Portrait de chercheur : Justine Rochot

Justine Rochot, membre associée de l’EHESS

Questions à … Justine Rochot, docteur en sociologie de l’EHESS.

Actuellement post-doctorante rattachée au Centre d’Étude sur la Chine Moderne et Contemporaine (EHESS) et au Centre d’Étude Français sur la Chine contemporaine (Taipei), Justine Rochot a soutenu en octobre 2019 une thèse de sociologie intitulée « Bandes de vieux. Une sociologie des espaces de sociabilité de jeunes retraités en Chine urbaine contemporaine ». Par une sociologie de la vieillesse attentive aux significations que les individus investissent dans leurs expériences quotidiennes, son travail interroge l’intensification récente des sociabilités de retraités en Chine, en les confrontant aux parcours de vie et à l’expérience de la retraite de la première génération de parents d’enfant unique, née sous le maoïsme.

Quel est votre parcours ?

Ma rencontre avec la Chine remonte un petit peu, puisque j’ai eu la chance d’y résider durant six ans lors de ma scolarité secondaire au Lycée Français de Pékin. Je me suis alors mise au chinois en seconde langue un peu par hasard, par curiosité pour ce pays que je découvrais. Le chinois a ensuite constitué un atout assez fort dans la suite de ma scolarité : j’ai ainsi pu aller en classe préparatoire littéraire au Lycée Fénelon à Paris (alors le seul à préparer aux concours en spécialité chinois), puis intégrer l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon en section chinois.

Après une L3 de chinois et de géographie, à cheval entre les universités de Lyon 2 et Lyon 3 et l’ENS, je suis partie en échange en Chine pour mon année de master 1. L’ENS avait un partenariat avec l’Université Normale de la Chine de l’Est (ECNU), et l’on m’a donc proposé de partir à Shanghai pour suivre des cours de sociologie. C’est ainsi que je me suis initiée, en Chine, à cette discipline qui m’était encore inconnue. Cette année d’échange a été une opportunité formidable pour améliorer ma pratique de la langue, en suivant des cours en chinois. J’ai ensuite voulu finir mon master à l’EHESS, qui m’attirait beaucoup pour ses approches pluridisciplinaires en sciences-sociales. J’y ai donc effectué un Master 2 de sociologie, sous la direction d’Isabelle Thireau, et ai commencé à m’intéresser aux questions de vieillissement en Chine en menant une enquête ethnographique dans une maison de retraite shanghaienne. J’ai ensuite souhaité prolonger ces réflexions en doctorat et me suis inscrite en thèse à l’EHESS sous la direction d’Isabelle Thireau et Tania Angeloff (Paris 1-Panthéon Sorbonne). Parallèlement à mes recherches, j’ai enseigné la sociologie à l’Université pendant cinq des six années qu’a duré ma thèse : à Paris 5, d’abord, en tant que chargée de mission au titre des contrats doctoraux, puis à l’Institut d’Études sur le Développement Économique et Social de Paris 1, en tant qu’Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER).

Comment expliqueriez-vous vos recherches aux lecteurs du Carreau de la BULAC ?

Alors que mon enquête de master portait plutôt sur le vieil âge dépendant et sa prise en charge institutionnelle, je me suis intéressée pendant ma thèse à une frange plus négligée de la population « âgée », que j’appelle dans mon travail les « jeunes retraités ». Le début de ma thèse a en effet correspondu à un moment d’intensification marquée des rassemblements de retraités dans l’espace urbain chinois, avec notamment de vifs débats sur les « danseuses de place », ces femmes chinoises d’une cinquantaine ou d’une soixantaine d’années qui se faisaient remarquer par leurs danses collectives sur les places publiques. J’ai donc commencé une enquête en intégrant une chorale de retraités dans un parc, sans trop savoir où cela me mènerait. Je me suis alors rendu compte que mes enquêtés se rendaient également dans de nombreux autres espaces où se réunissaient des retraités, allant de centres de boursicotage à des karaokés, des voyages organisés, des salons de danse ou encore des centres d’activité de quartier. En outre, la grande majorité de ces personnes partageait un sentiment d’appartenance générationnel extrêmement fort : ils étaient tous nés entre la fin des années 1940 et le début des années 1960 et avaient donc grandi sous le maoïsme, constituaient la première cohorte de parents d’enfant unique, étaient arrivés sur le marché du travail au moment des réformes économiques et, enfin, faisaient partie de la première génération d’urbains à bénéficier de manière diffuse de pensions de retraite (avec un âge d’entrée en retraite encore très bas, notamment pour les femmes). 

