Méhémet Ali, fondateur de l’Égypte moderne

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON Fol 1529.

Ce billet prolonge l’exposition présentée au rez-de-jardin de la BULAC du 8 septembre au 16 octobre 2020, à l’occasion des 250 ans de la naissance de Méhémet Ali. L’exposition présente un choix de documents en arabe, en turc ottoman et en français invitant à redécouvrir cet acteur clé de l’histoire de l’Égypte du XIXe siècle. Cette programmation coordonnée par Nicolas Pitsos et Juliette Pinçon a été conçue avec la collaboration de Fatna Ziani et Mohammed Tawaf pour le domaine arabe, et de Meriç Tanik et Mariéva Chalvin pour le domaine turc.

Photos : Maxime Ruscio / BULAC


« Les seuls livres que j’ai jamais lus sont les visages des gens et je me suis rarement trompé dans leur lecture. » Analphabète jusqu’à une période tardive de sa vie, Méhémet Ali connaît une ascension fulgurante. Admirateur d’Alexandre le Grand et de Napoléon, comparé à Pierre Ier ou aux Médicis, qualifié de pharaon de l’ère moderne, ce commerçant de tabac se transforme en peu de temps en diplomate avisé et gouverneur improvisé. Arrivé en Égypte de sa ville natale de Kavala1, il se met au service du sultan ottoman pour rétablir l’ordre dans cette province de l’Empire suite au retrait des troupes napoléoniennes. Très vite, ses ambitions personnelles l’amènent à écarter ses concurrents, notamment les mamelouks, et à exercer le pouvoir de manière autoritaire. Indépendamment des perceptions contrastées de sa personnalité et des jugements variés concernant sa manière de gouverner, sa politique a durablement marqué la société égyptienne.

De Kavala au Caire et à Alexandrie

Collections de la BULAC, cote BIULO U.III.48.

L’exposition s’ouvre sur un extrait de L’Égypte au XIXe siècle d’Édouard Gouin, qui relate un des tournants de la vie de Méhémet Ali. Né à Kavala en 1769, la « Mecque du tabac » dans les Balkans, il est envoyé en Égypte au temps de l’expédition militaire conduite par Napoléon Bonaparte (1798), pour contribuer au rétablissement de l’ordre impéral ottoman. Abandonnant sa vie de négociant de tabac, il se transforme en commandant militaire. Ambitieux, il cherche par la suite à saisir le pouvoir par tous les moyens, sans hésiter à recourir aux intrigues. Canalisant le mécontentement populaire contre Khursit Ahmet pacha, le wāli ottoman, il le remplace en 1805 avec l’aide des mamelouks. Quelques années plus tard, en 1811, il écarte aussi les beys mamelouks et se met à exercer le pouvoir de manière solitaire et autoritaire.

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 8 1199.

Un second ouvrage, كتاب منحة أهل العصر بمنتقى تاريخ احياء مصر, qui traite de l’histoire politique de l’Égypte à l’époque de Méhémet Ali, relate la vie de Méhémet Ali, depuis sa naissance jusqu’à son entrée dans l’armée. Son caractère et son parcours y sont décrits avec précision. Travailleur depuis sa jeunesse, il s’élève dans la hiérarchie militaire. Son caractère guerrier et ambitieux apparaît lors de son entrée dans l’armée. Il est ensuite envoyé en Égypte après le retrait de la France dans le but de la réintégrer dans le giron de l’Empire ottoman. L’auteur, ‘Abd Allâh ibn ʿAbd Allâh Abou al-Souʿoud est le premier journaliste politique de l’histoire de l’Égypte moderne. Né à Dahchour (près de Gizeh, en Égypte), il parle arabe, français et italien. Il fonde le journal Wadi El-Nil en 1284 h. [1867].

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 8 1199.

Politique administrative, territoriale et fiscale

Collections de la BULAC, cote BIULO AA.IV.30(2).

Nommé wāli (gouverneur) de l’Égypte par le sultan ottoman, Méhémet Ali cherche tout de suite à dé-féodaliser le pays en éliminant l’emprise des potentats locaux sur l’organisation sociopolitique. Désireux d’instaurer un État centralisateur, il impose une réforme territoriale et fiscale radicale.

