Les éditions lithographiées indiennes et persanes du Shahnameh de Ferdowsi

Exposition « Gilbert Lazard, un siècle d’études iraniennes »

La BULAC présente jusqu’au 19 décembre 2020 une exposition consacrée à Gilbert Lazard (1920-2018), figure majeure des études iraniennes en France, linguiste et traducteur. La préparation de cette exposition a été l’occasion de se pencher sur les éditions du Shahnameh présentes dans les collections de la bibliothèque, parmi lesquelles quatre éditions lithographiées à Bombay et à Téhéran, dans la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe siècle1.

Photos : Maxime Ruscio / BULAC


Le Shahnameh, chef-d’œuvre de la littérature persane

Célèbre épopée persane de plus de 50 000 distiques, le Shahnameh relate l’histoire de la Perse depuis ses origines mythiques jusqu’à la conquête musulmane. Cette œuvre est connue en Europe au moins depuis la fin du XVIIIe siècle, avec les travaux des orientalistes Sir William Jones (1746-1794) et Josef von Hammer-Purgstall (1774-1856), puis avec la traduction française en prose que proposa l’orientaliste Jules Mohl (1800-1876). Gilbert Lazard publia en 1979 des extraits choisis et revus de cette traduction. En 2019, Pierre Lecoq livra la première traduction française intégrale en vers2.

Les éditions lithographiées du Shahnameh

La première édition complète du Shahnameh est publiée à Calcutta en 1829 par Turner Macan. La majorité des éditions lithographiées3 du Shahnameh sont publiées en Inde, pour la plupart à Bombay, à partir de 1846. La première édition persane est imprimée à Téhéran en 1849-504.

Lieu d’éditionDate d’édition
(calendrier hégirien)
Date d’édition
(calendrier chrétien)
Cote BULAC
Bombay12621846
Bombay 1266i.e. 1849BULAC RES MON Fol 135
Téhéran1265-671849-50BULAC RES MON FOL 1240
Bombay 12721855
Tabriz 12751858-59
Bombay12751858-59 BULAC RES MON Fol 655
Bombay 1275-661859
Bombay12761859
Lucknow12871870
Téhéran13071890
Bombay 13081891
Bombay13151897
Tabriz13161898-99
Téhéran13261908
Bombay13311913BULAC RES MON Fol 1430
(Cette édition peut être consultée en ligne sur la bibliothèque numérique de la Bibliothèque du Congrès.)

L’édition de Téhéran, 1265-67/1849-50

L’ouvrage comporte 596 folios et 56 illustrations de l’artiste Mirza ‘Ali Quli Khuyi, dont deux sont signées. Il a été lithographié par Mustafa Quli b. Muhammad, sous la direction d’Hajji Muhammad Husayn Tehrani.

Ferdowsi offre son « Shahnameh » achevé au sultan Mahmoud.
Téhéran 1849-50. Illustration : Mirza ‘Ali Quli Khuyi. Cote BULAC RES MON Fol 1240.

Comparaison iconographique entre les éditions indiennes et l’édition persane

Une comparaison entre les quatre éditions lithographiées de la BULAC révèle une étroite proximité iconographique. Il est notamment intéressant de s’attarder sur les illustrations de Mirza ‘Ali Quli Khuyi (édition de Téhéran, 1849-50), qui s’inspire du programme iconographique des éditions indiennes parues en 1849 à Bombay, en introduisant quelques variations.

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Zahhak, la légende du roi serpent

La composition générale est conservée, de même que les expressions et les mouvements sont très proches. L’artiste créé davantage de cohérence visuelle et dessine des mouvements plus naturels que dans les versions indiennes. Son œuvre témoigne d’un souci d’allier l’immobilité hiératique des peintures persanes traditionnelles à la vivacité de représentations réalistes et détaillées, qui permettent au spectateur de s’impliquer émotionnellement dans l’action illustrée.

Rostam renverse le khan de Chine de son éléphant

On remarquera au passage que les dessins de Mirza ‘Ali Quli Khuyi sont en sens inverse par rapport à la composition initiale. Le principe de la technique d’impression de la lithographie, qui reproduit le dessin tracé en sens inverse, l’explique facilement. L’artiste a ainsi copié fidèlement le dessin, sans tenir compte de l’effet miroir de la lithographie.

Le héros Rostam combat le démon Akvan-é Div

Alexandre et le roi de Perse Darius, mourant

Mirza ‘Ali Quli Khuyi accorde une attention particulière aux détails, aux traits émotionnels, par exemple dans les représentations de l’agonie.

Pour aller plus loin :

  • Mansoureh Fadavi, « The Comparative Study of the Shahnama lithographic Images, 1846 AD in India and 1851-53 AD in Iran », International Journal of Persian Culture and Civilization, 2018, 2(4), 1-20 [en ligne].
  • Ulrich Marzolph, « Illustrated Persian Lithographic Editions of the Shâhnâme », Edebiyât, 2003, Vol. 13, No. 2, pp. 177–198 [en ligne].
  • Marjolijn Van Zutphen, « Lithographed Editions of Firdawsī’s ‘Shāhnāma’: A Comparative Study », Oriens, vol. 37, 2009, pp. 65–101 [en ligne].
  • Manuchehr Arasteh, « Barrasi-ye Shahnameh’ha-ye Chap-e sangi-ye chap-e Iran dar ketabkhaneh-ye markazi-ye Astan-e Qods-e Razavi », dans Nashriyeh-ye electroniki-ye ketabkhanh-ye Astan-e Qods-e Razavi, 1391/2012, Vol. 4, n°16-17, 29 [en ligne].
  • Francis Richard, « Les manuscrits rapportés d’Orient et la découverte du Shâhnâmeh par le public français », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (à paraître).
Citer ce billet : Juliette Pinçon, "Les éditions lithographiées indiennes et persanes du Shahnameh de Ferdowsi," dans Le Carreau de la BULAC, 10 décembre 2020, https://bulac.hypotheses.org/32343. Consulté le 22 septembre 2021
  1. Merci à Farzaneh Zareie et Francis Richard pour leur relecture. []
  2. En savoir plus : Julie Duvigneau, « Gilbert Lazard, un siècle d’études iraniennes », Le Carreau de la BULAC, novembre 2020, https://bulac.hypotheses.org/?p=31711. []
  3. Le procédé de la lithographie, inventé en Allemagne vers 1796, consiste à imprimer sur papier, à l’aide d’une presse, un dessin ou un écrit tracé à l’encre grasse sur une pierre calcaire. ‘Abbas Mirza, fils de Fath ‘Ali Shah, introduit la première presse lithographique en Iran en 1821. []
  4. Il est à noter que l’année mentionnée au colophon diffère de l’année mentionnée sur la page de titre. Le colophon mentionne la date du 14 Muharram 1267 (19 novembre 1850), tandis que sur la page de titre figure l’année 1265 (1848-9), ce qui signifie que la composition de l’ouvrage a pris plus d’un an. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search