Futurs d’ailleurs : voyage en sience-fiction chinoise

Envie de prendre le large au-delà des frontières ? Cet été, la BULAC vous propose une excursion dans les sciences-fictions d’Europe de l’Est, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. Voici le huitième épisode d’une série de dix en compagnie des contributeurs de l’exposition Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction, présentée à la BULAC du 17 février au 14 mars 2020.


Han Song : la soft science-fiction comme commentaire social

La soft science-fiction peut désigner deux types de science-fiction. La première est principalement axée sur le progrès ou l’extrapolation des sciences humaines, comprenant les sciences sociales mais pas les sciences naturelles. Dans la seconde, la science n’occupe pas une part importante dans le récit.

Illustration présente sur la couverture du roman de Han Song Ditie (Métro), paru en 2010.

Han Song (1965-) est journaliste à l’agence de presse officielle Xinhua le jour et écrivain la nuit ; il est l’un des représentants de la nouvelle vague d’auteurs chinois de science-fiction.

Han Song, Yiyuan (L’Hôpital), 2016.

Dans ses œuvres, il apporte des réflexions sur la technologie et la modernité. Il affiche une inquiétude vis-à-vis des développements scientifiques et technologiques, ainsi que de leur impact sur l’humanité, et en particulier sur le peuple chinois. Il a plusieurs thèmes de prédilection, donc cinq principaux qui se retrouvent fréquemment dans ses écrits, à savoir : la rivalité hégémonique entre la Chine et les États-Unis, le développement à tombeau ouvert de la Chine, la noirceur de l’histoire humaine, l’essor et le déclin des civilisations, le sentiment d’échec et d’impuissance de l’Homme ordinaire confronté à des puissances humaines ou mystérieuses qui le dépassent.

Han Song semble préférer les écrits engagés qui lui permettent d’énoncer pleinement ses préoccupations. Pour lui, la SF est une littérature qui a pour tâche la critique sociale et l’élaboration de visions du monde. Ses écrits dépeignent une réalité autre qui éclaire notre propre réalité. Ainsi, la SF est, sous sa plume, comme un miroir, tantôt inversé tantôt grossissant, du passé, du présent et d’un éventuel futur. Il donne plus de place, dans ses écrits, à la critique historique et sociale, ainsi qu’à la philosophie, qu’aux descriptions techniques et scientifiques. Ses ouvrages expriment ses réflexions sur cette société en pleine mutation, avec ses problèmes et ses inquiétudes.

Conception graphique : Emmanuelle Garcia (e.deux)


Liu Cixin : une hard science-fiction vertigineuse comme sonde de notre monde

La hard science-fiction est une forme de science-fiction « qui a pour épine dorsale la science établie ou son extrapolation prudente ».

Liu Cixin (1963-) est l’auteur de SF le plus célèbre en Chine, notamment pour sa trilogie 三体 (Le Problème à Trois Corps), dont la traduction anglaise du premier volume a obtenu le prix Hugo 2015 du meilleur roman. Il fut ingénieur informaticien dans une centrale hydroélectrique de la province du Shaanxi, mais vit désormais de sa plume.

Nous retrouvons parmi ses thèmes fétiches les catastrophes naturelles et écologiques mettant en péril la survie de l’humanité, ou encore le développement scientifique dans lequel il se permet de longues descriptions techniques.

En effet, Liu Cixin pourrait être qualifié d’auteur de hard-SF, puisqu’il utilise des concepts scientifiques et techniques poussés dans lesquels il distille ses réflexions sur la Chine, le monde, la morale, et l’être humain en général. Ainsi, s’il s’attache à décrire de manière très détaillée et à extrapoler de façon mirobolante les théories scientifiques les plus avancées, c’est aussi et surtout pour mieux imaginer et décrire l’évolution des sociétés. Il ne fait pas preuve d’un positivisme et d’un scientisme béats comme certains de ses homologues, mais pousse à leur paroxysme des concepts déjà connus de SF pour mieux sonder les limites de l’idéologie et de l’éthique dans un univers qui semble amoral. À la lecture de ses œuvres, on découvre donc une science-fiction à la fois intimiste et « réaliste », ponctuée de passages grandiloquents, proches du space opera, et vertigineux.

Conception graphique : Emmanuelle Garcia (e.deux)


L’auteur

Loïc Aloisio est doctorant en langue et littérature chinoises à Aix-Marseille Université, spécialiste de la nouvelle génération d’auteurs de science-fiction chinoise. [Découvrir son portrait]


Pour aller plus loin

Citer ce billet : Loïc Aloisio, "Futurs d’ailleurs : voyage en sience-fiction chinoise," dans Le Carreau de la BULAC, 19 août 2020, https://bulac.hypotheses.org/30176. Consulté le 24 octobre 2020

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search