Deux journées d’études à l’occasion du bicentenaire de la Révolution grecque, 1821-2021

La BULAC est partenaire de deux journées d’études qui se tiendront les 14 et 15 octobre et le 26 novembre 2021, à l’occasion du bicentenaire de l’indépendance grecque. Ces manifestations seront l’occasion d’une mise en valeur des collections patrimoniales du domaine grec et d’une présentation des acquisitions récentes de la BULAC reflétant la production éditoriale autour de cette séquence historique.


Globalisation des idées révolutionnaires dans le sillage napoléonien : les années 1820 des Balkans à la Cordillera

Date : jeudi 14 octobre et vendredi 15 octobre 2021

Lieu : Maison de la recherche – Inalco, 2, rue de Lille 75007 Paris

Organisation : Florica Mihuţ-Bohîlţea (Université de Bucarest), Nicolas Pitsos (BULAC, CREE-Inalco), Madalina Vartejanu-Joubert (PLIDAM-Inalco)

Informations pratiques : mihaela-madalina.vartejanu-joubert@inalco.fr ; cristina.birsan@inalco.fr

Présentation

L’année 1821 est une année où des mouvements indépendantistes voient le jour en Europe du sud-est sur des possessions ottomanes comme la Morée, ou dans des régions vassales du sultan telles que la Valachie ou la Moldavie. Ces révoltes viennent s’ajouter aux tendances centrifuges qui s’étaient manifestées chez de hauts-dignitaires ottomans désireux de s’émanciper des autorités centrales afin d’imposer leur propre ordre en Épire ou en Égypte, à l’instar de Ali Pacha de Tepelen ou de Méhémet Ali de Kavala.

Survenant dans un contexte de relations internationales marqué auparavant par une certaine stabilité dans le sillage du traité de Vienne, ces mouvements insurrectionnels se font l’écho d’idées nationalistes et libérales véhiculées par la Révolution française et le siècle des Lumières, et disséminées par les guerres napoléoniennes. Une autre caractéristique de ces mouvements est la présence de sociétés secrètes dans leur élaboration et orchestration. En même temps, ces révoltes reflètent une tendance plus internationale : celle de l’opposition à l’ordre impérial de l’époque précédente ou aux régimes monarchistes sur les péninsules italique, ibérique et jusqu’aux Amériques.

Ce colloque a un double objectif : étudier d’un côté, comme un ensemble historiographique, les événements se déroulant dans les Balkans à ce début des années 1820 ; d’un autre côté, les inscrire dans un contexte idéologique et sociopolitique dépassant les frontières de cette péninsule et établissant des liens et des connexions avec des acteurs et séquences historiques survenant ailleurs à travers le monde, à la même époque.

Dans une telle perspective, on pourrait soulever plusieurs questionnements :

  • Quel est l’impact d’événements du passé récent, tels que les guerres napoléoniennes, les Révolutions américaine et française, ou encore les expériences insurrectionnelles dans d’autres parties des Balkans ottomans, des péninsules italique et ibérique et de l’Amérique du Sud ?
  • Quels sont les transferts de méthodes et pratiques dans le cadre d’une circulation d’idées et de personnes entre les différents contextes géo-historiques ?
  • Quel est le rôle de l’édition et des journaux dans la diffusion des idées révolutionnaires et nationalistes mais aussi la contribution de la Presse à la perception de ces événements ?
  • Quel est le rôle des sociétés secrètes ?
  • Quels sont les rapports entre les Églises (catholique, orthodoxe…) et les mouvements révolutionnaires et réformateurs ?
  • Quelles sont les représentations de la violence ?

Programme

Jeudi 14 octobre 2021

  • 9h00-9h30 : Accueil des participants
  • 9h30-10h00 : Ouverture du colloque
Acteurs-médiateurs des idées révolutionnaires I

Présidence : Madalina Vartejanu-Joubert (PLIDAM-Inalco)

  •  10h-10h30 : Anne Couderc (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – UMR 8138 SIRICE), Du Piémont à la Grèce, en passant par la France et l’Angleterre : l’itinéraire révolutionnaire de Santorre di Santa Rosa, 1821-1825
  • 10h30-11h00 : Nicolae Mihai (Académie Roumaine, Institut « C.S. Nicolăescu-Plopșor », Craiova), par Zoom, Soldats-paysans, leaders charismatiques et sacrifice pour le peuple ou comment la révolution forge des communautés émotionnelles au début du XIXe siècle. Une perspective transnationale
  • 10h30-11h00 : Peter Hicks (Fondation Napoléon), George Woodberry, soldat des guerres napoléoniennes et sa conduite du régiment britannique en Venezuela avant et après la bataille Carabobo
  • 11h30-12h00 : Discussion
  • 12h00-14h00 : Pause déjeuner
 Acteurs-médiateurs des idées révolutionnaires II