Une séance de danse de place au parc Ditan de Pékin, réunissant une centaine de personnes, principalement des femmes retraités (Photographie de Justine Rochot, 14 août 2014) 
Tutoriel pour une chorégraphie de ”danse de place” sur la célèbre musique Petite Pomme 小苹果 (2014) des Chopsticks Brothers

Partant de ces constats, dictés par le terrain lui-même, j’ai souhaité comprendre quels liens pouvaient être dressés entre la récente entrée en retraite de cette génération aux parcours de vie si singuliers et l’intensification des rassemblements de retraités en Chine urbaine, dans l’espace public mais aussi dans d’autres types d’espaces moins connus. Je me suis lancée dans une enquête ethnographique de près de huit mois, à Pékin et Kunming, qui m’a permis de comparer quatre groupes : la Chorale du Soleil, au parc Ditan de Pékin ; l’Escadron de la Joie, un groupe d’anciens « Jeunes instruits » qui avaient été envoyés ensemble à la campagne durant la Révolution culturelle et qui se retrouvent à présent sur une place pour faire du tai-chi ; le Longevity Group, une entreprise de vente pyramidale de compléments alimentaires à base de médecine chinoise, fréquentée par de nombreuses femmes retraités ; et l’Université pour personnes âgées du Yunnan, une structure éducative pour personnes âgées très encadrée par l’État-Parti.

Point de vue général sur la Chorale du Soleil, au parc Ditan, qui réunit quotidiennement entre 200 et 800 participants selon les saisons. Photographie de Justine Rochot le 29 avril 2015.

D’un côté, ma thèse raconte et explique de manière détaillée la vie quotidienne de chacun de ces groupes, les types de relations que les gens y nouent et le sens qu’ils attribuent à la fréquentation de ces espaces. De ce point de vue, j’ai essayé de sortir du regard très quantitatif, et somme toute très désincarné, qui est souvent porté sur les personnes âgées – en Chine mais aussi ailleurs – pour me situer au contraire au plus près de ce que ces gens vivent et pensent, de la manière dont ils se représentent leur vie et le monde qui les entoure. D’un autre côté, toutefois, j’ai montré que, en dépit de la singularité des histoires individuelles et des manières d’être ensemble qui caractérisaient chacun de ces groupes, ces derniers se ressemblaient aussi d’une certaine façon : on retrouvait, d’un espace à l’autre, des expériences individuelles qui se faisaient écho, de mêmes manières de s’exprimer, des façons similaires de parler de la retraite. Pour vous donner un exemple très précis, mes enquêtés passaient leur temps à dire qu’il « fallait être joyeux » (kuaile 快乐) et ce vocabulaire de la joie se retrouvait absolument partout au cours de l’enquête : il me paraissait donc important de le prendre au sérieux. J’ai donc essayé de comprendre d’où venaient ces ressemblances et de les analyser comme une donnée à part entière. Ma conclusion a été que ces « airs de famille » pouvaient s’expliquer par deux éléments. D’un côté, par la manière dont l’État chinois a façonné des façons spécifiques de concevoir la retraite, qui donne à l’expérience chinoise du « troisième âge » une coloration particulière. De l’autre, par les parcours de vie de cette génération qui l’ont dotée de ressources dont ils se saisissent aujourd’hui pour faire face à des incertitudes partagées, comme la distance géographique avec leurs enfants, le délitement des sociabilités de quartier ou le coût de la santé.

Réunion de rentrée pour la 34e nouvelle année scolaire de l’Université pour personnes âgées du Yunnan, organisée au centre d’activités pour cadres retraités de la province du Yunnan (source : http://www.ynlgb.com/zhendi/201809038119.html).

Vous avez eu la chance de partir à Hong Kong à la fin de votre doctorat. Qu’est-ce que cela vous a apporté ?

Mon séjour à Hong Kong est parti d’un besoin de m’éloigner pour me concentrer sur l’écriture de ma thèse, car je trouvais très difficile de se plonger dans la rédaction en France, où les distractions étaient nombreuses ! J’ai beaucoup d’admiration pour les gens qui parviennent à finir leur thèse tout en enseignant ou en étant engagés dans d’autres activités académiques, car pour ma part, je ressens le besoin d’être complètement immergée dans l’écriture. J’ai donc profité d’un partenariat avec l’EHESS pour partir à l’Université de Hong Kong (HKU) qui m’a accueillie pendant un an dans son département de sociologie durant l’année 2018-2019.

L’environnement intellectuel général était à la fois très porteur et bienveillant, et la liberté académique générale constituait une vraie bouffée d’air frais par rapport à la Chine – même si cela risque probablement de changer dans les années à venir. Hong Kong est aussi un intense lieu de passage de chercheurs reconnus travaillant sur la Chine, venant des quatre coins du monde, et que l’on a peut-être un peu plus de mal à voir passer en France. J’ai donc assisté à de nombreuses conférences de personnalités de référence en études chinoises, dont les interventions ont nourri ma réflexion durant l’écriture. La bibliothèque de l’Université possède également des fonds extrêmement riches qui m’ont permis de travailler sans problème sur ma thèse, mais aussi de découvrir des titres que je ne connaissais pas et qui m’ont été au final très utiles. Je suis par exemple tombée là-bas sur la collection intégrale de la revue Zhongguo Laonian (Elderly Chinese), la première revue pour personnes âgées créée en Chine au tout début des années 1980 et dont je ne parvenais jusqu’à présent qu’à trouver de ponctuels titres que j’achetais à des particuliers sur le site de vente chinois Taobao ! J’espère donc pouvoir y retourner un jour pour mieux me plonger dans ces archives ! 

