« Est, ouest, nord, sud », la nouvelle série d’été !

La BULAC s’associe à différents médias culturels et d’information en ligne spécialisés sur les aires géolinguistiques de ses collections pour vous guider vers des destinations multiples, en suivant les quatre points cardinaux. Une sélection d’articles, de chroniques, de textes littéraires et de podcasts publiés par ces médias, à découvrir au fil de la période estivale. Rencontre avec les partenaires de la série « Est, ouest, nord, sud », à suivre cet été sur les réseaux sociaux de la BULAC…


HAJDE

Questions à… Thibaut Boudaud, directeur de la publication

Pouvez-vous nous présenter HAJDE ?
Thibaut Boudaud

HAJDE est une plateforme digitale spécialisée sur les festivals, la musique et le tourisme culturel en Europe de l’Est. Nous sommes partis d’un constat : un rideau sépare toujours l’est et l’ouest de l’Europe, alors que ces régions sont en pleine mutation. HAJDE défend des valeurs européennes d’intégration, et nous mettons en avant les sociétés civiles des 25 pays de l’Est que nous couvrons. Mais avant de commencer notre voyage à l’Est, un cours de prononciation s’impose ! Hajde se prononce « Haïde ». Il s’agit d’un mot d’origine turc très utilisé en Europe Centrale et Orientale qui signifie « Let’s go » ! Alors, prêts pour venir dans nos pays ?

Quelle est votre ligne éditoriale ?

Aujourd’hui, HAJDE s’articule autour de 3 grands axes : Tendances, qui regroupe des articles traitant des découvertes culturelles, ainsi que des dernières actualités et tendances sociétales pour mieux comprendre nos pays ; Destination Est, le guide touristique de référence sur l’Europe de l’Est ; et les Festivals, avec des pages régulièrement mises à jour sur les plus grands Festivals de l’Est (et les plus confidentiels).

La série « Est, ouest, nord, sud » met en avant des articles, des podcasts et des festivals…

Notre série Lire l’été a été écrite par Léa, une rédactrice spécialisée sur la littérature de l’Est de l’Europe. À travers ses articles, elle saura vous faire découvrir sa passion pour ces écrivaines et écrivains !

Avec notre série de podcasts, nous avons voulu mettre en avant nos rédactrices et rédacteurs qui ont contribué à l’aventure HAJDE depuis plus de 5 ans. Ce sont des spécialistes de nos régions, et ils vous donneront forcément envie de voyager dans nos pays !

Enfin, les festivals et la musique font partie de l’ADN de HAJDE depuis nos débuts. Grâce à notre expertise, vous pourrez choisir votre prochaine destination en musique, préparer vos visites et prendre le temps de voyager en slow tourisme.

Profitez de la sélection « Lire l’été – Destination Est », composée d’une vingtaine de romans chroniqués par HAJDE disponibles au prêt à la BULAC.

Quels autres contenus recommanderiez-vous aux lecteurs du Carreau de la BULAC curieux d’explorer HAJDE ?

Nous vous conseillons de faire un tour sur nos articles Société. Même si les pays de l’Est de l’Europe sont nos voisins, ces pays ont une culture différente de la nôtre. Nous pensons qu’il est important de comprendre ces pays avant de partir en voyage à l’Est, et c’est ce que nous avons voulu partager avec cette thématique. Comprendre la société pour mieux l’appréhender.

Deux mots sur ce partenariat avec la BULAC ? 

Nous sommes très heureux de commencer ce partenariat avec la BULAC à travers cette série d’été, qui amènera je l’espère de nombreux autres projets à l’avenir !


Le Courrier des Balkans

Questions à… Jean-Arnault Dérens, fondateur et rédacteur en chef du Courrier des Balkans, et Philippe Bertinchamps, rédacteur en chef adjoint

Jean-Arnault Dérens
Pouvez-vous nous présenter Le Courrier des Balkans ?

