Portrait de chercheur : Pablo Moreno Gonzalez

Questions à … Pablo Moreno Gonzalez, doctorant en langues, littératures et sociétés du monde à l’Inalco sous la direction de Faruk Bilici, professeur de langue et d’histoire ottomane et turque ; et de Timour Muhidine, maître de conférences en langue et littérature turques. Sa thèse est intitulée « Le roman turc de la première décennie républicaine (1923-1933) : un nouveau modèle de société ».

Pablo Moreno Gonzalez, doctorant en langues, littératures et sociétés du monde.

Quel est votre parcours ?

Je me suis intéressé au turc pour la première fois à seize ans, grâce à un voyage familial à Istanbul, et j’ai commencé à l’apprendre seul. J’ai ensuite entrepris des études de traduction durant lesquelles j’ai appris le grec moderne et le français. Le turc n’étant pas proposé dans mon cursus, je suis parti un été à Ankara pour me plonger dans cette langue. À la fin de mes études de traduction, j’ai pu repartir un an en Turquie grâce au programme Comenius de l’Union européenne, durant lequel j’ai enseigné dans un lycée et suivi en parallèle des cours de langue. Un ami qui étudiait au département d’hébreu à l’Inalco m’a ensuite parlé du parcours en turc, c’est ce qui m’a amené à m’inscrire en master 1 à Paris. Je suis ensuite reparti à l’Université d’Istanbul pour mon master 2 grâce au programme d’échanges proposé par l’Inalco.

À la fin du master, j’avais pour but de faire un doctorat en Espagne, où il n’y a malheureusement pas de départements d’études turques. En effet, seuls quelques départements d’études arabes proposent des cours de turc, mais aucun laboratoire n’en a fait sa spécialité. Bien que déterminé à construire sur le long terme une équipe tournée vers ces études, le manque de répondant de la part de l’université m’a incité à retourner à l’Inalco pour mon doctorat. Cette option était plus intéressante d’un point de vue pédagogique, puisque l’Inalco m’offrait l’expérience de grands professionnels de la recherche ainsi qu’une structure de pointe dans le domaine. Sans contrat, je finance ma recherche entre autres en étant traducteur professionnel (je traduis principalement de la littérature du turc en espagnol). Cette activité me prend énormément de temps, mais elle reste tout de même proche de la recherche d’un point de vue intellectuel, et me permet d’apprendre de nombreuses choses sur l’univers culturel turc auquel je me confronte dans ma recherche. En septième année de thèse, j’ai parfois culpabilisé d’avoir « traîné » pendant mon doctorat ; je sais désormais que ce temps était nécessaire à la maturation de mon sujet de recherche et à ma construction en tant que chercheur.

Comment expliqueriez-vous vos recherches actuelles aux lecteurs du Carreau de la BULAC ?

Ce qui m’intéresse, c’est la capacité du roman à influencer le lecteur, à lui inculquer des messages de nature politique. Il s’agit, bien entendu, d’un sujet très vaste. J’ai donc choisi l’exemple du roman turc de la première décennie de la période républicaine, celui écrit entre 1923 et 1933 après l’effondrement de l’Empire ottoman, période de fondation de la Turquie actuelle. C’est une période charnière pour la constitution de la société turque : c’est à ce moment qu’est forgée l’identité turque qui arrive jusqu’à nos jours, identité qui combine des éléments de l’idéal social de Mustafa Kemal Atatürk — nationaliste et occidentalisant en même temps — avec des références culturelles anciennes, comme l’attachement à la religion. J’étudie les thèmes, les personnages et les trames de ces romans afin de démontrer qu’ils servent à diffuser une nouvelle identité, pour ensuite en tirer des modèles concrets sociaux concrets qui sont inculqués aux lecteurs. La plupart d’entre eux correspondent au citoyen nouveau kémaliste, mais il existe tout de même une certaine diversité. Pour illustrer le rôle que le roman joue dans la diffusion d’une nouvelle identité, je prends souvent l’exemple des femmes, facile à comprendre. Dans les romans de cette période, on rencontre des héroïnes qui incarnent le nouveau modèle de la femme que les courants idéologiques dominants préconisent : nationaliste, progressiste, détachée de la religion mais respectueuse de la tradition, et surtout d’une morale impeccable.

