Portrait de bibliothécaire : Aglaé Achechova

Leurs visages ne vous sont pas inconnus car vous les croisez au quotidien à la BULAC et dans le Pôle des langues et civilisations. À l’occasion du dixième anniversaire de la BULAC, découvrez une série de portraits des professionnels de la bibliothèque.


Questions à… Aglaé Achechova, chargée des collections du domaine russe au sein du pôle Développement des collections

Après plusieurs expériences à Saint-Pétersbourg et à Paris, Aglaé Achechova est chargée depuis septembre 2017 du fonds russe à la BULAC.

Aglaé Achechova en salle de lecture (Maxime Ruscio / BULAC).

Aglaé Achechova en quelques lieux et dates

J’ai étudié la muséologie à Saint-Pétersbourg, où j’ai ensuite exercé pendant cinq ans en tant que conservatrice du livre rare à la Bibliothèque du Musée Pouchkine. La bibliothèque comportait alors plusieurs fonds : 45 000 ouvrages du fonds courant, auxquels s’ajoutent 11 000 ouvrages du fonds étranger, 9 000 livres rares des XVIIIe et XIXe siècles, et 20 000 ouvrages du fonds Pouchkine. Nous avons procédé au récolement de la collection à mon arrivée, alors que la bibliothèque ne s’était pas encore dotée d’outils informatiques ! Le premier ordinateur est arrivé en 1999, j’ai connu la bibliothéconomie d’une autre époque !

Je suis arrivée en France en 2003, où après des cours de langue française plus approfondis j’ai soutenu en 2013 une thèse d’histoire de l’art intitulée Les émaux « byzantins » de la collection Mikhaïl Petrovitch Botkine : aspects du collectionnisme des objets d’art à la fin du XIXe – début du XXe siècle. Une partie de cette recherche a été publiée dans les Cahiers de l’École du Louvre. J’ai ensuite eu la chance de travailler dans plusieurs bibliothèques spécialisées (Bibliothèque centrale du service de santé des armées au Val de Grâce, Bibliothèque du Département des objets d’art du musée du Louvre, Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art ainsi que la Bibliothèque du Musée de l’Armée aux Invalides, où j’ai travaillé sur une exposition sur la Garde impériale russe) avant d’obtenir en 2015 le concours de technicien ITRF qui m’a amenée à la Bibliothèque d’Assyriologie et d’études ouest-sémitiques du Collège de France. 

C’est en venant écouter une conférence donnée au Pôle des langues et civilisations que j’ai découvert qu’il y avait un poste de chargé des collections russes à pourvoir à la BULAC.


La carte de la BIULO d’Aglaé Achechova, délivrée par Marine Defosse (Aglaé Achechova / BULAC)

Fréquentez-vous la BULAC depuis longtemps ?

J’ai fréquenté la BIULO (Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales) dès 2005, comme en témoigne la carte de bibliothèque que je possède toujours ; puis je me suis inscrite à la BULAC en mars 2012, quelques mois après son inauguration. J’y suis ensuite venue presque chaque soir, afin de consulter les collections après mes heures de travail, pour terminer ma thèse !


Cartes de la bibliothèque publique de Saint-Pétersbourg (haut) et de la bibliothèque de l’Académie de sciences à Saint-Pétersbourg (bas) (Aglaé Achechova / BULAC)

Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Ma maman était maître de conférences en histoire du théâtre russe, de sorte que ma famille possédait une bibliothèque importante, ce qui n’était pas fréquent à l’époque en Union soviétique. J’ai donc grandi entourée de livres. En outre, à l’Université de la culture de Saint-Pétersbourg où je faisais mes études de muséologie, je devais rendre chaque année un travail écrit qui demandait des recherches, j’ai donc fréquenté très tôt le monde des bibliothèques. La bibliothéconomie étant un point fort de l’enseignement de mon université, cela m’a préparée pour mon premier poste à la bibliothèque du Musée Pouchkine.


Quelles sont vos principales missions au sein de la BULAC ?

