Une passion andine : le don Jacqueline Yaquicha Weller

La BULAC présente un don majeur du domaine Amériques, le don Jacqueline Weller, enseignante de quechua à l’Inalco de 1971 à 1993. Riche de plus de 1 000 documents de sa bibliothèque personnelle collectés au long de sa carrière, cet ensemble documentaire exceptionnel reflète la production éditoriale du Pérou et des pays andins, des années 1930 aux années 2000. Ce billet et cette exposition ont été préparés conjointement par César Itier, enseignant de quechua à l’Inalco, et Cristina Dutertre, chargée de collections pour le domaine Amériques à la BULAC.

Photos : Maxime Ruscio / BULAC


Le don Jacqueline Weller

Entré en 2012 à la BULAC, le don Jacqueline Weller est constitué de quelque 1 000 documents issus de la bibliothèque personnelle de l’enseignante Jacqueline Weller, et portant principalement sur les langues quechuas. Ce don comprend aussi des publications dans les différentes langues amérindiennes. La date d’édition médiane de la collection est 1976. La moitié des documents ont été édités au Pérou. Les principaux autres pays d’édition sont la France, la Bolivie, l’Espagne et l’Équateur. La linguistique et la littérature sont majoritairement représentées, devant l’histoire, les sciences sociales, la musique et les religions. Le don compte de nombreux ouvrages sur l’indigénisme latino-américain. Le mouvement politique et littéraire questionnant le rôle des populations autochtones y est notamment représenté par l’œuvre de José Maria Arguedas, écrivain, ethnologue et homme politique, avec plus de 40 ouvrages de cet auteur, dont certains sont dédicacés.


Jacqueline Yaquicha Weller (1928-2012)

Jacqueline Yaquicha Weller
Photo DR – Archives privées

 J’ai connu Jacqueline Weller en arrivant en France en 2003, à Vitry où je collaborais avec les revues associatives Experiencia latina et Paseos andinos.

Jacqueline Weller a vécu à Cuzco, elle a connu les Andes et la réalité socio-politique du Pérou avant la réforme de Velasco Alvarado. Elle parlait le quechua de Cuzco.

Le Pérou était un pays en train de se faire. Elle faisait partie de ce pays en devenir, en puzzle. Elle collectait des matériaux d’un pays en construction.

Vitry a établi notre amitié. Je la retrouvais régulièrement dans son appartement rue Anatole France qui était encombré de livres, et l’aidais à mettre de l’ordre dans sa bibliothèque.

Son caractère ? Elle avait un esprit jovial, une jeunesse éternelle. Elle attirait par l’énergie qu’elle portait en elle. Elle avait une avidité culturelle, un esprit ouvert et libre.

Yvan Blas, écrivain péruvien

J’ai connu Yaquicha en 1992 lors d’un passage à Paris à l’occasion d’un congrès en Espagne sur l’éducation bilingue [Educación Intercultural y Bilingüe]. En 1999, je suis revenue à Paris, cette fois-ci pour travailler comme répétitrice du cours de quechua de l’Inalco. Yaquicha Weller assistait à mes cours pour entendre parler le quechua. Elle appréciait beaucoup le quechua parlé, les tournures du parler quechua, le côté drôle de l’oralité en quechua. Nous sommes devenues de très bonnes amies.

Jacqueline Weller avait une passion authentique pour le Pérou et les péruviens. Elle a côtoyé l’intelligentsia péruvienne : l’écrivain et ethnologue José Maria Arguedas, le peintre Alberto Quintanilla del Mar, les poètes Elqui Burgos et Yvan Blas, l’américaniste Gerald Taylor…

Elle avait un grand sens de l’humour, un vif désir d’indépendance et de liberté.

Gloria Caceres Vargas, auteur, traductrice et professeur de littérature péruvienne

Les langues autochtones des pays andins

Quelque 25 millions de personnes parlent encore le millier de langues autochtones qui subsistent sur le continent américain. Le quechua, qui constitue davantage une famille linguistique qu’une langue unitaire, compte 7 à 8 millions de locuteurs dans six pays : Colombie, Équateur, Pérou, Bolivie, Chili et Argentine.