Couverture de l’un des premiers exemplaires de la revue Elderly Chinese (中国老年) en 1983

Pour votre recherche, quelles sont les bibliothèques universitaires que vous avez fréquentées ?

Pour trouver de la documentation sur la Chine en France, je me suis surtout rendue à la BULAC et à la Maison de l’Asie qui disposaient de nombreux ouvrages de références sur la famille ou la vieillesse en Chine et en Asie qui m’ont été très utiles au début de ma thèse. J’ai notamment beaucoup profité des accès aux ressources numériques à distance, pour JSTOR ou CNKI par exemple. Toutefois, lorsque je repère en bibliothèque un ouvrage qui me sera vraiment important, j’ai souvent tendance me l’acheter car j’aime prendre des notes dans les livres, et le travailler jusqu’à l’abîmer ! Je fréquentais également ponctuellement la BNF ou la Bibliothèque des Grands Moulins, notamment pour les ouvrages de sciences sociales sur la vieillesse. Mais globalement, j’ai tout de même une pratique très monacale de la recherche et préfère emprunter pour travailler chez moi ou en terrasse de café ! Lorsque j’étais à HKU, j’ai ainsi beaucoup apprécié le fait que leur bibliothèque dispose de nombreux ouvrages numérisés accessibles en ligne.  

Si vous pouviez recommander un titre du catalogue de la BULAC, lequel serait-ce ? 

Le premier livre qui me vient à l’esprit est celui de Melanie Manion, Retirement of Revolutionaries in China: Public Policies, Social Norms, Private Interests, qui a été très important pour moi dans ma tentative d’historiciser les discours sur la retraite que j’entendais sur le terrain. L’auteur y analyse la politique de mise à la retraite des cadres révolutionnaires de 1949, mise en place dans les années 1980 : elle montre que la mise en place de ces retraites, pour cette classe sociale particulière qui pensait continuer à travailler toute leur vie pour l’État et la Révolution, était en réalité extrêmement instrumentale puisqu’elle permettait à Deng Xiaoping de pousser plus avant ses réformes en mettant sur le banc de touche ceux qui y étaient le plus opposés. Son enquête permet aussi de saisir l’importance de ce moment dans la diffusion de certains discours sur les retraites (associant notamment le départ à la retraite à une continuation de l’activité révolutionnaire) et dans l’émergence de nouvelles institutions, initialement prévues pour ces cadres retraités mais que je vois pour ma part réinvesties aujourd’hui par une nouvelle génération de retraités – comme les Universités pour personnes âgées par exemple. 

Votre thèse vient d’être récompensée par le prix de thèse de l’EHESS. Comment avez-vous accueilli ce prix, et pensez-vous qu’il vous aidera dans la suite de votre carrière ?

J’étais extrêmement surprise et honorée de recevoir ce prix ! Cela m’a beaucoup touchée de savoir que mon travail parvenait à parler à un jury qui n’était pas forcément familier de la Chine : cette reconnaissance disciplinaire, venant d’une école qui m’a beaucoup appris par les méthodes novatrices de ses chercheurs et chercheuses, m’importe beaucoup, car j’espérais justement que mon travail ne contribue pas uniquement à une meilleure connaissance de la Chine. Je voulais aussi montrer les apports de l’enquête ethnographique et l’intérêt d’un décentrement hors des pays occidentaux et hors de la seule « vieillesse dépendante » pour appréhender le vieillissement – une question qui nous touche tous et toutes.

Je tiens également à rappeler que j’ai mis six années pleines à faire ma thèse, et que mon sujet tel qu’il est formulé à présent, n’a émergé que grâce au temps et à la liberté que l’on m’a permis de prendre pour mener mes enquêtes, sans compter bien sûr le soutien financier dont j’ai eu la chance de bénéficier au long de mon parcours. Cela va complètement à l’encontre de la direction que prend aujourd’hui la recherche, avec des doctorats de plus en plus courts et précaires, en trois ou quatre ans, et des appels à projets censés répondre à une définition a priori des « problèmes sociaux ». Récompenser un travail comme le mien (même si cela aurait aussi très bien pu être celui d’un ou d’une autre) est donc aussi, je le pense, un geste politique dans le contexte de réformes qui est le nôtre en France : cela vient appuyer l’importance du temps et de la souplesse nécessaire pour faire de la recherche, qui plus est lorsqu’elle implique des terrains en immersion dans des pays aux contraintes politiques de plus en plus fortes.  

Ce prix de thèse est arrivé à point nommé, dans un moment où je commençais à douter de mon travail, étant en attente de résultats pour des post-doctorats après plusieurs mois passés à rédiger des dossiers de candidature ! Il me sera donc très certainement utile pour mes candidatures futures, mais aussi pour publier ma thèse, que j’aimerais reprendre sous la forme d’un livre dans les mois qui viennent. Je pense que ce genre de prix peut faciliter l’édition en rassurant les éditeurs et en les poussant à prêter attention au manuscrit proposé.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search