Les bibliothèques universitaires chinoises

Loïc Min Yu est chargé de collections pour le domaine chinois à la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC). Loïc a suivi, entre le 14 et le 23 avril 2020, une formation intitulée « Atelier d’études des bibliothèques universitaires chinoises », coordonnée par les bibliothèques de l’Université de Wuhan et de l’Université Tsingua, ainsi que par le fournisseur CNKI. En raison de la situation sanitaire, cette formation a eu lieu en ligne et était ouverte à tous les bibliothécaires. Durant dix jours, celle-ci a réuni 16 000 bibliothécaires et 22 directeurs de bibliothèques universitaires, qui sont intervenus sur des problématiques diverses, dont l’adaptation urgente des bibliothèques face au Covid-19, l’avenir des bibliothèques, les services innovants liés aux nouvelles technologies ou encore la gestion de la nouvelle génération de bibliothèques. Il revient ici sur cette riche formation, en nous livrant ses réflexions.


Les bibliothèques universitaires face au Covid-19 : l’expérience chinoise

L’irruption de la pandémie a interrompu soudainement les activités des universités et des bibliothèques. Avant cette crise sanitaire inédite, personne n’avait jamais réfléchi à la façon dont une bibliothèque fonctionne lorsqu’elle est fermée sur le long terme du fait d’une cause extérieure. Les bibliothèques universitaires chinoises ont très tôt mis en place un programme pour maintenir un maximum de services. Par exemple, la bibliothèque de l’Université de Xiamen a commencé par ouvrir un guichet de prêt-retour. En scannant les QR codes liés à leurs comptes, les étudiants pouvaient récupérer sans contact physique les livres commandés, qui étaient placés dans un sac plastique. De plus, tous les livres étaient systématiquement désinfectés dans une machine prévue à cet effet. Ensuite, la bibliothèque a lancé un service de numérisation à la demande.

Pour rester en communication avec les étudiants, de nombreuses bibliothèques ont transféré leurs services en ligne. La bibliothèque de l’Université d’économie et de finances de Tianjin a opéré une réorganisation interne des missions de ses agents et a créé une équipe dédiée pour gérer le réseau social Wechat, répondre à toutes les demandes des étudiants en 24 heures, et diffuser de nombreuses notifications quotidiennes sur les collections de monographies et sur les ressources électroniques. Il faut souligner que l’achat des ressources électroniques dans la majorité des bibliothèques dépasse largement celui des monographies imprimées : 70 % du budget consacré aux sciences dures et 55 % aux sciences humaines et sociales correspondent à des achats de ressources électroniques.

Certaines universités étaient mieux préparées à proposer des services en ligne. Par exemple, la bibliothèque de l’Université Tsinghua possédait, depuis 2010, une plate-forme pédagogique réunissant toutes les sources numériques (manuels, livres de bibliographie du cours, articles ou rapports d’études recommandés par les enseignants, etc.) et même certains cours enregistrés au préalable. Les étudiants ont ainsi pu continuer à suivre leurs études presque normalement sur la plate-forme de la bibliothèque. Selon une statistique datée du 3 avril, pendant le confinement, 1454 universités ont lancé des enseignements en ligne, 950 000 enseignants ont effectués 942 000 cours à distance pour plus de 7,3 millions d’étudiants, soit sur les plates-formes numériques des universités, soit par le biais de Moocs (Massiv Open Online Course, cours d’enseignement diffusé sur Internet). La pandémie a ainsi accéléré le passage à un enseignement à distance et de nombreuses universités envisagent de construire leurs propres plates-formes pédagogiques, qui seront principalement gérées par les bibliothèques.