Depuis deux décennies, les États andins se sont engagés à œuvrer pour la conservation et la promotion de leurs « langues originaires » : l’éducation bilingue se développe, des administrations publiques comme les tribunaux, la police ou les services de santé engagent du personnel locuteur de ces langues ; des espaces sont réservés sur les chaînes de télévision publique pour des émissions dans les langues autochtones, etc. La plupart de ces langues sont cependant soumises au défi, toujours plus difficile à relever, de leur transmission aux jeunes générations.

Les Ingas sont un peuple vivant dans le haut bassin du fleuve Putumayo, dans le sud-ouest de la Colombie. Ce livre de contes traditionnels en langue inga (dialecte du quechua) comprend quatre récits enregistrés, transcrits et traduits en espagnol par l’auteur-éditeur, accompagnés de dessins.

Livre d’alphabétisation en shuar-chicham (« la langue des Indiens »). Ce recueil présente des textes dans la langue des shuars (jivaros) de l’Amazonie équatorienne, actuellement parlée par environ 40 000 personnes, avec leur traduction en espagnol. Il a été élaboré et édité par une organisation missionnaire protestante américaine, le très contesté Institut linguistique d’été (SIL), qui se consacre à la traduction de la Bible dans les langues de l’Amérique et à la conversion des Amérindiens au christianisme évangélique. Aujourd’hui, de nombreuses organisations indigènes protestent auprès des gouvernements contre l’action colonisatrice du SIL.

Livre d’alphabétisation en quechua de l’Équateur. Runa Shimi (« la langue des Indiens ») est le terme employé dans le nord de l’Équateur pour désigner la langue quechua, parlée par environ 500 000 personnes dans ce pays.

Livre d’alphabétisation en secoya, langue de la famille tucano, parlée en Amazonie équatorienne et péruvienne par environ 1 200 personnes.

Méthode d’apprentissage du quechua de Santiago del Estero, dans le nord-ouest de l’Argentine, parlé par environ 150 000 personnes. La région est une vaste plaine couverte d’une forêt sèche, assez éloignée des Andes et faisant partie du Grand Chaco. Le quechua y est parlé par une population métisse dont la culture est très différente de celle des Andes de la Bolivie, du Pérou et de l’Équateur.

Livre de lecture en quechua sud-bolivien, publié par le Centre Culturel Portales, à Cochabamba. Il raconte l’histoire de la découverte des filons d’argent de Potosí, en 1545, par l’Indien quechua Diego Huallpa. Grâce à ces mines, Potosí est devenue au XVIIe siècle la plus grande ville du continent américain et le foyer à partir duquel le quechua s’est diffusé dans tout le sud de l’actuelle Bolivie.

Livre de lecture en aymara de la région de Puno, au Pérou, publié dans le cadre d’un projet expérimental d’éducation bilingue mené dans les années 1980 par le ministère de l’Éducation péruvien et l’Agence de coopération internationale allemande pour le développement. La langue aymara est parlée par plus de deux millions de personnes en Bolivie, au Pérou et au Chili. Ce projet expérimental obtint d’importants résultats, grâce à la qualité de ses nombreux ouvrages pour la jeunesse en langue indigène.

Livre de lecture en quechua de la région de Puno, au Pérou, publié dans le cadre d’un projet expérimental d’éducation bilingue mené dans les années 1980 par le ministère de l’Éducation péruvien et l’Agence de coopération internationale allemande pour le développement. La langue quechua est parlée par environ quatre millions de personnes au Pérou.


Le quechua, « langue générale » de la vice-royauté du Pérou

L’extrême diversité des langues de l’Amérique du Sud du XVIe siècle conduisit les colonisateurs espagnols et portugais à choisir et promouvoir quelques langues autochtones de vaste diffusion, pour évangéliser et administrer les Amérindiens. Certaines variantes du quechua, de l’aymara, du tupi et du guarani sont ainsi devenues des langues écrites, donnant naissance à une production textuelle riche et variée. Missionnaires européens, clergé créole locuteur natif de ces langues, élites indigènes et Indiens auxiliaires de l’évangélisation ont contribué à la constitution et au développement de ces langues littéraires, utilisées également à des fins non religieuses.

Publié en Espagne en 1560, le Lexicón, o Vocabulario de la lengua general del Peru, du dominicain Domingo de Santo Tomás, est le plus ancien dictionnaire du quechua. Il a été élaboré une quinzaine d’années à peine après la conquête du Pérou. Il décrit la langue parlée par la noblesse de l’empire inca déchu. L’auteur s’était fait le défenseur, auprès du roi d’Espagne, de cette élite indigène et des Indiens en général, contre les spoliations commises par les conquistadores. En plus d’un manuel destiné à l’enseignement des futurs prêtres, le Lexicón cherche à montrer la richesse et l’élégance de cette langue et le haut degré de civilisation atteint par les Indiens du Pérou. C’était pour l’auteur une façon qu’ils soient traités avec la même considération que les sujets européens du roi.

