Les Bonnes feuilles du disciple de Monsieur Kwok On, ou Jacques Pimpaneau et ses livres

Jacques Pimpaneau, marionnettiste, écrivain, collectionneur et professeur aux Langues O’, qui vient de s’éteindre le 2 novembre 2021 à Paris, fut un homme de bien des livres.

Photo de Pimpaneau (Source : Causeur)

Cet hommage est signé par Valérie Lavoix (Inalco), Vincent Durand-Dastès (Inalco) et Soline Lau-Suchet (BULAC).


Jacques Pimpaneau et le théâtre

On parlera d’abord de sa tétralogie sur les théâtres en Asie, issue des recherches qu’il mena à partir des années 1960. Les trois premiers opus, Des Poupées à l’ombre, le théâtre d’ombres et de poupées en Chine (1977), Chanteurs, conteurs, bateleurs (1978), et Fantômes manipulés, le théâtre de poupées au Japon (1978), furent publiés dans la collection de la Bibliothèque Asiatique dirigée par René Viénet, qui réunissait alors ouvrages sur la littérature chinoise ancienne et moderne et percutants essais anti-maoïstes – nous y reviendrons. Ce premier bouquet abordait les arts de la scène d’Asie orientale par des genres quelque peu marginaux (théâtre de poupées, représentations des conteurs). Il fallut attendre encore quelques années pour que Jacques Pimpaneau éditât, via son Musée Kwok On, son magnum opus sur le théâtre chinois : Promenade au Jardin des poiriers : l’opéra chinois classique (1983). Ce dernier ouvrage fut réédité, malheureusement tronqué d’une partie de ses illustrations, par les Belles lettres en 2014 sous le titre Chine : l’opéra classique – Promenade au jardin des poiriers1.


Jacques Pimpaneau traducteur

L’un des premiers livres de Jacques Pimpaneau fut une traduction qu’il ne signa pourtant pas. Lorsque Jean-Jacques Pauvert publia en 1962, avec une préface d’Étiemble, le Jeou-P’ou-T’ouan ou la chair comme tapis de prière, elle était dite « traduite pour la première fois en français par Pierre Klossowski ». Ce dernier ne savait pourtant pas le chinois : il « exerça son talent » d’écrivain à partir « d’un nouveau mot à mot » établi à la demande de Pauvert par « un jeune sinologue », révèle Étiemble dans sa préface. Dans les très conservatrices années 1960, Pauvert et ses amis firent sans doute bien de ne pas imprimer le nom de Jacques Pimpaneau : serait-il devenu l’année suivante professeur aux Langues O’ si son nom avait été associé à l’une des premières traductions en langue occidentale de ce classique de l’érotisme écrit par Li Yu 李漁 au XVIIe siècle ? Est-ce en souvenir de cette première apparition voilée qu’il adopta également un pseudonyme, Martin Maurey, bien des années plus tard, pour offrir au public le bref récit pornographique Ming Du rouge au gynécée ?

Mais les traductions parues en son nom propre ne devaient pas manquer. Dans beaucoup de celles-ci il fut habile composeur de morceaux choisis.

L’une des premières anthologies, réalisée avec l’aide d’étudiants, fut Le Clodo du dharma, édition bilingue de 25 poèmes de Han-shan 寒山 (Paris 7 – Centre de publication Asie orientale, 1975 ; elle devait être rééditée en 2012 par You Feng), qui trouverait écho, bien des années plus tard, dans la publication chez Picquier des Poèmes Chan (2005).

En 1987, Jacques Pimpaneau fit une rare excursion vers la littérature du XXe siècle, qu’il goûtait peu, à travers un choix de poèmes de Wen Yiduo 聞一多 (1899-1946), sobrement intitulé Oeuvres. Deux ans plus tard, il publiait deux ouvrages déterminants. L’Anthologie de la littérature chinoise classique (Picquier), première anthologie en français depuis celle éditée par Georges Margouliès en 1948, annonce son œuvre de fin sélecteur de morceaux savoureux, aussitôt confirmée par la parution d’un très joli livre, véritable promenade à travers le genre biographique dans ses versions classiques et vernaculaires : la Biographie des regrets éternels, vies de chinois illustres (Picquier). Ce volume, qui réunissait, parmi d’autres textes, deux extraits des Mémoires historiques de Sima Qian 司馬遷 (145/135 – 90 av. J.C.), entraîna Jacques Pimpaneau à poursuivre les traductions des chapitres biographiques du premier grand historien chinois. On eut ainsi, chez Picquier (2002) puis You Feng (2009), deux sélections intitulées Vies de chinois illustres. Finalement, toujours chez You Feng, il reprit là où elles avaient été interrompues les traductions historiques d’Édouard Chavannes et Max Kaltenmark, qu’il compléta et re-publia dans une livraison en neuf volumes : Les Mémoires historiques de Se-ma Ts’ien (2015)2.

