Open Access Week #4. Panorama de l’accès ouvert en Asie

Du 25 au 31 octobre 2021, l’Open Access Week revient pour sa quatorzième édition ! Cet événement international est chaque année l’occasion d’échanger autour de problématiques liées à la publication scientifique en accès ouvert. Des conférences, des tables rondes ou encore des formations sont organisées par plusieurs établissements, afin de faire découvrir ou d’impliquer davantage d’acteurs dans la thématique du libre accès. Le site de l’OA Week répertorie par ailleurs tous les événements à venir. Dans ce cadre, la BULAC publie de manière successive cinq articles pour vous livrer un décryptage actualisé des grands principes fondateurs du mouvement en faveur de l’Open Access et du paysage du libre accès dans le domaine des études aréales.

Soline Lau-Suchet, chef de l’équipe Asie de la BULAC, vous propose un tour d’horizon des politiques et des plateformes d’accès ouvert en Asie. En complément de ce premier volet, retrouvez prochainement sur le Carreau de la BULAC des focus régionaux affinant les contours du paysage du libre accès sur le continent asiatique.


Si le mouvement du libre accès (OA) a rapidement gagné en popularité en Europe et aux États-Unis, sa diffusion à travers le continent asiatique a été beaucoup plus lente. Mais les dix dernières années ont vu une progression significative des initiatives en faveur du libre accès aux résultats de la recherche, qu’il s’agisse de la voie verte ou dorée. Plusieurs pays s’orientent désormais de manière active vers la mise en place de politiques complètes en faveur de la science ouverte. On observe deux raisons principales à cette évolution. D’une part, l’accès aux résultats et données de la recherche est devenu crucial pour les pays les moins développés, qui sont freinés dans leur participation à la recherche internationale par les frais d’abonnement, la précarité des infrastructures TIC et l’opacité des données. D’autre part, l’Asie a pris une place croissante dans le domaine académique grâce à l’augmentation des investissements dans la recherche et le développement, entraînant une augmentation considérable du nombre de publications scientifiques. Pourtant, la part des revues publiées par les pays asiatiques dans les index internationaux demeure sous-proportionnée. Le libre accès apparaît comme le moyen d’accroître la visibilité des revues et de la production scientifique régionale.

Malgré tout, les progrès varient grandement d’un pays à l’autre et la situation du libre accès sur le continent est très contrastée : politiques d’accès ouvert fortes contre absence de toute politique ; infrastructures de dépôt solides contre archives ouvertes en développement ; coordination au niveau national contre dispersion des initiatives locales. À quelques exceptions près, les pays asiatiques peinent à définir une stratégie nationale ainsi qu’à mobiliser les financements nécessaires au développement de l’infrastructure du libre accès. En l’absence de coordination et de politiques fortes au niveau national, les communautés actives dans la promotion de l’accès ouvert rencontrent de grandes difficultés à connecter les différents acteurs : bibliothèques, universités, chercheurs, infrasctructures informatiques, décideurs politiques, administrateurs et agences de financement.

Aperçu de la situation globale de l’accès ouvert en Asie

Les principaux sites internationaux d’observation de l’accès ouvert – Directory of Open Access Journals (DOAJ), Directory of Open Access Repositories (OpenDoar) et Registry of Open Access Repositories (ROAR), n’offrent pas nécessairement une vision fidèle de la réalité, puisque le signalement des revues ou répertoires y est laissé à la discrétion des institutions, d’une part, et qu’il répond d’autre part à des critères précis de bonnes pratiques auxquelles les revues et plateformes régionales ne souscrivent pas nécessairement. Leur analyse permet néanmoins d’offrir un premier aperçu de la situation en Asie.