Collections de la BULAC, cote BULAC MON 8 27900.

Locuteur maternel du quechua, Jorge Lira est l’auteur du plus copieux dictionnaire du quechua de Cuzco. J. Lira, curé dans sa région natale, est l’auteur d’importants travaux de collecte du folklore andin (contes, chants populaires et religieux, etc.).

Collections de la BULAC, cote BULAC MON 4 4950.

La première édition de cette grammaire du quechua de Cuzco a été faite à Lima en 1608. Très utilisée par les clercs à l’époque coloniale, qui devaient étudier le quechua pour prêcher et administrer les sacrements dans cette langue, cette grammaire a constitué l’ouvrage de référence sur le quechua pendant encore tout le XIXe siècle, avec de nombreuses rééditions.


Deux poètes métis : José Maria Arguedas et Andrés Alencastre

À de rares exceptions, la pratique de la littérature écrite en quechua est restée, jusqu’à la toute fin du XXe siècle, l’apanage d’intellectuels métis. Les premiers à publier leur propre poésie sous la forme de livres sont Andrés Alencastre (1909-1984), à partir de 1952, et José María Arguedas (1911-1969), à partir de 1962. Au sujet du premier ouvrage d’Alencastre, Taki parwa (fleur du chant), Arguedas a écrit :

Ce livre de poèmes peut être considéré comme la contribution la plus importante à la littérature quechua depuis le XVIIIe siècle. […] Nous avions cru qu’une telle maîtrise de la langue était devenue hors de portée pour l’actuel homme de langue quechua.

Le pauvre le plus riche est une pièce de théâtre en quechua de la fin du XVIIe siècle. Son auteur est un prêtre créole (Espagnol né en Amérique) de Cuzco. Centeno, comme tous les Créoles andins, était un locuteur natif du quechua. Il adapte à la langue et à la culture quechuas le modèle du théâtre baroque espagnol pour se faire le porte-parole des revendications politiques de l’élite indigène du Cuzco colonial, probable commanditaire de l’œuvre. L’action se situe aux lendemains de la conquête espagnole et le personnage principal est un prince inca déchu. L’intrigue de la pièce est une variante du mythe littéraire dit de Faust, où le personnage signe un pacte avec le démon, afin de retrouver ses richesses perdues et obtenir l’amour d’une princesse.

Tupac Amaru kamaq taytanchisman, haylli-taki (hymne à notre père créateur Tupac Amaru) est le premier poème écrit en quechua par José María Arguedas. L’énonciateur du poème est le peuple quechua. Celui-ci s’adresse au leader de la révolte indienne qui embrasa les Andes en 1781-82, mettant pour la première fois en danger le pouvoir espagnol en Amérique du Sud. Arguedas y exprime une formule devenue célèbre et reprise par de nombreux intellectuels andins : Kachkaniraqmi (Nous existons encore).

Andrés Alencastre Gutiérrez, dont le nom littéraire est Killku Warak’a (Grégoire la Fronde), est, avec José María Arguedas, l’autre grand poète écrivant en quechua des années 1950 à 1970. Sa poésie est cependant très différente de celle d’Arguedas : Alencastre était un propriétaire terrien de la région de Cuzco et exalte la grandeur passée des Incas, dans la tradition de l’élite féodale métisse andine. Ses meilleurs poèmes, dont Arguedas a fait l’éloge, représentent en quechua l’idéal d’expressivité individuelle issu du romantisme européen.

Le recueil de poésie quechua Katatay (tremblement) est une des dernières œuvres de l’anthropologue, romancier et essayiste métisse José María Arguedas, une des grandes figures intellectuelles du Pérou du XXe siècle. À la fin de sa vie, dans les années 1960, Arguedas se met à écrire en langue quechua. De très grande qualité, sa poésie célèbre le déploiement de l’énergie révolutionnaire et créatrice des communautés andines et l’espoir de leur proche libération après quatre siècles d’oppression coloniale et post-coloniale.

