Open Access Week #5. Science ouverte et politiques publiques de la donnée, des algorithmes et des codes sources

Du 25 au 31 octobre 2021, l’Open Access Week revient pour sa quatorzième édition ! Cet événement international est chaque année l’occasion d’échanger autour de problématiques liées à la publication scientifique en accès ouvert. Des conférences, des tables rondes ou encore des formations sont organisées par plusieurs établissements, afin de faire découvrir ou d’impliquer davantage d’acteurs dans la thématique du libre accès. Le site de l’OA Week répertorie par ailleurs tous les événements à venir. Dans ce cadre, la BULAC publie de manière successive cinq articles pour vous livrer un décryptage actualisé des grands principes fondateurs du mouvement en faveur de l’Open Access et du paysage du libre-accès dans le domaine des études aréales.

Pour ce dernier billet de la semaine, Benjamin Guichard, directeur scientifique de la BULAC, vous propose un retour en France, mais avec un changement d’échelle. La science ouverte s’inscrit dans une politique numérique globale d’ouverture et d’interopérabilité du numérique, qui mobilise les bibliothèques universitaires et de recherche.


Les politiques de sciences ouvertes coordonnées à l’échelle européenne et française, qui ont été présentées au cours de cette semaine (Plan national pour la science ouverte, Plan S d’accès libre aux publications scientifique, formats de publication des données de la recherche), s’inscrivent dans une politique plus générale d’ouverture des données publiques, des algorithmes et des codes sources des outils utilisés par la puissance publique. En France, cette politique est coordonnée par Etalab, département de la Direction interministérielle du numérique (DINUM). Sa politique repose autour de trois principes : une licence ouverte organisant l’ouverture, la réutilisation et la traçabilité des données publiques, une politique de publication et de documentation des algorithmes utilisés par l’administration et de mise à disposition des codes sources des outils libres développés dans le cadre des politiques publiques. Ces trois principes ont été développés de façon détaillée dans 15 feuilles de route ministérielles publiées le 27 septembre 2021. Quelles sont les articulations évidentes entre ces plans d’action et la politique de science ouverte ? Pour clôturer l’Open Access Week, suivez la visite guidée !

Illustration de couverture de la feuille de route 2021-2024 du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

Science ouverte et feuille de route numérique du MESRI

La feuille de route 2021-2024 inscrit l’action numérique du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation dans une double logique : la politique interministérielle de transformation numérique de l’action publique, coordonnée par la DINUM, d’une part, et celle de l’accélération des découvertes scientifiques, d’autre part, qu’il s’agisse de la recherche à proprement parler ou de l’appropriation de ses avancées par la société. Ces deux derniers objectifs généraux recoupent ceux du Plan national de la science ouverte.

La feuille de route du MESRI énumère ainsi de nombreux objectifs qui sont issus du plan national de la Science ouverte :

  • la gestion des données de la recherche selon les principes FAIR et leur exposition sur une plateforme nationale à partir de mars 2022
  • la collecte et la préservation des codes sources des outils développés par la recherche
  • l’ouverture des données et des publications scientifiques
  • la valorisation et le développement des ressources libres pour l’enseignement supérieur

Il ne s’agit toutefois pas d’un simple décalque et les objectifs de ce plan d’action sont plus larges. Ils concernent l’ensemble des activités de l’enseignement supérieur et de la recherche. Parmi les différents programmes énumérés, on peut retenir la poursuite du développement de ScanR, outil de visibilité et d’exploration des acteurs de la recherche française. Il exploite les publications en accès ouvert et des données des laboratoires pour faire ressortir les expertises et les réseaux de chercheurs. Dans le domaine des études aréales, où les spécialistes peuvent parfois être dispersés dans des structures de recherche à dominante disciplinaire, un tel annuaire permet d’identifier plus spécialement des objets et des projets de recherche. On peut également citer la mise en place prochaine par l’Agence nationale de la recherche d’un portail regroupant les appels à projets des différentes agences publiques de financement pour faciliter les candidatures.

Les ambitions de la science ouverte exigent des moyens techniques. Les priorités sont définies sous la forme d’infrastructures, destinées à offrir et développer des services pour l’ensemble du monde de la recherche. En sciences humaines et sociales, les plus importantes sont la plateforme d’édition numérique ouverte OpenEdition, l’archive ouverte HAL, la plateforme de diffusion scientifique audiovisuelle Canal U, la plateforme de fouille de données sur les publications scientifiques ISTEX ou l’entrepôt de données structures pour les sciences humaines et sociales Huma-Num qui propose notamment le moteur de recherche isidore.science. Ce dernier fête ses dix ans cette année ! Sans oublier Collex-Persée, infrastructure de valorisation du patrimoine scientifique des bibliothèques françaises. Car le monde de l’information scientifique et technique est au cœur de la transformation numérique.