Fondé en 1998, Le Courrier des Balkans est le principal site d’information francophone sur l’Europe du Sud-Est. À l’origine conçu comme un outil de solidarité avec les journalistes indépendants de la région, il publie des articles d’actualité, des enquêtes et des analyses sur l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, la Croatie, la Grèce, le Kosovo, la Macédoine du Nord, la Moldavie, le Monténégro, la Roumanie, la Serbie et la Turquie. Le CdB s’appuie sur un dense réseau de traducteurs et de journalistes dans tous les pays de la région et a développé au fil des années des partenariats avec les meilleurs médias d’Europe du Sud-Est, ainsi qu’avec de nombreux universitaires, militants de la société civile, etc.

Philippe Bertinchamps
Quelle est votre ligne éditoriale ?

Média engagé, antinationaliste, Le Courrier des Balkans accorde une attention particulière aux questions sociales et environnementales, aux droits des femmes et des minorités, à la transition économique et énergétique, aux solutions innovantes. Sans oublier les dossiers qui plombent toujours l’avenir des pays de la région, comme le recul de l’État de droit, la corruption ou le crime organisé.

La série « Est, ouest, nord, sud » met en avant des playlists de la rubrique Balkanophonie, une sélection d’articles du dossier « Littérature : écrire dans la langue de l’exil » et en bonus, L’Archive du jour…

Balkanophonie
Née au début de l’été 2009, Balkanophonie veut être la radio francophone en ligne des Balkans. Cette ramification du Courrier des Balkans propose à la fois musique et reportages. La palette musicale fait la place autant au rock psychédélique turc des années 1960-70 qu’au hip-hop balkanique.

Disparition de Vassilis Alexakis
Une nécrologie de l’écrivain grec d’expression française, auteur entre autres de La langue maternelle, décédé en janvier 2021, qui fut un passeur de cultures ne cessant de questionner le mystère des identités.

(Re)découvrez l’œuvre de Vassilis Alexakis à la BULAC et le Verbatim de Vassilis Alexakis publié par la BULAC à l’occasion du Festival Vo-Vf 2014.

« Dans les Balkans, nous sommes les orphelins de quatre empires »
Dans cet entretien, l’écrivain albanais Gazmend Kapllani, auteur du Petit journal de bord des frontières et de Je m’appelle Europe, revient sur les dangers du nationalisme dans les Balkans, le roman moderne et le rôle de la littérature dans l’apprentissage de la vie en commun.

(Re)découvrez l’œuvre de Gazmend Kapllani à la BULAC.

Grandir en Bulgarie pendant l’interminable « transition »
Comment passe-t-on de Iouri Gagarine à Kurt Cobain ? Le mur de Berlin tombe et de nouveaux héros viennent remplacer les anciens. Voilà ce que nous conte avec ironie Elitza Gueorguieva dans son premier roman, Les cosmonautes ne font que passer.

Retrouvez l’interview vidéo d’Elitza Gueorguieva réalisée par la BULAC à l’occasion du Festival Cinéma du réel 2017.

L’Archive du jour
Tous les jours, Le Courrier des Balkans propose dans sa rubrique Focus une de ces archives en accès libre sur des thèmes aussi variés que les frontières mouvantes, les Balkans sauvages, la gastronomie, les châteaux abandonnés, les mémoires des îles ou encore les trésors archéologiques des Balkans…

Quels autres contenus recommanderiez-vous aux lecteurs du Carreau de la BULAC curieux d’explorer Le Courrier des Balkans ?

Hotspots environnementaux
Boues rouges au Monténégro, déchets nucléaires en Slovénie, la Bulgarie « poubelle de l’Europe »… Depuis 30 ans, les grandes installations industrielles des Balkans pourrissent littéralement sur place et menacent de répandre leurs substances toxiques dans l’air, les sols, les cours d’eau. Une série produite avec le soutien de l’IJ4EU.

Mémoire des Juifs des Balkans
Dix reportages (dont une bande dessinée et une vidéo), dix histoires méconnues sur la mémoire « à demi-oubliée » des Juifs des Balkans en Serbie et au Monténégro. Une série produite avec le soutien de l’ambassade de Suisse à Belgrade.

