Ottomanes et Ottomans au tournant du siècle

L’exposition présentée au rez-de-jardin de la BULAC du 28 juin au 13 août 2021 explorait la société ottomane tardive. Elle se composait notamment d’un ensemble d’ouvrages provenant d’un don de la bibliothèque personnelle du professeur Jean Deny (1879-1963). Elle marque la progression du signalement des collections en turc ottoman dans le catalogue en ligne de la BULAC.


Survol des collections en turc ottoman de la BULAC

Les imprimés ottomans de la BULAC proviennent de deux fonds. La majorité est issue de la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales (BIULO), elle-même héritière des collections de l’École des Jeunes de langues et de l’École des langues orientales. Cet ensemble compte plus de 2 350 titres. Aussi, plus de 800 titres en turc ottoman proviennent de la bibliothèque personnelle de Jean Deny (1879-1963). Professeur élu à la chaire de turc après le décès de son maître Barbier de Meynard en 1908, auteur de la célèbre Grammaire de la langue turque (dialecte osmanli) mais aussi administrateur de l’École des langues orientales de 1938 à 1949, Jean Deny fut, selon les mots prononcés par Gilles Veinstein lors de sa leçon inaugurale au Collège de France, « le plus éminent » des turcologues français.

Les livres en turc ottoman conservés à la BULAC couvrent une longue période, allant du début du XVIIIe au début du XXe siècle. En effet, la bibliothèque dispose d’exemplaires issus de la première imprimerie établie par un musulman, İbrahim Müteferrika, en 1729, et des derniers imprimés publiés avant le passage définitif à l’alphabet latin en 1929.

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 4 3268.

La grande majorité des ouvrages issus des collections turques-ottomanes sont imprimés à Istanbul, au cœur de l’empire.

Certains sont imprimés dans les provinces, dans les vilayet de Salonique (Selanik), Crète (Girit ou Hanya), Smyrne (Aydın ou İzmir), Brousse (Hüdavendigar ou Bursa), Ankara, Konya, Beyrouth (Beyrut), Alep (Halep) et Trébizonde (Trabzon). Ce sont surtout des salname qui y sont imprimés, c’est-à-dire des annuaires.

D’autres ouvrages sont fabriqués en Europe comme, par exemple, une traduction de la Bible en turc ottoman imprimée à Londres, mais surtout en Égypte, où Mehmed Ali Paşa a fondé en 1822 l’imprimerie Būlāḳ.

Dans les collections turques ottomanes de la BULAC, une multitude d’imprimeries se côtoient. Certaines relèvent de l’État, d’autres sont privées. Certaines appartiennent à des musulmans, d’autres à des Rum (comme, par exemple, Yovānākī Panāyōṭīdīs Maṭbaʿası) ou à des Arméniens (telles les imprimeries de Ḳarabet, Ārtīn Āṣādūryān, Nişān Berberyān, Ā. Ḳ. Tōzliyān, İstepān et Ḳ. Baġdādlıyān). Sans doute, l’une des imprimeries qui se distingue des autres par son originalité est celle de Ebüzziya Tevfik (1849-1913), qui introduit l’impression multicolore, favorise l’utilisation d’un style calligraphique géométrique (kufi) et lance une collection de livres de poche à des prix raisonnables. 

Les sujets représentés et la nature des documents sont divers et variés. La BULAC conserve aussi bien des documents officiels tel le Kitāb-ı ʿahdnāme-yi hümāyūn saʿādetmaḳrūn sur les capitulations, que des récits de voyage (seyahatname), des textes religieux, des recueils de lettres administratives, des codes et recueils de lois tel le Ḳānūnnāme-yi ticāret sur le droit commercial, des catalogues de librairies ottomanes comme celui de la librairie İkbal, des catalogues de musées, des journaux et revues, des manuels scolaires, des dictionnaires tel le Mufaṣṣal ḳāmūs-ı felsefe sur la terminologie philosophique, des traités scientifiques et des œuvres littéraires. Il est donc possible, sur le catalogue en ligne de la BULAC, de croiser aussi bien des livres sur l’histoire de la musique (Mūsīḳī tārīḫi) ou sur la numismatique comme le Meskūkāt-ı ʿOs̱māniye de Halil Edhem Eldem (1861-1938) que des traités sur l’électricité (Bedāyiʿ-i keşfiyāt ve iḫtirāʿāt-ı beşeriyeden elektrīḳiyet-i sākine) ou sur l’anatomie et la physiologie humaines tel le Ḫamse-yi Şānī-zāde.