L’avenir des bibliothèques 

Face aux avancées des nouvelles techniques numériques, et selon un rapport de la Fédération internationale des associations et institutions des bibliothèques (IFLA) de 2017, une tendance apparue ces dernières années remet en cause le rôle traditionnel des bibliothèques. Elles sont ainsi mises au défi, dans un climat d’incertitude, de défendre leur raison d’être et d’évoluer. Selon M. Cheng Huanwen, professeur de bibliothéconomie à l’Université Sun Yat-sen et membre du conseil d’administration de l’IFLA, le plus urgent est de renforcer le soft power des bibliothèques dans la mondialisation, et de valoriser les fonctions indispensables des bibliothèques dans la transmission des valeurs d’égalité et de liberté. Les bibliothèques doivent dépasser leur logique traditionnelle de fonctionnement pour s’insérer davantage dans la société, en créant des liens forts avec la société afin de participer plus activement à son développement. Quoique le manque de financement budgétaire pour les bibliothèques soit une réalité dans tous les pays, ces dernières doivent être actives auprès de leurs publics et des instances gouvernementales pour obtenir leur soutien. Elles peuvent également développer des ressources propres, afin d’obtenir de nouvelles sources de financement. En Chine par exemple, certaines bibliothèques se sont investies dans des activités extérieures à leurs missions pour s’auto-financer tels que des investissements immobiliers ou en ouvrant des annexes dans des centres de commerce, des aéroports et des résidences immobilières.

File:Binhai library bookshelves.jpg
Bibliothèque publique de Binhai, Tianjin (licence CCO 1.0). Source : Wikicommons

Un autre axe est développé par la vice-directrice de la bibliothèque de l’Université Cornell, Mme Li Xin. Depuis longtemps, les meilleures universités américaines ne pensent qu’à former les élites et sont en concurrence les unes avec les autres. Cependant, la pandémie actuelle dévoile l’immense inégalité qui traverse les sociétés, que ce soit entre les personnes dans un même pays et entre les pays. Les universités doivent changer leurs perspectives, entrer en coopération plutôt qu’en concurrence, former davantage de citoyens internationaux et moins viser les élites. Les bibliothèques doivent également changer leurs modes de fonctionnement : partager leurs collections auprès de publics plus nombreux plutôt que de développer des collections d’excellence. Ce partage des savoirs doit être encouragé avec les pays en voie de développement afin d’étendre le droit de lire et de penser. Concrètement, cela peut se traduire par l’achat d’un plus grand nombre de livres en langue vernaculaire, ou par l’envoi de bibliothécaires dans des pays en voie de développement pour aider à la construction de bibliothèques. Enfin, les bibliothèques du futur doivent prendre leur part de responsabilité pour diminuer l’inégalité d’accès aux savoirs et aux informations. 

Les nouvelles missions des bibliothèques universitaires en Chine

Avec la rapide progression d’achat d’ebooks et de ressources électroniques, les bibliothèques universitaires chinoises ont vu leur rôle changer par rapport à celui des bibliothèques traditionnelles. Dans certaines universités, comme celle de Chongqing, même si l’acquisition de monographies imprimées par les bibliothécaires est maintenue, les acquisitions sont de plus en plus effectuées directement par les étudiants et enseignants. Selon leurs besoins, ils peuvent acheter des ouvrages, à partir de leur compte de lecteurs, sur un site en ligne partenaire de la bibliothèque, puis les livres sont livrés directement chez eux. Ils remettent ensuite les livres à la bibliothèque pour qu’ils soient catalogués. Cela permet de décharger en partie les bibliothécaires d’une de leurs premières missions traditionnelles, la veille documentaire. Cela a également un deuxième impact sur le travail : dans la majorité des bibliothèques universitaires ou publiques, le catalogage, considéré comme une tâche technique et peu qualifiée, est transféré à des entreprises extérieures. Sans oublier que les bibliothécaires font peu de service public en salle de lecture ; celui-ci est assuré soit par des étudiants contractuels, soit par des agents d’entreprises sous-traitantes. Les missions des bibliothécaires ainsi déchargés d’un certain nombre de tâches sont réorientées vers des services de recherche, de création et de gestion de bases de données ou de plates-formes pédagogiques ou spécialisées, de formations informatiques pour les étudiants et d’organisation d’activités sur place ou via les nouveaux médias (réseaux sociaux qui sont très importants en Chine et indispensables dans la vie quotidienne).