Les 30 ans de l’éclatement de la Yougoslavie
Une grande série d’été, consacré à l’été 1991, il y a 30 ans, l’été du basculement dans la guerre. Dix reportages de la Slovénie à la Croatie, en passant par la Serbie et le Kosovo, sur les déserteurs, les rockeurs pacifistes, la caravane de la paix…

Deux mots sur ce partenariat avec la BULAC ?

L’opération estivale « Est, ouest, nord, sud » organisée par la BULAC permettra d’une part au grand public de découvrir les archives et contenus en ligne du Courrier des Balkans, et d’autre part au Courrier des Balkans de relayer sur ses canaux sociaux les contenus des médias partenaires qui couvrent d’autres aires géolinguistiques.


Jentayu

Questions à… Jérôme Bouchaud, auteur, traducteur et éditeur, fondateur de la revue Jentayu

Pouvez-vous nous présenter Jentayu ?
Jérôme Bouchaud

Les Éditions Jentayu sont dédiées à la traduction et à la promotion des formes littéraires courtes venues d’Asie. Nous éditons aux formats papier et numérique une revue semestrielle baptisée Jentayu, avec 10 numéros thématiques parus à ce jour, mais aussi quatre hors-séries. Un numéro « spécial Covid-19 » a également vu le jour l’an dernier et reste accessible en lecture gratuite sur notre site uniquement. Trois nouveaux ouvrages sont actuellement en préparation et devraient voir le jour courant 2022.

Quelle est votre ligne éditoriale ?

Nos pages sont dédiées aux littératures contemporaines d’Asie, et tout particulièrement aux formes courtes, c’est-à-dire aux nouvelles, aux courts essais, ainsi qu’à la poésie. Les nouvelles connaissent un grand succès dans de nombreux pays d’Asie, et d’excellents auteurs s’y consacrent, mais ces textes ne sont pour ainsi dire jamais traduits en français, ou alors rarement. Par ailleurs, il y a un grand vide en termes de traductions disponibles émanant de certains pays d’Asie, quand bien même des traducteurs s’intéressent à ces littératures et souhaiteraient partager leurs travaux au-delà d’un cercle purement académique. La revue Jentayu offre donc une plate-forme à ces traducteurs et leur permet de promouvoir des textes d’auteurs qui leur tiennent à cœur auprès d’un plus large lectorat et à intervalle régulier.

Pour la série « Est, ouest, nord, sud », vous nous avez proposé un choix de 21 textes parus dans plusieurs numéros de Jentayu

En effet, la sélection proposée est construite sur le thème de « l’ailleurs ». Avec toutes les contraintes en termes de déplacement que nous avons connues ces derniers mois, il nous a semblé opportun d’offrir des textes qui aèrent l’esprit et donnent à voyager aussi bien dans l’espace que dans le temps. Les nouvelles, essais et poèmes retenus proviennent ainsi de 21 pays ou régions différents d’Asie et s’attachent à décrire des paysages, des époques, mais aussi des sensations et des saveurs très spécifiques qui ne manqueront pas de transporter les lecteurs.

Quels autres contenus recommanderiez-vous aux lecteurs du Carreau de la BULAC curieux d’explorer Jentayu ?

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Jentayu, nous les encourageons à télécharger ou à lire en ligne le numéro gratuit « En ces temps incertains », qui rassemble une grande diversité de textes en lien avec les thèmes de l’épidémie, du confinement et de l’espoir. Tous les textes sont en accès gratuit, en tout ce sont 25 auteurs et autant de traducteurs qui ont participé à ce numéro spécial. Et pour les lecteurs qui connaissent déjà Jentayu, nous les encourageons à compléter leur lecture des numéros papier avec le contenu gratuit disponible en ligne : des notes de lecture, des entretiens, et dans le cas des hors-séries, des introductions reproduites dans leur intégralité.

Deux mots sur ce partenariat avec la BULAC ?

Plusieurs exemplaires papier de la revue sont déjà disponibles à la BULAC et nous sommes ravis de pouvoir prolonger cette collaboration avec cette série « Est, ouest, nord, sud ». La revue Jentayu peut intéresser un grand nombre de visiteurs de la BULAC et nous les invitons à nous soutenir en nous lisant et en parlant de la revue autour d’eux. Et merci à la BULAC pour cette fenêtre ouverte sur les littératures contemporaines d’Asie !