Ce qui est intéressant, c’est le fait que les auteurs n’encouragent pas de manière consciente ce modèle auprès des lecteurs, mais qu’ils sont tant influencés par l’actualité politique car mêlés au débat social, par le nationalisme et le kémalisme, qu’ils projettent leur idéal de société à travers des œuvres qui n’ont, parfois même, rien à voir avec des sujets politiques ou sociaux, comme par exemple des romans d’amour. Cela renvoie à la sociologie de la littérature, qui considère que le roman véhicule toujours, sans exception et dans une plus ou moins grande mesure, la perception de la réalité de l’auteur et par conséquent ses idées, qu’il inculque aux lecteurs. Je trouve intéressant le fait que dans le roman, contrairement à d’autres supports écrits comme la presse, le lecteur ne s’attende généralement pas à des discours idéologiques : il ne souhaite souvent que se plonger dans une lecture amusante. Les idées lui sont donc transmises subtilement et de manière sans doute plus efficace que lorsqu’il n’est pas pris au dépourvu. Cela peut être extrapolé à toutes les formes de l’art, et peut-être est-ce plus tangible dans le cas de l’audiovisuel, le cinéma par exemple. J’invite toutes les personnes intéressées à consulter ma thèse, qui sera accessible sur thèses.fr d’ici quelques mois !

Quel est votre corpus ?

Ma thèse porte sur un corpus assez large d’environ quatre-vingt romans écrits par une vingtaine d’écrivains (environ deux tiers du corpus) et d’écrivaines (environ un tiers du corpus), et publiés entre 1923 et 1933. À un moment j’ai pensé à réduire le corpus, d’ailleurs cela faisait partie des recommandations du comité de suivi de ma quatrième année. Mais j’ai compris que cette ampleur était l’une des spécificités, l’un des atouts de mon projet. Mon but était de garder une vision exhaustive et impartiale de la production romanesque de la période, et toute restriction aurait sans nul doute apporté un biais dans mon analyse. J’ai voulu faire de ma thèse une référence de cette littérature, en tirant notamment de l’oubli des auteurs et des romans qui n’ont pas, ou peu, fait l’objet de travaux de recherche spécifiques ou qui n’ont pas été réédités depuis les années 1930.

J’ai complété mon étude par des recherches spécifiques sur la presse, sur les manuels scolaires de littérature et sur les manuels de savoir-vivre de la période, soumis aux courants politiques dominants. Ces recherches sont le produit d’un travail sur un corpus original, sur des documents parfois en langue ottomane et dont l’accès reste souvent très restreint. Elles contribuent, à mon avis, à l’originalité du projet.

Certains de ces auteurs avaient-ils toutefois déjà fait l’objet d’une thèse approfondie ?

Certains d’entre eux, ceux les plus importants de la période, ont déjà fait l’objet de recherches tout au long du XXe siècle. Il existe aujourd’hui une tendance récente en Turquie à analyser la production littéraire de la période de Mustafa Kemal Atatürk pour trouver le mythe construit autour du fondateur du pays. C’est grâce à cette série de recherches que l’on découvre, ou que l’on redécouvre maintenant des auteurs qui n’avaient pas un grand intérêt littéraire à l’époque, mais qui suscitent un intérêt sociologique important. En outre, depuis quelques années, les femmes écrivains sont davantage étudiées, en raison de la place de plus en plus importante des études de genre dans les départements de sociologie et de littérature des universités turques. Halide Edip (sur la photographie ci-contre), l’une des auteurs les plus lues du XXe siècle en Turquie, a fait l’objet de nombreuses recherches ; mais ce n’est que depuis quelques années que d’autres comme Nezihe Muhittin ou Sükûfe Nihal ont suscité l’intérêt des chercheurs, de même que des maisons d’édition.

D’autres thèses portent également sur le roman de cette période à travers des sujets récurrents tels les femmes, le sentiment national, la religion, ou encore les villages, c’est-à-dire des sujets clés pour l’identité des Turcs aujourd’hui, et qui suscitent donc toujours l’intérêt. Toutefois, aucune approche transversale et holistique n’a encore été menée, et c’est ce que je propose de faire dans ma thèse de doctorat. J’étudie de manière plus globale ce que le roman nous apprend de l’identité turque, et comment il est porteur de messages politiques en rapport à cette identité collective.