Depuis longtemps, la Chine souhaite être en tête du classement mondial des universités. De ce classement dépendent non seulement la notoriété de l’université, mais également le financement qui lui est alloué. Les bibliothèques universitaires jouent à cet égard un rôle important et forment des équipes importantes pour élaborer les outils et les rapports statistiques d’activité et de publications des chercheurs. Ainsi, les bibliothécaires doivent suivre et chiffrer en permanence toutes les publications de chaque enseignant. Parallèlement, ils comptabilisent les publications dans les mêmes disciplines des autres universités, considérées comme des concurrentes potentielles. D’un côté ces statistiques sont envoyées aux enseignants pour le suivi des recherches, et les incitent à publier davantage. De l’autre, ces rapports sont systématiquement envoyés aux directions des ressources humaines pour contrôler le travail des enseignants. Les bibliothèques, débordant de leur rôle de soutien à la recherche, maîtrisent ainsi le parcours professionnel des enseignants. Certaines bibliothèques poussent cette logique encore plus loin, en préparant les rapports sur le classement mondial des universités pour les présidents d’université, et par ricochet, en participant aux choix des champs de recherche prometteurs pour l’université. Pour obtenir des financements extérieurs, elles peuvent aussi offrir ce service à diverses sociétés. Par exemple, les bibliothèques de l’Université Fudan et de l’Université de Nankin, grâce à leurs riches bases de données et leurs compétences développées dans la recherche et le renseignement, ont des équipes dédiées pour fournir des rapports à des sociétés d’audit, des entreprises ou le gouvernement.

Une autre mission des bibliothécaires est de créer leurs propres bases de données ou plates-formes. Bien que les bibliothèques achètent de nombreuses ressources électroniques, elles préfèrent posséder leurs propres bases de données liées à la spécialité de leurs collections. Ces bases de données sont souvent en libre accès pour les chercheurs. La demande forte d’enseignements en ligne pendant la pandémie a précipité la création, par les bibliothèques universitaires, de plates-formes pédagogiques pour leurs universités. Par exemple, la bibliothèque de l’Institut de technologie de Pékin est en train de réaliser une bibliothèque entièrement numérique qui réunit toutes les ressources numériques et pédagogiques de chaque département. Ces nouveaux outils permettent également une individualisation des programmes pédagogiques, ainsi qu’un contrôle des étudiants et des chercheurs. Avec le big data et l’intelligence artificielle, la plate-forme est capable de saisir toutes les informations sur l’activité des étudiants à l’intérieur de l’université, que ce soit dans la vie quotidienne (comme l’achat dans une boutique sur le campus ou le nombre de photocopies réalisées), ou dans le cadre des études (comme le nombre d’heures de cours suivis, etc.). L’analyse de ces informations permet de personnaliser le suivi de chaque étudiant.

Comme le dit M. Zhang Dandong, directeur de la bibliothèque de l’Université du peuple de Chine, les frontières des bibliothèques universitaires sont en train de se transformer en lieu de rencontres ou de croisements. Les bibliothécaires doivent « sortir » et « inviter à rentrer ».

  • En premier, « sortir » : les bibliothécaires doivent répondre aux demandes des enseignants comme des chargés de clientèle. Il doivent s’intégrer activement dans les projets de recherche et passer de l’idée de « soutenir la recherche » à « servir la recherche ». Ils doivent également s’insérer dans l’offre d’enseignement en proposant des formations informatiques aux étudiants, ou même en devenant assistant des professeurs pour préparer des cours liés aux ressources des bibliothèques. La bibliothèque de l’Université d’économie et de finances de Shanghai demande même aux bibliothécaires de passer l’examen pour l’obtention du certificat de professeur.
  • En second, « inviter à rentrer » : les bibliothécaires doivent organiser des ateliers de lecture avec les étudiants. Il doivent là aussi changer de démarche et passer de « chercher des livres pour les lecteurs » à « chercher des lecteurs pour les livres », en offrant un service plus ciblé. Des compétences de gestion des nouveaux médias, surtout les réseaux sociaux, leur sont fortement demandées. Pendant le confinement par exemple, beaucoup de services passaient par l’intermédiaire de Wechat ou d’autres réseaux sociaux comme TikTok. Certaines bibliothèques envisagent même de créer des services payants, comme vendre des livres audio avec des commentaires enregistrés par les bibliothécaires.

La nouvelle gestion des ressources humaines des bibliothèques universitaires

Comme la majorité des bibliothèques universitaires chinoises sont en voie de transition vers des bibliothèques numériques, le nombre d’agents affectés au service public dans la salle de lecture va fortement diminuer. L’application des nouvelles techniques menacera fortement l’emploi. Même la maintenance des collections matérielles sera probablement touchée : par exemple, la bibliothèque de l’Université normale de Chine du centre est en train de tester un robot capable de classer les livres en libre-accès. 

