Portrait de chercheur : Anaïs Delmotte

Questions à … Anaïs Delmotte, en master d’études japonaises à l’Inalco, spécialisée en archéologie protohistorique et chargée de la conversion rétrospective du fonds japonais à la BULAC.

Portrait d’Anaïs Delmotte à la BULAC (Maxime Ruscio / BULAC).

Quel est votre parcours ?

Après mon baccalauréat j’ai eu la chance de passer une année à l’étranger pour améliorer mon anglais et mon espagnol. Cette année de césure m’a permis de prendre le temps de choisir mon orientation. J’ai ainsi choisi d’intégrer la licence d’Histoire de l’art et d’archéologie de l’université Paris Nanterre en 2008. Après une mauvaise orientation en master, je me suis inscrite à l’université Paris IV pour me spécialiser en archéologie japonaise. Bien qu’ayant déjà suivi des cours de japonais à l’Institut de japonais de Paris, mon directeur de recherche m’avait demandé de m’inscrire en licence de japonais en parallèle de mon master, et j’ai choisi un peu au hasard l’Inalco. Cette décision a marqué un très grand tournant et un vrai coup de cœur. J’ai alors abandonné l’archéologie pour ma licence de japonais en spécialité Relations Internationales. J’ai obtenu ma licence en 2015 et j’ai ensuite passé pas mal de temps à me chercher. Suite à une année au Japon, j’ai pris la décision de reprendre mes études en archéologie japonaise, à l’Inalco. En effet, nous avons la chance qu’exerce au sein de l’établissement Laurent Nespoulous, spécialiste de l’archéologie japonaise protohistorique, période qui me fascine.

Parallèlement à mes études j’ai assez vite intégré le monde des bibliothèques. J’ai ainsi été monitrice étudiante à la BULAC entre 2013 et 2016. Par la suite, j’ai travaillé en tant que monitrice étudiante à la Bibliothèque de l’École du Louvre, avant d’aller au Japon en Programme Vacances-Travail (PVT). À mon retour fin 2017, j’ai été engagée à l’École française d’Extrême Orient (EFEO) dans le cadre d’une mission de conversion rétrospective des ouvrages japonais. C’est cette expérience qui me permet aujourd’hui de travailler à nouveau à la BULAC. En dehors des bibliothèques, j’ai  été agent d’accueil durant deux mois au musée du Louvre, et j’ai également effectué un stage au sein de la Maison de la Culture du Japon à Paris (MCJP).

Pouvez-vous nous en dire davantage sur votre attrait pour l’archéologie japonaise protohistorique ?

Lorsque j’ai décidé de me spécialiser en archéologie japonaise, je voulais que mon sujet porte, du moins en partie, sur la période Kofun. Cette dernière, située entre le IIIe et le VIIe siècle de notre ère au Japon, est fascinante car elle permet d’étudier la mise en place d’une société en cours de hiérarchisation, processus qui m’intéresse particulièrement. Le nom « kofun » vient des tertres funéraires qui en sont la particularité. En faisant des recherches pour mieux définir mon sujet, j’ai lu la thèse de Laurent Nespoulous, ce qui m’a amenée à m’intéresser à l’étude du fer durant la protohistoire japonaise. Le contrôle de ce minerai, essentiel dans de nombreuses civilisations, permet de différencier les acteurs au sein d’une société : ceux qui peuvent s’approvisionner en fer et les autres. Dans le cas du Japon, j’étudie plus précisément le processus de métallisation de l’île d’Iki, située entre la Corée et le Japon. Je m’intéresse à la manière dont cette île s’est approvisionnée en objets en fer, puis a développé sa propre métallurgie tout en recontextualisant ce phénomène par rapport à l’histoire de cette technique au sein de l’archipel japonais. Cette île est très intéressante en raison de sa position stratégique au sein de la région. Elle a ainsi dû jouer le rôle d’intermédiaire dans les échanges avec l’île voisine Tsushima, très proche des côtes coréennes.

Photographie du site archéologique d’Haru no Tsuji sur l’île d’Iki (Anaïs Delmotte, avril 2017).

Depuis quand venez-vous à la BULAC ?

Si mes souvenirs sont bons, je suis venue pour la première fois en 2011, soit dès la première année d’ouverture. Je venais m’y renseigner sur l’archéologie japonaise afin de trouver un sujet de recherche à proposer à l’université Paris IV.

Quelles ressources utilisez-vous le plus ?

Mon sujet de recherche est malheureusement un sujet peu étudié en dehors de l’Asie. Je suis ainsi contrainte de ne travailler qu’à partir de sources en japonais, les articles et ouvrages en français et en anglais étant très rares. Actuellement, je passe surtout du temps à dépouiller des rapports de fouilles archéologiques.