Géographie des revues asiatiques en accès ouvert

Si l’on en croit DOAJ, les pays asiatiques représentent 17% des journaux recensés. Indonésie, Inde et Chine arrivent en tête. Avec plus de 1 800 titres, l’Indonésie compte le plus grand nombre de revues en accès libre au sein du répertoire. Tous les étudiants de premier et deuxième cycle doivent publier au moins un article avant les examens finaux, ce qui explique le nombre écrasant de revues. Bien qu’elles arrivent en deuxième et troisième position, l’Inde et la Chine sont sous-représentées par rapport à leur superficie, la taille de leur population et l’importance de leur production scientifique. Pourtant, la Chine est sur le point d’arriver en tête du nombre d’articles de recherche publiés dans le monde. Le fait que la Corée du Sud arrive en quatrième position, alors même qu’elle compte bien moins d’universités que l’Inde ou la Chine (220 contre respectivement plus de 700 et près de 3 000) s’explique par le fait que l’évaluation des revues académiques privilégie le libre accès. Par conséquent, la plupart des institutions académiques coréennes se sont tournées vers ce modèle pour obtenir une meilleure évaluation.

Les revues en accès libre signalées dans le DOAJ : ventilation par lieu d’édition pour les pays d’Asie

Géographie des archives ouvertes en Asie

L’Asie représente 21% des répertoires institutionnels du monde. Le Japon arrive en deuxième position après les États-Unis, et en première position parmi les pays asiatiques, ce qui s’explique par le soutien et les investissements du gouvernement japonais dès 2006 dans la construction de répertoires institutionnels.

Les dépôts d’archives ouvertes référencés dans OpenDOAR : focus sur l’Asie

Enfin, à première vue, si l’on se fie à ROARMAP, les mandats de libre accès semblent faibles, atteignant 7% (76) de l’ensemble des politiques déclarées sur la plate-forme, bien que l’Asie soit devant l’Afrique et l’Océanie. L’Indonésie, le Japon et l’Inde arrivent en tête des mandats promulgués, mais là encore l’exercice a ses limites. D’une part, il ne permet pas de distinguer les pays où dominent les initiatives locales, des pays ayant promulgué des politiques fortes au niveau national. D’autre part, il semble que toutes les politiques n’y sont pas recensées. Enfin, cela ne préjuge pas de l’avancement du libre accès au sein des pays concernés. La Corée, par exemple, ne compte qu’une politique officielle, celle promulguée en 2018 par le KISTI (Korea Institute of Science and Technology Information), alors même que le pays est l’un des leaders régionaux en termes de libre accès, et ce depuis la fin des années 2000.

Les publications en accès libre signalées sur ROARMAP : focus sur l’Asie

Toujours est-il qu’on observe de flagrantes disparités au niveau régional, avec la faible représentation, voire l’absence de certains pays, en particulier en Asie du Sud-Est (Birmanie, Cambodge, Laos, Vietnam, Brunei, Timor Leste), mais pas seulement (Maldives, Bhoutan, Mongolie, Corée du Nord). Ceci n’est pas étonnant puisque la plupart des pays concernés figurent parmi les pays les moins développés, dont les technologies TIC, encore très fragiles, ne favorisent pas le développement de l’accès ouvert.

Néanmoins, le mouvement en faveur de l’accès ouvert connaît un nouvel élan depuis la création, en 2016, d’une communauté de l’Open Access à l’échelle régionale : Asia OA. Soutenue et hébergée par COAR (Confederation of Open Access Repositories), elle a vu le jour à la suite d’une première rencontre au Japon, en présence de représentants de l’Inde, Hong Kong, Singapour, la Malaisie et le Japon. Elle a pour objectif de partager au niveau régional les pratiques, activités, solutions et politiques liées à l’accès ouvert et organise des rencontres annuelles où se partage le savoir-faire régional.

Pour aller plus loin

  • En 2017, la communauté Open Access Asia a mené une enquête sur l’état du libre accès dans les pays d’Asie. Consulter le rapport
  • À l’occasion de l’Open Access Week, le 6e webinaire COAR Asia OA Meeting 2021 – Innovation, Growth, and Sustainability of Open Scholarship in Asia se tient du 25 au 27 octobre. Programme et inscriptions
 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search