Dans cette optique, il redistribue les propriétés des beys mamelouks à des paysans, supprimant les exemptions fiscales sur les terres qui en bénéficiaient. D’un autre côté, il confisque les waqf (régime de transformation des terres agricoles en biens inaliénables dont les revenus sont affectés à une fondation pieuse ou à l’entretien des descendants du donataire). En 1812, il abolit l’affermage fiscal et fait percevoir l’impôt directement par ses agents. Afin d’imposer l’ensemble des terres et d’être en mesure d’établir un impôt foncier relativement juste, il est aussi à l’origine de l’élaboration d’un cadastre à partir de 1813.

Politique militaire

Dans le domaine militaire, Méhémet Ali prend la décision d’enrôler des fellahs égyptiens afin de constituer en quelque sorte une « armée nationale ». Pour l’encadrement de cette armée, il fait appel aux services d’officiers italiens ou français. C’est dans ce contexte que la mission Boyer part pour l’Égypte sous Charles X, en vue de former les soldats égyptiens. Elle est aussi chargée de la réorganisation de l’arsenal et du développement des manufactures d’armes.

Joseph Seve est nommé en 1820 instructeur en chef de l’armée égyptienne. Converti à l’islam et connu désormais sous le nom de Soliman pacha, il est considéré comme le principal réorganisateur de l’armée égyptienne, conduite sur le modèle des armées européennes, et plus particulièrement l’armée napoléonienne. Le système de la conscription permet de créer une armée fort importante, alors qu’en même temps le sultan Mahmud II décide de suivre l’exemple de Méhémet Ali, éliminant le corps des janissaires et optant lui aussi pour la création d’une armée régulière. Mais les modalités de conscription sont très mal vécues par les paysans qui résistent à l’enrôlement par tous les moyens, la fuite, l’insurrection ou encore l’automutilation.

Collections de la BULAC, cote BIULO FG.III.42(3).

Politique extérieure

La politique extérieure de l’Égypte sous Méhémet Ali se déroule dans le cadre de la question d’Orient. Méhémet Ali manifeste sa volonté de mener à bien ses projets expansionnistes et de réaliser ses velléités indépendantistes. Juste avant de défier directement le pouvoir ottoman, à l’instar de son contemporain Ali Pacha de Janina (Yanina), il se met au service du sultan afin de l’aider à réprimer les révoltes des Wahhabites sur la péninsule arabique (1811-1818) ou encore les insurrections de ses sujets chrétiens en Crète ou en Morée (1823-1827). Déplorant la perte de sa flotte lors de la bataille de Navarin, qui couronne de victoire la coalition franco-russo-britannique, il revisite sa politique face à la Sublime Porte. Après avoir entamé la conquête du Soudan en 1820, il renoue avec ses projets d’expansion territoriale, s’orientant cette fois-ci vers la Syrie et la Palestine ottomane. Il sort victorieux de la première guerre ottomano-égyptienne (1831-1833), le traité de Kütahya faisant passer ces régions dans son giron.

La deuxième guerre l’opposant au sultan ottoman (1839-1841) prend les allures d’un conflit par acteurs interposés. D’un côté, la diplomatie britannique soutient l’intégrité territoriale de l’Empire ottoman, le considérant comme le seul rempart valable face aux projets d’avancée russe vers la Méditerranée, mettant en danger son contrôle de la route maritime vers l’Inde. De l’autre côté, la diplomatie française se range dans un premier temps derrière Méhémet Ali. Le changement ministériel à Paris, avec le remplacement d’Adolphe Thiers par François Guizot, un anglophile convaincu, aboutit à la signature du traité de Londres, par lequel Méhémet Ali se voit confier à titre héréditaire, le pachalik d’Égypte, mais il est obligé de retirer ses troupes de la Syrie et de la Palestine ottomane.

Collections de la BULAC, cote BIULO AF.III.191.

