L’Encyclopédie des historiographies au regard des collections de la BULAC

Le 13 octobre 2020 s’est tenue à la BULAC une demi-journée exceptionnelle autour de l’Encyclopédie des historiographies : Afriques, Amériques, Asie, premier volet d’une aventure éditoriale novatrice s’intéressant à l’écriture de l’histoire à toutes les époques et dans (presque) toutes les parties du monde. Dans le prolongement de cet événement, la BULAC vous propose d’explorer l’Encyclopédie à la lumière de ses collections. De lettre en lettre, cheminez à travers un florilège de 26 notices de l’Encyclopédie, véritable mine historiographique et formidable invitation à (re)découvrir la richesse des fonds de la BULAC.

Photos : Maxime Ruscio / BULAC


Akbarnama

L’Akbarnama ou « Le Livre d’Akbar » est la principale chronique officielle datant du règne du troisième empereur moghol, Jalal al‑Din Muhammad Akbar. Il fournit un récit long, très flatteur, mais aussi extrêmement instructif des événements qui se sont produits lorsqu’il était au pouvoir, le dépeignant comme le souverain idéal, tout‑puissant et divinement éclairé qui a régné avec bienveillance sur ses sujets.

HARIT JOSHI, INALCO, CESSMA, PARIS
Documents about the Imperial Descendants of Timur the Lane in the Government of their Conquests in Hindustan, probablement réunis et traduits par Alexander Hamilton (1762-1824), lequel était arrivé en 1783 à Calcutta, 1775/1800. Cote MS.PERS.75a, collections patrimoniales numérisées de la BULAC. II. F. 3v-72 : Recueil d’extraits en persan (sur la page de gauche) avec leur traduction anglaise (sur celle de droite), dont des extraits de l’Akbar-nama.

Annales des Printemps et automnes (Les) (Chunqiu) et le Commentaire de Zuo (Zuozhuan)

L’ensemble formé par les Annales des Printemps et automnes et le Commentaire de Zuo (Chunqiu Zuozhuan 春秋左傳) constitue le fleuron de l’annalistique chinoise antique. Elles portent principalement sur le pays de Lu, patrie de Confucius, compilateur du premier texte selon la tradition. Le Commentaire de Zuo, attribué à son contemporain Zuo Qiuming, développe et complète par des récits et des anecdotes historiques ce que le texte confucéen, très laconique, ne fait qu’évoquer en quelques mots.

DAMIEN CHAUSSENDE, CNRS, PARIS
Han Mulu ding, Chhun qiu Zuo zhuan, [Chine], Fu wen tang 18XX, collections de la BULAC, cote BIULO CHI.544.

Autobiographies impériales mogholes

La tradition moghole des autobiographies impériales fut inaugurée par Babur (r. 1526‐1530), le fondateur de la dynastie éponyme, et reprise par son arrière‐petit‐fils Jahangir (r. 1605‐1627). Les deux Moghols furent parmi les rares souverains du monde islamique de la première modernité à composer leur autobiographie.

CORINNE LEFÈVRE, CNRS, CEIAS
Zahir al-Dīn Muḥammad Bābūr, Babur-nāmah, Bombay, [s.n.],1308 [1891], collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 4 1287.

Black Stools for Historians

L’autel ancestral akan prend la forme d’un siège en bois, noirci avec du sang sacrificiel, à l’origine celui d’un membre du lignage, ainsi qu’avec de la poudre et une toile d’araignée, ce qui renvoie respectivement à la guerre et aux connaissances généalogiques des femmes.

In Asante, stools are said to be blackened with eggs mixed with soot formed in the kitchen from the web of the spider and smoke from the fire.

