Portrait de bibliothécaire : Raphaëlle Giloux

Leurs visages ne vous sont pas inconnus car vous les croisez au quotidien à la BULAC et dans le Pôle des langues et civilisations. À l’occasion du dixième anniversaire de la BULAC, découvrez une série de portraits des professionnels de la bibliothèque.


Questions à… Raphaëlle Giloux, chargée des traitements de conservation externe au sein du pôle Conservation

Titulaire d’un CAP et d’un brevet de métiers d’art spécialité reliure et dorure, Raphaëlle Giloux a intégré la BULAC au mois de mars 2020, après plusieurs expériences professionnelles au sein d’institutions publiques. Depuis cet entretien, Raphaëlle a réussi le concours de magasinier des bibliothèques et elle travaille désormais sur le campus de Nanterre.

Raphaëlle Giloux dans les rayonnages des magasins (Claire Camberlein / BULAC).

Raphaëlle Giloux en quelques lieux et dates

Après mon baccalauréat, j’ai étudié deux ans l’histoire de l’art, puis j’ai décidé de me réorienter vers un métier artisanal. Je me suis donc inscrite au CAP Arts de la reliure du Lycée Corvisart dans le XIIIe arrondissement, puis j’ai poursuivi mon cursus en préparant le Brevet des métiers d’art dans la même spécialité. Le CAP est une première étape de la formation, il permet d’apprendre et d’expérimenter les bases du métier, tandis que le Brevet des métiers D’arts amène à travailler davantage sur des reliures d’arts ou dites « de luxe ».

J’ai eu la chance de faire un premier stage auprès d’Émilie Legrand, responsable de l’atelier de restauration des archives de la ville de Paris. J’ai eu l’occasion de réaliser des reliures de conservation, des boîtes sur mesure pour conditionner des documents fragiles, ou encore des réparations de cartes et plans de grands formats. Les archives de Paris m’ont également offert mon premier poste à l’atelier de restauration, juste après mes études. Durant ce contrat, j’ai travaillé, entre autres, sur la réparation des registres de souscription des archives militaires du département de la Seine (guerre 1914-1918) en vue de leur numérisation. J’ai effectué aussi un second stage à l’atelier de restauration de la Bibliothèque nationale d’Écosse, où j’ai travaillé sur la conservation d’un volume de gravures de la première édition impériale des Descriptions d’Égypte (1809-1822). J’ai également pu découvrir de nouvelles techniques, un nouvel environnement professionnel, et échanger sur mon métier avec des collègues venant de toute l’Europe. La transmission du savoir entre maître et élève, ou entre stagiaire et collègue, joue un rôle important dans la formation, c’est pourquoi ces stages sont des périodes charnières de mon apprentissage.

J’ai ensuite travaillé un an et demi à la Bibliothèque Adolphe Thiers, bibliothèque patrimoniale sous la tutelle de l’Institut de France, spécialisée sur l’histoire de France au XIXe siècle. J’y ai exercé en tant que technicienne de conservation. Les collections se composent de documents variés, produits entre la Révolution française et la Première guerre mondiale – des archives médicales (l’édifice ayant hébergé un hôpital militaire durant la Première guerre mondiale), le fonds Joseph Denais sur la Franc-maçonnerie -, ainsi que des fonds d’objets portant sur Napoléon. L’une de mes missions a consisté dans le dépoussiérage et le foliotage* de lettres manuscrites, ensuite cataloguées sur Calames. Avant mon départ, j’ai participé à la mise en ligne des photos du fonds Thiers de médailles et médaillons sur la base Minerva, la bibliothèque numérique de l’Institut de France.


Pourquoi avoir choisi de travailler à la BULAC ?

Les stages effectués dans des institutions publiques ont révélé mon envie de participer à la conservation du patrimoine commun. Cette volonté découle des chemins que j’ai pris en travaillant aux archives de Paris, puis ailleurs en tant que magasinière et technicienne de conservation. Le contact avec le public a également occupé une place très importante, dès le début de ma carrière. Le métier de magasinier des bibliothèques est celui qui correspondait le plus à mes compétences et appétences. Rejoindre la BULAC était donc tout à fait dans la continuité de mon parcours.

Raphaëlle Giloux dans les magasins de la Réserve (Claire Camberlein / BULAC).

Quelles sont vos principales activités au sein de la bibliothèque ?