Ces événements sont relatés par le journaliste, chercheur et historien libanais Souleymane Abou Izzeddine (1871-1933) dans un ouvrage paru en 1939 qui est présenté dans l’exposition. Né au sein d’une famille druze, l’auteur émigre en Égypte et se distingue par son patriotisme et son aide au service des migrants druzes. Il s’intéresse à l’histoire, en particulier à ce qui se rapporte à la communauté druze et à ses familles au Levant. Il écrit plusieurs livres sur l’histoire égyptienne, notamment sur Ibrahim Pacha (1789-1848), généralissime et homme d’État égyptien, fils aîné du wāli d’Égypte. Méhémet Ali, dont il est le principal bras armé. Ibrahim a gouverné l’Égypte du 2 mars au 10 novembre 1848. Avec l’aide du français Joseph Anthelme Sève, il introduit la discipline européenne dans l’armée égyptienne. Dans le passage exposé, l’auteur, après avoir relaté dans un premier temps la répression de la révolte dans la Morée en 1826 par Ibrahim Pacha, décrit la conquête de la Syrie et de l’Anatolie.

Collections de la BULAC, cote BIULO O.VIII.22.
Collections de la BULAC, cote BIULO O.VIII.22.

La politique extérieure de Méhémet Ali se manifeste aussi par des alliances diplomatiques. Le Voyage du Luxor en Égypte illustre la pratique de la « diplomatie de cadeaux » à l’égard des souverains étrangers, à travers le récit du transfert de l’obélisque du temple de Louxor vers Paris. Démonté et transporté sur le navire Louxor spécialement construit à cette fin, l’obélisque est érigé en 1836 au centre de la place de la Concorde à Paris. Alors que la société française connaît un véritable engouement pour la civilisation égyptienne antique, dans le sillage de la campagne d’Égypte et du déchiffrage des hiéroglyphes gravés sur la pierre de Rosette, le commandant du Louxor, Raymond de Verninac Saint-Maur, reproduit la notice de Champollion-Figeac, sur le texte des inscriptions de l’obélisque.

Quelques années auparavant, la première girafe en France, offerte à Charles X, avait été accueillie par un public parisien en liesse avant de trouver sa place dans la ménagerie du Jardin des plantes. Ce fait divers, démonstration d’une politique francophile décidée par Méhémet Ali, avait suscité une véritable « girafomanie ». Des pamphlétaires de l’époque s’en servirent dans leurs diatribes contre la censure appliquée par le régime de Louis-Philippe, à l’instar d’une Lettre de la Girafe au pacha d’Égypte en 1827.

Politique agricole et urbanistique, industrielle et commerciale

Soucieux d’asseoir son pouvoir sur des bases d’une organisation étatique solide, Méhémet Ali s’active à moderniser les infrastructures économiques et le tissu productif de l’Égypte.

L’un des buts principaux de Méhémet Ali est de redresser les finances publiques de son « État ». Il fait augmenter les recettes du trésor public, par l’autarcie agricole, une imposition fiscale généralisée et une politique mercantiliste. Il entreprend ainsi de multiplier les surfaces cultivables et d’intensifier leur rendement, d’acclimater de nouvelles espèces afin de subvenir aux besoins de la population et de réduire les importations tout en favorisant les exportations. Pour y parvenir, il lance des travaux publics d’irrigation, fait dresser un cadastre et pratique le monopole d’État pour la commercialisation des produits.

Les expéditions militaires conçues et voulues par Méhémet Ali avaient déjà donné une première impulsion au secteur industriel avec la création d’industries locales pour la fabrication à la fois de textiles pour les uniformes des soldats et de produits alimentaires pour leur rationnement. Pendant les guerres napoléoniennes, les Anglais deviennent les premiers acquéreurs du blé égyptien pour assurer la subsistance de leurs troupes engagées contre Napoléon. À partir de cette époque, Méhémet Ali entre dans une logique spéculative. Il établit des monopoles, d’abord sur les grains en 1812, puis sur tous les produits destinés à l’exportation (riz, fèves, lentilles, oignons, etc.). C’est l’âge d’or des négociants européens établis à Alexandrie. Ceux-ci achètent au pacha les marchandises à un prix fort avantageux pour lui-même, mais bien inférieur à leur valeur sur les marchés anglais, français ou autrichien. Ce système spéculatif, générant une certaine prospérité pour le pays, est remis en question suite à la signature d’un traité entre les grandes puissances coloniales européennes et l’État ottoman en 1838. Ce traité instaure des droits de douane qui font perdre aux produits égyptiens leurs avantages compétitifs auprès des marchés européens.

