Portrait de chercheur : Augustin Jomier

Questions à … Augustin Jomier, historien et arabisant, maître de conférences à l’Inalco en histoire du Maghreb aux périodes moderne et contemporaine. Fervent utilisateur des collections et services de la BULAC, Augustin Jomier collabore régulièrement avec les équipes de la bibliothèque dans le cadre de ses enseignements et de ses recherches. Son témoignage livre des exemples concrets de partenariat fructueux entre enseignants-chercheurs et bibliothécaires, dans le contexte de la crise sanitaire de 2020-2021.

Portrait d’Augustin Jomier (Maxime Ruscio / BULAC)

Pouvez-vous vous présenter ?

Portrait d’Augustin Jomier (Maxime Ruscio / BULAC)

Très volontiers ! J’ai 38 ans. Après une prépa littéraire (hypokhâgne, khâgne), j’ai fait des études d’histoire à Lyon et à Paris. Une année de coopération à Alger en 2007-2008 m’a conduit à apprendre l’arabe et à m’intéresser à l’histoire de l’Algérie, pays sur l’histoire duquel j’ai soutenu une thèse de doctorat en 2015, avant de commencer à enseigner à l’Inalco en 2016. 

Je m’intéresse à l’histoire du Maghreb à la période coloniale et j’essaie de comprendre comment les cultures et les sociétés de la région ont été transformées au XIXe siècle et durant la première moitié du XXe siècle, par la conquête et la domination coloniale, mais aussi par d’autres phénomènes, comme la globalisation ou certaines innovations techniques. Pour cela, j’utilise à la fois des sources en langues européennes et en arabe. 

Ces questions je les ai d’abord abordées, dans ma thèse, au prisme du réformisme musulman et à travers le cas du Mzab, une région du Nord du Sahara algérien, et dont les populations sont majoritairement berbérophones et ibadites, c’est-à-dire adeptes de l’ibadisme, une branche de l’islam distincte du sunnisme et du chiisme. Aujourd’hui, j’étudie l’histoire des bibliothèques au Maghreb, afin de montrer comment la culture lettrée régionale a été redéfinie entre 1850 et 1950.

Côté enseignement, à l’Inalco, où je suis maître de conférences au département d’études arabes, je donne aussi bien des cours généraux d’introduction à l’histoire du monde arabe (du Maroc à l’Irak) de 1800 à nos jours, que des cours optionnels sur l’histoire de la région à la période moderne, c’est-à-dire du XVIe au début du XIXe siècle, et des cours et séminaires sur l’histoire du Maghreb, notamment sur les pays du Maghreb depuis leurs indépendances.


Quels sont vos liens avec la BULAC ?

Portrait d’Augustin Jomier (Maxime Ruscio / BULAC)

Des liens denses et multiples ! Comme lecteur, d’abord, je la fréquente depuis plus de 10 ans et cela n’a fait que croître depuis le début de la crise sanitaire, la BULAC ayant été particulièrement réactive et disponible pour ses lecteurs (merci !). Ses collections sur le Moyen-Orient et le Maghreb, en langues européennes et arabes sont une ressource indispensable. Les imprimés anciens et les manuscrits aussi sont de précieuses sources pour mes recherches.

J’ai également profité – durant ma thèse et depuis – des formations proposées par la BULAC. Depuis, comme enseignant et comme chercheur, je n’hésite pas à faire appels aux services de la BULAC, comme par exemple lors de la journée organisée par Mehdi Sakatni et moi-même, avec le soutien du GIS-MOMM, sur « Les études sur le Maghreb et le numérique » : Fatna Ziani, Aladin Larguèche et Zouhour Chaabane ont eu la gentillesse d’intervenir pour présenter les infinies ressources de la BULAC sur le Maghreb.

Un dernier lien qui m’unit à la BULAC est une recherche collective à laquelle je participe depuis plus de 5 ans, sur les archives d’un orientaliste arabisant et berbérisant français, doyen de la faculté des lettres de l’Université d’Alger, René Basset (1855-1924). Si ses archives sont à l’EHESS, une bonne partie de sa bibliothèque est arrivée, par différents canaux, à la BULAC, et son directeur scientifique, Benjamin Guichard, prend une part active au projet !