MICHELLE GILBERT, TRINITY COLLEGE, HARTFORD, CONNECTICUT

Collection Mackenzie (La)

Dans le paysage incomplet ou fragmentaire des sources vernaculaires disponibles pour connaître l’histoire de l’Inde des périodes modernes et contemporaines, la collection Mackenzie apparaît comme une archive unique, tant par son volume que par sa nature. Initiée par un Britannique, il ne s’agit pas d’une source coloniale classique, car elle est très largement l’œuvre d’assistants – en particulier les frères Kavali – et d’informateurs indiens dont la contribution est notifiée dans les sources.

ANNE VIGUIER, INALCO, CESSMA, PARIS

Court Chronicles in Mughal India

Les chroniques de cour en langue persane écrites sous les règnes des empereurs moghols comptent parmi nos sources principales pour l’histoire de l’Inde du XVIe au XVIIIe siècle. Rédigées par les historiens de cour sous le patronage impérial dans le cadre d’un projet historiographique de large envergure, elles présentent la version officielle des événements qui se sont produits pendant le règne ainsi que le contexte politique de l’époque.

HARIT JOSHI, INALCO, CESSMA, PARIS
H̱wāǧah Abu al-Ḥasan
Ṣāḥib, Ǧahāngīrnāmah, Lucknow, Maṭbaʿ-i Munšī, 1316 [1898], collections de la BULAC, cote BIULO PERS.III.367.

Akbar’s son and successor Nur al‐Din Muhammad Jahangir (1569‐1627) lived his entire life in the shadow of his father. Although his political and military accomplishments do not measure up to those of his predecessor, he was nevertheless a learned man of refined aesthetic sensibilities. The principal source of his reign is his autobiography, the Jahangirnama or the Tuzuk‐i Jahangiri (“The Regulations of Jahangir”) which he wrote in Persian.

HARIT JOSHI, INALCO, CESSMA, PARIS

Diwan (généalogie) des rois du Kanem‐Borno

La généalogie des rois du Kanem‐Borno est un document unique en Afrique subsaharienne puisqu’il retrace l’histoire du royaume du Kanem‐Borno sur une période de 1000 ans. Ce document appelé souvent diwan ou girgam est une liste de rois du Kanem‐Borno écrite en arabe.

Seule la copie sur papier présente dans les archives de la School of Oriental and African Studies mentionne ce terme. Cette copie se trouve dans les papiers de Hebert Palmer, administrateur colonial britannique du Nigeria et spécialiste de l’histoire du Nord Nigeria.

VINCENT HIRIBARREN, KING’S COLLEGE, LONDON, UK
Sir Richmond Palmer, The Bornu Sahara and Sudan, J. Murray, 1936, collections de la BULAC, cote BIULO AO.I.140.

Écrits des géographes arabes, source pour la connaissance du Bilâd al‑Sûdan (VIIIe‑XIIe siècles)

La connaissance de l’histoire du Bilâd al‐Sûdan entre le VIIIe et le XIIe siècle a été possible grâce aux écrits des géographes arabo‐musulmans. […] Au Xe siècle, ibn Hawqal, grand voyageur, ayant séjourné à Awdaghost en 951, donne des informations très précieuses sur le Pays des Noirs.

ÉRIC M. NOGBOU, DÉPARTEMENT D’HISTOIRE, UNIVERSITÉ HOUPHOUET‐BOIGNY, ABIDJAN
Voyage au Darfour par le Cheykh Mohammed
Ebn-Omar El-Tounsy…
, Paris, Chez Benjamin Duprat, Libraire de l’Institut et de la Bibliothèque Royale, 1845, collections de la BULAC, cote BIULO V.V.38.
Abu’l-Kásim Ibn
Ḥanḳal, Viae et regna : descriptio ditionis moslemicae, Lugduni Batavorum, Apud E.J. Brill, 1873, collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 8 8474.

L’ouvrage d’ibn Hawqal a été édité pour la première fois par M.J. de Goeje en 1873 dans la Bibliotheca Geographorum Arabicorum sous le titre Kitab al Masalik wa‐l‐Mamalik. Puis, à partir d’un autre manuscrit, il a été republié par J.H. Kramers sous le titre Kitab Surat al‐Ard ; la traduction française de G. Wiet, Configuration de la Terre, parue à Beyrouth en 1964‐1965, a été rééditée en 2001.

