Portrait de chercheur : Noëmie Lucas

Questions à … Noëmie Lucas, post-doctorante en philologie numérique des textes en alphabet arabe, en résidence à la BULAC. Noëmie Lucas est historienne et spécialiste de l’histoire des premiers siècles de l’Islam dans le Proche-Orient. Elle a soutenu en décembre 2020 une thèse sur l’histoire politique et sociale de la région bas-iraqienne au VIIIe siècle. Parallèlement, elle s’intéresse depuis quelques années à la manière dont le numérique bouleverse les pratiques de la recherche sur les textes.

Noëmie Lucas dans les rayonnages de la BULAC (Maxime Ruscio / BULAC).

Quel est votre parcours ?

J’ai choisi de me spécialiser sur l’histoire médiévale du Proche-Orient un peu par hasard. Alors en troisième année de licence d’histoire, j’avais, par curiosité et pour des questions d’emploi du temps, choisi tous mes cours sur l’histoire de la Méditerranée et du monde arabe. Je sortais de trois années en classes préparatoires Lettres et sciences sociales et n’avais jusqu’alors suivi que des enseignements d’histoire contemporaine. J’ai donc découvert l’histoire médiévale en même temps que l’histoire du Proche-Orient. J’ai choisi de m’orienter vers l’histoire médiévale de cette région et ai fait mon master sur l’histoire du Moyen-Orient médiéval à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Parallèlement à la découverte de ce qu’être « chercheur » en sciences humaines et sociales signifiait, j’ai commencé mon apprentissage de l’arabe littéral à l’École normale supérieure (ENS) de la rue d’Ulm. En juillet 2012, je découvrais pour la première fois un pays arabe, l’Égypte, et notamment Le Caire où j’effectuais un stage intensif d’arabe au Département d’études de l’arabe contemporain (DEAC).

Après mon master, j’ai passé l’agrégation d’histoire et ai obtenu la même année, en 2014, un financement de trois ans pour mener une recherche doctorale sous la direction d’Anne-Marie Eddé, dans la même université où j’ai été formée et où j’ai enseigné pendant toute la durée de mon contrat. J’ai soutenu ma thèse intitulée « Le pouvoir de la terre : essai d’histoire de la société bas-iraqienne au VIIIe siècle » le 15 décembre 2020 au Collège d’Espagne (Cité internationale).

Parallèlement à ma recherche doctorale, j’ai approfondi et consolidé ma maîtrise de l’arabe classique en obtenant une licence en arabe littéral à l’Inalco et en effectuant plusieurs stages de langue à l’étranger. J’ai par ailleurs eu la chance de passer deux années au Liban, à l’Institut français du Proche Orient à Beyrouth dans le cadre d’un financement d’aide à la mobilité internationale (2017-2019). Il me paraissait indispensable de pouvoir passer du temps au plus près de mon «terrain » d’études, même si je suis historienne des textes. J’ai commencé mes recherches de master en 2011, alors que la guerre éclatait en Syrie, de sorte que mes relations avec le Proche-Orient ont donc été différentes de celles de mes prédécesseurs, les possibilités de déplacement n’étant plus les mêmes. J’ai tout de même eu la possibilité de me rendre en Irak, au Kurdistan à Erbil, en 2019, mais n’ai malheureusement pas pu fouler le sol des marais du sud de l’Irak, région au cœur de ma thèse.

Durant ces années de thèse, j’ai réfléchi à la manière dont le numérique avait un impact sur mes recherches, notamment lorsque j’étais au Liban. À mon retour en France, en 2019-2020, j’ai eu l’opportunité de travailler sur ce que l’on appelle les « Humanités numériques ». J’ai ainsi participé à l’élaboration d’un Livre blanc pour le GIS Moyen-Orient et mondes musulmans sur la transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en France, puis j’ai été en charge des humanités numériques dans le cadre d’un projet européen piloté par les universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de la Manouba (Tunis) appelé RAQMYAT qui visait à faire émerger un nouveau modèle de formation doctorale en sciences humaines et sociales en Tunisie, en développant des parcours en ligne. J’ai enfin eu l’occasion de prendre part aux enseignements du Pôle Informatique de Recherche et d’Enseignement en Histoire (PIREH) en première année de licence sur l’écriture numérique de l’histoire.

Comment expliqueriez-vous vos recherches aux lecteurs du Carreau de la BULAC ?

Mes recherches portent sur l’histoire politique et sociale des premiers siècles de l’Islam dans l’espace moyen-oriental, en particulier le Bas-Iraq. J’ai travaillé sur les techniques et les discours de pouvoir à travers l’étude d’un objet spécifique, éloigné des cours et des cénacles, celui de la terre, ainsi que la question foncière. Cela m’a permis de constater que la société bas-iraqienne du IIe siècle de l’Hégire était bien plus dynamique et mouvante que ce qu’avait pu laisser entendre l’historiographie. La particularité de cet espace est que nous ne disposons pas de documents de la pratique de première main, c’est la raison pour laquelle mon travail de recherche accorde une importante place à l’écriture de l’histoire, autrement dit à la fabrication et à la composition des textes narratifs, qu’ils soient littéraires ou juridiques.

