L’Arménie à l’honneur!

La culture arménienne est à l’honneur en cette rentrée universitaire. Tandis que se poursuit à Paris l’exposition consacrée au génocide arménien (Mémorial de la Shoah), et que s’ouvre à Marseille une exposition sur le même thème, l’Inalco, après avoir salué l’œuvre du poète et romancier Krikor Beledian (17-19 septembre), accueillait en ce début de semaine un colloque consacré aux défis de l’arménien occidental. Enfin, dans moins d’un mois (le 22 octobre), Krikor Beledian, Arpi Totoyan et Benjamin Guichard présenteront à la BULAC, à l’occasion de la numérisation du quotidien Haratch, une conférence intitulée Haratch : la voix arménienne de France.

Pour accompagner, prolonger ou anticiper ces manifestations, nous vous proposons aujourd’hui quelques pistes de lecture.

À commencer, bien sûr, par la commémoration des évènements de 1915, qui a donné lieu cette année à de nombreuses publications dont la BULAC a fait l’acquisition. En raison des délais de traitement, ces ouvrages ne sont pas encore sur les étagères, mais cela ne saurait tarder : pour vous donner l’eau à la bouche, la liste est consultable ici. (vous la retrouverez également parmi les listes publiques du catalogue BULAC sous l’intitulé « Génocide arménien : cent ans après »). Les études, témoignages et récits littéraires sur le génocide arménien ne manquant pas, nous vous proposons plusieurs listes bibliographiques, non exhaustives :

  • 1915 : archives et sources vous propose une sélection de rapports, débats et récits contemporains des événements, ainsi que l’édition ultérieure d’archives d’origines diverses
  • 1915 : témoignages et récits vous suggère de (re)découvrir les événements et leur impact sur la communauté arménienne sous le prisme des témoignages, biographies et récits personnels, historiques ou littéraires, contemporains ou postérieurs aux événements
  • 1915 : études historiques rassemble essais académiques et synthèses sur l’histoire des persécutions contre les Arméniens
  • 1915 : le combat de la mémoire vous plongera dans le long combat pour la reconnaissance du génocide. Vous y découvrirez également, à l’inverse, quelques publications des tenants de sa négation.

Pour ceux qui, à la suite du colloque consacré à Krikor Beledian, souhaitent (re)lire son œuvre, voici une sélection en arménien :

Et en langues occidentales :

Et si le colloque sur l’arménien occidental vous a intéressé, et que vous souhaitez apprendre cette langue ou perfectionner votre niveau, voici trois listes bibliographiques qui pourront vous y aider :

C’est également l’occasion de (re)lire l’excellent rapport sur la pratique de l’arménien occidental en France, déjà mentionné dans un précédent billet.

C’est d’ailleurs sur les Arméniens de France, avec le quotidien Haratch (Յառաջ), que la conférence proposée par la BULAC le 22 octobre prochain vous invitera à vous pencher. En quelques mots, Haratch (En avant) est le premier quotidien de langue arménienne publié en Europe – à Paris très exactement –  à partir de 1925. L’un des objectifs de la publication est de retracer l’histoire de la communauté arménienne et de cimenter les Arméniens de la diaspora. Diffusé dans 14 kiosques parisiens et partout en Europe occidentale, Haratch a comptabilisé jusqu’à 5 000 abonnés dans les années 1930. Censuré entre 1940 et 1945, il cesse définitivement de paraître en mai 2009. La BULAC en possède aujourd’hui la collection complète – soit 22 214 numéros – grâce au don d’Arpik Missakian, directrice de publication et fille du fondateur d’Haratch. En 2013, l’association ARAM s’est lancée dans la numérisation intégrale des numéros, en partenariat avec la BULAC pour les années 1925 à 1940. Si vous désirez en savoir plus sur l’histoire du quotidien, et accéder aux numéros déjà numérisés, c’est ici.

Pour finir, voici une dernière sélection d’ouvrages pour en savoir davantage sur la communauté arménienne de France…

Bonne lecture!


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.