Face à ces avancées techniques, les bibliothèques demandent aux bibliothécaires d’acquérir un niveau de compétences plus élevé. Par exemple, la capacité à créer et gérer des bases de données et de plates-formes, la capacité à analyser les informations du big data, la capacité à fabriquer des contenus multimédia pour les différents réseaux sociaux pour créer une communication continue avec les nouvelles générations, etc. Les bibliothèques de l’Université de Chongqing et de l’Université d’économie et de finances de Shanghai ont ainsi mis en œuvre une réserve des mémoires numériques, en collectant et en classant les rapports multimédias d’enquêtes (entretiens visuels ou vocaux, mini-vidéos, photos, films documentaires) réalisées par des étudiants pendant leurs vacances d’été, dans différentes régions rurales en Chine. D’autre part, il est demandé aux bibliothécaires spécialisés dans des disciplines ou des domaines précis de participer aux projets de recherche, non seulement en dépassant l’offre des services bibliographiques, mais en menant les recherches des sources et en les analysant avec les chercheurs. 

L’engagement dans l’enseignement est également indispensable. Pour mettre en valeur les collections à destination des étudiants, les bibliothécaires doivent préparer la bibliographie ou même le contenu de certains cours avec les enseignants. Si l’orientation du travail ne change pas, c’est-à-dire continuer à « chercher des livres pour les lecteurs » au lieu de « chercher des lecteurs pour les livres », les collections, tant imprimées qu’électroniques, vont s’endormir définitivement dans les bibliothèques. De plus, l’engagement dans l’enseignement permet de connaître les comportements de la jeune génération, d’ajuster et de créer des nouveaux services à leurs besoins.

Enfin, les bibliothécaires doivent être capables dans l’avenir de réaliser ces nouvelles tâches comme des « médecins généralistes » en ne se concentrant pas sur une unique mission. En bref, cela demande davantage de capacités d’apprentissage et d’autoformation qu’auparavant, un esprit ouvert et une forte adaptabilité aux changements, liés à la nouvelle génération de bibliothèques. Ces réformes de gestion du personnel sont toutefois difficiles à effectuer. De nombreux directeurs des bibliothèques soulignent à ce propos l’importance de donner plus de chances aux jeunes. Par exemple, la bibliothèque de l’Université d’économie et de finances de Shanghai envoie systématiquement chaque année pour des stages de trois mois des jeunes bibliothécaires dans les meilleures bibliothèques universitaires des États-Unis. Comme le soulignait M. Cheng Huanwen, « sans bons bibliothécaires, il n’y aura pas de bonnes bibliothèques ».

Réflexions autour de l’avenir des bibliothèques universitaires

« La Chine, toujours la Chine ! » La pandémie a accéléré la nécessité d’ouvrir une réflexion sur l’avenir des bibliothèques universitaires. Elle remet en cause le statut des bibliothèques traditionnelles, en privilégiant le développement des techniques numériques, jusqu’à faire des réseaux sociaux (WeChat, TikTok) des supports possibles des futures bibliothèques. Mais elle demande également de faire évoluer les missions des bibliothécaires, ainsi que les rapports avec les chercheurs et les étudiants. Ces évolutions placeront les bibliothèques universitaires chinoises au centre de la vie des universités, en étendant leur rôle bien au-delà de leur fonction actuelle. Il faut garder à l’esprit que ces évolutions, et principalement celles dues aux avancées technologiques, transformeront les bibliothèques universitaires chinoises en centres de contrôle de l’enseignement, de la recherche, de la diffusion des savoirs aussi bien que de la vie personnelle des enseignants-chercheurs que des étudiants. Ce qui est déjà le cas dans les bibliothèques numériques avec l’usage de l’intelligence artificielle, qui permet d’analyser les données privées des étudiants dans le but de personnaliser leur programme d’études.