Présidence : Nicolas Pitsos (BULAC/Inalco)

  •  14h00-14h30 : Ligia Livada (Université de Bucarest), Faire la différence entre les fruits doux et utiles et les fruits empoisonnés de la civilisation européenne. Les premiers boursiers roumains à Paris à partir des années 1820
  • 14h30-15h00 : Luiza Popa (ISSACCL Bucarest), National renaissance in the Romanian United Principalities. The French influences (1821-1866)
  • 15h00-15h30 : Anne-Laure Brisac (BnF), La liberté ou la mort. La solidarité avec les Grecs en guerre dans les collections de la BnF
  • 15h30-16h00 : Discussion
  • 16h00-16h30 : Pause
  • 16h30-17h30 : Keynote lecture : Robert Frank (Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne), Le tournant des années 1820 : l’invention romantique des nations

Vendredi 15 octobre 2021

Perceptions des mouvements révolutionnaires dans la presse

Présidence : Sacha Markovic (Paris IV-Sorbonne, ISP Nanterre)

  • 9h30-10h00 : Joëlle Dalègre (Inalco), Le Constitutionnel et le Journal des Débats devant les révolutions des années 1820 : la Grèce, un pays comme un autre ?
  • 10h00-10h30 : Özgür Türesay (EPHE-PSL), Révoltes et autorité politique dans la gazette officielle ottomane (1831-1832)
  • 10h30-10h45 : Discussion
  • 10h45-11h00 : Pause
Paradigmes et expériences révolutionnaires I

Présidence : Özgür Türesay (EPHE-PSL)

  •  11h00-11h30 : Sacha Markovic (Paris IV-Sorbonne, ISP Nanterre), Le premier soulèvement serbe, la reconquête des territoires et la construction d’un État embryonnaire (1804-1813)
  • 11h30-12h00 : Radu Nedici (Université de Bucarest), Identités collectives et nation dans les Principautés Roumaines au début du XIXe siècle
  • 12h00-12h30 : Discussion
  • 12h30-14h30 : Pause déjeuner
Paradigmes et expériences révolutionnaires II

Présidence : Joëlle Dalègre (Inalco)

  •  14h45-15h15 : Florica Mihuţ-Bohîlţea (Université de Bucarest, Institut du Levant), Ana-Maria Raducan (Institut du Levant), Sensibilités culturelles – décisions politiques au début du XIXe siècle
  • 15h15-15h45 : Geneviève Verdo (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne-UMR 8168 Mondes américains), Comment penser la révolution dans un empire? L’Amérique ibérique au début des années 1820
  • 15h45-16h15 : Daniel Gutiérrez Ardila (Université Externado de Colombia), par Zoom, La Colombie à Cucuta ou le défi de créer une République modérée au milieu d’une guerre d’indépendance
  • 16h15-16h30 : Discussion
  • 16h30-16h45 : Pause
Les savoirs au service des projets révolutionnaires

Présidence : Florica Mihuţ-Bohîlţea (Université de Bucarest, Institut du Levant)

  •  16h45-17h15 : Bernard Lory (Inalco), Des guerres napoléoniennes à l’insurrection grecque : progrès et connaissances géographiques dans les Balkans »
  • 17h15-17h45 : Nicolas Pitsos (BULAC/Inalco), La faute à Gutenberg : le rôle de l’imprimerie dans les mouvements révolutionnaires balkaniques des années 1820 »
  • 17h45-18h00 : Discussion

Revisiter la Révolution grecque

Date : vendredi 26 novembre 2021

Lieu : Maison de la recherche – Sorbonne Nouvelle, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris

Organisation : Svetla Moussakova, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, et Nicolas Pitsos, BULAC, CREE-Inalco