Vous poursuivez actuellement vos recherches dans le cadre d’un post doctorat pour le GIS MOMM. Pouvez-vous nous en dire davantage ?

J’approfondis cette année mon intérêt pour les humanités numériques, en étudiant plus spécifiquement l’usage qui peut être fait des techniques informatiques dans l’analyse des textes anciens, dans le cadre d’un post-doctorat en philologie numérique des textes en alphabet arabe au sein du GIS Moyen-Orient et mondes musulmans (GIS MOMM). Mon intérêt est double. D’une part, la philosophie des humanités numériques est de démocratiser l’accès au savoir produit en l’ouvrant au plus grand nombre (on retrouve ici les enjeux de ce que l’on appelle la science ouverte). Dans ce cadre, j’explore notamment les possibilités et les formats de formation en fonction des besoins et des contextes. D’autre part, le développement des outils informatiques appliqués à la recherche en sciences humaines et sociales nous amène à redéfinir le rôle et la place des chercheurs dans ces disciplines. Cela rejoint la dimension plus expérimentale de mon travail consacré aux questions de reconnaissance automatique des caractères pour les manuscrits en graphie arabe. J’entends, par la coopération et la mutualisation des compétences, avancer sur des questions plus techniques aujourd’hui centrales pour l’étude et la publication des textes. Ce volet « humanités numériques » de mes recherches actuelles s’insère par ailleurs dans un projet plus large de fédération des chercheurs des trois aires Asie, Afrique et Moyen-Orient et mondes musulmans autour des enjeux numériques.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le GIS MOMM ?

Le GIS MOMM est une entité du CNRS créé en janvier 2013 afin de fédérer l’ensemble des équipes de recherches françaises qui se consacrent à ce champ, dans toutes les disciplines concernées (histoire, géographie, sciences politiques, sociologie, anthropologie, histoire de l’art, littérature, islamologie, philosophie, archéologie). Le GIS MOMM regroupe actuellement quarante équipes de recherche (UMR et équipes d’accueil) et dix instituts français de recherche à l’étranger et Écoles françaises.

Les objectifs du GIS MOMM sont pluriels et ils sont poursuivis, depuis 2013, par des actions et des événements prenant trois formes principales :

  • un congrès bisannuel pour favoriser les échanges entre les chercheurs et améliorer la visibilité des recherches
  • des forums qui ont également lieu tous les deux ans, dont l’objectif est d’engager un dialogue entre les chercheurs travaillant sur cette aire culturelle et les acteurs de la société civile
  • des prix de thèses organisés tous les ans, à destination des jeunes docteurs.

Mon travail s’inscrit donc dans le cadre d’un des trois chantiers prioritaires du GIS depuis 2017, celui sur les humanités numériques. L’objectif de mes missions est de participer à consolider l’ancrage numérique de la communauté scientifique. À l’issue du Livre blanc paru en 2020, quatre priorités ont été formulées, au nombre desquelles : « le développement de la capacité de la recherche française en matière d’océrisation, d’édition numérique outillée, de fouille et d’analyse de corpus textuels en alphabet arabe ». Mon rôle, rendu possible grâce au soutien décisif apporté par le Ministère français de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation dans le cadre du Plan SHS 2020, est donc d’encourager les nouvelles philologies numériques aréales.

Concrètement, qu’est-ce que cela implique ?

Mes activités se répartissent en trois volets interdépendants : la mise en place d’une recherche pilote en océrisation, édition et fouille de textes à partir des collections de la BULAC ; des actions de formation et d’information sur les nouvelles philologies aréales ; ainsi qu’un travail d’état des lieux et de veille des outils, des projets, des offres de formation.

Sur le plan de la formation et de l’information, j’ai créé un carnet de recherche, Philaranum, qui me sert d’outil de veille des activités en lien avec les nouvelles philologies numériques, de présentation d’outils, de sites, de logiciels, etc. L’objectif est de laisser une trace du travail de recherche que je mène cette année afin de dresser un état des lieux des ressources disponibles.

Capture d’écran du blog Philaranum de Noëmie Lucas

Du 7 au 9 décembre 2020, j’ai organisé trois journées de formation, qui auraient dû se tenir à la BULAC et sur le Campus Condorcet mais qui, du fait des circonstances sanitaires, ont eu lieu intégralement en ligne. L’ambition de ces trois journées était d’introduire aux possibilités offertes par le numérique pour l’étude et la publication des textes arabes et de mener une réflexion autour des enjeux propres aux textes arabes à partir de la présentation de projets en cours. Elles ont rencontré un grand succès (une centaine de participants) et, grâce à leur dématérialisation, ont été suivies par des collègues de toute la France, de l’Europe francophone et du Maghreb. Une partie des interventions a été enregistrée et sera prochainement mise en ligne sur le carnet de recherche.