F. Ziani et A. Larguèche (BULAC) – Les ressources documentaires en ligne pour l’étude du Maghreb

Z. Chaabane (BULAC) et M. Roiland (IRHT) – La valorisation de manuscrits maghrébins en France


En septembre-octobre 2020, la BULAC organisait une exposition sur Méhémet Ali, fondateur de l’Égypte moderne. L’exposition a enregistré un record de fréquentation des étudiants en licence d’arabe à l’Inalco. Quelque chose nous dit que vous n’y êtes pas étranger…

En effet, lorsque les expos organisées par la BULAC peuvent compléter les cours, je n’hésite pas ! En l’occurrence, en 1ère année, nous abordons la question des réformes menées dans l’Empire ottoman et ses diverses provinces durant le XIXe siècle. Celles engagées par Méhémet Ali en Égypte sont incontournables et j’ai engagé, avec les autres enseignants chargés des TD, les étudiants à aller voir de près l’expo. Découvrir des documents anciens, rares et souvent beaux, les intéresse, rend le cours plus tangible et – j’espère – les incite à faire quelques recherches pour approfondir le cours. Nous avons aussi utilisé le billet du Carreau de la BULAC, demandant aux étudiants de répondre à des questions sur le documentaire que vous proposiez !

Exposition « Méhémet Ali, fondateur de l’Égypte moderne ».

En novembre 2020, la BULAC initiait un nouveau cycle de rencontres intitulé « Un livre, des collections », qui s’appuie sur le terreau fertile de l’actualité éditoriale en SHS dans le champ des aires culturelles du monde non occidental. Vous étiez notre premier invité, pour présenter vos travaux de recherche sur l’ibadisme contemporain à partir de sources arabes. Pouvez-vous présenter aux lecteurs du Carreau de la BULAC votre projet de recherche et la publication associée qui a suscité cette rencontre ?

C’était une belle rencontre, où j’ai présenté le livre que j’ai tiré de ma thèse, Islam, réforme et colonisation, et qui a paru en septembre 2020 aux éditions de la Sorbonne. La rencontre était l’occasion de présenter cette branche méconnue de l’islam, la façon dont j’aborde son histoire durant la période coloniale et, surtout, la documentation qui m’a permis d’écrire cette histoire. Elle est pour partie issue de la BULAC, mais aussi des très nombreuses bibliothèques que l’on trouve au Mzab, où une riche culture lettrée s’est développée depuis le XVe-XVIe siècle, toujours active !

Rencontre « Une histoire de l’Algérie par les sources arabes », le 3 novembre 2020.

Programmée quelques jours après l’entrée en vigueur du reconfinement, la rencontre s’est transformée en événement 100 % en ligne, retransmis en direct sur la chaîne vidéo de la BULAC. Cette captation est aujourd’hui accessible à tous de manière pérenne et a déjà capitalisé plus de 1 000 vues. Quel succès !


Informé de l’existence d’un fonds de manuscrits de la bibliothèque de Cheikh El Haddad à la BULAC, dont une partie a récemment été cataloguée et apparaît dans Calames (le Catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur), vous avez récemment sollicité les équipes de la BULAC pour co-construire un projet de valorisation à visée pédagogique. Ce projet s’inscrit dans le cadre d’un cours avec vos étudiants de deuxième année de licence. Pouvez-vous revenir sur cette collaboration ?

Après avoir traité, au 1er semestre, de l’histoire des provinces arabes de l’Empire ottoman du XVIe au XVIIIe siècle, j’ai choisi, pour dynamiser une année alourdie par la pandémie, de changer le visage du cours en le scénarisant autour de la redécouverte d’une collection de manuscrits de la BULAC, les manuscrits du cheikh Amezyân al-Haddâd, sur lesquels je travaille.

Le cheikh al-Haddâd était dans les années 1850-1860 le principal leader de la Rahmaniyya en Kabylie, une confrérie soufie très implantée dans la région. Il est surtout connu pour avoir soutenu la révolte de Mokrani en 1871 en lançant un appel au djihad, appel auquel ses adeptes se rallièrent en masse. La répression coloniale fut féroce. Haddâd et ses fils furent arrêtés, jugés et condamnés, le cheikh mourant en prison à Constantine tandis que ses fils étaient déportés en Nouvelle-Calédonie. Confisquée, sa bibliothèque fut – au moins en partie – offerte à l’École des Langues orientales, avant de rejoindre les collections de la BULAC en 2011.