Ma mission consiste à mener une politique d’acquisition qui permette de présenter, en France, un échantillon objectif de l’activité éditoriale russe. Durant le XXe siècle, en URSS, beaucoup d’ouvrages étaient censurés ou retirés des fonds des bibliothèques (des noms biffés, des images découpées) ; notre fonds russe est ainsi devenu, en quelque sorte, le conservatoire d’un état de l’édition russe libre. De façon plus générale, le rôle du bibliothécaire consiste à préserver la mémoire, puisque seules les paroles et les images nous restent des civilisations passées. Bien sûr, les choix d’un bibliothécaire sont influencés par ses penchants. Pour ma part, dans le spectre large des thématiques d’acquisitions, j’avoue être attentive aux nouveautés littéraires, mais aussi aux recherches sociologiques actuelles, aux questions de la conservation de la mémoire historique…

En pratique, cela signifie faire de la veille documentaire, choisir les acquisitions (je n’ai malheureusement pas le temps de me rendre dans les librairies russes spécialisées à Paris pour avoir le plaisir de feuilleter les livres, tout se passe par Internet…), cataloguer, gérer les collections nouvelles mais aussi patrimoniales et comprendre leur histoire, mais aussi participer à l’action culturelle, ce qui permet de valoriser le travail effectué au quotidien. C’est dans ce cadre, par exemple, que j’ai été commissaire de l’exposition Pouchkiniana parisienne à la BULAC (voir l’article sur le Carreau de la BULAC et la présentation de l’exposition sur le site de la BULAC). Je communique également les nouveautés du fonds russe sur les réseaux sociaux, sur ma page personnelle.

Aglaé Achechova dans les salles de lecture (Maxime Ruscio / BULAC).

Qu’appréciez-vous le plus à la BULAC ?

J’aime particulièrement deux éléments dans mon travail : l’arrivée des ouvrages commandés, ce qui réserve toujours des surprises car on ne découvre vraiment le livre qu’une fois qu’on l’a en main ; et les retours des lecteurs enthousiasmés par nos collections et nos nouvelles acquisitions ! Un des meilleurs compliments que l’on puisse entendre : « Chouette, vous l’avez déjà ! ».

Ce que je trouve merveilleux à la BULAC, c’est la multitude des accents que l’on y rencontre car les collègues viennent de tous les horizons, ainsi que les découvertes que l’on peut y faire (des œuvres du cinéma indien ou turc que je n’aurais jamais vues autrement). Les formes de livres diffèrent selon les fonds (les reliures tibétaines, par exemple), et c’est cette diversité qui me plaît ! Et je ne parle même pas des découvertes culinaires durant les pots et les réunions informelles, où nous visitons les cuisines du monde.

Et le moins ?

L’envers de la médaille du métier de bibliothécaire, c’est l’absence totale de temps pour lire les ouvrages que l’on catalogue au rythme de quelques centaines par an… On s’arrête souvent à la table des matières et cela est très frustrant ! Mais si je me surprends à me plonger dans le texte et à m’en rendre compte un quart d’heure après, le livre s’ajoute à la liste (longue) des envies de lecture…

Une autre chose me fâche, c’est l’impatience de certains usagers qui ne connaissent pas la complexité du parcours du livre, et qui ne comprennent pas pourquoi l’ouvrage met du temps à être disponible… D’autres n’ont pas conscience du fait que le livre qu’ils tiennent entre les mains doit pouvoir servir aux générations qui le suivent, et ils n’en prennent pas soin ! Je pense que nous devrions davantage communiquer pour expliquer le circuit du livre, peut-être durant des journées spéciales comme les Journées européennes du Patrimoine.

Enfin, si les collections de la BULAC sont d’une telle richesse et d’une telle qualité, c’est grâce aux collègues valeureux, mais nombreux d’entre eux ne sont pas gratifiés à la hauteur de leurs compétences.


Si c’était possible, que changeriez-vous ?

J’ai l’habitude de dire qu’à la BULAC le travail arrive non par vagues, mais par tsunamis ! Il est difficilement possible de boucler son programme, on jongle constamment entre les heures de service public, le travail de fond et les sollicitations.

De même, il nous manque de la visibilité : les lecteurs russophones peinent à voir tous les services que nous leur proposons, une liste régulière des nouvelles acquisitions fait défaut. Dans cette optique, pendant le confinement, j’ai créé la page Wikipédia en russe consacrée à la BULAC.

