Čapek et compagnie : le livre illustré en Tchécoslovaquie

Le robot est une invention centenaire. Elle a vu le jour à Prague le 25 janvier 1921 sur les planches du Théâtre national, lors de la première de la pièce Rossum’s Universal Robots écrite par Karel Čapek. Ce récit d’anticipation met en scène la folie productiviste s’emparant de l’humanité après la découverte d’androïdes de synthèse, corvéables à merci, qui ne tarderont pas à prendre le contrôle de la planète… La fortune du néologisme, inventé par le frère du dramaturge, Josef Čapek, à partir du terme tchèque robota, « corvée », suffit à mesurer la place de Karel Čapek dans le développement de la science-fiction. Ce dernier est d’ailleurs un des auteurs tchèques les plus traduits au monde encore à ce jour, son goût pour la dystopie et l’anticipation s’étant affirmé dans de nombreux ouvrages : La Fabrique d’absolu, La Guerre des salamandres ou L’Affaire Makropoulos – des ouvrages qui ont été mis en valeur par la BULAC au début de l’année 2020 dans le cadre de son exposition sur les « Futurs d’ailleurs ».

La figure de Karel Čapek (1890-1938) méritait toutefois qu’on s’intéresse à elle. La science-fiction n’est qu’une partie d’une œuvre protéiforme embrassant toutes les formes : la nouvelle, le théâtre, le roman, la littérature jeunesse ou le récit de voyage. Elle permet également de révéler toute une génération d’artistes et d’écrivains qui témoignent du dynamisme culturel de la jeune république tchécoslovaque, née au lendemain de la Première guerre mondiale.

C’est un portrait de famille tout d’abord : jusqu’à la fin des années 1920, Karel écrit de nombreux textes à quatre mains avec son frère Josef (1884-1945). Leur sœur aînée, Helena Čapkova, publie également quatre récits et l’ensemble de la fratrie est engagée activement dans la rédaction du grand quotidien tchécoslovaque Lidové Noviny1. L’épouse de Karel, Olga Scheinpflugová (1902-1968), triomphe sur les planches pragoises, mais ne néglige pas la littérature avec 16 romans à son actif.

C’est ensuite un parcours dans un paysage éditorial en ébullition : cette activité littéraire prolifique est accompagnée d’innovations éditoriales soucieuses de porter le modernisme dans la composition, la typographie et les illustrations. Les éditeurs František Borový (1877-1949) et Aventinum (1919-1934) se distinguent particulièrement pour la qualité de leurs réalisations. Littérateurs, éditeurs, artistes et figures politiques se côtoient étroitement. Ces échanges n’empêchent pas la très grande diversité de ces expressions artistiques.

La compagnie des frères Čapek permet ainsi de visiter la créativité des avant-gardes tchécoslovaques de l’entre-deux-guerres. Pour s’y guider, l’exposition présentée au rez-de-jardin de la BULAC du 11 janvier au 12 mars 2021 a choisi de privilégier le livre illustré. Ce billet prolonge la visite et la rend accessible à distance.

Photos : Maxime Ruscio / BULAC

Un clic sur les images permet leur affichage en grand format.


Josef, graphiste des Čapek, frères et sœur

Jusqu’à la publication d’Adam Stvoř̌itel, Josef et Karel Čapek publient de nombreuses pièces de théâtre à quatre mains ou collaborent étroitement. Même s’il publie des textes en son nom propre, la carrière de Josef est toutefois surtout celle d’un illustrateur et d’un artiste. Lorsque son frère cadet entreprend des œuvres plus personnelles, Josef reste son illustrateur de prédilection, pour les couvertures ou pour accompagner le texte de vignettes. Il se charge également du graphisme des publications de leur sœur aînée Helena Čapková (1886-1961).