La BULAC dépose les vidéos de sa programmation scientifique et culturelle sur Canal U et MédiHAL.

Les bibliothèques au cœur de la transformation numérique

Plusieurs actions de la feuille de route 2021-2024 du MESRI engagent directement les bibliothèques universitaires. Arrêtons-nous sur quelques actions saillantes.

L’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES) joue un rôle de coordination et de support essentiel dans la contribution des bibliothèques de l’enseignement supérieur à l’ouverture numérique. Le catalogue collectif SUDOC, administré par l’ABES et enrichi par l’ensemble des établissements du réseau expose ainsi l’ensemble de ses données bibliographiques selon la licence ouverte Etalab, ouvrant ainsi la voie à des réutilisations multiples de l’immense réservoir que constitue la production catalographique : outre le SUDOC, on peut également y compter les informations sur les thèses, les archives et manuscrits ou le référentiel IdRef. L’ABES est également à l’origine de plus de 60 dépôts de codes sources signalés sur la plateforme code.etalab.gouv.fr

L’ouverture implique la structuration des données pour assurer leur référencement et leur citabilité. La gestion des identifiants numérique est ainsi identifiée comme un enjeu central, notamment pour l’identification des auteurs de publications scientifique. L’ABES et les bibliothèques de l’enseignement supérieur contribuent ainsi à faire d’IdRef une plate-forme pivot, notamment en assurant l’alignement de ces données avec HAL, l’ISNI et, plus récemment ORCID. Ce dernier identifiant, géré par un consortium international, est essentiel pour assurer la visibilité internationale des publications. La France est désormais intégrée au pilotage du consortium afin de suivre et d’infléchir ses évolutions et d’assurer la visibilité des sources de données de l’ESR, à travers un consortium ORCID France.

La transformation numérique des administrations implique également un effort sur la mise à disposition des données d’usage. Dans le domaine de la documentation, les informations statistiques relatives aux bibliothèques universitaires et à leur usage sont exposées depuis cette année sous la forme d’une plateforme de données publiques. Pour accompagner la transition vers l’accès ouvert à l’information scientifique, la feuille de route du MESRI annonce l’objectif de rendre publics les coûts d’abonnements pour l’accès aux publications académiques avec une publication annuelle de ces données à partir de 2022. Une transparence défendue de longue date dans le monde de la documentation, qui s’est souvent heurtée au secret des contrats commerciaux.

L’accompagnement de la science ouverte passe également par la mise en œuvre d’outils de pilotage destinés à rendre compte de la diffusion des publications scientifiques et de leur rayonnement. Au niveau national, le baromètre de la science ouverte constitue un jeu de données et un tableau de bord pour suivre ces transformations. À l’échelle des établissements, de nombreuses initiatives sont prises dans le domaine de la bibliométrie pour suivre l’évolution de la recherche menée au sein d’un établissement et son rayonnement. Le dernier numéro de la revue Arabesques offre un panorama éclairant des possibilités offertes par la bibliométrie pour accompagner la science ouverte, alors que cet outil fut longtemps et reste encore un vecteur du marketing des éditeurs commerciaux. Plusieurs initiatives pilotes sont présentées.

Dernier exemple, mais c’est une information de dernière heure, les bibliothèques de l’enseignement supérieur sont désormais directement inscrites sur la feuille de route des infrastructures de recherche à travers le GIS Collex-Persée. Ce dernier vise à développer l’utilisation des collections documentaires par la recherche à travers l’amélioration de leur cartographie, la montée en charge des projets de numérisation enrichie et de projets collaboratifs associant la recherche et le monde de l’IST. La plateforme Persée est ainsi appelée à s’enrichir et à développer ses services dans une logique de fouille des données numériques produites à partir des collections scientifiques.

Du côté de la BULAC

Pour terminer ce tour des vastes horizons de la science ouverte et de la transformation numérique des organisations publiques, arrêtons-nous sur quelques cas concrets proposés par la BULAC.

Des données ouvertes ?