Collections de la BULAC, cote BIULO BA.VI.94.

En 1822, Méhémet Ali introduit la culture du coton qui devient une des ressources principales de l’Égypte moderne et un des piliers de son économie, représentant la moitié de ses exportations en 1836. La création de la fabrique des draps dans le quartier de la Boulâq, sur le bord du Nil, participe de la volonté de Méhémet Ali d’approvisionner son armée en vêtements résistants et de bonne qualité. L’Histoire de l’Egypte sous le gouvernement de Mohammed-Aly porte le témoignage de cet élan de modernisation du tissu productif du pays. Félix Mengin, arrivé en Égypte avec l’expédition napoléonienne, souligne une dimension supplémentaire d’une telle activité industrielle. Il s’agit des transferts technologiques depuis l’étranger ou par l’intermédiaire d’étudiants envoyés en Europe afin d’être formés aux arts et métiers nécessaires au développement économique et scientifique du pays et contribuant ainsi à la constitution d’élites locales.

Son commerce confié quasi exclusivement à des négociants grecs comme la famille de Benakis, il se tourne vers les ingénieurs français pour la mise en place de travaux publics censés favoriser le développement de l’économie agricole. Dans les campagnes, il s’agit surtout de mener de travaux d’irrigation en vue d’étendre les surfaces cultivables. Le maillage actuel de canaux et de bassins dans la vallée du Nil date de la cette période. Suite à cette politique de travaux hydrauliques, la surface cultivable est augmentée d’environ un million de feddans (acres) soit 20 % par rapport à la période précédente. Parmi les travaux « pharaoniques », la création du canal Mahmûdiyya se distingue par son importance et son ampleur. Ce chantier colossal qui emploie 400 000 hommes est aussi terriblement meurtrier, causant la perte de 7 000 ouvriers à cause des effets ravageurs d’une épidémie de peste et d’un hiver rigoureux en 1818-1819. Lancé pour relier Alexandrie au reste du pays, il doit en outre assurer son approvisionnement en eau potable. Mais la principale raison ayant dicté la décision de sa construction est la volonté d’accroître la superficie cultivable le long de la voie d’eau navigable.

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON Fol 1529.

La création de ce canal ainsi que l’inauguration de l’arsenal de marine transforment la physionomie d’Alexandrie. Une fièvre bâtisseuse s’empare de la ville. Autour de la place des Consuls, les ressortissants des pays européens commencent à élever le quartier d’Al-Machiyya, doté de rues larges et d’habitations élégantes. Sur la presque île de Pharos, Méhémet Ali fait construire le palais de Ras al-Tin, dans un style éclectique, brassant les références au style néo-renaissance, néo-baroque et néo-mauresque.

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON Fol 1529.

Au Caire, c’est surtout à la Citadelle que se manifeste sa volonté d’inscrire son nouvel ordre dans l’espace. Sur cette forteresse remontant à l’époque de Saladin, siège du pouvoir depuis les sultans mamelouks, il fait table rase des bâtiments incarnant l’ancien régime en marquant la topographie cairote, d’un sceau indélébile avec la construction de la Grande Mosquée. Ses plans, confiés à Yusuf Buchnaq, un architecte grec d’origine bosniaque, assisté par un ingénieur égyptien du nom de Ali Hussayn, sont calqués sur ceux des grandes mosquées impériales stambouliotes. Quant au choix de son implantation sur un site dominant l’ensemble de la cité, il semble avoir été motivé par des considérations politiques et conçu comme un symbole de la volonté d’affranchissement à l’égard de l’autorité du sultan.

