Tropy : un logiciel pour organiser des corpus iconographiques

La BULAC propose désormais des ateliers de formation à ce logiciel conçu spécifiquement pour que ses utilisateurs puissent classer et traiter leur propre matériau de recherche.

Archive, Nana Smirnova

Selon la définition du Larousse, l’entropie est le « nom donné depuis 1865 par Rudolf Clausius à la fonction d’état notée S, qui caractérise l’état de désordre d’un système »1. Nous parlons là de l’un des principes les plus importants de la thermodynamique classique. Mais pourquoi diable commencer un billet du Carreau de la BULAC sur un sujet qui risque de paraître abscons à nombre de nos lecteurs, notoirement passionnés de langues et civilisations du monde non-occidental ? Et bien parce que malgré tout, la notion de « désordre d’un système » n’est pas étrangère aux chercheurs en sciences humaines et sociales. Osons même dire qu’il s’agit là d’un concept tout à fait transdisciplinaire. L’équipe du Roy Rosenzweig Center for History and New Media (qui fut à l’origine de Zotero) ne s’y est pas trompée, qui a choisi de baptiser en 2017 son nouveau logiciel du nom de… Tropy (donc, par opposition… à entropy).

Tropy est le petit frère de Zotero, et il a d’ailleurs quelques menues ressemblances avec lui : c’est un logiciel de gestion qui se présente aussi sous la forme d’une interface composée de plusieurs bandeaux et niveaux, en fonction de ce que l’on souhaite visualiser. Cela étant, Zotero permet de gérer des références bibliographiques quand Tropy, lui, va rencontrer les besoins particuliers des historiens, archéologues ou historiens de l’art… tous ceux qui, travaillant sur des matériaux issus de fonds d’archives, bibliothèques, musées, terrains de fouille, etc., vont prendre quantités de photos à l’aide de leur smartphone, jusqu’à constituer de vastes ensembles documentaires comportant parfois plusieurs milliers de clichés. Pour ces chercheurs, conjurer l’inévitable propension au désordre est une nécessité autant qu’une gageure. C’est là qu’intervient ce logiciel ergonomique, à l’esthétique épurée, simple d’utilisation et dont tout un chacun peut librement se procurer une copie téléchargeable. Sa documentation officielle, également disponible sur le site, est extrêmement claire et précise, bien qu’uniquement disponible dans la langue de Shakespeare, et le forum des utilisateurs, d’année en année, est de plus en plus actif.

Certes, Tropy présente quelques incongruités. D’abord (et à ce jour, il faut bien le dire, c’est là sa principale carence), c’est un logiciel de bureau, qui n’est pas associé à un compte personnel en ligne, mais à des projets (par exemple un mémoire, une thèse, un livre), ceux-ci étant conçus de manière assez large et autonome : à chaque projet correspondra un fichier en .tpy qui s’enregistre localement, sur un disque dur ou une mémoire externe. Les fonctionnalités de sauvegarde, d’échange et de partage sont pour l’heure assez limitées, bien que les développeurs du logiciel commencent à entrevoir aujourd’hui plusieurs pistes pour dépasser cette limite2. Au demeurant, les évolutions annoncées permettraient aux utilisateurs de mieux favoriser la mise à disposition de leurs données de recherche, en accord avec les principes FAIR3, mais pour l’instant, Tropy permet surtout d’exporter des projets vers la plateforme Omeka afin de réaliser des expositions en ligne.

De plus, l’utilisateur doit bien garder en mémoire que Tropy n’est pas fait pour stocker des photos, à proprement parler : les images importées dans l’interface de travail ne sont pas les fichiers eux-mêmes, mais simplement des versions miniaturisées des clichés emmagasinés dans le disque dur. Dès lors, il convient de ne pas déplacer ces derniers de manière intempestive, comme il est instamment recommandé de bien réfléchir à l’emplacement initial de ses fichiers de projet, et bien sûr de réaliser des sauvegardes sur d’autres supports ou dans un cloud.

Nonobstant ces quelques réserves et mises en garde, voici les principales utilités d’un outil qui a des zélotes toujours plus nombreux. Grâce aux images miniaturisées de ses clichés de terrain, l’utilisateur va pouvoir créer des « objets », qui sont autant d’unités documentaires : par exemple, une lettre, un manuscrit, etc. Un objet pourra comporter plusieurs clichés (comme une lettre comporte souvent plusieurs pages), mais il peut aussi ne compter qu’un seul élément (la photographie d’une mappemonde, d’une parure de bijou, d’un tympan d’église, etc.). Ces objets, l’utilisateur les regroupera dans une arborescence de listes et sous-listes (comme les collections et sous-collections de Zotero) qui pourront correspondre à des chapitres, des thèmes ou des sections dans le cadre du projet, et il pourra leur adjoindre des marqueurs, c’est-à-dire des mots-clefs de son choix, aussi bien pour en décrire le contenu que pour consolider l’organisation générale de son projet. Les objets peuvent être facilement déplacés d’une liste à l’autre, éventuellement dupliqués, mais aussi fusionnés entre eux (s’il s’avère qu’ils correspondent en réalité à un seul et même objet) ou au contraire éclatés (en langage Tropy, on dit « exploser un objet »).