La politique actuelle de la Turquie vous donne-t-elle un matériau pour votre réflexion sociologique ?

Les événements politiques actuels dépassent le domaine d’étude de ma thèse. Mais il est certain que mes recherches m’aident à comprendre ce qui se passe actuellement en Turquie. Autrement dit, les événements de l’actualité alimentent ma réflexion personnelle. En travaillant sur les processus qui donnent lieu à l’identité et à des problématiques qui constituent toujours la base de la société turque, j’étudie l’origine de cette société. Par exemple, les différents va-et-vient entre la laïcité et la religion tout au long du XXe siècle, et qui sont toujours d’actualité dans la politique de Recep Erdogan, trouvent leur origine dans la fondation de la République que j’analyse dans ma thèse.

Quelles sont les raisons qui vous ont amené à effectuer vos recherches à la BULAC ?

J’ai commencé à fréquenter la BULAC de manière naturelle, puisqu’elle est associée à mon centre d’études, l’Inalco. J’y ai trouvé une grande partie des documents dont j’avais besoin pour ma thèse, alors que les autres bibliothèques parisiennes ne possèdent pas de fonds intéressants pour mon objet de recherche. Lorsque je ne trouvais pas le corpus dont j’avais besoin à la BULAC, c’est que ces ouvrages n’existaient tout simplement pas en France, de sorte que j’ai fait des voyages d’étude en Turquie pour les consulter. On peut dire que la BULAC est le centre névralgique de ma recherche. Dès mes premières recherches dans le cadre de mon master 1, j’ai été agréablement surpris par la richesse de son fonds documentaire, par exemple avec les documents en langue ottomane qu’elle conserve. Pour une bibliographie plus générale, notamment des ouvrages de critique littéraire et de sociologie, j’ai également consulté les fonds de la Bibliothèque nationale de France.

Avez-vous fréquenté d’autres bibliothèques universitaires ?

J’ai eu l’occasion de travailler en Turquie dans plusieurs bibliothèques, plus particulièrement celle de l’Université du Bosphore et la Bibliothèque nationale qui possède un siège à Beyazıt, dans la péninsule historique d’Istanbul. J’ai un souvenir extrêmement agréable de la première, un véritable puits de connaissance, où tous les documents sont à portée de main, et qui se trouve en plus dans un cadre idyllique, éloignée du chaos stambouliote, avec une formidable vue sur le Bosphore.

Pouvez-vous nous donner des titres d’ouvrages qui vous ont inspiré, issus du catalogue de la BULAC, et nous expliquer pourquoi ?

J’ai pu consulter des manuscrits anciens qui, bien que n’étant pas essentiels à ma recherche, m’ont permis de régler certaines questions en me donnant accès aux sources primaires. Sinon, je pense à deux ouvrages en particulier : le premier est un manuel intitulé Histoire de la Turquie : de l’empire à nos jours, de Hamit Bozarslan, que j’ai trouvé dans les rayonnages, et que je n’aurais pas forcément pensé à emprunter si j’étais passé par le catalogue en ligne de la BULAC. Quant au second, il s’agit de l’encyclopédie graphique en quatre volumes Cumhuriyet Ansiklopedisi : 1923-1940 [Encyclopédie de la République], qui est très bien documentée et écrite, et aborde les événements politiques, culturels et sociaux que le pays connaît année par année. J’ai tout de même un regret par rapport à la BULAC, c’est qu’au contraire d’autres bibliothèques de recherche comme celle du Bosphore, elle ne permette pas le libre accès à l’ensemble de ses collections (environ 140 000 ouvrages sont en libre-accès à la BULAC, et près d’1,5 million en magasins, NDLR). C’est ainsi, en fouinant dans les rayons par thèmes de la bibliothèque stambouliote, que j’ai découvert la plupart de la bibliographie dont je me suis au final servi.

Des personnes vous ont-elles inspiré pour vos recherches ?