Découvert dans la Bibliothèque royale de Madrid à la fin du XIXe siècle, le Manuscrit de Huarochirí est un ouvrage anonyme écrit en quechua par un Indien au début du XVIIe siècle. L’auteur y traite en 33 chapitres des traditions historico-mythologiques et rituelles de sa région, la province de Huarochirí, dans les Andes proches de Lima. Ce texte peut être considéré comme un des monuments de la littérature mondiale, au même titre que le Chilam Balam, l’Épopée de Gilgamesh ou la Théogonie. L’anthropologue, romancier et poète José María Arguedas en a publié en 1966 la première édition péruvienne, avec une traduction en espagnol.

L’éditeur de ce volume, Jorge Basadre, est un des grands historiens péruviens du XXe siècle. Il présente ici, à travers des traductions en espagnol, une anthologie de la littérature quechua et la première vision d’ensemble de celle-ci. Composé de trois sections correspondant chacune à un genre littéraire (récit, poésie et théâtre), l’ouvrage inclut à la fois des textes issus de l’oralité indigène et des compositions savantes, du XVIe siècle au début du XXe siècle. Le choix du titre Littérature inca – plutôt que Littérature quechua – obéit à une volonté de renforcer le prestige de cette littérature en l’associant au legs culturel de l’empire inca.


Les ouvrages poétiques d’Andrés Alencastre

Publiés à compte d’auteur à Cuzco, les recueils poétiques d’Andrés Alencastre sont des ouvrages d’art, illustrés par Mariano Fuentes Lira, un dessinateur de Cuzco, et reliés avec des rubans de laine finement ouvragés, dans la tradition du textile andin.

Écrit pendant la réforme agraire du Pérou, mise en place à partir de 1969 par la junte militaire de Juan Velasco Alvarado et au cours de laquelle Alencastre a perdu ses terres, Yawar Para (Pluie de sang) contient les poèmes les plus emblématiques de cet auteur. S’y exprime en filigranes la contradiction douloureuse que vivait ce seigneur féodal, violent et abusif à la campagne, socialiste et indigéniste en ville. Il fut tué par ses ex-péons en 1984, alors qu’il tentait de reprendre possession de son hacienda dans la province de Canas. P’atakishka (nom d’une cactacée couverte d’épines) est un de ses meilleurs poèmes. Il s’y dépeint lui-même comme un personnage âcre, solitaire et mal aimé.

Andrés Alencastre a dédié à Jacqueline Weller cet exemplaire de son livre de poèmes Taki ruru (Fruit du chant). Il lui dédie ces vers :

Sunquypa rurun, / ñanniypa yanan, / yuyashallasqaykin / niñay p’unchawpas.

Fruit de mes entrailles, compagne de ma route, je me souviendrai toujours de toi, mon enfant.


La musique populaire andine

Le don Jacqueline Weller présente la particularité de compter de petits imprimés de chansons populaires du folklore du Pérou, ainsi que des recueils de musique et chants sacrés issus du métissage colonial. Les recueils de chansons, les cancioneros sont des éditions bon marché éphémères de huaynos, des chants et des danses très populaires des provinces des Andes d’Amérique du Sud, présents dans toutes les fêtes régionales et les concerts de musique andine. Très illustrés, ces livrets présentent des chansons originaires des Andes péruviennes, chantés en espagnol et en quechua, sur une musique traditionnelle issue du répertoire de chaque artiste. Les paroles des huaynos reflètent bien souvent des peines de cœur mais aussi les difficultés et souffrances des migrants provinciaux vers les grandes villes comme Lima.

Parmi les chanteurs présents figure la chanteuse et compositrice Flor Pucarina (fleur de Pucara), de son vrai nom Leonor Chávez Rojas (1935-1987) devenue une véritable icône de la musique populaire andine. Sont également représentés El Picaflor de los andes (le colibri des Andes), de son vrai nom Victor Alberto Gil Mallma (1928-1975) et El Jilguero del Huascarán, de son vrai nom Ernesto Samuel Sánchez Fajardo (1928-1988).

Livrets de chansons de Flor Pucarina, collections de la BULAC.

Revues culturelles péruviennes

Le fonds Jacqueline Weller contient de nombreux exemplaires de plusieurs importantes revues scientifiques et culturelles péruviennes des années 1930 à 1970.