Africultures

Questions à… Samba Doucouré, président de l’association Africultures depuis 2018

Pouvez-vous nous présenter Africultures ?
Samba Doucouré

Africultures est un média né en 1997 de la volonté de documenter, d’analyser, de critiquer les expressions culturelles contemporaines d’Afrique et de ses diasporas. Africultures, depuis ses débuts, est convaincu qu’une information de qualité passe par l’approfondissement, le recul historique, et par la diversité de regards, de plumes, de compétences. Ainsi dès la naissance d’Africultures, des journalistes, des artistes, des universitaires construisent l’information sur nos médias.

Quelle est votre ligne éditoriale ?

Documenter par des articles d’analyse, des portraits, des interviews et des créations, la diversité des cultures africaines. Nous privilégions les contenus de qualité, produits par des spécialistes sans s’accrocher forcément à l’actualité. Africultures prône l’ouverture, le décentrement et le dialogue interculturel.

Pouvez-vous nous commenter votre sélection pour la série « Est, ouest, nord, sud » ?

Africultures en live
Dans le cadre de la Saison Africa 2020, nous avons organisé un évènement spécial au sein de la Cité internationale des arts. Il s’agit d’une conférence entrecoupée de gestes artistiques réunissant des contributeurs du hors-série de la revue Africultures, Décentrer Déconstruire Décoloniser publié en 2019. Le poète Marc-Alexandre Oho Bambe a fait la mise en scène tandis que Célia Sadaï et Samba Doucouré ont animé la conférence. Maonghe M. est à la réalisation.

Interview de Paul Wamo Taneisi
Paul Wamo Taneisi est un éminent poète kanak. Il n’est pas africain mais sa poésie et son discours font écho aux expressions des auteurs d’Afrique et de ses diasporas. Anne Bocandé s’est entretenu avec lui et a notamment discuté de la négritude des kanaks. Cet entretien est représentatif de la diversité et de l’ouverture que permet un espace comme Africultures.

Le regard occidental sur les images

Olivier Barlet est critique de cinéma et un des fondateurs d’Africultures. Nous avons choisi ce texte qui date de 1997 qui analyse le regard occidental qui est malheureusement posé par ses confrères sur « le cinéma africain ». Le propos est encore aujourd’hui très actuel.

Correspondance entre Alain Mabanckou et Jean-Luc Raharimanana

Fenêtre sur l’Amérique – 4, par Alain Mabanckou. L’Amérique noire à N’Djaména

Jean-Luc Raharimanana réagit à la « Correspondance » d’Alain Mabanckou, « L’Amérique noire à N’Djaména », parue dans le n°57 d’Africultures.

Réponse d’Alain Mabanckou à Jean-Luc Raharimanana à propos du congrès de N’Djamena

En 2003, l’écrivain congolais Alain Mabanckou a critiqué un colloque d’écrivains d’Afrique et de ses diasporas qui se tenait à N’Djaména au Tchad. Jean-Luc Raharimanana, écrivain malgache s’est fendu d’une lettre ouverte pour lui répondre. Les débats publics entre auteurs de renom sont suffisamment rares pour être soulignés et celui-ci fut un des événements marquants de l’histoire d’Africultures.

Quels autres contenus recommanderiez-vous aux lecteurs du Carreau de la BULAC curieux d’explorer Africultures ?

Nous avons lancé cet hiver la plateforme Africultures TV, un agrégateur de vidéos et podcasts soutenus par Africultures. Vous pourrez y découvrir la web série Afropolitaine ou le podcast My African Clichés. Pour ceux qui dispensent des cours de français, nous recommandons notre plateforme Français facile avec des contenus adaptés aux FLE.

Deux mots sur ce partenariat avec la BULAC ?

L’équipe d’Africultures est ravie de pouvoir échanger avec la BULAC. Nous sommes ouverts à d’autres collaborations. Africultures est un média participatif et nous serions enchantés de recevoir des textes, vidéos ou sons à partager sur nos réseaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search