Bien d’autres morceaux choisis se succédèrent au fil des années, à commencer par les Notes de la chaumière des observations subtiles de Ji Yun 紀昀 (1724-1805) (Kwok On, 1997), suivies de deux anthologies autour de thèmes adorés des lettrés chinois, l’alcool et les jardins (Célébration de l’ivresse et Dans un jardin de Chine, Picquier, 2000), des Propos et anecdotes de la vie selon le Tao, Précédé de Jardins d’anecdotes (Picquier, 2002), qui réunissent des extraits du Shuoyuan 說苑 de Liu Xiang 劉向 (77-6 av. J.-C) et du Shishuo xinyu 世說新語 de Liu Yiqing 劉義慶 (403-444), puis d’un choix de textes de Su Dongpo 蘇東坡 (1037-1101) intitulé Sur moi-même (Picquier, 2003).

D’autres morceaux choisis furent encore livrés chez You Feng, cette fois sous un format didactique et bilingue destiné aux étudiants de chinois classique : deux volumes d’extraits du Shiji 史記 (Shiji, Initiation à la langue classique chinoise à partir d’extraits des Mémoires historiques de Sima Qian) parus en 1988-1989, et les Morceaux choisis de la prose classique chinoise (1998) en deux volumes également, où les textes les plus célèbres côtoient des récits rarement présents dans les manuels ordinaires, tels « Qingfeng » et « La peau peinte » de Pu Songling 蒲松齡 (1640-1715).

Jacques Pimpaneau publia aussi bien des traductions intégrales d’auteurs, comme par exemple le roman historique Royaumes en proie à la perdition de Feng Menglong 馮夢龍 (1574-1645), ou les Notes diverses sur la capitale de l’Ouest de Liu Xin 劉歆 (46 av. J.-C. – 23 ap. J.-C.) pour la « Bibliothèque chinoise » des Belles lettres (2016). Il traduisit également plusieurs ouvrages de présentation générale de faits culturels chinois (Chine : les fêtes, 1990, Chine : l’estampe, 1990), ainsi que deux romans indiens en langue anglaise, Une épouse pour le sahib (Kwok On, 1998) et Je n’entendrai pas le rossignol (Picquier, 2004), de l’écrivain Khushwant Singh (1915-2014).

En 2020, un choix de textes en prose de Liu Zongyuan 柳宗元 (773-819), La Rivière l’Idiote et autres essais, fut probablement sa dernière traduction publiée de son vivant.


Conteur, essayiste et romancier

La Lettre à une jeune fille qui voudrait partir en Chine (Picquier, 1990), qui amplifiait une première Lettre à une jeune fille pour l’initier par la poésie… à l’étude du chinois classique3, offre une bonne transition vers un nouveau volet de cette bibliographie : Jacques Pimpaneau y délivre en effet avec une parfaite simplicité le vade-mecum indispensable à qui veut comprendre la langue de la poésie classique, et mène sa lectrice imaginaire à travers les différentes variantes de traductions de poèmes célèbres, qu’il éclaire de ses limpides appréciations personnelles. Il devait reprendre ce format de la lettre imaginaire pour dédier à ses petites-filles une savoureuse « conversation » dénuée « de toute érudition superflue » : À deux jeunes filles qui voudraient comprendre la religion des Chinois (Picquier, 2010)4 – le grand-père avait auparavant offert des Contes chinois racontés à Helen (Picquier 2007).

Le raconteur d’histoires se fit romancier historique avec Les chevaux célestes : l’histoire du Chinois qui découvrit l’Occident (Picquier, 2015), consacré au premier explorateur des contrées d’Asie centrale au IIe siècle avant notre ère, Zhang Qian 張騫, cependant que l’ami connaisseur des lettrés, courtisanes, acteurs et femmes peintres de la Chine ancienne livrait leurs biographies fictives : Les quatre saisons de Monsieur Wu, Mémoires d’une fleur, Roman d’un saltimbanque5 et En quête d’Azalée. Sans doute l’insatiable passeur de la culture chinoise aima-t-il déguiser incidemment une part de lui-même au détour de ces quatre « romans chinois » parus chez Picquier entre 2010 et 2020. N’oublions pas, à mi-chemin entre fiction et traduction, les Chroniques sanglantes de Chinoises amoureuses (Espaces & signes, 2015), cinq courts récits retraçant le parcours tragique de femmes passionnées entrées dans la légende.

