Disparition de Marcel Courthiade, figure majeure des études romani

Éminent linguiste, initiateur des études romani en France, Marcel Courthiade est décédé le 4 mars 2021 à Tirana.

Membre actif du congrès de l’Union Romani Internationale de 1990, titulaire de la chaire de langue et civilisation romani à l’Inalco à partir de 1997, Marcel Courthiade a œuvré toute sa carrière pour la promotion des savoirs sur la langue et la culture romani à l’échelle internationale.

À cet égard, il a mené de nombreuses actions au service d’une cause qui fut au cœur de son parcours professionnel et de ses engagements personnels : diffuser la langue romani et sensibiliser ses contemporains aux discriminations subies par les Roms tout au long de leur histoire. 

Il y a tout juste quelques mois, le colloque international qu’il avait coordonné à l’Inalco sur le Millénaire Rom venait s’ajouter à la pléiade d’événements qu’il avait animés en France et à l’étranger, en vue de mieux faire connaître le peuple et la langue romani et de contribuer au développement des études romani. En 2019, Marcel Courthiade avait été à l’instigation de l’exposition Gelem, gelem, voyage en langue rromani, présentée à la BULAC.

Marcel Courthiade laisse en héritage un riche patrimoine de publications reflétant son appétence pour la diffusion de la recherche auprès du public le plus large possible.

Ce bibliophile passionné participa à l’enrichissement des collections de la BULAC, à laquelle il a fourni un ensemble de livres rares. Ces derniers concernent au premier chef les études romani. Soucieux que les « langues et peuples sans territoire compact », comme il les avait conceptualisées, n’échappent pas au travail scientifique, il a également contribué à faire une place à des langues comme le yenish ou l’aroumain. L’an dernier, il a ainsi proposé à la BULAC un ensemble de documents rares qu’il avait collectés, reflétant l’activité éditoriale des minorités linguistiques en Europe : des livres en langue grecque publiés en Albanie, des publications en roumain et en ruthène de Novi Sad en Serbie, ainsi que des ouvrages sorabes publiés en Allemagne dans les années 1960 et 1970.

Médiateur culturel et traducteur prolixe, sa capacité de passer allègrement du français au grec, de l’albanais au macédonien, du serbo-croate au roumain, faisait de lui un véritable jongleur de langues. Son humanisme et son caractère accessible étaient des éléments de sa personnalité appréciés par ses collègues, ses étudiants et ses amis. 

Que les paroles d’Eleni Vitali, chanteuse Rom de Grèce, puissent l’accompagner dans son voyage vers l’au-delà :

Je n’ai pas de pays, je n’ai pas d’espoir,

je ne manquerai aucune patrie,

et avec mes mains et mon cœur,

je construis des cabanes dans mes rêves.


Pour aller plus loin

Citer ce billet : Nicolas Pitsos, "Disparition de Marcel Courthiade, figure majeure des études romani," dans Le Carreau de la BULAC, 12 mars 2021, https://bulac.hypotheses.org/33094. Consulté le 11 avril 2021

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search