Collections de la BULAC, cote BIULO UU.V.87. Sur ce plan du Caire datant de 1845, on peut voir l’emplacement du quartier de la Boulâq, où a été implantée la première imprimerie égyptienne sous Méhémet Ali.
Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON Fol 1529.

Politique de santé publique

Recruté pour entrer au service de Méhémet Ali en 1825, le médecin français Antoine-Barthélémy Clot (1793-1868) est chargé de l’organisation du système de santé publique et de la formation médicale sur place. Il devient le maître d’œuvre de la modernisation de la santé publique égyptienne.

Collections de la BULAC, cote BIULO AA.IV.30(1).

À son arrivée en Égypte en 1825, le Dr Antoine-Barthélémy Clot (1793-1868) soigne Méhémet Ali et devient son médecin attitré et ami. En 1831, une terrible épidémie de choléra fait 35 000 morts au Caire. Le Dr Clot se dévoue sans compter et obtient le titre de bey, qu’il ajoutera à son nom. Il contribue aussi activement à l’enrayement de la propagation de l’épidémie de peste en 1835. En 1832, Clot-Bey obtient du wāli l’autorisation de se rendre en France avec douze des meilleurs élèves de l’école d’Abou-Zabel, pour leur permettre de perfectionner leurs connaissances et constituer, à leur retour, le noyau dur sur lequel reposera, par la suite, la formation des futurs médecins égyptiens. Impliqué dans la création d’un complexe hospitalier militaire à Abou Zabel, à proximité de la ville du Caire, le Dr Clot y fonde également une école de médecine. Les premiers enseignants ne maîtrisant pas la langue arabe, il adjoint à chacun d’entre eux un traducteur. En 1832, il crée également une école de sages-femmes. Les principes modernes de santé publique, tels que les campagnes de vaccination ou encore les dispositifs de quarantaine pour endiguer les effets ravageurs liés aux épidémies, sont ainsi introduits dans la société égyptienne. Rentré provisoirement à Marseille, il y rédige en 1840 son Aperçu général sur l’Égypte.

Collections de la BULAC, cote BIULO AA.IV.30(1).

Le visiteur peut découvrir une traduction arabe d’une réglementation de la pharmacopée rédigée par le Dr Clot-Bey, imprimée à l’imprimerie de la Bulaq. L’ouvrage explique les bonnes pratiques médicales (remèdes, bandages, traitements…) pour former les praticiens égyptiens. Il contient des tableaux recensant les herbes médicinales et les remèdes utilisés à l’époque de Méhémet Ali.

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 8 3740.
Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 8 321.

L’exposition présente également un livre de médecine populaire écrit par Clot-Bey, كتاب كنوز الصحة [Les trésors de la santé], à l’usage des droguistes et des barbiers, qui sont les derniers maillons de la chaîne, fut traduit en arabe, imprimé à dix mille exemplaires et distribué gratuitement dans les provinces égyptiennes. Dans ce passage, il défend la nécessité de faire traduire des livres de médecine du français vers l’arabe pour pallier au manque de connaissances médicales en Égypte. Par exemple, Mohammed Efendi, l’un des médecins les plus connus d’Égypte, a aussi traduit des ouvrages du Dr Clot-Bey. Muḥammad Bīk al-Rāfiʿī al-Shāfiʿī est l’un des nombreux traducteurs de livres de médecine du français vers l’arabe.

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 8 321.

Politique culturelle, éducative, scientifique

Malgré son attachement aux traditions sunnites, Méhémet Ali mène une politique de tolérance religieuse perçue comme élément essentiel de la cohésion sociale et de la création d’une identité nationale inclusive. À côté de son soutien à des établissements prestigieux comme l’université Al-Azhar, dispensant un enseignement théologique réputé dans le monde musulman, Méhémet Ali encourage aussi l’enseignement laïc. Dans une telle perspective, il favorise la fondation d’écoles polytechniques par des saints-simoniens ou des écoles de médecine sous la direction d’Antoine Clot.