Josef Čapek, graphiste en série

La carrière de Josef Čapek est aussi bien littéraire (théâtre, fiction, théorie esthétique) que graphique, même si à la fin des années 1920, il s’éloigne de l’écriture où triomphe son frère Karel. Il devient un des illustrateurs favoris de l’avant-garde littéraire tchèque – les auteurs représentés ici sont tous des participants actifs des soirées du vendredi, qui réunissent chez Karel la fine fleur de la vie littéraire et politique pragoise. Ces mêmes auteurs se côtoient également dans les revues d’avant-garde. Le crayon de Josef Čapek révèle un grand éclectisme, depuis le symbolisme fin de siècle, l’influence des arts décoratifs et de l’abstraction jusqu’à des illustrations pour la jeunesse qui pourraient évoquer la ligne claire d’Hergé.


Karel dessinateur : les carnets de voyages

De 1923 à 1938, Karel publie cinq carnets de voyages, en Italie, en Angleterre, en Espagne, aux Pays-Bas et en Scandinavie. Il brosse des portraits tendres et ironiques où il révèle également son talent de dessinateur. Si on retrouve un trait proche de celui des illustrations de Josef pour La Fabrique d’absolu dans sa vision hallucinée des orateurs du Speakers’ Corner de Hyde Park à Londres, c’est un humour graphique tout personnel qu’il exprime dans son étude des paysages vus du train, ses représentations de conifères, ses croquis de la vie de campus oxfordienne et sa caricature des débuts du tourisme de masse.


Un réseau de collaborations graphiques autour de la famille Čapek

L’activité graphique prolifique de Josef Čapek n’empêche pas la fratrie, ici élargie à Olga Scheinpflugová (1902-1968), épouse de Karel, de collaborer d’autres illustrateurs plus avant-gardistes. La scène artistique tchécoslovaque embrasse avec dynamisme tous les courants modernes du moment. Le groupe Devětsil sert de creuset aux avant-gardes les plus audacieuses, ouvertes au cubisme, au constructivisme et au surréalisme où on retrouve les graphistes František Muzika (1900-1974), Otakar Mrkvička (1898-1957) et Karel Teige (1900-1950). Leur engagement artistique s’accompagne d’un radicalisme politique, fasciné par le modèle soviétique. Cela les distingue fortement de l’anticommunisme des frères Čapek qui jouent pratiquement le rôle d’artistes officiels de la jeune république – une position dont témoignent les recueils de conversation de Karel avec Tomáš Garrigue Masaryk, président tchécoslovaque de 1918 à 1935, réédités à plusieurs reprises et traduits dans plusieurs langues.

Les collaborations sont toutefois nombreuses en dépit de ces clivages politiques ; elles se renforcent même dans le contexte de la dénonciation du nazisme. Le récit Bílá nemoc [La maladie blanche] (1937), publié par Karel un an avant sa mort et l’invasion nazie des Sudètes, et les poèmes de déportation de Josef, publiés en 1946 à titre posthume, illustrent cet engagement antifasciste.

K.Čapek, Válka s mloky [La Guerre des salamandres], 1945 (1ère éd. : 1936). Couverture de Karel Teige. Collections de la BULAC.

Dášenka : un roman-photo illustré animalier à 4 mains

Ce livre pour enfant consacré à la vie d’un chiot est l’aboutissement le plus achevé de l’engagement de Karel Čapek avec le modernisme graphique. Il confie son texte, ses photos et ses croquis à Karel Teige (1900-1950). Inspiré par le Bauhaus et le constructivisme soviétique, le jeune architecte se passionne pour la typographie et le photomontage ; il fait sortir l’image d’un simple rôle d’illustration pour en faire une partie prenante du récit, supprimant la frontière qui pouvait séparer le texte et l’iconographie. Ouvrage à succès, Dášeňka reste traduit et réédité dans de nombreuses langues encore aujourd’hui.

K. Čapek, Dášeňka čili život štěněte [Dášenka, ou la vie d’un chiot], [1935] (1ère édition : 1933). Collections de la BULAC.
K. Čapek, Dášeňka čili život štěněte [Dášenka, ou la vie d’un chiot], [1935] (1ère édition : 1933). Collections de la BULAC.

Pour aller plus loin :

Parcourir la sélection bibliographique « Čapek et compagnie » dans le catalogue de la BULAC.

Sélection bibliographique « Čapek et compagnie ».
  1. Les archives du quotidien de 1893 à 1945 sont disponibles en version numérisée sur le site de la Česká digitální knihovna []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search