ÉRIC M. NOGBOU, DÉPARTEMENT D’HISTOIRE, UNIVERSITÉ HOUPHOUET‐BOIGNY, ABIDJAN

Felipe Guaman Poma de Ayala, chroniqueur à la croisée des mondes

Felipe Guaman Poma de Ayala est l’une des rares voix indigènes de l’historiographie andine. Il termine en 1615 une lettre‐fleuve adressée au roi d’Espagne dans laquelle il écrit une histoire du Pérou tout à fait personnelle et dresse un réquisitoire contre les abus des autorités coloniales. L’opus de sa vie, sa Nueva Corónica y buen gobierno, est à son image, unique, foisonnante, plurielle. Elle convoque l’histoire, la religion, la géographie, la politique, l’économie pour tracer un tableau complet et tout à fait subjectif des Andes selon un indigène à la culture métisse.

FRÉDÉRIC DUCHESNE, UNIVERSITÉ PARIS III, IHEAL
Felipe Guaman Poma de Ayala, Nueva corónica y buen gobierno : codex péruvien illustré, Paris, Institut d’ethnologie, 1936, cop. 1936, collections de la BULAC, cote BIULO COL.5821(23).

Graffiti de Sigiriya (Sri Lanka) (Les)

Sur le site antique de Sigiriya, un mur faisant face à des peintures rupestres du Ve siècle porte près d’un millier de brèves inscriptions de caractère poétique faites par des visiteurs du site, pour l’essentiel entre le VIIIe et le Xe siècle. Ces graffiti constituent une source exceptionnelle pour l’histoire des pratiques culturelles médiévales. Mais Senarat Paranavitana, l’épigraphiste qui les a lus et édités, a cru déchiffrer sur d’autres supports des inscriptions interlinéaires imaginaires qui lui ont servi à conforter ses théories sur l’histoire du site.

ÉRIC P. MEYER, INALCO, PARIS
Paranavitana, Sigiri graffiti : being Sinhalese verses of the eighth, ninth and tenth centuries, London, Published for the Govt. of Ceylon by Oxford University Press, 1956, collections de la BULAC, cote BULAC MON Fol 74.

Historiographie arabe médiévale (L’)

[L]e plus célèbre historien maghrébin est sans conteste Ibn Ḫaldūn (m. 1406), originaire de Tunis, pour son ambitieuse œuvre d’histoire universelle, le Kitāb al‐ʿibar (« Livre des exemples »). L’ouvrage est scindé en deux parties, consacrées respectivement à l’Orient (Histoire des Arabes, livre II des ʿIbar) et aux peuples et dynasties de l’Occident musulman (Histoire des Berbères, livre III).

VANESSA VAN RENTERGHEM, INALCO, CERMOM
ʿAbd al-Rahmân ibn H̱aldūn, Al-ǧuzʾ al-awwal min Kitāb al-ʿIbar wa-dīwān al-mubtadaʾ wa-al-ẖabar fī ayyām al-ʿArab wa-al-ʿAǧam wa-al-Barbar…, [Al-Qāhiraẗ], Dār al-ṭibāʿaẗ al-miṣriyyaẗ, 1274 [1857], collections de la BULAC, cote BULAC RES MON Fol 195.
Aḥmas ibn Muḥammed ibn H̱allikān, Wafayāt al-aʿyān wa-anbāʾ abnāʾ al-zamān li-Abū al-ʿAbbās …, Al Qāhiraẗ, [éditeur inconnu], 1299 [1882], collections de la BULAC, cote BIULO HD.III.7(1).

Une place particulière, dans cette production, est à réserver aux ouvrages biographiques généralistes, qui ne sont pas consacrés à une unique catégorie de personnages, mais compilent des informations sur l’ensemble des hommes célèbres de l’histoire de l’Islam. L’ouvrage de ce type le plus connu est le Wafayāt al‐aʿyān (« Obituaire des notables ») du chafiite syrien Ibn Ḫallikān (m. 1282).