Estampille de l’École des jeunes de langues

Les ouvrages en turc ottoman ont gardé les traces du passé ; on y trouve des marques de possession, d’échange, de lecture et d’usage. Certains, par exemple, portent l’estampille de l’École des Jeunes de langues.

Les livres contiennent également des ex-libris (surtout ceux de Louis Lagarde et Jean Deny) et des notes prises à la main comme des inscriptions à l’encre rose de Joseph Marie Jouannin (1783-1844), responsable de la biblitohèque de l’École des Jeunes de langues..

Enfin, les ouvrages issus de la bibliothèque personnelle de Jean Deny contiennent des dédicaces qui nous permettent d’entrevoir les réseaux que le professeur a construits au cours de sa carrière et les amitiés qu’il a nouées au-delà de la France. L’ouvrage intitulé Türk edebiyātında ilk mutaṣavvıflar par exemple, contient une dédicace de Mehmet Fuat Köprülü (1890-1966) – historien, linguiste, doyen de la faculté des lettres d’Istanbul et homme politique turc. Il fut député, co-fondateur du Parti démocrate en 1946 mais aussi ministre des Affaires étrangères de 1950 à 1955. Sur la première page, il écrit ces mots : 

 ʿAzīz meslekdaşım Prōfesör Jān Denīye ḫāṭıra-i meveddet Köprilizāde Meḥmed Fuʾād

Un souvenir d’amitié à mon vénérable collègue le professeur Jean Deny, Köprülüzade Mehmed Fuad

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 8 9836.

Un autre exemple est le Geçmiş günler de Ruşen Eşref Ünaydın (1892-1959). Écrivain et journaliste proche d’Atatürk, il a été député au parlement turc et membre de la Türk Dili Tetkik Cemiyeti (Société pour l’étude de la langue turque). Il inscrit sa dédicace le 25 mai 1919 à Şişli, dans un quartier de la rive européenne d’Istanbul :

Türkceyi ve Türk edebiyātını büyük bir muvaffaḳiyetle tedḳīḳ étmiş olan güzīde müsteşriḳ  mösyö Jān Dönīye ḥürmetlerimle birlikde Rūşen Eşref 

Mes hommages à Jean Deny, orientaliste distingué qui a travaillé avec grand succès sur la langue et la littérature turques, Ruşen Eşref


L’exposition

La condition féminine

Les femmes dans la société

Une lettre confidentielle à nos dames

Dans cette longue lettre de 32 pages adressée aux femmes, le journaliste féministe Mehmed Tahir loue leur courage pendant les guerres balkaniques (1912-1913), les remercie pour leur patriotisme et regrette leur absence de la scène politique.

Dames du Meşrutiyet

Pour l’auteur, la survie et le progrès de l’Empire ottoman dépendent des femmes, plus que des hommes : « Vaṭan-ı ʿOsmānī erkeklerden ziyāde ḳadınlarıñ sāyesinde teʾmīn-i beḳā ve teraḳḳī édecekdir […]. ». Il critique ainsi leur vanité mondaine et les invite à s’engager activement dans la vie politique et sociale et à contribuer à l’effort de guerre. 

L’affaire de la burqa

Prenant le contre-pied des auteurs qui attribuent la responsabilité du recul dans les Balkans aux femmes dévoilées qui auraient provoqué la colère de Dieu, cette brochure fait l’éloge des sacrifices consentis par les femmes pendant les guerres balkaniques (1912-1913).