En écoutant les Péchés de vieillesse de Rossini, Jacques Pimpaneau eut enfin l’idée de composer sa « Chine de vieillesse », un livre de mémoires et de réflexions au fil du pinceau paru sous le joli titre : Le tour de Chine en 80 ans (L’Insomniaque, 2017).


Un encyclopédiste des savoirs chinois

Jacques Pimpaneau eut toujours le souci de transmettre son savoir sur la Chine au public le plus étendu, en rédigeant des synthèses sur divers aspects de la culture chinoise. Certains de ces ouvrages étaient d’ailleurs issus de « polys » destinés aux étudiants des Langues O’ : c’est ainsi le cas de Chine : culture et traditions, que Philippe Picquier publia en 1988. Picquier eut l’idée d’inaugurer par cet ouvrage une série de livres dont le titre commençait toujours par le mot « Chine » : Chine : Histoire de la littérature (1989), Chine : littérature populaire : chanteurs, conteurs, bateleurs (1991), réédition de Chanteurs, conteurs, bateleurs, et Chine : mythes et dieux de la religion populaire. Arrêtons-nous un instant sur ce dernier titre : il s’agissait de la réédition des Mémoires de la Cour céleste : mythologie populaire chinoise, publié initialement aux éditions Kwok On en 1997. Dans ce livre, où Jacques Pimpaneau livrait un véritable traité encyclopédique de mythologie chinoise ancienne et moderne, se nichent de passionnants témoignages sur les recherches qu’il mena sur les rites et jeux théâtraux de la Chine rurale, grâce notamment à son ami Jin Zhilin 靳之林 (1928-2018).


Jacques Pimpaneau cinéaste

Le fruit de ses recherches sur le terrain ne fut pas seulement livresque : aidé de ses complices du service audio-visuel de l’Inalco Guy Sinelle et Paul Hervouet, Jacques Pimpaneau réalisa une vingtaine de documentaires sur les spectacles et religions, en Chine mais aussi en Inde, Indonésie et au Tibet. Grâce à sa générosité, sont gratuitement à la disposition du public sur YouTube les titres suivants : 

Capture de la chaîne YouTube Kwok On

Comme l’écrivait récemment sur son blog l’ethnomusicologue Stephen Jones,

The distinguished sinologist Jacques Pimpaneau , along with his numerous publications, founded the Musée Kwok On in Paris in 1972, the collection more recently housed in Lisbon. And besides documenting textual and material aspects, he avidly recorded local Chinese ritual drama on film—mainly in the early 1990s, before migration, pop music, the lures of material enrichment, and heritagification were too rampant.


Autour de Kwok On

Célébrant, comme ses films documentaires, les fêtes et théâtres d’Asie, le Musée Kwok On, qu’il dirigea à Paris de 1972 jusqu’au départ des collections pour le Portugal en 1999, fut une des grandes affaires de la vie de Jacques Pimpaneau. Il convient donc de citer quelques-uns des ouvrages et catalogues d’exposition publiés par ou sur le musée.

Marionnette de théâtre d’ombre (issue des collections du musée Kwok On)

Jacques Pimpaneau éditeur

C’est également sous la bannière du Musée Kwok On que Jacques Pimpaneau, entre 1983 et la fin des années 1990, devait se faire éditeur. Outre ses propres ouvrages, déjà mentionnés, il devait accueillir plusieurs auteurs : ainsi la calligraphe Fabienne Verdier, dont il publia l’anthologie de poème chinois illustrée par elle-même, Les Singes crient leur chagrin, dès 1984 ; elle devait également illustrer un livre de Bernard Bador, Le chant des crapauds taoïstes, sorti en 1997.

