Les études coréennes en Europe centrale et orientale. À propos de quelques publications récentes

Historique des relations entre l’Occident et les deux Corées 

Les relations entre la Corée et l’Europe centrale et orientale demeurent, en Occident, largement ignorées. Les grandes universités européennes possèdent souvent une section de langue et culture coréennes au sein de leur faculté de lettres, et chaque pays a développé des relations, parfois anciennes, avec la Corée. Ainsi, l’Empire austro-hongrois signa avec la Corée de Chosŏn un traité d’amitié et de commerce dès 1892.

Au cours du XXe siècle, les vicissitudes de la guerre froide ont conduit à une histoire partagée des divisions de l’Europe et de la Corée, à travers les relations entre l’Europe occidentale et la Corée du Sud (République de Corée) d’une part, et de coopérations entre l’Europe centrale et orientale socialiste avec la Corée du Nord (République populaire et démocratique de Corée) d’autre part. Après la fin de la guerre froide, les anciens « pays de l’Est » ont aussi signé des traités diplomatiques avec la Corée du Sud.

Source : Pixabay

Universités et revues académiques transverses

Les principales universités d’Europe orientale possèdent, elles aussi, des sections d’enseignement du coréen et organisent régulièrement différents colloques internationaux ou manifestations. Ainsi, l’université de Varsovie a organisé en 2013 un colloque intitulé  « Korean Civilization : sources & prospects » (Varsovie 2013) tandis que l’université Charles de Prague a accueilli les travaux de la 28e Conférence de l’Academy of Korean Studies in Europe en 2017. De même, la Hongrie, la Bulgarie et la Roumanie possèdent des centres universitaires d’enseignement de langue et de culture coréennes. 

Sans atteindre les effectifs estudiantins observables dans les universités françaises, ces sections d’études coréennes dispensent un enseignement portant sur les deux Corée. Les enseignants-chercheurs de ces centres publient aussi bien des méthodes de langue que des études littéraires ou des traductions d’œuvres coréennes. En outre, ces universités publient des revues, éditées en Pologne comme le Przegląd Orientalistyczny ou le Rocznik Orientalistyczny, qui publient aussi parfois en anglais (exemples : H. Ogarek-Czoj, « The war of 1592 in Korean Literature », tom XLVI zeszyt 1, 1989 ; Karol Żakowski « ”Comfort women”. Problem as a Catalyst for Civil Society and Nationalism in Japan and South Korea », Rocznik Orientalistyczny/Yearbook of Oriental Studies. 2020. T. LXXIII | No 1 | p. 154-168), ou encore en République Tchèque (Archiv Orientàlni). Cette dernière revue publie des études passionnantes qui éclairent aussi l’histoire coréenne (exemple : Zdenka Klöslova, « Czech Arms for Korean Independence Fighters », Archiv Orientàlni, Février 2003 n° 7101, p. 55-64). 

Des publications à découvrir 

En mars 2017, l’université de Sofia (St. Kliment Ohridski) a organisé un colloque sur les relations de l’Europe orientale et la Corée. Les contributions concernaient notamment des études bulgares sur la Corée, mais aussi les relations de la Roumanie, de la Hongrie et de la Yougoslavie avec la Corée du Nord, pendant la première partie du XXe siècle, la présentation d’archives polonaises, etc. Ces études archivistiques et de relations internationales voisinent avec des études purement anthropologiques (chamanisme, confucianisme), géopolitiques, linguistiques ou encore l’étude de feuilletons coréens. Ces contributions en anglais ont été rassemblées dans un ouvrage publié peu après le colloque, par les professeurs Alexander Fedotoff et Kim So Young :

  • Alexander Fedotoff & Kim So Young (dir.), Korea and Eastern Europe : Exploring the Past : Proceedings of the International Conference on Korean Studies, Sofia, March 24, 2017 Sofia, St. Kliment Ohridski University Press, 2017.

Par ailleurs, il faut souligner la production de diverses monographies ou recueils de contributions qui montrent le dynamisme des études coréennes dans l’est de l’Europe. On citera notamment, parmi les collections de la BULAC :

  • Halina Ogarek-Czoj, Religie Korei : rys historyczny, Warszawa : Dialog, 1994.
  • Mózes Csoma, From North Korea to Budapest: North Korean students in the Hungarian revolution in 1956 / Seoul, Jimoondang, 2016.

Certaines publications de l’université  St. Kliment Ohridski de Sofia sont accessibles en ligne. Il s’agit principalement de textes en bulgare, anglais, et coréen.

Capture d’écran du site bulgare Korean Studies

Quelques liens vers les études coréennes en Europe centrale et orientale

Cet article a été rédigé par Laurent Quisefit, chargé de collections pour le domaine coréen à la BULAC, avec la participation d’Elena Gueorguieva, chargée de collections pour le domaine bulgare à la BULAC. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search