Les femmes

Tout en restant enfermé dans un système de pensée patriarcal et en affirmant que les hommes sont les protecteurs des femmes, Şemseddin Sami (1850-1904) insiste sur l’égalité des deux sexes au niveau intellectuel : l’homme et la femme sont dotés de la même intelligence (ʿaḳıl), de la même institution (ferāset) et de la même finesse d’esprit (zekāvet). Prenant l’exemple de Georges Sand, il défend l’idée que les femmes peuvent et doivent s’adonner au travail intellectuel plutôt que de rester confinées à l’espace domestique.

La corruption des femmes turques ou karılaşmak

Salahaddin Asım s’attaque à la corruption morale et l’oppression des femmes turques, dont il rend la religion entièrement responsable. Il revendique pour elles un rôle social, affranchi de la tutelle masculine et de l’obligation du voile.

Nos femmes

Celal Nuri [İleri] (1882-1936) défend la place des femmes dans la société. Il voit la cause de leur marginalisation dans une interprétation erronée de l’islam. Dans le chapitre intitulé « Türk ḳadınınıñ vażʿiyet-i ḥāżırası » [La situation actuelle de la femme turque], il critique l’importance accordée par les femmes à leur apparence aux dépens de leur valeur intellectuelle : « Cins-i nisā kendisiniñ eñ birinci rōlı erkegiñ vāsıṭa-i tehvīn-i müştehiyātı oldıġına zāhibdir. Bu iʿtibār ile mesāʿī-i ʿumūmiyede kendisine büyük bir vaẓīfe tertib étmedigine ḳāniʿdir. Anıñ içün süse pek ziyāde ehemmiyet vériyor. Ḳadın eñ ziyāde vücūdı içün yaşıyor. Rūḥ ve cesedden mürekkeb olan ḳadında cesed rūḥuñ fevḳindedir. Āmān yārabbī! Başkasınıñ fīzyōlōjī iḥtiyācı içün kendi ʿömrini, ḥayātını, rūḥını, vücūdını ḥaṣr ve vaḳf şaḫṣiyet-i insāniyeyi ne ḳadar düşürmekdir! ».

Collections de la BULAC, cote BIULO BA.IV.41
La femme d’hier, d’aujourd’hui et de demain

Dans la dernière partie de l’ouvrage Dünki, bu günki, yarınki ḳadın, Halil Hamid imagine la place des femmes dans la société future. Avant tout, elles ne doivent plus consacrer leur temps à s’occuper des enfants. Il faut les confier à des institutrices. Le devoir le plus important des mères consisterait à élever des enfants qui, une fois atteint l’âge adulte, respectent et valorisent les femmes : « Bizim aradıġımız ḳadınıñ cemʿiyet-i beşeriye arasındaki mevḳiʿ-i mühimini ṭanır, ḳadına hürmet éden çocuḳlarıñ yetişmesidir. ». L’auteur insiste également sur l’importance du mouvement associatif. Selon lui, si les femmes désirent obtenir les droits qui ont leur été volés, c’est en présentant un front uni et en combattant ensemble qu’elles y parviendront : « Ḳadınları ileriletecek, ḳadınlara çalınmış ḥaḳlarını vérdirecek eñ büyük ḳuvvet (cemʿiyetler)dir. Ḳuvvet, ittiḥāddan doġar. ».


Auteures ottomanes

Le reflet et l’écho

Nigar bint Osman ou Nigar Hanım fut la meilleure poétesse de son temps, selon l’historien de la littérature et figure politique turque Mehmet Fuat Köprülü (1890-1966). Elle était la première à exprimer ses sentiments intimes et personnels dans ses écrits. En plus des recueils de poésies tel ʿAks-ı ṣadā, elle publiait également dans la revue Servet-i Fünūn [Le Trésor des sciences] et participait ainsi au mouvement de la « littérature nouvelle » (edebiyāt-ı cedīde).

La maîtresse de maison

Ce livre de cuisine de plus de 887 recettes est destiné aux élites musulmanes. Les dernières pages du livre sont consacrées aux règles de dressage et aux arts de la table dans le respect le plus parfait des bonnes manières de la haute société.


