de leurs récits où l’intelligence artificielle apparaît de manière récurrente.

Conception graphique : Emmanuelle Garcia (e.deux)


L’auteur

Denis Taillandier est maître de conférences à l’université Ritsumeikan (Japon), spécialiste de l’imaginaire scientifique et technologique et de la culture japonaise. [Découvrir son portrait]


Pour aller plus loin

Citer ce billet : Denis Taillandier, "Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction japonaise 2/2," dans Le Carreau de la BULAC, 11 août 2020, https://bulac.hypotheses.org/30172. Consulté le 24 octobre 2020

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search