L’ouvrage connut un franc succès jusqu’à la fin de l’époque ottomane[.] Le texte arabe en fut, au XIXe siècle, imprimé et traduit en latin et en anglais, faisant du Wafayāt al‐aʿyān l’un des premiers exemples de littérature biographique arabe à être connu et diffusé en Occident.

VANESSA VAN RENTERGHEM, INALCO, CERMOM
Kitāb futūḥ al-buldān taʾlı̄f al-imām Abı̄ al-ʿAbbās Aḥmad bin Yaḥyá bin Ǧābir al-Balāḏurı̄,… ; quem e codice leidensi et codice Musei brittannici edidit M. J. de Goeje, Lugduni Batavorum, E. J. Brill, 1866, collections de la BULAC, cote BIULO K.II.4.

Le IIIe siècle de l’hégire (qui correspond grossièrement au IXe siècle EC) fut une période de définition plus stricte des champs du savoir et de constitution de collections autoritatives. En matière de ḥadīṯ, plusieurs compilations canoniques virent le jour, en particulier les deux Ṣaḥīḥ (collections de traditions considérées comme authentiques) d’al‐Buḫārī (m. 870) et de Muslim (m. 875) ; à l’instar de la sīra d’Ibn Hišām, l’histoire des conquêtes arabo‐islamiques fut systématisée par l’historien irakien al‐Balāḏurī (m. v. 892) sous le titre de Kitāb futūḥ al‐buldān (« Les conquêtes des pays »).

VANESSA VAN RENTERGHEM, INALCO, CERMOM
li-Abī Bakr Aḥmad ibn ʿAlī al-H̱aṭīb al-Baġdādī, Tārīẖ Baġdād aw madīnaẗ al-salām, Al-Qāhiraẗ : Maktabaẗ al-H̱ ānǧī, [diff./distrib.] – Miṣr : Maṭbaʿaẗ al-saʿādaẗ, 1329 [1931], collections de la BULAC, cote BIULO AF.II.220(1-2).

Avec la fragmentation politique de l’Empire musulman, en particulier à partir du Xe siècle, apparurent des ouvrages biographiques consacrés à une ville ou à une région particulière. L’un des plus célèbres est le Taʾrīḫ Baġdād (« Histoire de Bagdad ») d’al‐Ḫaṭīb al‐Baġdādī (m. 1071), qui, après une introduction historique et topographique décrivant la ville de Bagdad, présente par ordre alphabétique près de 8 000 notices d’hommes de savoir ou de pouvoir ayant vécu à Bagdad ou séjourné dans la ville, depuis sa fondation jusqu’au XIe siècle.

VANESSA VAN RENTERGHEM, INALCO, CERMOM

Indian Travellers in Early Modern and Modern Britain

Fourth, Mirza Abu Talib Khan Isfahani (1752‐1806) toured England and Ireland (1799‐1802), entering high society as “The Persian Prince”. While in London, he composed and supervised the translation into English of his essay “Vindication of the Liberties of Asiatic Women”. […] On his return, he wrote but did not publish his multi‐volume autobiographical travel narrative Masir Talibi fi Bilad Afranji (“Talib’s Travels in the Lands of the Franks”) which remained in manuscript during his lifetime, but was soon translated into English and partially published.nt.

MICHAEL H. FISHER, OBERLIN COLLEGE, OHIO
Mirza Abu Taleb Khan ; published and edited by his son Mirza Hasein li and Mir Kudrut Ali Munshi, Travels in Europe and Asia, Calcutta : [s. n.], 1812, collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 8 901.

Journalisme de langue arabe au Maghreb (1850‐1950) (Le)

Au milieu du XIXe siècle, alors que les journaux se multipliaient à Beyrouth, au Caire, et à Istanbul, le seul périodique de langue arabe au Maghreb était Le Mobacher (transcription de l’arabe al‐mubashshir, le messager), « courrier d’information (rasā’il khabariyya) » officiel bilingue, que le Gouvernement général avait lancé à Alger en 1847.