Revues pour femmes

Le Bouquet

Demet, revue dédiée aux femmes, apparaît après la révolution des Jeunes-Turcs et la restauration de la constitution ottomane en 1908, dans un contexte de relâchement de la censure. Le titre disparaît après la parution du septième numéro. On y trouve des textes d’hommes qui s’expriment sur la condition féminine et des articles d’écrivaines turques, comme Nigar bint Osman et Halide Edib [Adıvar] (1884-1964), ou arméniennes, comme Zapel‎ Sipil Asatowr‎ (1863-1934) et Zapel Esayean‎ (1878-1943).


Les femmes dans la littérature

Une dame à l’occidentale

Ce roman dénonce la corruption de la moralité des femmes par le mode de vie alafranga. Il est destiné aux hommes, présentés soit comme des chefs de famille (ʿāʾile babaları) soit comme des futurs maris (teʾehhül ārzūsunda bulunan ʿaḳlı başında genclerimiz). Ils sont mis en garde contre l’européanisation des femmes ottomanes, qui auraient intégré, sans les réinterpréter, les mœurs et coutumes des femmes françaises : « […] Frānsız ḳadınlarınıñ āḫlāḳ ve ʿādātı bizimkiler ṭarafından düstūr-ı lāyeteġayyer ittiḫāẕla bundan mütevellid isrāf ve mōda ve süs ve ziynet gibi bir ṭaḳım meṣārif-i fevḳalʿāde ʿāʾile reʾīslerini boġazlarına ḳadar borca batırma sūretiyle nice ḫāneleriñ sönmesini ve s̱ervet-i ʿumūmiyemizi iḫlāl étmişdir. ».

La vie d’une femme

Le roman Bir ḳadınıñ ḥayātı narre l’histoire d’une femme originaire de Trébizonde, rejetée par sa famille après avoir été séduite par un homme qui refuse de l’épouser.

Collections de la BULAC, cote BIULO HD.XI.68.
Prétendues filles

Le roman met en scène la vie de Merbure, une femme qui quitte son village pour chercher son père à Istanbul, alors sous occupation alliée. Elle y découvre la vie alafranga – à l’occidentale -, en rupture avec la société traditionnelle. Peyami Safa décrit une société mondaine, dégénérée et sans souci du lendemain alors que le pays sombre dans la guerre. Pure et chaste, Merbure est opposée à des anti-héroïnes. Hatice, par exemple, tombe enceinte d’un homme libertin atteint de la syphilis, alors qu’ils ne sont pas encore mariés. Abandonnée, elle met fin à sa vie.


Contacts des langues et systèmes d’écriture

Recueil de lettres

Bien que le turc ait été la langue de la classe dirigeante, l’Empire ottoman fut un ensemble polyglotte où se côtoyaient plus d’une vingtaine de langues comme l’arabe, le kurde, le grec, l’arménien et le judéo-espagnol. À cela il faut ajouter les différents systèmes d’écriture et même les combinaisons possibles entre ces différents alphabets et langues de l’empire. Cet ouvrage est rédigé à la fois en turc ottoman – soit en langue turque avec des caractères arabo-persans – et en arménoturc, c’est-à-dire en langue turque utilisant l’alphabet arménien.

Histoire de l’achik Kerem

L’ouvrage relate l’histoire d’amour tragique de Kerem et Aslı. Il est rédigé en turc karamanli, c’est-à-dire en langue turque imprimée avec des caractères grecs. Les livres en karamanlidika s’adressent principalement aux lecteurs turcophones orthodoxes d’Anatolie. L’historienne Evangelia Balta recense 628 titres en turc karamanli imprimés entre 1718 et 1935.