L’ensemble des informations bibliographiques du catalogue sont téléchargeables et récupérables sous forme d’un tableur pour permettre leur manipulation et leur réutilisation. La marche à suivre est simple : les notices sélectionnées doivent être regroupées dans une liste ; elle peuvent alors être téléchargées sous différents formats. RIS permet un intégration dans un logiciel de gestion bibliographique comme Zotero ; le format CSV (« comma separated values ») permet de les lire comme une table structurée avec de nombreux programmes, à commencer par des feuilles de calcul bureautiques, comme Calc ou Excel, pour en faire une analyse statistique.
L’ensemble des images des documents numérisés diffusés sur la Bina, la bibliothèque numérique de la BULAC, sont également téléchargeables en haute définition au format Jpeg (à la vue) ou au format PDF (ensemble du document) sous licence ouverte. Depuis l’année dernière, la BULAC expérimente, avec des chercheurs du GIS Moyen-Orient et mondes musulmans et l’association Calfa, la reconnaissance optique des écritures maghrébines à partir de ces manuscrits numérisés. Les premiers résultats ont permis de produire des modèles au format libre, utilisables par d’autres outils, qui seront enrichis au cours d’une nouvelle campagne organisée cette année – nous en reparlerons !

Séance de hackathon à la BULAC, le 9 février 2021 (Maxime Ruscio BULAC).
Des publications scientifiques en accès ouvert ?

Les équipes de la BULAC font attention à sélectionner et signaler des ressources scientifiques en accès ouvert pertinentes pour les études aréales, qu’il s’agisse de publications étrangères ou françaises. Elles sont en partie interrogeables par le catalogue des ressources en ligne ou décrites dans les guides des ressources en ligne par domaine géolinguistique.

Une part croissante du budget d’acquisition est consacrée au développement des publications en accès ouvert. Ce soutien prend trois formes :

  • la participation à des campagnes de souscription pour la publication d’ouvrages qui sont ensuite mis à la libre disposition du public : la BULAC soutient ainsi depuis plusieurs années Language Science Press et OpenBook Publishers.
  • l’achat de fonctionnalités avancées auprès de plateformes proposant des publications en accès libre : l’ensemble du catalogue des livres électroniques dans le domaine des études aréales proposé par OpenEdition Books jusqu’en septembre 2020 est ainsi disponible au téléchargement au format PDF ou Epub pour les lecteurs de la BULAC ; des options de recherche avancées et d’export de données sont également disponibles sur la plateforme de ressources pour l’étude du bouddhisme The Treasury of Lives1
  • l’adhésion à des organisation de soutien à l’accès ouvert : le consortium SPARC Europe, qui défend le point de vue des établissements documents et des organismes de recherche face aux éditeurs commerciaux, le Directory of Open Access Journals qui recense les revues en accès ouvert conformes à des principes d’éthique et de qualité scientifique.
Des codes sources ouverts ?

La transformation numérique et la science ouverte embrassent également le monde du logiciel. Depuis l’origine, la BULAC a une attention particulière pour les logiciels libres dont elle fait un usage extensif. Elle sélectionne également des outils libres pertinents pour ses publics dont elle fait la promotion. Signalons la qualité et facilité d’utilisation du système d’exploitation Ubuntu pour la gestion des langues et des écritures, proposé sur tous les postes informatiques de la salle de lecture (et de nos bureaux !), ou des outils plus spécifiques au besoin de l’enseignement comme Zotero, pour la gestion des références bibliographiques, ou Tropy, pour la gestion de banque d’images.

La BULAC contribue également au développement d’outils métiers, comme l’outil de gestion du planning des salles de lecture, le système de gestion de bibliothèques Koha ou l’outil de suivi des chaînes de numérisation NumaHOP. Actuellement, une expérimentation est en cours pour ouvrir cet outil, pensé pour des besoins propres au bibliothèques, à une logique scientifique : le catalogage d’une bibliothèque d’images sera ainsi enrichi grâce à la participation collaborative d’un groupe de chercheurs. NumaHOP permettra le partage des informations et la structuration des données de descriptions dans des formats utilisables pour le catalogage et la diffusion dans une bibliothèque numérique. Ce dernier projet s’inscrit dans le cadre de la résidence de chercheur EPIPOM, soutenue par le GIS Collex-Persée.

La semaine de la science ouverte sur le Carreau de la BULAC se termine aujourd’hui. Mais la richesse de cette actualité, parfois très récente, souligne que tout ne fait que commencer. Affaires à suivre !


  1. accès sans authentification à cette adresse []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search