AUGUSTIN JOMIER, INALCO, CERMOM
Al-mubaššir, Alger : [s. n.], 1847-1928, collections de la BULAC, cote BIULO PER.572.BIS.

Koryŏsa 高麗史 고려사 : l’histoire officielle du Koryŏ

Pukhan sahoe kwahagwŏn kojŏn yŏn’guso, (Pugyŏk) Koryŏsa, Sŏul, Arŭm ch’ulp’ansa, impr. 1962, collections de la BULAC, cote LCAOC 8-161(1).

Histoire officielle de la dynastie des Wang du royaume du Koryŏ (918‐1392) commanditée en 1392 et achevée en 1451, en 139 livres, le Koryŏsa occupe une position unique dans l’historiographie médiévale coréenne en raison de la masse des informations qu’il recèle et de son caractère organisé selon un plan en annales‐biographies hérité de la tradition de l’historiographie impériale chinoise. De ce fait, il a exercé jusqu’à nos jours une influence prépondérante sur la conception de l’histoire médiévale de la Corée.

YANNICK BRUNETON, UNIVERSITÉ DE PARIS, UFR LCAO

Livres de voyage (Les) (Chine)

Sous les dynasties Ming et Qing, les livres de voyage prolifèrent, donnant lieu à des récits de toute sorte où les descriptions poétiques voisinent avec des enregistrements journaliers. Le plus connu de ces ouvrages est sans aucun doute les Randonnées aux sites sublimes de Xu Xiake, qui consacra sa vie aux voyages à l’intérieur de l’empire. Parmi d’autres, Tian Rucheng 田汝成 (docteur en 1526) écrivit sur son voyage à Guilin (Guilin xing 桂林行) et laissa un Guide des sites remarquables du lac de l’Ouest (Xihu youlan zhi 西湖遊覽志), avec un supplément.

JEAN-PIERRE DRÈGE, EPHE, PARIS
Tian Rucheng zhuan, Xi Hu you lan zhi, Qiantang, Ding shi Jia hui tang chong kan, Guangxu 22 nian [1896], collections de la BULAC, cote BIULO CHI.232.

« Mémoire du monde », le registre de l’UNESCO

Pour le continent asiatique, c’est la Chine et l’Inde qui dominent, avec 10 ensembles archivistiques classés pour la Chine, et 7 pour l’Inde. Pour la Chine, il y a par exemple les archives de la littérature Dongba du peuple Naxi.

CHLOÉ MAUREL, IHMC‐CNRS/ENS/UNIVERSITÉ PARIS I
Manuscrit naxi. Cote MS.CHI.NAXI.13, collections patrimoniales numérisées de la BULAC.

Miroir général pour aider à gouverner (Le) (Zizhi tongjian)

Compilé par Sima Guang, aidé par quatre autres historiens, le Miroir général pour aider à gouverner (Zizhi tongjian 資治通 鑑) est l’histoire la plus influente de la Chine impériale en dehors des histoires officielles.

D’un certain point de vue, le Compendium de Zhu Xi fut davantage lu et appris que le Miroir de Sima Guang. C’est d’ailleurs le Compendium qui fut traduit ou adapté en plusieurs autres langues (mandchoue, coréenne, japonaise), dont le français au XVIIIe siècle.

WANG HUAYAN, ENS LYON

Notes de voyage cambodgiennes au Laos et au Siam

Grâce aux notes prises par ses adjoints et à ses propres écrits, Aymonier rédige deux récits de son voyage : une première ébauche paraît dès 1884‐1885 dans la revue publiée par le gouvernement de Cochinchine, Excursions et reconnaissances, le document final n’étant publié que dix ans plus tard (Aymonier, 1884‐1885, 1895‐1897). Une décennie plus tard, il reprend les notes de ses assistants pour la rédaction du second volume de son étude magistrale sur le Cambodge.