Ces initiatives étant dirigées quasi exclusivement par des officiers et technocrates étrangers, Méhémet Ali opte en parallèle pour la formation d’élites scientifiques locales. Motivé par cette volonté, il envoie des étudiants en Italie ou en France afin de les initier aux sciences humaines et techniques développées dans ces pays. De retour en Égypte, ils sont censés agir en tant que vecteurs de ces connaissances et médiateurs culturels.

Rifâ’a al-Tahtâwî est un des représentants les plus emblématiques de ces missions. Fasciné par la civilisation européenne, son souci premier est de tirer de son séjour à Paris les éléments d’une modernisation compatible avec les préceptes de la religion musulmane. Fondateur d’une école de traduction au Caire, il est aussi nommé par Méhémet Ali directeur en chef de la rédaction de la gazette officielle, Al-Waqai al-Misriya, premier journal publié en arabe et en turc ottoman en Égypte.

L’essor de l’imprimerie et la naissance de la presse arabophone en Égypte

Exposition « Méhémet Ali, fondateur de l’Égypte moderne »

L’exposition met en avant le plus ancien livre imprimé à l’imprimerie de la Bulaq que la bibliothèque possède, قانون الصباغة في صناعة صباغة الحرير. La Matba’at al-Amiriyyat (en arabe, cela signifie « imprimerie du roi ») est située dans le quartier de Bulaq au Caire. C’est la première véritable imprimerie et maison d’édition égyptienne, créée par Méhémet Ali en 1820. Entre 1822 et 1845, plus de quatre cent ouvrages sortent de cette imprimerie, faisant de cet établissement un lieu emblématique de la politique culturelle du fondateur de l’Égypte moderne. Cet ouvrage est publié en 1823, un an après l’ouverture de la Bulaq. Il s’agit de la traduction en arabe d’un livre sur la teinture sur soie, d’après le traité de Pierre-Joseph Macquer (1718-1784), un médecin et chimiste français. Il étudia, avec son ami Baumé, l’art du teinturier en soie pour le compte de la manufacture des Gobelins. Son ouvrage Art de la teinture en soie date de 1763. Rafael Zahour Rahib est l’auteur de l’avant-propos et le traducteur.

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 4 743.

Méhémet Ali s’intéresse à l’actualité étrangère et souhaite que l’Égypte ait son propre journal d’information. L’exposition présente le fac-similé de la Une du premier numéro du premier journal publié en arabe et en turc ottoman en Égypte, créé en 1828 sur l’ordre de Méhémet Ali. À l’origine, il est appelé Veḳāyiʿ-i Mıṣriye (en turc ottoman : وقایع مصریه). Il est écrit en turc ottoman dans la colonne de droite, avec une traduction arabe dans la colonne de gauche. Il est ensuite imprimé uniquement en arabe. Ce journal est imprimé sur les presses de l’imprimerie de la Bulaq. L’ouvrage présentant le fac-similé a été écrit par Ibrahim Abduh, un enseignant à l’Université du Caire et spécialiste de l’histoire de la presse.

Collections de la BULAC, cote BIULO ARA.I.77.

Méhémet Ali vu par ses contemporains

Plusieurs voyageurs et observateurs extérieurs se rendent en Égypte au temps de Méhémet Ali et nous livrent leurs impressions sur sa personnalité ainsi que son œuvre en tant que dirigeant politique.

Collections de la BULAC, cote BIULO O.VIII.45.

Pour les saints-simoniens, comme Émile Barrault, le « pacha réformateur » réalisait leur rêve d’une société moderne fondée sur le travail et l’industrie. Censurés et interdits en France sous la Monarchie de Juillet, certains d’entre eux, à l’instar de leur chef de file, Prosper Enfantin, partent s’installer en Égypte pour y offrir leurs services à Méhémet Ali. Transformé dans leur imaginaire en Bonaparte industriel, il est perçu comme celui qui allait réaliser le fantasme d’une fécondation de l’Égypte par la France, illustration de l’union entre l’Orient et l’Occident que prônent les Saints-simoniens depuis les années 1830. Partis avec l’ambition de creuser l’isthme de Suez, puis de construire un barrage sur le Nil, ils doivent finalement renoncer à la suite d’une épidémie de peste. La plupart d’entre eux rentrent en France entre 1835 et 1836. Dans l’Occident et Orient, Émile Barrault perçoit la politique extérieure de Méhémet Ali comme apte à « pacifier l’Orient et en préparer l’union avec l’Occident ».