Je suis arrivée au début du confinement du printemps 2020, dans des conditions très particulières donc ! J’ai été formée en interne aux logiciels de gestion avant la réouverture de la bibliothèque au début du mois de septembre. Outre le service public, j’ai intégré l’atelier de conservation, où presque tous les ouvrages acquis par la BULAC passent avant d’être mis en libre accès. Dans une bibliothèque, et c’est une particularité, les livres sont extrêmement manipulés, alors que les ouvrages sortant de l’imprimerie sont généralement conçus pour un usage individuel et non collectif. L’atelier de conservation a pour mission de choisir les traitements* adaptés pour les ouvrages avant leur mise à disposition en libre accès. Concrètement, cela signifie que trois fois par semaine, les chargés de fonds nous apportent les livres catalogués. On choisit le traitement, puis on envoie tous les mois les trains de reliure* à l’entreprise Rénov’Livres, qui se trouve à Nancy. Chaque ouvrage est accompagné d’une fiche qui décrit le traitement souhaité et qui attire l’attention du prestataire sur certaines particularités (cartes dépliantes dans l’ouvrage, pages déchirées, etc.). Ces trains de reliure reviennent le mois suivant et nous effectuons le contrôle qualité.

D’autres chantiers m’ont également été confiés : le récolement* des périodiques en libre accès (c’est-à-dire vérifier que les ouvrages sont bien présents dans les rayonnages) ; la vérification des ouvrages considérés comme étant des thèses dans le catalogue, que j’ai menée avec ma collègue Amélie Larousserie ; ainsi que la vérification des ouvrages identifiés comme fragiles, afin de les envoyer en reliure ou de modifier leur conditionnement. Enfin, nous sommes amenés à proposer certains ouvrages au pilon, quand ces derniers sont trop endommagés et ne peuvent être remplacés.

Ce poste m’a par ailleurs permis d’être au plus proche des collections, de découvrir de nouveaux auteurs, de nouvelles éditions ou encore de nouvelles formes d’ouvrage. Cela m’a donné envie de découvrir des pans de culture éloignés de mes habitudes…


Un glossaire pour s’y retrouver !
  • Foliotage : action de numéroter l’ensemble des pages d’un manuscrit, en vu de son catalogage.
  • Récolement : opération de vérification des collections. Concrètement, cela consiste à contrôler la présence effective des documents par rapport à ce qui est noté dans un catalogue, un inventaire, etc.
  • Train de reliure : tri des documents imprimés ensuite envoyés chez le relieur.
  • Traitement : désigne l’ensemble des méthodes et des outils utilisés pour traiter le support (on parle de traitement physique des documents), soit le contenu (on parle de traitement de l’information).

Qu’appréciez-vous le plus en travaillant à la BULAC ?

Le multiculturalisme ! Je découvre de nouvelles langues, d’autres alphabets et des nouveaux de l’histoire mondiale grâce aux collections foisonnantes, j’apprends de nouvelles choses tous les jours.

La vie au sein de la bibliothèque est très enrichissante, on partage énormément avec les collègues et il y a une bonne cohésion. Et puis j’ai eu la chance d’être encouragée et épaulée pour passer le concours de magasinier, que j’ai réussi !

Raphaëlle Giloux devant un manuscrit de la Réserve (Claire Camberlein / BULAC).

Auriez-vous un livre des collections de la BULAC à nous conseiller ?

J’aime la variété des collections de la bibliothèque, parmi lesquelles les bandes dessinées, les recueils de poésies et la littérature japonaise. Deux ouvrages m’ont particulièrement bouleversée : Danser sur tes braises d’Ananda Devi et Une âme qui joue de Shizue Ogawa.


Un événement de la BULAC qui vous a particulièrement marquée ?

J’ai beaucoup aimé l’exposition Ottomanes et Ottomans au tournant du siècle, car j’ai eu la chance d’assister à la présentation de Meriç Tanik, commissaire de l’exposition et collègue de la BULAC. 

Visuel de l’exposition Ottomanes et Ottomans au tournant du siècle (Collections de la BULAC).

Un endroit que vous préférez au sein de la bibliothèque ?

J’adore les magasins, particulièrement celui des documents grands formats, car la plupart du temps il s’agit d’ouvrages consacrés à l’Art. Le magasin de la Réserve est lui aussi très impressionnant car il regorge de trésors comme des estampes japonaises, de belles reliures, etc…

Quelques ouvrages des magasins de la Réserve (Claire Camberlein / BULAC).

Voulez-vous partager d’autres choses avec nous ?

Comme je suis arrivée à la BULAC à un moment particulier, en pleine pandémie et juste après le premier confinement, la bibliothèque a été une véritable « bulle sociale ». La période nous a aidés à tisser des liens plus rapidement qu’en temps normal et les collègues ont été d’un soutien important ! Je sais que les relations nouées ici sont fortes et le resteront…


Raphaëlle Giloux vue par ses (anciens !) collègues

Espiègle et haute en couleurs, Raphaëlle est une collègue en or ! Elle ne passe pas inaperçue, tant la passion manifeste qu’elle a pour son métier et sa bonne humeur communicative déteignent sur ceux qui la côtoient. Jamais avare d’un bon mot, d’une oreille attentive ou d’un banana cake, Raphaëlle est un savant mélange de professionnalisme et d’enthousiasme !



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search