Contacts : svetla.moussakova@sorbonne-nouvelle.frnicolas.pitsos@bulac.fr

Présentation

Il y a 200 ans, en mars 1821, un mouvement indépendantiste et insurrectionnel voyait le jour dans la contrée méridionale des Balkans ottomans. Déclenché dans le sillage d’une révolte en Valachie quelques mois plus tôt, ce mouvement est connu dans l’historiographie sous le nom de Guerre d’indépendance grecque. Au moment de la naissance de la presse moderne, les différentes séquences de ce mouvement ont été relayées à plusieurs reprises dans les gazettes de l’époque, suscitant des réactions importantes au sein des sociétés européennes ou américaines et agitant les relations internationales en ce début du XIXe siècle. Correspondant aux prémices de la question d’Orient, ce conflit finit par interpeller les gouvernements des Grandes Puissances européennes, grâce aussi à la mobilisation des Philhellènes qui s’engagent dans la promotion de la cause défendue par les insurgés, à savoir la création d’un État indépendant régi par un régime démocratique. Influencés par les Révolutions américaine et française, les architectes et instigateurs de ce projet étaient également imprégnés des valeurs véhiculées par les Lumières. Leurs agissements révolutionnaires fomentés au sein de sociétés secrètes, telle que la « Filiki Etaireia », fondée à Odessa en 1814, leurs objectifs inscrivent cet événement historique dans une tendance plus générale qui, depuis la péninsule ibérique en passant par la péninsule italique et jusqu’en Amérique latine, aboutit à la remise en question des Anciens Régimes et à la création de nouveaux États, marqués par la volonté d’établir des constitutions libérales et démocratiques.

En dehors des filiations politiques de la Révolution grecque, celle-ci a aussi beaucoup inspiré les artistes, qu’il s’agisse de Lord Byron, d’Hector Berlioz ou d’Eugène Delacroix. Au-delà des échos que l’on retrouve chez les contemporains des combattants des années 1820, cette rencontre vise aussi à étudier l’impact pluriel de la Guerre d’indépendance grecque, dans l’espace et à travers le temps dans des domaines aussi variés que la littérature, les beaux-arts, la musique, le cinéma, l’historiographie ou encore l’action sociopolitique comme par exemple dans le cadre de mouvements tels que le Risorgimento italien, l’insurrection décabriste en Russie, ou la révolte polonaise de 1830.


Programme

  • 9h : Accueil des participants
  • 9h30 : Ouverture de la journée
    • Pauline Schnapper, Vice-présidente de la recherche à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
    • Florence Baillet, Directrice de l’École Doctorale MAGIIE – Mondes Anglophones, Germanophones, Indiens, Iraniens et Etudes Européennes, à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
    • Christine Manigand, Directrice du laboratoire de recherche ICEE – Intégration et Coopération dans l’Espace Européen – Études Européennes, à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
    • Introduction de la journée par Svetla Moussakova et Nicolas Pitsos
  • 10h-12h : Première séance
    • Nikos Sigalas, « Les chefs de guerre de la Révolution grecque entre répertoire traditionnel et répertoire moderne : insurrection et révolution », CETOBAC/Ehess
    • Michel Sivignon, « Capodistria et la modernisation par la carte : le rôle du capitaine Peytier », Paris Ouest-Nanterre-La Défense
    • Francesca Irene Sensini, « Tant que je garderai la mémoire de moi-même : le philhellénisme italien au XIXe siècle », Université de Nice Sophia Antipolis
    • Piotr Bilos, « L’insurrection polonaise de 1830 (puis de 1863) : un dilemme universel ? représentations artistiques, retombées », Inalco
  • 12h : Discussion
  • 12h30-14h : Pause déjeuner
  • 14h-16h : Deuxième séance
    • Henri Tonnet, « La révolution de 1821 démystifiée dans un roman de M. Karagatsis », Paris 4
    • Eirini Artopoulou, « Le musée imaginaire de la Révolution grecque. La mise en exposition des principes libéraux et révolutionnaires à travers l’espace pictural du XIXe au XXe siècle », Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
    • Nicolas Pitsos, « Les usages idéologiques des commémorations de la Révolution grecque de 1821 », BULAC, CREE-Inalco
    • Isabelle Depret, « L’Église orthodoxe, fer de lance du combat de 1821, un lieu de la mémoire nationale ? Entre histoire et construction politique », Université de Marmara
    • Stéphane Sawas, « La Révolution grecque dans le cinéma de Théo Angelopoulos », Inalco
  • 16h : Discussion
  • 16h30 : Pause-café
  • 17h : Présentation/Dédicace de l’ouvrage de Francesca Irene Sensini, La lingua degli dei. L’amore per il greco antico e moderno
  • 17h30 : Présentation des éditions autour du bicentenaire de la Révolution grecque de 1821 dans les collections de la BULAC
  • 18h : « Beau comme Bolivar… », lecture de poèmes inspirés de la Révolution grecque, par Vicky Haut, comédienne et metteure en scène

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search