Rapport sur l’alphabet

En 1928, une commission linguistique du ministère de l’Instruction publique (Dil Heyʾeti) est chargée de mettre au point un alphabet phonétique turc avec des caractères latins. Cet exemplaire du rapport final est dédicacé par İbrahim Grandi [Grantay], un des membres de la commission. L’Assemblée nationale vote à l’unanimité la loi sur l’alphabet le 1er novembre 1928. L’emploi des nouveaux caractères est rendu obligatoire à compter du 1er janvier 1929. Cette « révolution de l’alphabet », Harf İnkılabı, qui sera accompagnée d’une purge lexicale, fait disparaître la langue écrite des Ottomans.

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 4 3245.
Notre nouvel alphabet en une leçon

Hakkı Tarık [Us] (1889-1956) fut un écrivain et journaliste turc qui rassembla une vaste collection de périodiques, aujourd’hui conservée à Beyazıt Devlet Kütüphanesi à Istanbul. Cette petite brochure à caractère pédagogique a été publiée après la tournée de Mustafa Kemal à travers l’Anatolie, destinée à présenter l’alphabet réformé.

Jeunes plumes

La revue Genc ḳalemler publiée à Salonique prône l’élaboration d’une nouvelle langue turque proche de la langue populaire, plus simple et plus épurée ; la Yeni Lisan. De jeunes écrivains nationalistes comme Ömer Seyfeddin (1884-1920) et Ziya Gökalp (1876-1924) y contribuent. Les rédacteurs critiquent ici la langue des Ottomans, réservée à une petite élite, corrompue par un grand nombre de mots empruntés à l’arabe et au persan et aussi archaïque qu’une langue morte comme le latin ou l’hébreu : « Eski lisān nedir ? Āṣlā ḳonuşulmayan, lātīnce ve ʿibrānīce gibi yalñız kendisiyle meşġūl olanlarıñ zevḳ ve idrākına taʿalluḳ éden bir şey! ».


Humour et satire politique

Les paroles du hérisson

Refik Halid [Karay] (1888-1965) surnommé « kirpi », le hérisson, par Yakup Kadri Karaosmanoğlu en raison de sa plume acérée, réunit dans cet ouvrage différentes histoires satiriques. La courte histoire intitulée « Her fenālıġa sebeb: yolsuzluḳ » établit que tous les maux dont souffrent les Ottomans ont la même source, yolsuzluḳ. Ce mot polysémique peut se comprendre de deux façons : l’absence de route ou la corruption. Le jeu de mot est omniprésent dans le texte. Si, contrairement aux Européens et même aux Indiens et aux Javanais qui peuvent marcher dans des rues propres, dégagées et bien éclairées, un Ottoman ne peut se déplacer tranquillement sans s’embourber, se cogner à un autre passant ou ruiner ses souliers, c’est à cause de yolsuzluḳ. Mais, s’il se trouve dans la misère et ne peut se permettre d’acheter du pain, c’est aussi à cause de yolsuzluḳ !

Collections de la BULAC, cote BIULO AD.VIII.23.
Les farces de Karagheuz

Ḳaragözüñ fıḳraları se veut une anthologie des blagues de Karagöz, littéralement « œil noir » en turc, figure incontournable du théâtre d’ombres ottoman et source de divertissement traditionnel. Burhan Cahid [Morkaya] (1892-1949), dans son introduction, dit voir dans Karagöz un philosophe qui a toujours su examiner la société avec humour et légèreté.

Djém

Djém ou Cem est, selon son sous-titre français, une revue « politique, humoristique et satirique illustrée ». Cemil Cem, fondateur de la revue, y publie plus de 250 caricatures. Né en 1882 à Istanbul, il fait ses études au lycée Galatasaray, puis à la Faculté de droit de l’Université d’Istanbul, avant d’occuper divers postes diplomatiques en Europe. Il commence à publier Cem en novembre 1910, avec des textes écrits à la fois en turc ottoman et en français.