Collections de la BULAC, cote BIULO O.VIII.45.

Dans ses Souvenirs d’Égypte, la baronne de Minutoli, qui accompagne son mari, l’archéologue prussien Heinrich Menu von Minutoli, lors de ses missions de fouilles en Égypte, salue « l’heureuse influence qu’exerce en cette contrée la puissance de Mahomet Ali » dont « le gouvernement libéral et éclairé procure maintenant aux voyageurs européens les moyens de parcourir ce pays avec la plus entière sécurité ».

Collections de la BULAC, cote BIULO MEL.8.100(11).

Face aux portraits idéalisés d’un pacha réformateur, brossés par des observateurs extérieurs soupçonnés d’être instrumentalisés par Méhémet Ali lui-même, des voyageurs se livrent à une démythification du personnage. Sensibles au coût humain des réformes, engendré par les réformes économiques ou les travaux publics, ils stigmatisent l’exploitation des paysans, dénoncent des phénomènes d’injustice sociale et déplorent les conditions de vie exécrables dans lesquelles la main-d’œuvre est condamnée à vivre.

Lucien Bousquet-Deschamps, journaliste pour Le Phare égyptien, fait partie de ces voix accusatrices. Dans l’ouvrage Deux mots sur l’Égypte, sa politique et ses finances, il exprime une critique sociale à l’égard de l’œuvre réformatrice marquée par un autoritarisme excessif. Il se montre également sévère vis-à-vis d’une administration arbitraire, dénonçant derrière les initiatives modernisatrices en médecine ou dans le domaine de l’industrie, des motivations militaristes. L’ouvrage est accompagné de neuf notices biographiques. Parmi les personnages présentés se trouve Boghos Youssouf, membre de la famille arménienne Nubarian, originaire de Smyrne, installée en Égypte au début du XIXe siècle. Connu également sous les noms de Khodja Boghos ou Maître Boghos, il entre au service de Méhémet Ali en tant que drogman. Sa connaissance de plusieurs langues, dont le français, l’italien et le turc ottoman, le confortent dans sa fonction d’interprète officiel du vali égyptien. Son parcours illustre la présence d’une communauté arménienne dont l’histoire est indissociable de l’histoire de l’Égypte du XIXe siècle2.

Collections de la BULAC, cote BIULO MEL.8.100(11).

L’exposition présente aussi un regard turc-ottoman, celui de Mehmed Hayret Efendi. Né à Darende en Anatolie orientale, il fut poète et secrétaire de plusieurs hommes d’État dont Méhémet Ali. Il est l’auteur de İnşā-yı Ḥayret Efendi, recueil de correspondances et requêtes officielles imprimé à Būlāḳ. Également connu sous le nom de Riyāż ül-kütebā ve ḥıyāż ül-üdebā (رياض الكتبا و حياض الادبا), son livre انشاى حيرت افندى réunit des lettres officielles comme celle qui est adressée au gouverneur d’Égypte – Mıṣır Valīsi – par Şākir Pāşā.

Exposition « Méhémet Ali, fondateur de l’Égypte moderne »

Méhémet Ali vu par les historiographes arabes et ottomans

Abd al-Rahman al-Jabarti (1756-1825) est un chroniqueur, historien et ouléma somalien né en Égypte. Il est connu pour sa chronique عجائب الآثار في التراجم و الأخبار (Les merveilleuses compositions des biographies et des événements). Cette chronique est devenue un texte historique de renommée mondiale grâce à ses témoignages oculaires de l’invasion de Napoléon Bonaparte et de la prise de pouvoir par Méhémet Ali. Il est l’un des premiers musulmans à réaliser l’importance de la vague de modernité qui accompagna l’occupation française. Le fossé qui existait entre les savoirs occidentaux et islamiques le marqua profondément. Cet ouvrage englobant l’histoire de l’Égypte de 1688 à 1821 a été interdit en Égypte en 1870 en raison de son approche critique des réformes de Méhémet Ali Pacha. L’auteur reçut des menaces, son fils fut assassiné. Vers la fin des années 1870, l’interdiction de son livre fut levée et il fut imprimé en partie en 1878 par la presse du journal alexandrin Misr, puis en totalité en 1879-1880 par l’imprimerie Bulaq. Le passage ci-dessous décrit la démission du wāli Khurshid Ahmed Pacha en juillet 1805. Il dut céder sa forteresse à Méhémet Ali et quitter le territoire. Méhémet Ali affermira par la suite son pouvoir pour devenir gouverneur d’Égypte en 1811.

