[Appel à communications] IVe Congrès de l’Association pour les Études Nordiques : « Entre Scandinavie et Baltique orientale »

Le IVe Congrès de l’Association pour les Études Nordiques sera organisé à Paris les 18, 19 et 20 novembre 2021 par l’Inalco en partenariat avec Sorbonne Université, l’EHESS, la bibliothèque Sainte-Geneviève avec son département de la Bibliothèque nordique, la BULAC et la Bibliothèque nationale de France ainsi que les unités de recherche CESPRA, CREE, REIGENN et SEDYL.


Cet événement s’inscrira dans le prolongement des précédentes éditions du congrès de l’APEN qui a vocation à promouvoir les études nordiques francophones et de réunir des chercheurs et des doctorants qui travaillent dans des disciplines diverses (anthropologie, arts visuels, cinématographie, économie, géographie, histoire, littérature, linguistique, sociologie, science politique, traductologie, etc.) tout en partageant un intérêt pour la sphère du Nord de l’Europe, avec, cette année, une ouverture vers les pays baltes.

L’objectif du congrès 2021 sera d’interroger la notion de Nord et de réfléchir à son contenu et à ses limites, en l’étudiant sous différents prismes et en accordant une attention particulière aux échanges, aux circulations et aux imaginaires, tant présents que passés, dans l’espace qui va de l’Islande jusqu’à la Baltique orientale.

Dans cette perspective, des questions se posent : Qu’est-ce qui unit ou unissait cet espace nordique auquel appartiennent les rives orientales de la Baltique ? Qu’est-ce qui le divise ou divisait ? Qu’est-ce qui transcende les divisions dans cet espace ou ses sous-espaces ?

Nous sollicitons des propositions de communication qui, sans s’y limiter, pourront s’inspirer des thèmes suivants :

  • Les frontières dans l’espace nordique-baltique : Quelles sont et ont été les frontières de cet espace et internes à cet espace (naturelles, politiques, fantômes, artistiques, culturelles, linguistiques, etc.) ? Comment se manifestent-elles et comment sont-elles matérialisées ? Comment sont-elles renforcées (notamment les frontières politiques en temps de coronavirus ou au moment de la crise des migrants) ? Comment sont-elles vécues, franchies (par les personnes, les idées, les savoir-faire), déconstruites (régionalisation, coopération) ou contournées ?  
  • Le terme « Nord » dans les langues parlées dans l’espace nordique-baltique : Quelle est l’origine de ce terme ? Quelle place occupe-t-il dans la langue ? En comparaison des noms des autres points cardinaux ? Comment ces mots structurent-ils l’espace (et éventuellement le temps) ? Les collocations typiques du mot « Nord » ; les locutions avec le mot « Nord » ou les mots qui y sont liés par dérivation ; la traduisibilité du terme « Nord ».
  • L’imaginaire du Nord médiéval : Il s’agira d’explorer l’imaginaire des mythes nordiques et des Vikings dans et en dehors de la sphère nordique aux périodes médiévale, moderne et contemporaine. Les communications pourront, entre autres, traiter des représentations académiques, culturelles, idéologiques, publicitaires, ludiques à travers une étude de cas ou une approche théorique. En lien avec la thématique principale du congrès, les participantes et participants pourront, si elles ou s’ils le souhaitent, s’intéresser au rôle joué par l’espace baltique dans cette réception.
  • Les récits du Nord : Seront également appréciées des communications qui se veulent être une exploration des récits, représentations, outils narratifs et médias (cinéma, littérature, arts graphiques, etc.), pensés comme constitutifs ou représentatifs de l’espace nordique, de l’espace balte ou de leurs liens. Il s’agira d’adopter une approche plurielle des caractères transnationaux et transmédiaux des récits du Nord et de se demander comment ceux-ci interrogent le bien-fondé d’une identité nordique. Les réflexions pourront porter aussi bien sur les conditions économiques, technologiques, socioculturelles ou politiques de la production de ces diégèses que sur leurs dimensions esthétiques, le rapport aux médias, ainsi que sur les enjeux de représentation ou d’effacement des identités que ces récits véhiculent.
  • Les questions d’égalité femmes-hommes, de mixité et de diversité dans les sociétés de l’espace nordique-baltique ; traitement de ces questions dans la littérature, les œuvres d’art, le cinéma ; les pratiques langagières et la neutralité du genre.
  • Les rapports entre l’homme et la nature chez les habitants de l’Europe du Nord.

Ces thèmes sont seulement indicatifs. L’appel à communications est ouvert à tous les sujets qui s’inscrivent dans le domaine des études nordiques et baltes.

Soumission des propositions :

Les propositions de communication (de 20 minutes, suivies de 10 minutes de discussion) sont à soumettre via le site du congrès https://apen2021.sciencesconf.org (onglet : « Nouveau dépôt ») avant le 30 avril 2021.

Les propositions comprendront : un titre, un résumé de 300 à 400 mots (hors références bibliographiques), 5 mots-clés ainsi qu’une courte notice biographique.

Langues de travail : La langue principale du congrès est le français. Les communications en anglais sont aussi les bienvenues.

Droits d’inscription : 25 euros (gratuit pour les membres de l’APEN).

Comité d’organisation

Virginie Adam (Sorbonne Université, REIGENN), Yohann Aucante (EHESS, CESPRA), Florence Chapuis (BULAC), Laetitia de Ruffray (BnF), Outi Duvallon (Inalco, SEDYL) Benjamin Guichard (BULAC), Tiina Kaartama (Inalco, CREE), Katerina Kesa (Inalco, CREE), Eric Le Bourhis (Inalco, CREE), François Nawrocki (Bibliothèque Sainte-Geneviève) Aymeric Pantet (Université de Paris, CERILAC / Sorbonne Université, REIGENN), Hélène de Penanros (Inalco, SEDYL), Gaïa Perreaut (Sorbonne Université, REIGENN), Pierre-Brice Stahl (Sorbonne Université, REIGENN).

Comité scientifique

Yohann Aucante (EHESS), Christian Bank Pedersen (Université de Caen Normandie), Sylvain Briens (Sorbonne Université), Maurice Carrez (Université de Strasbourg), Louis Clerc (Université de Turku), Nicolas Escach (Sciences Po Rennes), Cyrille François (Université de Lausanne), Julien Gueslin (Musée de La Contemporaine), Maria Hellerstedt (Université de Lille), Annelie Jarl Ireman (Université de Caen Normandie), Katerina Kesa (Inalco), Eric Le Bourhis (Inalco), Margrethe Lykke Eriksen (Université de Mons), Anders Löjdström (Université de Lille), Thomas Mohnike (Université de Strasbourg), Rea Peltola (Université de Caen Normandie), Hélène de Penanros (Inalco), Karin Ridell (Université de Strasbourg), Arnaud Serry (Université de Havre), Frédérique Toudoire-Surlapierre (Université de Limoges), Dainius Vaitiekūnas (Université de Vilnius), Harri Veivo (Université de Caen Normandie).

Site du congrès : https://apen2021.sciencesconf.org

Courriel de contact : apen2021@sciencesconf.org


Découvrir le domaine balte de la BULAC

Ce domaine compte 3 200 ouvrages environ et une dizaine de revues. Ces collections qui sont issues de la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales (BIULO) ont été enrichies d’un fonds de 800 ouvrages provenant de la bibliothèque du Centre d’études slaves (CES).

[En savoir plus]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search