Je pense à deux personnes qui, en outre, sont de véritables amis : Rafael Carpintero, professeur de langue et littérature espagnoles, qui a traduit du turc vers l’espagnol la plupart de romans disponibles sur le marché hispanophone — c’est lui d’ailleurs qui m’a ouvert le monde de la traduction littéraire ! —, et Maria Jesus Horta, chercheuse formidable, également professeure à l’université d’Istanbul, ayant fait sa thèse sur La figure du brigand d’honneur dans la saga de Mèmed le mince de Yaşar Kemal. Ils habitent tous les deux à Istanbul depuis les années 1980, et j’aime partager avec eux des moments autour d’un café à chaque fois que je m’y rends. Leur gentillesse, leur immense connaissance du monde turc qu’ils racontent avec une humilité admirable et leur vision de cette ville m’inspirent et me donnent toujours envie d’écrire.

Pouvez-vous nous citer quelques-unes de vos publications ?

Le premier ouvrage que j’ai publié est Orient et Orientalisme chez Ahmet Mithat Efendi, à partir de mon mémoire de master 2. Sinon je me suis surtout consacré à la traduction littéraire du turc vers l’espagnol. J’ai traduit les derniers romans d’Orhan Pamuk : Cette chose étrange en moi [Kafamda Bir Tuhaflık], La femme aux cheveux roux [Kırmızı Saçlı Kadın] et la réédition d’Istanbul : souvenirs d’une ville [İstanbul: Hatıralar ve Şehir]. J’ai également travaillé sur L’homme désœuvré [Aylak Adam] de Yusuf Atılgan, que j’ai particulièrement aimé en tant que lecteur, et deux romans du Turc séfarade Mario Levi : Istanbul était un conte [İstanbul Bir Masaldı] et Je vous ai fait un gâteau [Size Pandispanya Yaptım]. Mes dernières publications sont des nouvelles dans un recueil d’Ahmet Ümit intitulé Le diable se cache dans les détails [Şeytan Ayrıntıda Gizlidir] et dans un autre d’Ömer Seyfettin, Contes d’Ömer Seyfettin [Ömer Seyfettin’den Hikayeler], récemment paru à Istanbul.

D’autres centres d’intérêt que vous voudriez partager ?

Je m’intéresse aux questions sociales, au féminisme et à la question LGBTI, et je milite depuis des années dans une association de lutte contre le VIH/SIDA. Cela m’a amené à des projets au croisement de ces intérêts et des domaines qui définissent mon parcours académique, projets où j’ai pu mettre en œuvre les compétences que j’ai acquises au cours de mon doctorat. Par exemple, je suis intervenu dans un colloque sur des femmes engagées pour parler d’une écrivaine de mon corpus qui s’est battue à l’époque pour le vote des femmes en Turquie (ces conférences ont été récemment publiées). J’ai également écrit un article sur le VIH en Turquie avec, entre autres, des entretiens que j’ai menés auprès des associations concernées lors d’un de mes séjours à Istanbul. Il est publié sur la revue Remaides de l’association AIDES, où se trouve un autre de mes articles sur la gestion des moyens de prévention en Espagne. Le dernier mois d’avril, pendant le confinement, j’ai participé à un projet de la mairie de Paris et du département de Seine-Saint-Denis pour créer un support multi langues qui explique ce qu’est le coronavirus, comment s’en protéger et les droits des personnes pendant le confinement. Les vidéos étaient destinées à un public non francophone résidant en région parisienne. Ces activités sont gratifiantes et me sortent de mon travail strictement académique.

Qu’envisagez-vous pour la suite ?

Je viens de déposer ma thèse et la soutenance est prévue pour la deuxième semaine de mars. Après cette expérience doctorale, j’aspire à un autre parcours que celui de la sphère universitaire : les postes y sont très restreints et l’ambiance des départements parfois démotivante. Par ailleurs, j’ai évolué ces dernières années vers un profil davantage tourné vers le social, me détournant de celui de l’universitaire que je voulais devenir autrefois. J’ai participé par exemple à un atelier d’interprétariat dans l’humanitaire organisé par Croix Rouge internationale en collaboration avec l’Inalco, qui m’a ouvert de nouvelles perspectives professionnelles et m’a fait découvrir un domaine où je pourrais mettre en œuvre des compétences acquises pendant le doctorat (par exemple des compétences linguistiques et de médiation culturelle), au service de buts sociaux. Je veux croire qu’il est possible de faire valoir son doctorat dans des domaines autres que l’université.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search