MATHIEU GUÉRIN, INALCO, CASE UMR 8170
Étienne Aymonier, Le Cambodge, Paris, E. Leroux, 1900-1904, collections de la BULAC, cote BIULO BA.II.23(2).

Ouvrages géographiques chinois (Les)

Le haut Moyen Âge est une période de fragmentation politique. […] [L]’époque est source d’interrogations pour de nombreux lettrés qui constatent la fin de l’unité impériale. Nostalgiques d’un âge d’or révolu, ils tentent, à leurs échelles respectives, de commémorer le passé et de trouver des solutions afin de réunifier l’espace impérial. Cet espace peut être un « pays » enclavé que Chang Qu 常璩 (fl. IVe siècle) s’attache à réhabiliter dans le Traité des pays situés au sud des monts Hua (Huayang guo zhi 華陽國志). Il applique à un espace régional des modèles historiographiques « impériaux » dans lesquels il puise pour le légitimer.

ALEXIS LYCAS, INSTITUT MAX PLANCK, BERLIN
Chang Qu zhuan Jinling, Huayang guo zhi, Ti jin guan kan, Jiaqing shi jiu nian [1814], collections de la BULAC, cote BIULO CHI.239.

Presse moderne chinoise (La) (1815‐1921)

Le Shenbao 申報 (Journal de Shanghai ou The Shun Pao), 1872‐1949, fondé par l’entrepreneur britannique Ernest Major (1841‐1908), est le quotidien le plus influent en Chine. Il couvre 77 ans d’histoire (le règne des trois derniers empereurs des Qing et toute la période de la République de Chine) et représente à ce titre une mine d’informations précieuses sur l’évolution de la Chine durant cette période.

CÉLINE WANG, UNIVERSITÉ DE PARIS
Shen bao, Shanghai, Shanghai shu dian
1872-1949, collections de la BULAC, cote BIULO CHIP.696.

Rajatarangini of Kalhana (The): Sanskrit Kavya as History

Le Rajatarangini est un poème épique (mahakavya) en sanskrit qui contient près de 8000 vers répartis en 8 livres ou parties. Il fut composé au Cachemire (Inde), en 1148‐50 apr J.‐C. Kalhana, le poète et auteur, était brahmane lettré. Le Rajatarangini est un texte qui rend compte des nombreuses dynasties royales qui régnèrent dans l’ancien royaume du Cachemire, depuis ses origines mythiques jusqu’à l’époque du poète.

SHONALEEKA KAUL, JAWAHARLAL NEHRU UNIVERSITY, DELHI
Râdjataranginî traduite et commentée par M. A. Troyer,…, Paris, Imprimerie royale, 1840-1852, collections de la BULAC, cote BIULO EF.III.1(3).

Sources of the Medieval History of Bishoprics in Nubia

Cette notice simple décrit les huit catégories différentes de sources qui nous informent sur l’histoire des évêchés nubiens de l’époque médiévale à partir de 133 textes qui sont rassemblés dans la Database of Medieval Nubian Texts.

Below is a concise presentation of the most important items for the history of the Nubian bishoprics: There are lists of the bishoprics of medieval Nubia known since the 17th century through the work of Johann Michael Vansleb (1677).

ALEXANDROS TSAKOS, BERGEN UNIVERSITY, NORWAY
Johann Michael Wansleben, Nouvelle relation en forme de journal d’un voyage fait en Égypte par le P. Vansleb,…, Paris, E. Michallet, 1677, collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 16 1085.

Textes de stèles de grands moines (Corée)

Lai qi shi, Jin shi yuan Liu Yanting bian, [S.l.]|[N.p.], Daoguang wushen nian, [1846], collections de la BULAC, cote BIULO CHI.648.