Quels sont les autres lieux parisiens que vous fréquentez dans le cadre de votre recherche ?

Au cours de mes études, je pense avoir fait le tour de la grande majorité des bibliothèques parisiennes. J’aimais particulièrement travailler à la Bibliothèque Forney et à celle du Musée des Arts Décoratifs. À présent, à côté de la BULAC, je suis amenée à travailler à la bibliothèque de l’EFEO, même si je rêve depuis des années qu’un accord soit passé pour que les étudiants de l’Inalco puissent y emprunter des ouvrages.

Salle de lecture de la Bibliothèque Forney (Bibliothèque Forney / Ville de Paris).

Pouvez-vous nous dire quels ouvrages de la BULAC vous ont inspirée, et pourquoi ?

Les deux ouvrages qui me viennent sont les suivants :

  • Archéologie et patrimoine du Japon : cet ouvrage m’a en grande partie amenée à m’inscrire dans ce cursus. Il n’est vraiment pas aisé de trouver de bonnes sources documentaires en français sur l’archéologie japonaise, de sorte que cet ouvrage est un incontournable lorsque l’on s’y intéresse. Il n’est malheureusement plus édité, mais la BULAC en possède un exemplaire.
  • Décoloniser l’esprit : il s’agit de l’ouvrage qui m’a le plus marquée au cours de mes études à l’Inalco. Il touche à des problématiques que nous abordons finalement peu lorsque l’on se spécialise sur le Japon, tout en étant universel sur l’importance des langues. J’encourage simplement le plus grand nombre à le lire.
Photographie de la page de garde de l’ouvrage Archéologie et patrimoine au Japon (Maxime Ruscio / BULAC).

En parallèle de votre master, vous êtes chargée de la conversion rétrospective du domaine japonais. Pouvez-vous nous expliquer en quoi cela consiste ?

Définition : la conversion rétrospective est l’opération qui permet de convertir sous forme exploitable par ordinateur, dans un format standard, un ensemble de notices bibliographiques de documents déjà catalogués manuellement ou informatiquement dans un autre format.

Avant les catalogues en ligne des bibliothèques, les ouvrages étaient signalés par des fiches papiers classées par titre, nom d’auteur ou par sujet. Ces fiches sont rangées dans de magnifiques meubles qui sont toujours en salle de lecture à la BULAC, au niveau du rez-de-jardin, en face des salles de formation. Il faut tout de même avouer que peu de personnes, moi la première, y font leurs recherches bibliographiques. Dans le cadre de la transformation numérique, je suis amenée à traiter ces fichiers afin que leurs notices bibliographiques soient disponibles sur le catalogue en ligne. Ce travail peut paraître fastidieux, mais permet d’en apprendre davantage sur les collections de la BULAC et de faire des recherches sur certains ouvrages anciens qu’il convient de cataloguer.

Pouvez-vous nous présenter plus spécifiquement ce fonds ?

Actuellement, mon travail est surtout centré sur le catalogage des ouvrages conservés à la Réserve. Les ouvrages du fonds ancien sont datés pour la majorité d’entre eux de l’époque Edo, soit entre 1600 et 1868. Certains portent sur l’une des premières pages un petit timbre sur lequel est représenté le drapeau japonais et la mention « Exposition universelle de 1867 ». C’est un détail qui nous en apprend beaucoup sur l’histoire de ces livres et sur la manière dont ils se sont retrouvés en France. Ils touchent à de nombreux sujets et domaines, mais quelques-uns se distinguent. Une partie du fonds est constitué de Meisho Zue, des ouvrages magnifiquement illustrés présentant les « lieux célèbres » de différentes régions du Japon, une sorte de « guide du routard » avant l’heure. Une grande partie du fonds est également dédiée aux grands textes classiques japonais, telle que le Man.yoshu, la première anthologie de poésies japonaises, ou le Heike monogatari, célèbre récit épique japonais. Une des parties du fonds qui m’était jusqu’à présent inconnue et que j’ai vraiment apprécié cataloguer est composée de recueils de modèles de dessins tels que ceux d’Hokusai. Enfin, je souhaite également mettre en avant les nombreux ouvrages de botanique que nous conservons, et qui sont magnifiquement illustrés.

Photographie de l’ouvrage d’Hokusai (Maxime Ruscio / BULAC).

Quelque chose que vous auriez aimé ajouter à cet entretien ?

J’ai toujours été fascinée par le fait que nous ayons la chance, à la BULAC, de pouvoir faire des demandes de prêt entre bibliothèques (PEB) avec la bibliothèque nationale de la Diète au Japon, et ce gratuitement. C’est une immense chance.

Merci Anaïs pour ce portrait !

Pour consulter le profil Linkedin d’Anaïs Delmotte, c’est ici !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search