C’est en Inde, pays également très cher à son cœur, que Jacques Pimpaneau fit imprimer la plupart des ouvrages des éditions Kwok On. Qui a tenu en main des livres indiens reconnaît aussitôt dans ces élégants ouvrages le style de mise en page et le papier propre aux éditions du sous-continent, que Jacques Pimpaneau savourait tout particulièrement. Parurent ainsi successivement un autre livre de dessins, humoristiques cette fois, Sauve qui veut! (1993), du grand essayiste et dessinateur Feng Zikai 丰子恺 (1898-1975), puis des éditions originales ou des rééditions de livres introuvables tels que le roman à inspiration chinoise Bijou de ceinture de George Soulié de Morant (1993), La cité des sourires de Jane de La Vaudere (1993), Du haïku d’Étiemble (1995), Une épouse pour le Sahib de Khushwant Singh. Jean-Claude Carrière donna à la collection son témoignage sur ce qui fut l’un des plus beaux échos en France du théâtre asiatique avec À la recherche du Mahabharata, Carnets de voyage en Inde avec Peter Brook, 1982-1985 (1997).

Jacques Pimpaneau fut aussi à l’initiative de livres qu’il n’édita pas directement lui-même. Durant son séjour à Hong Kong entre 1968 et 1971, il fit la connaissance du jeune sinologue belge Pierre Ryckmans, qu’il présenta à René Viénet, directeur de la collection « La Bibliothèque asiatique » dont on a vu qu’elle accueillit plusieurs des premiers ouvrages de Jacques Pimpaneau. Grâce à la complicité de ce dernier et à celle de son épouse Angharad, Ryckmans put ainsi publier La vie et l’œuvre de Su Renshan, rebelle, peintre et fou en version française et anglaise. Sans cette rencontre, le jeune sinologue belge se serait-il laissé convaincre de réunir ses notes sur le maoïsme et la Révolution culturelle, et de publier Les Habits neufs du Président Mao, sous le nom de plume de Simon Leys ?

La modestie de Jacques Pimpaneau, son horreur des honneurs (et l’on peut être sûr que ce simple hommage bibliographique n’aurait pas eu l’heur de lui plaire), étaient proverbiales. On raconte que d’impertinents amis et étudiants eurent, au début des années 10 de ce siècle, l’idée de lui offrir en signe d’amitié un petit bouquet de traductions du chinois. Il doit s’agir d’une rumeur, car, comme il l’écrivait en tête d’un « choix de textes inédits de littérature chinoise » paru vers la même époque, Jacques Pimpaneau observait : « En l’honneur de qui faire un tel ouvrage ? En l’honneur d’un professeur ? Certes, non : la différence entre professeurs et étudiants relève de la hiérarchie et toute hiérarchie est le cancer des sociétés humaines.» Intitulé Une robe de papier pour Xue Tao, cet ouvrage célèbre donc la mémoire d’une courtisane, poétesse et artisane de la dynastie des Tang.

Jacques Pimpaneau, grand dévoreur de littératures, comptait bien des étoiles à son firmament littéraire, au plus haut desquelles brillait le Prince de Ligne (1735-1814), dont il relisait souvent les Mémoires, lettres et pensées. Nous savons qu’existe un manuscrit inédit, où Jacques Pimpaneau avait rassemblé ses « notes au fil du pinceau » de grand lecteur : souhaitons que cet inédit trouve bientôt son éditeur.

  1. En cours d’acquisition []
  2. En cours d’acquisition []
  3. Manuscrit, reproduit et relié sur photocopie, jamais édité []
  4. En cours d’acquisition []
  5. En cours d’acquisition []

3 réponses

  1. DONNET Pierre-Antoine dit :

    Très bel hommage à cet érudit qui passa toute sa vie à transmettre à ses étudiants, ses amis, ses proches son savoir. La sinologie a perdu un grand homme

  2. Marie-Thérèse Lambert dit :

    Merci beaucoup pour vos recherches et commentaires; on croit savoir beaucoup de choses sur notre cher professeur et ami et on découvre toujours de nouveaux talents, de nouvelles expériences qu’il a faites et ceci grâce à vous; et tant mieux si nous collaborons car l’homme était modeste et n’aurait rien dévoilé lui-même. Vous pouvez publier le texte que j’avais écrit pour lui rendre hommage, bien à vous,

  3. Pierre de LA ROBERTIE dit :

    Merci, chers collègues, pour cet hommage à celui qui fut mon premier professeur de langue, littérature et civilisation chinoises. On pourrait encore ajouter à son crédit des BD bilingues publiées aux POF en 1974 : Les exploits de Bao-Gong, préfet de l’empereur de Chine. 1. Les empreintes sanglantes; Histoire du bord de l’eau ou les proscrits du marais. 1. LU profondeur-de-la-sagesse. et 2.La taverne du lion.
    Il était prévu que cette série fût une publication mensuelle (sic).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search