Avec les étudiants, et en nous appuyant sur le travail formidable de Zouhour Chaabane ainsi que des recherches que j’ai entamées en 2019, nous avons enquêté sur cette collection. Cela nous a permis d’aborder à la fois des problèmes d’histoire intellectuelle et culturelle (l’histoire du livre et des bibliothèques, l’histoire des pratiques lettrées au Maghreb moderne) et des questions d’histoire coloniale (quel lien faire entre les violences de la conquête et les transformations culturelles de la région ?). Durant deux séances en demi-groupes, Zouhour Chaabane, qui est chargée du catalogage des manuscrits arabes, nous a présenté le minutieux travail qu’elle effectue pour retracer les contours de cette collection, traquant aussi bien les marques d’appartenance dans les livres que leur trace dans les anciens catalogues des fonds des Langues O’. Les étudiants ont aussi pu admirer un échantillon de ces manuscrits – un très beau moment. Une de mes idées était aussi de leur montrer, à travers notre conférencière, un débouché possible de leurs études d’arabe, et j’espère que cela aura suscité des vocations de bibliothécaires spécialisés !

Copie de luxe de litanies en l’honneur du Prophète datant de 1723. Ce manuscrit est issu du corpus du Cheikh El Haddad. MS.ARA.152.

Toujours dans le cadre de ce cours, vous avez également sollicité la BULAC pour intervenir sur l’encyclopédie libre Wikipédia. Pourquoi ce choix ?

Les exercices canoniques en histoire – la dissertation et le commentaire de document – semblent souvent abstraits à nos étudiants. J’ai choisi, là aussi pour rompre la routine et motiver les troupes, de les faire travailler en binôme sur des notices de Wikipédia. Là encore, la BULAC a joué un rôle clé : Elsa Ferracci et Claire Camberlein, du pôle Médiation, ont formé les étudiants à la science ouverte et aux rudiments de Wikipédia, deux séances durant. J’ai ensuite attribué une notice, en français, en arabe, ou en anglais à chaque binôme. À l’aide d’une grille d’évaluation, les étudiants ont fait une sorte de diagnostic critique de la notice, proposant des pistes d’amélioration, tant sur la forme que le fonds. Pour cela, ils ont dû faire des recherches, penser la façon dont on écrit un article d’encyclopédie (neutralité du ton, exactitude des informations…), mais aussi la signification des références, notes de bas et bibliographie. De la sorte, c’était aussi une initiation à la recherche. Une fois leurs propositions validées, ils les ont entrées dans Wikipédia. Ils ont ainsi concrètement contribué à l’amélioration de cet outil collectif et ouvert, ce qui, en plus d’être formateur, est gratifiant !

Last but not least, tout cela était une stratégie pour avoir plus de cours en présentiel : je ne devais accueillir les étudiants qu’une semaine sur 3, mais grâce aux salles de formation de la BULAC, j’ai pu garder un contact plus fréquent avec eux.


Vous êtes par ailleurs responsable du projet Digi#Magh (Digital Maghreb), de cartographie des ressources françaises sur le Maghreb, initié par le Groupement d’Intérêt Scientifique Moyen-Orient Mondes Musulmans (GIS MOMM). Quels sont, selon vous, les atouts d’un travail coopératif sur ce type de projet, entre des chercheurs et des bibliothèques et institutions de conservation telles que la BULAC ?

Le projet Digi#Magh vise à réaliser une cartographie des nombreuses ressources disponibles en France sur le Maghreb (du XVIe siècle à nos jours) et à améliorer leur référencement, souvent inexistant ou erratique, et peu pensé en fonction des questions des chercheurs. Il s’agit aussi de fédérer une communauté d’acteurs autour des enjeux de la recherche sur le Maghreb et de proposer des actions de formation. 

Dans tout cela, la coopération avec les institutions de conservation est fondamentale : elles sont évidemment les dépositaires de la plupart des fonds en question et, surtout, disposent d’une expertise qui échappe le plus souvent aux chercheurs et enseignants-chercheurs. À l’inverse, bien des bibliothèques et fonds d’archives ne disposent pas d’expertise aréale – contrairement à la BULAC. Comment alors inventorier et cataloguer avec exactitude des manuscrits, des fonds imprimés ou des fonds audiovisuels en arabe, en berbère ou, encore, en judéo-arabe ? Il y a donc un véritable enjeu à faire œuvrer ensemble ces acteurs complémentaires, afin que les institutions de conservation référencent leurs collections en prenant en compte les objets de recherche de la communauté universitaire et que, inversement, cette dernière aide à l’identification exacte des collections, à la confection des thésaurus et à tant d’autres défis. Ce projet en est encore à une phase de préfiguration et je ne doute pas que nous ferons de belles découvertes !


En savoir plus :



Citer ce billet
Juliette Pinçon (2021, 20 mai). Portrait de chercheur : Augustin Jomier. Le Carreau de la BULAC. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m5p0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search