Dans le troisième volume de son livre d’histoire تاريخ سياسى دولت عليه عثمانيه, Kamil Paşa, grand vizir (sadrazam) du sultan Abdülhamid II (1876-1909), retrace le règne de Mahmud II (1808-1839). L’auteur évoque les réactions suscitées par la politique expansionniste de Méhémet Ali, qui bouleverse la configuration géopolitique de la région. L’expansion territoriale de l’Égypte vers la péninsule arabique provoque un vif mécontentement dans la capitale ottomane, comme chez les Britanniques qui craignent la progression des forces égyptiennes jusqu’au golfe Persique et aux colonies indiennes (ʿAcem körfezine yaʿnī Hind müstemlikātınıñ ḳapusuna ḳadar) et, par conséquent, le blocage du libre passage des soldats britanniques de la Méditerranée vers la mer Rouge (Aḳdeñizden Baḥr-ı Āhmere ʿasker imrārı). Il est donc naturel, selon Kamil Paşa, que l’Angleterre manifeste une animosité envers lui : « İngiltereniñ Meḥmed ʿAlī Paşa ḥaḳḳında kīn baġlamış olması ṭabīʿī idi ». Ce passage historique témoigne ainsi de la convergence des intérêts ottomans et britanniques contre Méhémet Ali.


Pour aller plus loin :

  • Le 15 octobre 2020, assistez à la table ronde associée à l’exposition, en compagnie d’Anne-Claire de Gayffier-Bonneville (Inalco, CERMOM), Sarga Moussa (CNRS, université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, ENS) et Nicolas Pitsos (BULAC).
Interview with Mehemet Ali in his Palace at Alexandria (May 12th 1839), by David Roberts and Louis Hague, 1849. Kunsthistorisches Museum Vienna.
  • Prolongez votre visite de l’exposition avec la sélection bibliographique « Vers l’Égypte moderne » : un choix d’ouvrages disponibles au prêt, autour de deux personnages charismatiques de l’histoire de l’Égypte, Méhémet Ali, à l’occasion des 250 ans de sa naissance, et Gamal Abdel Nasser, dont on commémore en 2020 les 50 ans de la disparition.
  • Découvrez également la centaine de titres en lien avec Méhémet Ali dans le catalogue de la BULAC.
Sélection bibliographique « Vers l’Égypte moderne ».
  • Visionnez le reportage d’Africanews sur le chantier de restauration du palais de Méhémet Ali au Caire.
Citer ce billet : Nicolas Pitsos, "Méhémet Ali, fondateur de l’Égypte moderne," dans Le Carreau de la BULAC, 23 septembre 2020, https://bulac.hypotheses.org/30746. Consulté le 10 avril 2021
  1. L’héritage de Méhémet Ali est bien présent à Kavala de nos jours : sa maison natale, transformée en musée, et l’Imaret, ancienne institution de bienfaisance restaurée et convertie en hôtel à l’initiative d’Anna Missirian, font partie intégrante du patrimoine de la ville. Kavala héberge aussi le Centre de recherche Mohammed Ali (MOHA Research Center). []
  2. Sur ce sujet, voir l’article d’Anne Le Gall-Kazazian, « Deux familles arméniennes dans l’Égypte du XIXe siècle : les Tcherakian et les Nubarian », Cahiers de la Méditerranée, 82 | 2011, [En ligne, disponible sur http://journals.openedition.org/cdlm/5750.] []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search