Le temps qui passe dans le paysage : une journée à la BULAC

À l’automne 2019, Saadia Afzal, contractuelle à la BULAC et étudiante en arabe à l’Inalco, a participé au cycle découverte des ateliers d’écriture animé par Clotilde Monteiro. La BULAC propose avec ces ateliers aux étudiants en master et en doctorat d’explorer l’écriture créative et de partir à la découverte de leur expressivité en expérimentant les différentes techniques de la narration. Ce texte, inspiré par la proposition d’écriture « le temps qui passe dans le paysage », invite à (re)découvrir la BULAC à travers le regard sensible de son auteure.


9h : BULAC vide. Lumière aveuglante du jour qui éclaire chaque étage. Silence magistral. Éloquence des livres. Piles de bouquins à classer puis à ranger soigneusement sur les étagères. Des ordinateurs à démarrer. Faire le tour des étages à la recherche de la moindre anomalie. Les collègues se croisent, se saluent autour des mêmes gestes automatiques. Peu de paroles mais beaucoup de silence partagé.

Maxime Ruscio / BULAC

10h : Ouverture des portes. Tout un processus. Chacun est à sa place attribuée. Prêt à agir. Une marée de lecteurs qui entre. Un flot d’individus de tous âges, tous styles, toutes démarches, toutes apparences, tous horizons. « Bonjour. J’ai oublié ma carte. » « Bonjour. Puis-je vous emprunter un câble ? » Phrases les plus prononcées par les lecteurs. Phrases les plus entendues par les agents. Je me demande comment ces tournures ne s’épuisent pas à force d’être répétées.

Maxime Ruscio / BULAC

15h : Toutes les places de la bibliothèque sont prises. Poignée de lecteurs qui déambulent à l’affût du moindre départ. Lassés, d’autres s’installent à même le sol entre deux rayons. Silence partout que chacun s’efforce de respecter. Murmures entre deux lecteurs. Symphonie des touches de clavier sur lesquelles on tape. Stylo qui tombe. Pages d’un livre qu’on tourne. Soudain, un téléphone qui sonne inopinément. Courir pour sortir et répondre en toute hâte.

Grégoire Maisonneuve / BULAC

20h : Étage inférieur et supérieur deviennent inaccessibles. L’étage principal reste occupé. Une vague de lecteurs viennent déposer leur câble et se dirigent vers la sortie. Une autre vague moins dense arrive déterminée à tenir jusqu’à la fermeture. Les usagers du soir ne sont pas tous ceux du matin. Ambiance moins studieuse. Début de soirée qui amène la fatigue. Les lecteurs travaillent sans la même concentration ni la même énergie. Par flots, ils vont tous s’en aller.

Maxime Ruscio / BULAC

22h : Temps écoulé. Vider les lieux. Laisser respirer la bibliothèque. Peut-on dire qu’elle se couche ou qu’elle se meurt ? Derniers bruits de pas. Dernières conversations. Derniers chahuts. Dernières transactions entre lecteurs et agents. Nul besoin d’éteindre les machines puisqu’elles s’éteignent sans le secours des mains humaines. Les lumières resteront encore allumées comme pour veiller sur les dernières minutes avant l’inactivité totale. Puis le vide du silence. Puis l’absence de mouvement. Tout redevient inhabité. Tout redevient inchangé.

Grégoire Maisonneuve / BULAC

00h : Quelle présence pour témoigner de cette nuit qui s’écrit sans mots ?

Maxime Ruscio / BULAC
Citer ce billet : Saadia Afzal, "Le temps qui passe dans le paysage : une journée à la BULAC," dans Le Carreau de la BULAC, 24 juin 2020, https://bulac.hypotheses.org/30757. Consulté le 24 octobre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search