Grand-père lune

La revue bihebdomadaire Aydede est publiée de façon éphémère entre janvier et novembre 1922, mais propose 90 numéros et plus de 623 caricatures. Son rédacteur en chef, Refik Halid [Karay], est contraint de quitter le pays le 9 novembre 1922 pour s’exiler à Beyrouth puis à Alep. La caricature présentée ici est signée par Rāmiz et figure dans le dernier numéro. L’expression fenār ālāyı signifie dans le premier cadre de la caricature « procession aux flambeaux », le mot fenār signifiant littéralement « lanterne ». Il s’agit d’un moment de fête. Dans le second cadre, cependant, le ton est grave. L’expression fenār ālāyı renvoie à la marche des Rum, les Grecs orthodoxes de l’Empire ottoman, qui sont contraints de quitter leurs maisons. Le mot fenār fait alors allusion au quartier historique de Fener (Phanar), habité par les Phanariotes, des familles aristocratiques de confession chrétienne orthodoxe qui réclament une ascendance byzantine, et, plus tard, par des Rum plus modestes.


Guerres et bouleversements politiques

Feu et batterie

Baṭāryā ile āteş, publié en pleine Première Guerre mondiale par le poète et journaliste Süleyman Nazif, est un texte chargé d’émotions exaltant ceux qui se sont sacrifiés pour la patrie. L’auteur fait le récit poignant des batailles depuis la guerre russo-turque de 1877-1878 jusqu’à la guerre des Dardenelles de 1915 en passant par les guerres balkaniques et la guerre italo-turque. Süleyman Nazif n’hésite pas à critiquer les intellectuels, qu’il juge trop silencieux. Sur la couverture figure un avertissement au lecteur, le mettant en garde contre l’oubli de ceux qui ont trahi la patrie : « ʿIrḳıña, vaṭanıña, tārīḫiñe iḥānet étmiş olan efrād ve āḳvāmıñ hīç birini unutma Türk oġlı! Unutma… Ve ʿafv étme! ».

Peuple misérable

Dans Zavallı millet. Felāketlerimiziñ esbābı, İbrahim Hilmi cherche les raisons de la « catastrophe » ottomane dans les fautes commises par le gouvernement. Dans cette partie intitulée « Yolsuzluḳ » [Corruption], il s’étonne que le ministère des Travaux publics soit incapable de construire des infrastructures de transport tout en disposant de moyens comparables aux autres pays européens : « Nāfıʿa neẓāreti şübhesiz Āvrūpā neẓāretleri ḳadar taḥṣīṣāt alıyor. Faḳaṭ zavāllı memleketiñ, yolı şōsesi, şimendüferi bir şeyʾi yoḳ! Āvrūpānıñ eñ küçük ḥükūmetlerinde bile böyle esās ve sevḳ ül-ceyş ḫaṭları ḥükūmetiñ mālı oldıġı ḥālde, küçük bir Bulġāristān iʿlān-ı istiḳlālini müteʿāḳib Şarḳ timur yolı ḳōmpāniyāsından hemān ḫaṭṭı iştirā étdigi ḥālde biz Edirne ḥavżası içinde eñ mühim bir ḫaṭṭı düşünemedik. Mākinisti, şefdütreni, kāffe-i idāresi ecānibden Rūm ve Būlġār āhālīsinden ʿibāret bir ḫaṭ üzerinde intiẓām sevḳiyātı mümkün farż étdik! Biz Türkler ne ḳadar ṣāf ve āḥmaḳ insānlarız! ».

Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 16 1608.
Nos crises

Buḥrānlarımız réunit les essais écrits entre les années 1910 et 1919 par Said Halim Paşa, petit-fils de Mehmed Ali Paşa, gouverneur d’Égypte. Comment sauver une patrie ottomane en plein déclin ? Il affirme au début de son deuxième essai qu’il ne suffit pas de renverser un régime tyrannique comme celui d’Abdülhamid, mais de prévenir son retour : « Bir müstebidī zōrbāzu öyle ḫalʿ étmekle bir millet iḥrāz-ı ḥürriyet étmiş olmaz. ». Pour cela, il ne suffit pas de mettre en place des constitutions empruntées à l’Europe, il faut créer un modèle politique original qui répond aux besoins locaux : « Meselā ḫaḳan-ı maḫlūʿñ ilḳā eyledigi ḫavf ve endīşe ül-ḥabbās ile ḳānūn-ı esāsīmizi taʿdīle mecbūriyet ḥiss eyledigimiz zamān, tārīḫ-i Ġarbden ve bitaḫṣīṣ Frānsız tārīḫinden istintāc eyledigimiz naẓariyāt ve ḳavāʿidi derece-i kifāyede taʿdīl étmeksizin ḳabūl étmek, kendi muḥīṭimizle bir günā taʿalluḳ-ı ḥaḳīḳīsi ve limmiyān bir ṭaḳım efkār ve müdrikātını iyi kötü temellük étmek ve Āvrūpā ḳavānīn-i esāsiyesinden bilāḳayd istedigimizi istinsāḫ étmek kāfī oldıġı ẓann ve iʿtiḳādında bulunduḳ. ».

Ce que je sais

L’ouvrage de Mehmed Salahaddin imprimé en 1918 en Égypte est une critique virulente du parti politique au pouvoir, le Comité Union et Progrès – İttiḥād ve teraḳḳī cemʿiyeti – fondé par les Jeunes-Turcs. L’auteur les accuse de précipiter la chute de l’empire et invite la société à se mobiliser pour dénoncer leur action : « Ṣırf menfaʿat-ı zātiye ve şaḫṣiye yüzünden bu ḥāle gelen devlet ve memleketimizi bundan ṣoñra olsun bu menfaʿatperestān serserīlerden ḳurtarmaḳ içün bu bābda cüzʾī ve küllī maʿlūmātı olan her ʿOsmānlı neşriyāt-ı lāzimede bulunaraḳ bilmeyenleri īḳāẓ étmege ḥasb ül-ḥamiye mecbūrdur. ».

Revue de la guerre

Ces photographies sont publiées dans la revue Ḥarb Mecmūʿası, éditée par le ministère de la Guerre entre 1915 et 1918. Elles montrent la bataille des Dardanelles, qui fut l’une des rares grandes victoires ottomanes de la Grande Guerre.


Éducation

Livret d’étudiant

Ce livret est destiné aux étudiants de la Dārülfünūn, l’Université d’Istanbul. Illustré d’images du corps professoral, des bibliothèques et des laboratoires, il présente les programmes d’enseignement des facultés de médecine (ṭıbb), de droit (ḥuḳūḳ), des lettres (edebiyāt) et des sciences (fünūn).

Lycée impérial ottoman

Ces deux brochures présentent la Mekteb-i sulṭānī, le Lycée impérial ottoman. Ce dernier joue un rôle important dans la formation des élites ottomanes. Ancêtre de l’actuel lycée Galatasaray, l’école ouvre ses portes le 1er septembre 1868. Elle s’installe au cœur du quartier de Beyoğlu, dans un bâtiment qui avait autrefois abrité l’école de médecine, la Mekteb-i Ṭıbbiye-i Şāhāne, ouverte en 1827 sous le règne de Mahmud II. Dans ce lycée que le poète Tevfik Fikret décrit comme « la première fenêtre de l’Orient qui s’ouvre sur l’horizon de l’Occident », l’enseignement se fait essentiellement en français.

Grammaire et syntaxe turques
Manuel pour les débutants.
Collections de la BULAC, cote BULAC RES MON 16 1598.
Physique
Manuel de lycée. Collections de la BULAC, cote BIULO AI.VI.43.

Revue de la Faculté des lettres de l’Université d’Istanbul

L’article présenté s’intitule « Felsefe bir ʿilmmidir ? » [La philosophie est-elle une science ?]. Il remet en cause le statut de la philosophie comme discipline scientifique.

Collections de la BULAC, cote BIULO PER.6111.
Citer ce billet : Meriç Tanik, "Ottomanes et Ottomans au tournant du siècle," dans Le Carreau de la BULAC, 16 août 2021, https://bulac.hypotheses.org/34191. Consulté le 22 septembre 2021

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search