À partir de la fin du mois d’avril, j’organise avec la BULAC un cycle de rendez-vous sur la philologie numérique sur les textes en graphie non-arabe. Deux fois par mois, j’échangerai avec un chercheur engagé dans des projets numériques autour des questions de reconnaissance automatique des caractères, d’encodage et de fouille des textes, de catalogage ou encore de publication. L’enjeu est en outre de discuter avec des chercheurs de leurs expériences personnelles et collectives autour du numérique pour l’étude des textes en graphie non-latine. Pour ces rendez-vous, j’élargirai le spectre de discussion à d’autres langues non latines, comme le tamoul, l’hébreu ou le chinois. Le programme sera très prochainement mis en ligne.

Afin de lier la mission de recherche expérimentale sur l’océrisation de la graphie manuscrite arabe et les activités de formation, nous avons mis en place avec l’équipe de la BULAC et Chahan Vidal-Gorène de CALFA, un projet de hackathon qui a débuté en janvier 2021. L’idée a été de réunir un petit groupe de chercheurs, doctorants et mastérants intéressés à prendre part à ce projet et donc d’associer le développement de la reconnaissance automatique de l’écriture manuscrite arabe à un projet collaboratif de formation collective. Notre objectif est de développer un modèle de reconnaissance pour la graphie arabe maghrébine à partir des manuscrits présents dans les collections patrimoniales de la BULAC. Nous avons choisi deux manuscrits principaux : le MS.ARA.609 et le MS.ARA.1977 pour lesquels nous avons annoté et sommes en train de transcrire une centaine de pages de chacun d’entre eux. L’idée est, grâce à l’intelligence artificielle et la méthode itérative, d’entraîner l’algorithme développé par CALFA pour d’autres langues comme l’arménien ou le syriaque. Deux fois par mois, nous nous retrouvons donc pour des séances d’annotation et de transcription qui sont l’occasion de partager les questions, éventuelles difficultés et les premiers résultats. Nous présenterons les résultats de ce projet collectif au mois de juin.

Quel rôle joue la BULAC dans vos recherches ?

J’ai commencé à venir à la BULAC en 2011 au début de ma première année de master. Les livres dont j’avais besoin s’y trouvaient, la bibliothèque était toute neuve et j’avais la possibilité de réserver ma place en rez-de-jardin, ce qui n’était pas possible dans les autres bibliothèques que je fréquentais alors (bibliothèque de l’Institut du Monde Arabe, Bibliothèque de la Sorbonne et bibliothèque de l’IRBIMMA). C’était aussi la seule bibliothèque ouverte jusqu’à 22h ! À partir du master 2 et pendant toutes mes années de thèse, la possibilité de réserver un carrel faisait de la BULAC l’un de mes espaces de travail privilégiés. La bibliothèque est aussi pour moi un lieu de rencontres et d’échanges, où je croise régulièrement des collègues. Pendant les dernières semaines de rédaction de ma thèse, j’ai tiré grandement profit de la bibliothèque de nuit pour effectuer les dernières vérifications.

Cette année, je viens à la BULAC quotidiennement car, dans le cadre de ma résidence, un carrel a été mis à ma disposition de manière pérenne. Cela me donne ainsi la possibilité d’accéder plus facilement aux collections et aux autres espaces, comme les salles de formation et les salles informatiques.

Les ouvrages de la cote 23XA à la BULAC (Maxime Ruscio / BULAC).

Quels sont les autres bibliothèques que vous avez fréquentées dans le cadre de vos recherches ?

Pendant mes années de doctorat, j’ai principalement fréquenté la petite bibliothèque de l’Institut de recherche sur Byzance, l’Islam et la Méditerranée au Moyen-Âge (IRBIMMA) de l’université Paris 1, Panthéon-Sorbonne auquel j’étais rattachée. En tant que doctorante contractuelle, une salle de travail et les collections étaient à ma disposition, en échange d’une permanence d’une demi-journée à la bibliothèque. J’ai par ailleurs, par courtes périodes, fréquenté la BnF.

