La chute du pouvoir safavide selon un manuscrit anonyme de la France postrévolutionnaire

Nicolas Preud’homme est agrégé et docteur en histoire ancienne. Il présente ici un manuscrit français inédit sur la chute de la monarchie safavide d’Iran, rédigé au début du XIXe siècle, qu’il a offert en don à la BULAC en décembre 2020.


Le MS.PERS.189 est un récit anonyme consacré à l’histoire de la Perse sous le règne de Shah Hossein (1694-1726) jusqu’à la prise d’Ispahan en 1722.

La structure du manuscrit présente de nombreuses similitudes avec les récits fournis par La Mamie de Clairac en 1750 et la traduction française du livre de John Malcolm publiée en 1821, bien qu’elle s’en écarte sur plusieurs points. La source la plus proche qui me semble avoir inspiré l’auteur anonyme est constituée des parties IV à VII du livre de Jonas Hanway, An Historical Account of the British Trade Over the Caspian Sea, publié à Londres en 1753. L’auteur anonyme a abrégé plusieurs chapitres de cet ouvrage en traduisant de grands extraits, avec de nombreuses ressemblances dans le style et les détails historiques.

Cependant, il existe encore quelques différences par rapport à la documentation préexistante, qui reflètent un certain effort de composition originale. La présence de grandes lignes traversant le bas de la page 42 ainsi que la fin de la table des matières suggère qu’il ne s’agit pas de notes isolées, mais plutôt d’un projet d’opuscule pleinement formé, dans la mesure où l’auteur a même prévu un index complet des noms de personnes.

Le sujet de ce manuscrit n’est pas compliqué à discerner, car il contient un récit à peu près continu traitant du règne de Shah Hossein (1694-1722) et de la chute de la dynastie safavide après le siège d’Ispahan par les Afghans révoltés ayant saisi le trône de Perse en 1722. Son cadre chronologique et le contenu des informations données reflètent une assez bonne connaissance des événements, malgré son écriture concise.

Voici une transcription de l’incipit de ce manuscrit (pages 1 et 2), où l’orthographe et la ponctuation ont été modernisées.

La Perse était depuis longtemps gouvernée par des princes habiles, et la maison d’Ismaël Shah paraissait mieux affermie que jamais sur le trône, quand Hussein fils de Soliman Shah parvint à l’empire. Ce prince était d’un caractère doux mais faible, et se laissait gouverner par ses eunuques. Il ne pensait qu’à son harem, à ses bâtiments, et laissait toute l’administration de l’État à ses ministres. En Perse, chaque gouverneur a dans sa province une autorité presque illimitée. Ses habitants, s’ils éprouvent des vexations, cherchent à faire parvenir leurs plaintes jusqu’au roi. Un prince sévère punit quelques-uns de ces tyrans, et les autres dans la crainte d’un pareil sort se conduisent avec plus de justice. Mais un prince faible pardonne tout, et l’impunité rend le crime plus hardi. La cruauté des rois ne pèse que sur ceux qui les approchent, aussi les peuples avaient-ils été plus heureux sous les règnes de Soliman et d’Abbas que sous celui de Hussein. Les troupes n’étaient plus payées ni entretenues, chaque gouverneur était de même presque indépendant, et foulait ses sujets pour acheter des ministres la conservation de sa place. Malgré les vices du gouvernement et le mécontentement général qui en était la suite, Shah Hussein serait mort sur le trône, si un homme d’un génie supérieur n’avait soulevé contre lui une nation puissante et belliqueuse.

Même si ce manuscrit anonyme ne contient aucune révélation sensationnelle, puisque tous les détails du récit sont connus ailleurs, il n’en suscite pas moins un certain intérêt quant à l’écriture de l’histoire iranienne en France au début du XIXe siècle. En effet, ce document est à verser dans le dossier des écrits relevant d’une perception occidentale du déclin safavide, marquée par l’imagerie orientaliste dans l’historiographie européenne de cette période. Cette courte histoire de la Perse peut en effet se lire presque comme un essai sur la fragilité du pouvoir, envisagée du point de vue d’un observateur français dont le pays était engagé dans un siècle d’instabilité révolutionnaire.


Citer ce billet : Nicolas Preud’homme, "La chute du pouvoir safavide selon un manuscrit anonyme de la France postrévolutionnaire," dans Le Carreau de la BULAC, 2 novembre 2021, https://bulac.hypotheses.org/34540. Consulté le 8 décembre 2021

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search