La transformation des bibliothèques vers le numérique est une ambition partagée par tous les conférenciers de cette formation. Pour la réaliser, ces spécialistes de bibliothéconomie conservent des échanges très fréquents avec les bibliothèques les plus avancées des États-Unis, et surtout avec des chercheurs en informatique qui travaillent pour les GAFA… pour suivre au plus près les développements techniques, et plus particulièrement ceux de l’intelligence artificielle. Comme le dit de Pr. Zhang Jilong, vice-directeur de la bibliothèque de l’Université Fudan, « les Chinois ne sont pas bêtes du tout, ils ne leur manquent que la technique ». Les échanges avec les États-Unis restent donc privilégiés pour pouvoir « importer » en Chine ces nouvelles techniques qui y seront expérimentées comme des outils d’accès aux savoirs, mais aussi comme des outils politiques. Dans l’avenir, il serait intéressant et nécessaire d’observer attentivement ces évolutions vers les bibliothèques de « nouvelle génération » pour envisager les choix futurs que devront faire également nos bibliothèques, françaises et européennes.

Le passage vers la bibliothèque numérique entraîne également des modifications importantes des missions des bibliothécaires. Toutes les tâches mentionnées par les intervenants pendant cette formation dépassent le cadre du métier traditionnel des bibliothécaires ; on peut même dire que c’est une « appropriation » des tâches d’autres professions, telles qu’analyste des données, expert – consultant pour des projets des entreprises ou du gouvernement, créateur de contenus multimédia payant, opérateur des réseaux sociaux, enseignant ou chercheur, etc. D’un côté, toutes ces nouvelles tâches redéfinissent ou revalorisent le métier de bibliothécaire en élargissant les missions, mais elles ont aussi pour but de trouver de nouvelles sources de financement. Et on peut se demander si cela ne signifie pas, à plus ou moins long terme, la « mort » du métier traditionnel de bibliothécaire. D’un autre côté, comme le remarquait un intervenant, ces nouvelles missions redéfinissent l’organisation du travail, qui se fera plus de manière horizontale en collaboration, mettant fin aux structures pyramidales de direction. Cette nouvelle organisation « anti-hiérarchique » donnera plus de responsabilités et d’autonomie à chacun, tout en demandant un apprentissage de nouvelles compétences. La Chine nous donnera-t-elle l’exemple de ce nouveau modèle ?

Récemment, un débat a été lancé sur les nouvelles sciences humaines et sociales chinoises. Cette « nouveauté » trouve son origine dans l’idéologie et les directives du Parti à propos des « quatre confiances » : la confiance dans le chemin socialiste ; la confiance dans la théorie socialiste ; la confiance dans le système socialiste et la confiance dans la culture socialiste… autrement dit la confiance dans le socialisme chinois. Depuis le début du XXe siècle, les sciences humaines chinoises ont été largement influencées par les méthodes et les concepts occidentaux. Mais au XXIe siècle, pour assurer sa place dans le monde et diffuser ses valeurs, la Chine doit promouvoir son soft power. À ce titre, la « confiance dans la théorie » doit être le squelette de la pensée dans les sciences humaines et sociales.

La conclusion évidente de ce débat est donc que les nouvelles sciences humaines et sociales chinoises doivent se construire sur les expériences chinoises, à partir des sources chinoises et des archives chinoises, même si un intervenant M. Wang Xincai, directeur de la bibliothèque de l’Université de Wuhan, a osé signaler le risque de cette fermeture aux sources extérieures. Au même moment, l’Association des archivistes de Chine lance un grand chantier de numérisation des archives d’État. Mais, dans le cadre de ce chantier, sont clairement fixés les critères politiques définissant les périodes et les types d’archives qui devront être numérisés. Les recherches en sciences humaines et sociales hériteront ainsi de la « couleur idéologique » de ces sources « réécrites ». D’un côté, les bibliothèques universitaires veulent passer à l’étape de la bibliothèque numérique en ouvrant l’accès à plus d’informations et de savoirs aux lecteurs. D’un autre côté, le choix politique de ce qui peut être mis à la disposition des chercheurs aussi bien que du public réduit l’accès aux sources et provoque un doute sur leur qualité. La Chine est toujours empêtrée dans des visées contradictoires ! 

Pour les bibliothèques occidentales, l’enjeu de montrer un paysage réel de la Chine demande une vigilance accrue dans l’acquisition des ouvrages et des ressources électroniques, afin de dépasser la barrière idéologique. « La Chine, encore la Chine ! ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search