Créée en 1912, la Revista Universitaria est la revue de l’université de Cuzco. Bien qu’essentiellement consacrée à des thèmes régionaux, elle a été pendant des décennies une des meilleures revues scientifiques du Pérou dans les domaines de l’histoire, de l’archéologie, de l’anthropologie, de la botanique, etc.

À la fin des années 1930, paraît à Lima, sous les auspices de l’État péruvien, la Revue de la langue quechua, qui cherche à intégrer les références indigènes, et en particulier la langue quechua, au discours nationaliste du gouvernement du maréchal Benavides (1876-1945), de tendance fasciste et proche de l’Axe. La revue exalte le quechua comme symbole national et publie des poèmes dans cette langue.

L’Institut américain d’art a été fondé en 1937 à Cuzco, avec l’objectif de promouvoir la création artistique et culturelle locale. Il existe toujours aujourd’hui et administre le Musée des arts populaires de la ville. Sa revue fut pendant des décennies un espace important pour la publication de recherches sur les arts populaires au Pérou.

Kunan, hicha, ahora, termes qui signifient tous trois « maintenant » en quechua, aymara et espagnol, est le titre d’une revue péruvienne dont le premier numéro fut publié au début des années 1960. Elle fut l’organe de l’éphémère Institut des langues aborigènes fondé par un groupe d’intellectuels de Cuzco vivant à Lima et reconnu d’utilité publique par le gouvernement péruvien. Sa devise est : « Sans oublier l’espagnol, je me souviens que je suis péruvien ». Comme la Revista de la Lengua Quechua, elle manifeste les tentatives de plusieurs gouvernements péruviens de promouvoir un indigénisme d’État en alliance avec les élites provinciales locutrices des langues autochtones.

Amaru (Serpent, en quechua) est une revue d’art et de sciences publiée en espagnol par l’Université nationale de génie civil dans les années 1960, à Lima, et dirigée par le poète surréaliste et essayiste péruvien Emilio Adolfo Westphalen (1911-2001). Elle présente les nouveautés scientifiques et l’avant-garde artistique latino-américaine et mondiale. Elle a donné une visibilité à de nombreux jeunes talents péruviens, dans les divers domaines de la science et de la création.


Focus sur le Catecismo y Doctrina Cristiana

Le don Weller comprend un catéchisme imprimé à Cuzco au XIXe siècle. Il s’agit d’une réédition rare, dont la BULAC possède deux exemplaires, le second étant arrivé dans les collections grâce à un don de César Itier, enseignant de quechua à l’Inalco.

Catecismo y doctrina cristiana, collections de la BULAC, cotes BULAC RES MON 16 398 et BULAC RES MON 16 397.

Après l’indépendance de la république du Pérou en 1821, les imprimeries, qui n’existaient jusqu’alors que dans la capitale Lima, se multiplient dans les villes de province. L’Église, en particulier, édite ou réédite de nombreux ouvrages de catéchèse en quechua, comme la Doctrina Cristiana de 1584, imprimée à Cuzco en 1843.

Cette réédition comporte des textes qui ne figurent pas dans l’édition de 1584 et présente aussi l’intérêt de comporter des notes du franciscain Mariano Guzmán, qui y explique les termes et expressions devenus obsolètes en quechua depuis le XVIe siècle. Paul Rivet mentionne cet ouvrage de 1843 dans sa monumentale Bibliographie des langue kichua et aymara ; il n’en répertorie que trois exemplaires dans le monde : un au Chili et deux au Pérou. J’ai acheté ce document à Cuzco en 1985, auquel il manque les 11 dernières pages.

César Itier, à propos de l’exemplaire du Catecismo y doctrina cristiana qu’il a offert à la BULAC

L’exemplaire offert par César Itier et l’exemplaire du don Jacqueline Weller à la BULAC viennent se compléter.


Pour aller plus loin :

Découvrez une sélection d’ouvrages disponibles au prêt en lien avec l’exposition. Cette bibliographie met à l’honneur les publications de Gerald Taylor, premier véritable philologue de la langue quechua disparu au printemps 2020.1.

Sélection bibliographique Une passion andine.
Sélection bibliographique Une passion andine.
Citer ce billet : Cristina Dutertre, "Une passion andine : le don Jacqueline Yaquicha Weller," dans Le Carreau de la BULAC, 23 août 2021, https://bulac.hypotheses.org/33718. Consulté le 22 septembre 2021
  1. Lire l’hommage de la Société des Américanistes à Gerald Taylor. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search