 

Visualisation d’un projet (cliquer sur l’image pour agrandir)

Si un objet est unique, les métadonnées qui le caractérisent et en décrivent le contenu lui sont propres, et ce qui fait tout l’intérêt d’un outil comme Tropy, c’est précisément la possibilité d’une indexation riche et robuste, basée sur deux schémas (Tropy Generic et Tropy Correspondence) qui dérivent eux-mêmes d’un vocabulaire généraliste de métadonnées amplement reconnu et employé de par le monde, le Dublin Core. Ces trois nomenclatures, applicables aux objets, sont fournies par défaut avec le logiciel. Cela étant, elles sont aisément modifiables en fonction des spécificités de la ressource sur laquelle on travaillera : on pourra rajouter un ou plusieurs champs de métadonnées, modifier des champs existants, les renseigner par défaut afin de gagner du temps, ou créer un schéma complet ex nihilo applicable à un… ou plusieurs objets. Pour l’utilisateur, cela implique deux choses : d’une part, identifier et comprendre à quoi correspond précisément chaque métadonnée (ce qui dans certains cas, ne va pas toujours de soi) ; d’autre part, employer autant que possible les raccourcis clavier, notamment le raccourci de sélection globale « contrôle/commande+A », qui va permettre par exemple d’attribuer des informations sur des blocs d’objets (et là encore, de réaliser un gain de temps considérable, l’une des principales attentes par rapport à ce type d’outils). La documentation officielle apporte une aide substantielle sur ces deux points.

Fenêtre de création de schémas de métadonnées (cliquer sur l’image pour agrandir)

Pour être exhaustif sur cet aspect, et pour bien comprendre la logique de fonctionnement de l’outil, ajoutons qu’il existe deux niveaux supplémentaires pour attribuer des métadonnées. En effet, deux autres schémas sont livrés par défaut avec le logiciel, en plus des trois cités plus haut. Le schéma Tropy Photo va s’appliquer non pas à l’objet dans sa globalité, mais aux éléments individuels de l’objet. Le schéma Tropy Selection sera quant à lui applicable aux seuls détails d’un élément, sur lesquels on souhaitera éventuellement s’attarder. Ces « sous-schémas » plutôt sommaires, et qui nativement, comportent surtout des métadonnées dites « embarquées » (correspondant par exemple aux dates de prise de vue ou de création), peuvent être modifiés et ajustés exactement de la même manière que les schémas applicables à l’objet.

De l’objet à la sélection, il y a donc trois niveaux de travail sur les métadonnées, imbriqués les uns dans les autres comme des poupées russes, et qui se déploient dans le bandeau vertical consacré à la description de l’objet, au fur et à mesure que celle-ci s’enrichit. Cette logique là n’est pas forcément très apparente à l’utilisateur au premier abord, et c’est pourquoi il est nécessaire de scroller vers le bas dans le bandeau pour voir correctement les informations relatives à ces trois niveaux. Une fois ses objets ainsi indexés, l’utilisateur pourra enfin naviguer dans sa bibliothèque avec une extrême aisance, grâce à la barre de recherche située en haut de l’interface.

Visualisation d’un objet (cliquer sur l’image pour agrandir)

Enfin, Tropy est aussi un outil d’analyse des matériaux qu’il agrège. Comme dans Zotero, on peut ajouter autant de notes que l’on souhaite, et ce de manière très confortable puisque l’interface est conçue de telle sorte à ce que l’on puisse continuer à visualiser son cliché, tout en tapant son texte. Tous les chercheurs travaillant sur des photographies de textes manuscrits ou d’inscriptions apprécieront cette qualité, comme ils se réjouiront de la possibilité (déjà signalée quelques lignes plus haut) de créer des sélections précises des éléments sur lesquels ils travaillent : par exemple un détail architectural, épigraphique, une petite zone sur une carte nécessitant une analyse spécifique, et de manière générale, n’importe quel détail nécessitant une attention particulière.

On l’aura compris, la question des métadonnées est essentielle dans la prise en main d’un outil comme Tropy. À la BULAC, les premières séances de formation au logiciel, qui se sont déroulées en mars et mai 2021, ont d’ailleurs tout naturellement été introduites par une séquence sur les métadonnées et sur leur importance pour une gestion solide et ouverte des données de la recherche. À cet égard, mettons au crédit des concepteurs de Tropy d’avoir su proposer un outil conciliant cohérence, rigueur et une grande souplesse. Nul doute que ses prochaines montées de version (celles permettant une plus grande ouverture de données créées localement) seront scrutées avec attention par toute une communauté d’utilisateurs, débutants ou confirmés… aussi bien que par les formateurs dans les bibliothèques qui proposent des ateliers de découverte de cet outil.


Pour aller plus loin :

  1. https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/entropie/30093 [consulté le 26 mars 2021] []
  2. C’est ainsi que l’on parle de la possibilité prochaine de transférer les fichiers Tropy vers Zotero, ou encore celle d’enregistrer ses projets dans le cloud, afin qu’ils soient sauvegardés et plus largement diffusables. []
  3. https://www.ouvrirlascience.fr/fair-principles [consulté le 7 mai 2021] []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search