Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction africaine

Envie de prendre le large au-delà des frontières ? Cet été, la BULAC vous propose une excursion dans les sciences-fictions d’Europe de l’Est, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. Voici le neuvième épisode d’une série de dix en compagnie des contributeurs de l’exposition Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction, présentée à la BULAC du 17 février au 14 mars 2020.


Nigéria – Les grands nombres et la surpopulation

Pays de records, le Nigéria occupe depuis 2009 la place de 2e puissance cinématographique du monde. Avec 2 000 films produits par an, Nollywood talonne ainsi Bollywood (Inde) et surpasse Hollywood (États-Unis).

Collections de la BULAC, cote BIULO BR.8.804(1).

À côté de cela, le Nigéria est le pays le plus peuplé d’Afrique avec 203 millions d’habitants en 2018. D’après les prévisions les plus récentes, il en comptera 410 millions en 2050, devenant ainsi le 3e pays le plus peuplé du monde après la Chine et l’Inde.

La réduction des naissances reste un débat difficile dans ce pays, car les enfants représentent, pour beaucoup, une richesse et un espoir plutôt qu’une possible catastrophe. « L’idée que plus on a d’enfants, mieux ils prendront en charge leurs parents » reste très ancrée dans les mentalités.

On retrouve cette vision de la fertilité comme une bénédiction à la fois privée et publique dans le texte de Lesley Nneka Arimah publié dans le numéro spécial de la revue Galaxies consacré à la science-fiction africaine et sélectionné pour le Grand Prix de l’Imaginaire 2017.

Le lecteur se plongera également avec intérêt dans les œuvres de Buchi Emecheta (The Rape of Shavi), Nnedi Okorafor (Qui a peur de la mort / Who fears Death, Lagoon), Ben Okri (La route de la faim), Wole Talabi (Incomplete solutions), Tade Thompson (Rosewater) et Amos Tutuola (L’ivrogne dans la brousse).

Conception graphique : Emmanuelle Garcia (e.deux)


Le Sénégal et l’Afrique francophone : le futur du passé colonial

Anastasya Eliseeva, African SciFi, 2019. © Anastasya Eliseeva © New Frame

Le Sénégal du poète Léopold Sédar Senghor et du chanteur Youssou Ndour est situé à l’ouest du continent africain, entre l’océan Atlantique, le Mali, la Mauritanie et la Guinée.

Les Sénégalais doivent, comme la plupart des habitants des pays d’Afrique Noire, faire avec ce qu’on appelle « l’héritage colonial ».

Dans une production culturelle marquée par l’ambiguïté du lien historique, on retrouve ces questionnements sur le rapport à l’empire colonial. Qu’en faire ? S’en réclamer ? S’en détacher ? Rester sur place ? Y aller ?

Nika Mtwana, Tribal Prototype. © Nika Mtwana

La science-fiction des pays francophones peut servir de véhicule pour exprimer de telles interrogations. Ainsi, « Le Migrant volant » de Mame Bougouma Diene présente un personnage qui, dans un futur proche, s’est fabriqué une machine volante extraordinaire et ne jure que par l’Europe.

Pour le Mauritanien Moussa Ould Ebnou, comme il le montre dans son « Dregdreg » (Galaxies SF NS, n°46), c’est la question des cultures concurrentes qui est saillante. Que se passe-t-il quand les valeurs traditionnelles locales cohabitent avec les industries de « là-bas » ?

La politique-fiction Aux États-Unis d’Afrique d’Abdourahman A. Waberi illustre l’injustice ordinaire à l’échelle du monde. La question coloniale et la thématique du choc des cultures est également abordée par Buchi Emecheta (The Rape of Shavi), Nisi Shawl (Everfair) et Sofia Samatar (Un étranger en Olondre).

Conception graphique : Emmanuelle Garcia (e.deux)


Afrique du Sud – L’autre et la rencontre

Terre historique de l’Apartheid (1948-1991), l’Afrique du Sud est encore hantée par la question de l’altérité et de la rencontre.

L’autre, celui qui nous ressemble, celui qui est étrange, potentiellement dangereux, apparaît de façon récurrente.

La rencontre peut prendre des formes extrêmes, comme dans le film District 9, de Neill Blomkamp (2009) qui met en scène des extraterrestres nombreux et affamés parqués dans un camp de réfugiés.

D’autres fois, ce sont des caractéristiques plus insolites qui différencient les uns des autres. Lauren Beukes en donne un exemple avec son Zoo City, dans lequel les criminels sont repérables aux animaux symbiotiques dont ils sont affublés.

L’étrangeté, en science-fiction, s’incarne aussi, plus subtilement, dans une façon d’observer ses semblables et ce qui devait paraître familier, avec un décalage, un petit pas de côté.

C’est ainsi que se construit l’ambiance onirique du texte de Diane Awerbuck, Leatherman, qui imprime à son récit, dès le départ et jusqu’au bout, une forme d’irréalité, un effet science-fiction.

Le thème de l’altérité et la rencontre traverse également les œuvres de Nnedi Okorafor (Lagoon), Buchi Emecheta (The Rape of Shavi) et Tade Thompson (Rosewater).

Conception graphique : Emmanuelle Garcia (e.deux)


L’auteur

Ketty Steward est poétesse et autrice de textes fantastiques et de science-fiction. [Découvrir son portrait]


Pour aller plus loin

Citer ce billet : Ketty Steward, "Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction africaine," dans Le Carreau de la BULAC, 26 août 2020, https://bulac.hypotheses.org/30192. Consulté le 31 juillet 2021

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search