J’ai assurément « fréquenté » majoritairement les ressources électroniques des bibliothèques et de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Je pense d’abord aux articles et ouvrages disponibles sur JSTOR, CAIRN ou OpenEdition ainsi que sur les plateformes des éditeurs anglo-saxons comme Brill, mais aussi à toutes les éditions de sources arabes en ligne sur Archive.org ou al-Maktaba al-Shamela. Au Liban, je n’aurais pu réaliser mes recherches dans de bonnes conditions si je n’avais pas eu accès à toutes ces ressources en ligne, plus ou moins libre d’accès. En effet, la bibliothèque du département d’études arabes de l’Ifpo se trouvant à Damas, les ouvrages disponibles sur le site de l’Ifpo Beyrouth étaient limités et les autres bibliothèques de la ville ne recouvraient pas entièrement mes besoins, surtout pour les titres les plus récents. Je dois néanmoins signaler que j’ai particulièrement apprécié travailler à la bibliothèque de l’université américaine de Beyrouth, où, en tant que doctorante, j’avais un accès direct aux magasins et pouvais errer dans les couloirs des nombreux sous-sols, découvrant des références inconnues au détour des rayons !

La mise à disposition sur le web de ressources aussi variées que des manuscrits, des sources éditées, des articles et des ouvrages a profondément modifié la manière dont les chercheurs pratiquent la recherche en sciences humaines et sociales, en particulier lorsque l’on étudie des textes. Cela modifie également les modalités d’apprentissage et de formation. Je me souviens avoir été sensibilisée dès la première année de master à la recherche de documentation en ligne, mais j’ai réalisé qu’en sept ans, l’offre avait explosé.

Pourriez-vous nous donner quelques titres d’ouvrages du catalogue de la BULAC qui vous ont inspirée et nous expliquer pourquoi ?

Bien que je sois convaincue de l’utilité et de l’apport du numérique pour le chercheur, rien ne remplace la consultation directe des livres et notamment des sources primaires ou des éditions de ces textes. La BULAC m’a donné un accès direct à la plupart des éditions de textes médiévaux dont j’ai eu besoin pour ma thèse, même si ce n’étaient pas toujours les éditions les plus récentes. Je pense notamment à tous les ouvrages mis à disposition dans les rayonnages autour des cotes 23XA. Les références classiques pour l’histoire, la géographie, la littérature et les sciences religieuses sont ainsi directement disponibles aux lecteurs. Pour ne citer qu’un exemple, l’accès direct aux cinq volumes du dictionnaire géographique Muʿǧam al-Buldān de Yāqūt, auteur du XIIe siècle, m’a été précieux lorsque je cherchais à vérifier des informations sur la région que j’étudiais et sur les nombreux noms de villages du sud de l’Iraq que je rencontrais dans les chroniques historiques.

Cette année, j’ai eu la chance de pouvoir consulter directement les manuscrits anciens qui sont utilisés dans le cadre du hackathon. J’ai été surprise de découvrir, n’ayant travaillé que sur des éditions de textes pendant ma thèse, qu’il était possible de consulter, dans la salle réservée à cet effet, les manuscrits conservés dans les collections patrimoniales de la BULAC. Je pense par exemple au MS.ARA.417 repéré par Zouhour Chaabane, bibliothécaire à la BULAC. Il s’agit d’une histoire des Beys d’Oran rédigé par le secrétaire du Bey Hassan. La copie datée de 1875 a été faite sur le manuscrit de la bibliothèque d’Alger n°1061. J’ai pu en demander la numérisation et le manuscrit a ainsi rejoint le corpus sur lequel nous testons le modèle de reconnaissance automatique.

Vue numérisée de la première page du manuscrit de la BULAC MS.ARA.417 (Collections de la BULAC).

Utilisez-vous d’autres ressources de la BULAC ?

Je suis une fervente utilisatrice des collections en ligne de la BULAC, que ce soit pour accéder à des articles, des ouvrages en ligne, en particulier les livres publiés chez Brill dans la collection Middle-East and Islamic Studies (toux ceux publiés depuis 2005 sont accessibles), et aussi pour accéder aux notices de L’Encyclopédie de l’Islam dont toutes les éditions sont en ligne et dont la troisième édition, la plus récente, est uniquement disponible en ligne. Grâce au travail de recherche que j’ai mené fin 2019 pour la préparation du Livre blanc, j’ai pu prendre la mesure de la richesse des ressources en ligne de la BULAC pour le domaine Maghreb et Moyen-Orient. Cette année, j’utilise également la Bibliothèque numérique aréale (BiNA) de la BULAC, dans laquelle nous avons sélectionné une partie des manuscrits utilisés pour le hackathon.

J’utilise également les supports de formation mis à disposition, cette fois plutôt pour des activités annexes. Je travaille en effet actuellement avec Kmar Bendana, professeure émérite à l’université de la Manouba, à l’élaboration d’un parcours de formation doctorale introductif dans le cadre d’un projet Erasmus + CBHE « Raqmyat » qui portera sur la recherche en sciences humaines et sociales sur la Tunisie à l’heure du numérique.


Découvrir la playlist des Rendez-vous de la philologie numérique, animés par Noëmie Lucas d’avril à juin 2021


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search