Les stèles de grands moines sont des monuments commémoratifs à la louange des vies de religieux bouddhiques ayant marqué l’Histoire de leurs empreintes. […] Les textes de stèles de grands moines furent préservés et acquirent le statut officiel de sources comme objets de collections dans des recueils d’inscriptions. Le Haidong jinshiyuan (海東 金石苑 ; « Jardin des inscriptions [du Pays] de l’Est de la Mer » ; cor. Haedong kŭmsŏgwŏn) inaugure ainsi, depuis la seconde période du Chosŏn, les collections publiées, présentant les sources fondamentales de ce genre épigraphique.

JUNG BYUNG SAM (CHŎNG PYŎNGSAM), DÉPARTEMENT D’HISTOIRE ET DE CULTURE, UNIVERSITÉ FÉMININE DE SOOKMYUNG, SÉOUL

Vaṃsa et tamnan, genres traditionnels de l’historiographie thaïe

Le Cāmadevīvaṃsa et le Sihiṅganidāna sont des œuvres célèbres du début du XVe siècle, compilées par le Mahāthera Bodhiraṃsi. Le Cāmadevīvaṃsa est un bon exemple de genre composite puisqu’il raconte les péripéties semi‐légendaires de l’installation de la reine Cāmadevī dans le nord de la Thaïlande, la conquête de l’ancien royaume de Hariphunchai (la ville de Lamphun) et l’établissement du bouddhisme dans la région. Le texte contient également une prophétie du Bouddhas concernant la découverte de ses reliques.

FRANÇOIS LAGIRARDE, ÉCOLE FRANÇAISE D’EXTRÊME‐ORIENT, PARIS
Câmadevîvaṃsa or chronicle of Haripuñjaya : Pali text with siamese translation, Bangkok, 1920, collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 8 9450.

Xinmin congbao (Le) 新民丛报 (Journal du nouveau citoyen) (1902‐1907)

Min bao : He ding ben, Beijing, Ke xue chu ban she, 1957, collections de la BULAC, cote BIULO CHI.III.3264(1) à (4).

Le Xinmin congbao est un journal édité et publié entre 1902 et 1907 par des réformateurs politiques chinois dont Liang Qichao en tête. Ce journal est réputé pour sa richesse de contenu et pour son inscription significative dans le processus de modernisation politique chinoise. Il est un témoin important de l’époque de transition de la Chine moderne.

MA FÉLIX JUN, UNIVERSITÉ PAUL VALÉRY MONTPELLIER 3, MONTPELLIER

Yishibao 益世报 (Social Welfare)

Fondé en 1915 (son premier numéro sortit le 10 octobre), ce journal, sous‐titré en anglais Social Welfare, basé et publié à Tianjin, parut quotidiennement jusqu’au 15 janvier 1949, date à laquelle il fut supprimé par les communistes qui avaient investi la ville ce jour‐là. Par son tirage (40 000 exemplaires dès 1921), par sa diffusion, par son prestige, il était considéré à l’époque comme l’un des « quatre grands journaux » chinois, les autres étant le Dagongbao 大公报 (L’Impartial), également publié à Tianjin, le Shenbao 申报, publié à Shanghai, et le Mingu ribao 民国日报.

LAURENT GALY, INALCO, PARIS
Yi shi bao, Nanjing : [s.n.], collections de la BULAC, cote BIULO CHIP.379.

Pour aller plus loin :

  • Nathalie Kouamé, Éric P. Meyer et Anne Viguier vous présentent l’Encyclopédie des historiographies sur le Carreau de la BULAC.
  • (Re)visionnez les tables rondes de la demi-journée organisée à la BULAC autour de l’Encyclopédie des historiographies, le 13 octobre 2020. (Retrouvez le chapitrage des différentes interventions sur la page web de l’événement).
Citer ce billet : Juliette Pinçon, "L’Encyclopédie des historiographies au regard des collections de la BULAC," dans Le Carreau de la BULAC, 26 octobre 2020, https://bulac.hypotheses.org/31714. Consulté le 10 avril 2021

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search