Open Access Week #1. Le Deuxième Plan national pour la Science Ouverte

Du 25 au 31 octobre 2021, l’Open Access Week revient pour sa quatorzième édition ! Cet événement international est chaque année l’occasion d’échanger autour de problématiques liées à la publication scientifique en accès ouvert. Des conférences, des tables rondes ou encore des formations sont organisées par plusieurs établissements, afin de faire découvrir ou d’impliquer davantage d’acteurs dans la thématique du libre accès. Le site de l’OA Week répertorie par ailleurs tous les événements à venir. Dans ce cadre, la BULAC publie de manière successive cinq articles pour vous livrer un décryptage actualisé des grands principes fondateurs du mouvement en faveur de l’Open Access et du paysage du libre accès dans le domaine des études aréales.


La BULAC décrypte le Deuxième Plan national pour la Science Ouverte, récemment annoncé par le gouvernement. Qu’en est-il du premier plan ? Quels sont les grands axes du second ? Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Revenons sur les points saillants de ces annonces et sur ce qui va changer pour l’Enseignement supérieur et la Recherche.


Rappel : qu’est-ce que la Science Ouverte ?

La science ouverte est définie dans le Plan national pour la science ouverte comme la « diffusion sans entrave des résultats, des méthodes et des produits de la recherche scientifique », à savoir les publications, les données, les codes sources et les méthodes de la recherche.


Que disait le Premier Plan national pour la Science Ouverte ?

Le Premier Plan national pour la Science Ouverte a été annoncé en 2018 par Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Le but poursuivi était de doter le pays et les acteurs de la recherche d’une « politique cohérente et dynamique dans le domaine de la science ouverte ». Cela passait concrètement par la création d’un Fonds national pour la science ouverte qui a soutenu des initiatives nationales, mais également internationales, pour structurer la mise en ligne de la production scientifique. Un véritable réseau s’est mis en place, permettant une collaboration entre les établissements. Les résultats sont quantifiables : 

  • Le nombre de publication scientifiques françaises en accès ouvert est en nette augmentation (41 % à 56 %) ;
  • Une vingtaine d’universités ou d’organismes de recherche se sont dotés d’une politique en matière de science ouverte ;
  • Certaines agences de financement, comme l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR), ont également rendu obligatoire la publication en libre accès des données issues de projets financés ;
  • La science ouverte est désormais inscrite dans les missions des chercheurs et des enseignants-chercheurs de l’ESR dans la loi de programmation de la recherche (2020).

Qu’apporte le Deuxième Plan national pour la Science Ouverte ?

Le Deuxième Plan national pour la science ouverte se déploie entre 2021 et 2024, et a pour principal objectif de « généraliser la science ouverte en France », afin de poursuivre les premiers pas faits en ce sens. Quatre grands axes ont été dégagés : 

Premier axe : Généraliser l’accès ouvert aux publications

Ce que cela signifie concrètement : 

  • Les publications en accès ouvert seront rendues obligatoires pour l’ensemble des projets de recherche financés par les fonds publics (jusqu’à présent, cela était obligatoire pour certains financements comme ceux de l’Agence Nationale de la Recherche) ;
  • Elles concerneront également les livres (jusqu’à présent, seuls les articles étaient concernés) ;
  • Elles seront immédiatement accessibles en accès ouvert (jusqu’à présent, il y avait un délai de six mois pour les sciences dures et un an pour les sciences humaines quand les articles étaient publiés dans des revues sous abonnement) ;
  • Les revues dites « diamant » (c’est-à-dire des revues qui sont financièrement prises en charge par l’État, une université ou encore un consortium) seront renforcées et modernisées ;
  • La plateforme HAL sera améliorée pour simplifier son appropriation par les chercheurs et les institutions ;
  • Afin de favoriser la diffusion de la production scientifique en langue française, mais aussi la lecture des productions étrangères par les publics francophones, de nouveaux outils seront expérimentés et les services de traduction de textes scientifiques sera renforcée. 
Deuxième axe : Structurer, partager et ouvrir les données de la recherche

Ce que cela signifie concrètement : 

  • Les données de recherches produites en France seront structurées selon les principes FAIR et accessibles en Open Access quand cela est possible ;
  • On renforcera le partage des bonnes pratiques sur les données, algorithmes et codes sources au sein des établissements de recherche et d’enseignement supérieure (ils seront produits, préservés, référencés, décrits et valorisés sous licences libres) ;
  • Une plateforme Recherche Data Gouv sera créée pour offrir un entrepôt de données pluridisciplinaires ;
  • L’usage des plans de gestion des données sera généralisée ;
  • La France soutiendra le réseau Research Data Alliance (RDA) qui définit les bonnes pratiques en matière de données de la recherche.
Troisième axe : Ouvrir et promouvoir les codes sources produits par la recherche

Ce que cela signifie concrètement : 

  • On favorisera la mise à disposition des codes sources des logiciels pour pouvoir les modifier, les réutiliser et les diffuser sous licence libre ;
  • On cherchera à maintenir les codes sources et les logiciels produits par la recherche français de manière durable ;
  • On créera un catalogue des productions scientifiques et on décernera un prix du logiciel libre.
Quatrième axe : Transformer les pratiques pour faire de la science ouverte le principe par défaut

Ce que cela signifie concrètement :  

  • La transformation du système d’évaluation des chercheurs, laboratoires et établissements pour le mettre en cohérence avec les principes de la science ouverte (privilégier l’approche qualitative plutôt que l’approche quantitative) ;
  • La mise de la science ouverte au cœur du parcours de formation universitaire et ce dès la licence ;
  • Le placement de nouvelles compétences au sein des apprentissages, et faire émerger de nouveaux métiers en lien avec la gestion des données de la recherche (data literacy) ;
  • L’adoption systématique des licences libres pour les données, les publications et les codes sources pour permettre une meilleure circulation des données scientifiques ;
  • La généralisation de l’usage de l’identifiant ORCID pour les chercheurs pour renforcer leur identité numérique ;
  • L’enrichissement de ScanR, moteur de la recherche et de l’innovation qui rassemble des données de laboratoires, auteurs, financements, etc. ;
  • L’augmentation du budget (X3) de la science ouverte en s’appuyant sur le Fonds national pour la science ouverte et le Programme d’investissements d’avenir ;
  • L’incitation des acteurs de la recherche à se doter de plans pour la science ouverte et à demander l’ouverture des publications, des données et des codes sources. 

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site Ouvrir la Science, et le texte du Deuxième Plan national pour la Science Ouverte.

Citer ce billet : Claire Camberlein, "Open Access Week #1. Le Deuxième Plan national pour la Science Ouverte," dans Le Carreau de la BULAC, 25 octobre 2021, https://bulac.hypotheses.org/34548. Consulté le 7 décembre 2021

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search