Enfin, j’aimerais améliorer la qualité des notices dans le catalogue tout d’abord en utilisant pour tous la bi-écriture : en translittéré (la translittération est la transcription, lettre par lettre, permettant de faire correspondre chaque signe d’un système d’écriture un signe d’un autre système), mais aussi en alphabet russe ; mais aussi ajouter aux livres avec des titres en vieille orthographe un point d’accès en nouvelle orthographe, sans quoi ils resteront introuvables.


Резные наличники‎ : Центральная Россия, 2019.

Certains livres vous ont-ils particulièrement marquée ?

Chaque année, le fonds russe s’enrichit de 700 à 1 000 ouvrages, il est difficile de ne pas dresser une longue liste des ouvrages intéressants. Je ne citerais que trois livres atypiques.

J’ai choisi récemment un livre d’Ivan Hafizov sur les encadrements de fenêtres, qui m’a enchantée. Il raconte la volonté de sauvegarder ce patrimoine, la perte et la transmission du savoir-faire, mais surtout la créativité populaire et le sens de la beauté au quotidien. Ce livre est le fruit d’un enthousiaste, qui partage sa passion pour l’art populaire. Il a été tiré en très peu d’exemplaires grâce à une opération de crowdfunding : ainsi, en France il est consultable seulement à la BULAC !

J’aime beaucoup un autre livre composé par l’écrivain russe Viktor Šenderovič, qui confronte des aphorismes de l’auteur polonais Stanislaw Jerzi Lec avec des photographies célèbres du XXe siècle. L’ouvrage est disponible en libre accès, et comporte même l’autographe de l’auteur. Les aphorismes de Lec sont courts mais, paradoxalement, vous tournez les pages très lentement, en savourant la profondeur de chaque pensée.

Enfin, j’ai beaucoup aimé une étude récente sur les légendes urbaines soviétiques intitulée Les objets dangereux soviétiques, écrit par deux sociologues, Alexandra Arkhipova et Anna Kirzûk. Elles retracent l’histoire des croyances et des rumeurs à l’époque de l’URSS. C’est un biais atypique mais fort intéressant pour approcher la civilisation soviétique.


Aglaé Achechova dans la scène « À l’hôtel » d’après H. Levin en 2020.

Un événement particulièrement marquant à la BULAC ?

Malgré deux années compliquées en raison de l’épidémie de Covid 19, nous avons participé à l’atelier théâtre avec les collègues et nous avons tout de même réussi à monter une pièce, et à en donner deux représentations, qui ont été (dit-on) très réussies ! L’association du personnel est active, c’est un vrai plaisir d’entretenir avec les collègues un autre rapport que celui purement professionnel.


S’il fallait choisir un endroit à la BULAC ?

J’aime beaucoup les magasins : ils sont le véritable cœur de la bibliothèque, selon moi un lieu où les trésors se cachent, où les surprises vous guettent… Parmi eux, le magasin 26, où sont rassemblés essentiellement les livres en russe, est ma « madeleine de Proust », j’y retrouve l’odeur âcre des reliures soviétiques, celle des bibliothèques de mon enfance !


Des choses que vous auriez aimé aborder dans ce portrait ?

Au XVIIIe siècle, outre les chinoiseries et turqueries, a existé le mot « russeries ». Ma liste de russeries parisiennes ne se limite pas à la BULAC, je participe en plus à la vie d’une bibliothèque associative de prêt, la Bibliothèque Tourguenev, dont j’administre le catalogue informatique. Je suis également membre de l’association Mémorial-France, l’ONG qui perpétue la mémoire des victimes des répressions et défend les droits de l’homme en Russie. Je fais partie d’associations de reconstitution historique, et je suis fière d’avoir représenté un jour la princesse Nathalie Galitzine lors de son séjour à Paris sous Louis XVI. Des années plus tard, très âgée, elle n’était rien moins que le prototype de la Dame de pique de Pouchkine.


Aglaé vue par ses collègues

Efficacité, dynamisme, humour, les qualités de notre collègue Aglaé sont trop nombreuses pour être toutes évoquées ici… Bibliothécaire passionnée par son métier, Aglaé est une référence pour ceux qui s’intéressent à la collection russe de la BULAC, mais aussi une geek, experte en astuces informatiques ! Son sourire, son rire et son caractère sont à toutes épreuves, et participent à la belle ambiance qui règne dans le couloir du pôle Développement des collections !


À découvrir sur bulac.fr…

Parcourez la présentation du fonds russe ainsi que le guide thématique rédigés par Aglaé !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search