Portrait de bibliothécaire : Morgan Guégan

Leurs visages ne vous sont pas inconnus car vous les croisez au quotidien à la BULAC et dans le Pôle des langues et civilisations. À l’occasion du dixième anniversaire de la BULAC, découvrez une série de portraits des professionnels de la bibliothèque.


Questions à… Morgan Guégan, pôle Conservation, équipe Traitements de conservation, chargée des traitements de conservation interne

Morgan Guégan travaille au sein du pôle Conservation de la BULAC depuis le 1er septembre 2019, d’abord en tant que chargée des traitements de conservation externe, puis de conservation interne à partir de février 2020. Depuis cet entretien, Morgan a obtenu un CDI à l’Institut catholique de Paris, de sorte qu’elle nous quitte à la fin de l’année 2021.

Morgan Guégan dans l’atelier de conservation (Maxime Ruscio / BULAC).

Morgan Guégan en quelques lieux et dates

Après un bac littéraire, j’ai validé une première année de licence en histoire de l’art et archéologie à l’Université Paris 1 Sorbonne. Surtout intéressée par les métiers créatifs et par le contact avec le public, je me suis ensuite tournée vers un CAP fleuriste, suivi d’un brevet professionnel. J’ai été rapidement embauchée en tant que responsable d’une boutique où j’ai exercé, seule, pendant un an. Le manque de travail en équipe m’a amenée à me réorienter et à travailler provisoirement dans le milieu de la restauration en tant que serveuse, le temps de réfléchir au métier que je souhaitais exercer.

J’ai donc repris un CAP de reliure effectué au Lycée Paul Cornu à Lisieux en septembre 2017, après lequel j’ai obtenu la mention complémentaire « Entretien des collections patrimoniales » au Lycée Corvisart-Tolbiac, un diplôme qui offre la possibilité à la fois de travailler en bibliothèques mais aussi en musées. D’ailleurs, j’ai effectué mon stage au dépôt archéologique du Château de Vincennes.

Je suis arrivée au pôle Conservation de la BULAC le 1er septembre 2019, d’abord en tant que chargée des traitements de conservation externe, pour ensuite m’occuper des traitements de conservation interne dès le mois de février 2020. Je n’ai donc réellement pris mes missions qu’après la fin du premier confinement.


Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Travail sur un ouvrage (Maxime Ruscio / BULAC).

Je travaillais seule lorsque j’étais responsable de ma boutique de fleuriste, et me suis rendu compte de mon besoin de travailler en équipe. C’est pour cette raison que je me suis orientée vers les métiers du livre et la fonction publique.


Quelles sont vos principales missions au sein de la BULAC ?

Le poste que j’occupe consiste à réparer les ouvrages consultés par les lecteurs au sein de l’atelier, alors que d’autres traitements demandent à être externalisés. Il s’agit de petites réparations sur des ouvrages reliés ou brochés postérieurs à 1850. En effet, nous ne pouvons intervenir sur les livres plus anciens, qui sont seulement dépoussiérés et reconditionnés pour assurer une bonne conservation. J’interviens principalement sur les charnières*, pour éviter que la couverture ne se détache, ainsi que sur le dos* de l’ouvrage dont des morceaux peuvent se déchirer ou s’effriter. J’utilise pour cela du papier japon*, selon l’épaisseur et la fragilité du livre. Dans le cas de reliures* rigides trop abîmées pour être réparées, je retire la colle du dos avec une pointe en métal*, parfois en humidifiant pour retirer l’excédent de colle (selon les pays où ont été imprimés les livres, les colles diffèrent !), puis je ré-encolle un soufflet*, c’est-à-dire un morceau de carton découpé à la mesure du dos, à la colle vinyle*. Cela permet à nos usagers de continuer à consulter des ouvrages, même lorsque ceux-ci ont été fragilisés. 

J’ai aussi eu la chance d’intervenir sur des plaques de verre* (14 cm sur 9 cm) celles du fonds Viollet et celles du fonds de la BIULO. Certaines étaient en négatif (des originaux), d’autres en positif (des reproductions), et d’autres encore étaient en nitrate (c’est-à-dire des plaques souples). J’ai assuré le dépoussiérage de ces plaques, pour éviter le développement de moisissures, puis les ai conditionnées dans des contenants neutres qui faciliteront leur manipulation et leur consultation. J’ai eu la chance de suivre, durant un confinement, une intervention dispensée durant une journée professionnelle du patrimoine, parlant du conditionnement écologique de plaques de verre. 

J’ai également terminé un autre chantier, celui du fonds André Basset, un don important qui a enrichi le fonds berbère de la BIULO en 1980, puis de la BULAC. Avant l’estampillage des ouvrages, il fallait vérifier leur état et décider s’il fallait intervenir sur un élément ou l’autre. J’ai ensuite étiqueté l’ensemble des ouvrages, avant qu’ils intègrent les magasins. Ce chantier a pu être terminé pendant la fermeture de la bibliothèque au public l’été dernier, en raison de la crise liée au Covid 19.

J’assure d’autres missions, comme la formation des collègues de la BULAC au découronnage*, la réalisation des constats d’état pour les numérisations internes (Il faut savoir que chaque numérisation d’un ouvrage ancien et fragile demande à ce que l’on effectue en amont un constat d’état. Ces derniers mois, nous en avons fait plusieurs pour permettre aux collègues de numériser les ouvrages pour illustrer le nouveau site web de la BULAC, en voici un exemple ici). Je participe également à la mise en place des expositions visibles au rez-de-jardin de la bibliothèque (vérification de l’état des livres, création de supports, mise en place de l’exposition, vérification durant la durée de l’exposition, puis démontage). Il peut arriver que les ouvrages de la BULAC soient prêtés pour des expositions hors les murs, je m’occupe alors de les préparer avec ma responsable Mathilde Maréchal. Enfin, j’effectue en moyenne entre 12 et 15 heures de service public par semaine, c’est-à-dire quasiment la moitié de mon temps de travail.


Un glossaire pour s’y retrouver !
  • Dos d’un ouvrage : côté visible une fois le livre rangé dans une bibliothèque, et sur lequel on dore le titre.
  • Charnière d’un ouvrage : articulation entre le dos et le plat d’un volume. Terme souvent utilisé en association avec « mors », qui est l’équivalent de « charnière » pour la partie extérieure du volume. 
  • Reliure : protection renforcée d’un ouvrage, qui peut être d’origine ou ajouté à l’initiative de la bibliothèque. Ces reliures sont particulièrement rares et recherchées pour des ouvrages datant du XVIIIe siècle jusqu’à 1830. 
  • Papier japon : le papier « japon », également appelé « washi », est fabriqué à base de fibres végétales le plus souvent provenant de l’écorce de mûrier « kozo ». Fabriqué à la main, extrêmement résistant et neutre, il présente de nombreuses qualités utilisées pour la restauration de livres anciens.
  • Soufflet : réalisation d’un dos fait sur mesure pour consolider et protéger le livre avec un papier neutre de conservation.
  • Colle vinyle : la colle vinylique est sans odeur, sans acide et sans solvant avec un PH neutre. Elle permet d’effectuer des collages sur de nombreuses matières (bois, carton ou encore verre). Elle résiste au vieillissement, et reste souple et transparente sans jaunir après séchage. Sa prise est rapide (entre 20 et 30 min) et irréversible. 
  • Découronnage : on parle d’un livre « non coupé » ou « découronné » quand les bords ne sont pas rognés, et qu’il faut encore séparer certains feuillets pour les lire. Cela se fait à l’aide d’un coupe-papier ou d’un instrument similaire. 
  • Plaques de verre : le verre est utilisé comme support photographique à partir de 1850. Recouvert d’une émulsion sensible à la lumière, il permet d’accueillir des images négatives ou positives. 
  • Plioir : outil permettant de marquer le papier ou le carton fin, afin de faciliter son pliage. 
  • Pointe : permet de retirer les traces de colle ancienne. 
  • Scalpel : permet une découpe nette et précise du papier. 

Qu’appréciez-vous le plus ?

J’aime particulièrement l’ambiance qui règne avec les collègues, qui pour moi est très importante. Les fonds de la BULAC m’intéressent également beaucoup, j’ai emprunté pendant le confinement des guides de voyage pour m’évader ! Enfin, le travail en interne me plaît, mes supérieures sont à l’écoute et reconnaissantes du travail que je fournis. Il y a un respect mutuel. 

Et le moins ?

J’ai mal vécu la pression due aux confinements successifs de l’année dernière, lorsque nous étions dans le flou, sans savoir si la bibliothèque allait rester ouverte ou non, et comment tout cela allait s’organiser ! 

Je trouve dommage que, du fait de nos missions parfois très différentes et de nos charges de travail respectives, les équipes entretiennent parfois peu de liens entre elles… surtout quand on n’a pas la chance de croiser des collègues en service public !


Qu’aimeriez-vous ajouter à vos missions ?

Je suis très intéressée par la formation, car pour moi la transmission est un élément important du métier. C’est toujours gratifiant !


Concernant nos collections, avez-vous un livre à nous conseiller ?

J’ai beaucoup aimé le livre Cuisiner le monde, dont j’ai essayé de nombreuses recettes ! 

Sinon, j’aimerais faire découvrir surtout le globe actuellement conservé dans la Réserve et la plaque de verre représentant une jeune femme roumaine, présentée plus haut !


Et s’il fallait choisir un événement de la BULAC, ce serait lequel ?

J’ai beaucoup aimé un événement plutôt « privé » de la BULAC, le pot de départ de notre collègue Amandine D’Azevedo ! C’était un moment plein d’énergie, qui marquait également le retour à la normale car il coïncidait avec la réouverture de la bibliothèque à la fin de la période du premier confinement. À cette occasion, Maxime Ruscio, notre collègue chargé de l’audiovisuel, avait monté une vidéo avec les collègues, ce qui nous a permis de faire quelque chose ensemble, et qui est resté un bon souvenir !


Et un endroit ?

J’aime surtout le bureau à côté de l’atelier de conservation, celui de la gestion des magasins. C’est le premier endroit où je me rends le matin, pour y croiser les collègues !


Auriez-vous aimé partager d’autres choses avec nous ?

Je voulais rappeler à tous nos usagers qui ont eu la chance de pouvoir étudier à la bibliothèque durant l’année dernière qu’ils ont vraiment été chanceux. Si j’avais eu une bibliothèque comme celle-ci là où j’ai fait mes études, j’aurais été aux anges !


Morgan Guégan vue par ses collègues

Si l’on devait décrire notre collègue Morgan, on dirait avant toute chose qu’elle est sociable, adorable et ouverte d’esprit ! Elle a toujours à cœur de bien faire et d’en apprendre davantage. Avide de nouveautés, elle sera toujours partante pour découvrir des saveurs différentes, ce qui ne manque pas à la BULAC ! Nous lui souhaitons le meilleur pour son nouveau poste à l’Institut Catholique de Paris, une très belle opportunité !


Pour consulter le profil Linkedin de Morgan Guégan, c’est par ici.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Grégory Louge dit :

    Lorsque je m’adresse à Morgane pour des problèmes de petite réparation, je suis toujours émerveillé par son savoir faire et sa précision. C’est un vrai apprentissage, l’impression d’aller découvrir quelques secrets d’artisan relieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search