Portrait de bibliothécaire : Grégory Louge

Leurs visages ne vous sont pas inconnus car vous les croisez au quotidien à la BULAC et dans le Pôle des langues et civilisations. À l’occasion du dixième anniversaire de la BULAC, découvrez une série de portraits des professionnels de la bibliothèque.


Questions à… Grégory Louge, pôle Médiation, équipe Accueil, chargé de la logistique des salles et de la circulation des documents et référent handicap

Grégory Louge travaillait déjà à la BIULO avant la BULAC, et fait partie de nos premiers agents ! Il a d’abord travaillé aux périodiques, avant d’intégrer l’équipe Accueil de la bibliothèque.

Grégory Louge à la BULAC (Maxime Ruscio / BULAC)

Grégory Louge en quelques lieux et dates

J’ai fait une licence de langue en chinois au début des années 1990, après avoir vécu deux ans en Chine entre 18 et 20 ans. J’ai ensuite décidé de travailler dans le monde des bibliothèques qui m’a plu en tant que lieu culturel, lieu de connaissance et lieu de transmission des savoirs. J’avais déjà eu une expérience en tant que contractuel étudiant durant mes études, puisque j’avais travaillé au Muséum d’Histoire naturelle puis à Cujas (Paris 1). Je suis rentré dans la fonction publique en tant que contractuel, d’abord à la Bibliothèque nationale de France à l’ouverture du site de Tolbiac, puis dans une bibliothèque de la faculté de pharmacie, et ensuite de médecine. J’ai été titularisé magasinier des bibliothèques (catégorie C) en 2001 et je suis parti travailler dans une bibliothèque de l’Université de Lille située à Villeneuve d’Ascq entre 2005 et 2009. Durant cette période, j’ai repris des études en langue et civilisation chinoise à Lille, avec un sujet de recherche sur la musique et le soufisme. Cela a été l’occasion pour moi de prendre contact avec Elisabeth Allès, spécialiste de l’islam chinois à l’EHESS. À travers nos rencontres, j’ai pu faire la connaissance de plusieurs professeurs, comme Françoise Robin, tibétologue à l’Inalco, et d’autres professeurs d’origine chinoise et spécialistes du soufisme. J’ai ainsi eu la chance de me créer un réseau et d’organiser des voyages en Chine, tous les deux ans, où l’aspect culturel et spirituel sont particulièrement explorés.

Gongbei, du persan gongbad (dôme). Tombeau d’un saint soufi, Linxia, Chine (Grégory Louge / BULAC).

Quand êtes-vous arrivé à la BULAC ?

Je suis revenu à Paris pour travailler à la BIULO en septembre 2009, sur le site annexe de Dauphine où se trouvait une petite bibliothèque d’environ 200 places assises. Cela m’a touché, car c’est à cet endroit que j’avais fait mes études plusieurs années auparavant. Je m’occupais alors du bulletinage* des périodiques. J’ai également participé, au moment de leur lancement, aux premières formations à destination des étudiants en Licence 1 ainsi qu’aux premiers événements de l’action culturelle. J’ai vécu le déménagement sur le site des Grands Moulins, ce qui était très exaltant ! J’ai donc intégré la BULAC à son ouverture en 2011, au service des périodiques, avant de rejoindre en 2016 l’équipe Accueil au sein du pôle Médiation.


Quelles sont vos principales missions au sein de la BULAC ?

Stand de la BULAC à la Journée internationale des personnes handicapées du 3 décembre 2018 (Maxime Ruscio / BULAC).

Depuis mon arrivée au sein du pôle Médiation, je m’occupe à la fois du circuit du document (en particulier les problèmes concernant les documents abîmés, perdus, etc.) et des quitus*, ce qui me permet d’être en lien constant avec le pôle Conservation et le pôle Flux et Données. Je soutiens également Arzu Mohammed dans la logistique en salle. Enfin, je suis référent handicap*, c’est-à-dire que je suis chargé de la mise en place d’un accueil adapté pour les personnes en situation de handicap, de la gestion de la logistique de salle RJ.18 et de la formation des collègues sur ces thématiques. Dans le cadre de cette mission, je participe à la journée internationale du handicap avec l’Inalco, durant laquelle nous avons par exemple présenté le matériel à disposition des personnes en situation de handicap. Concrètement, être référent handicap signifie être en lien avec les lecteurs, être attentif et comprendre leur besoin, leur expliquer quels sont leurs droits (par exemple l’exception au droit d’auteur, encore trop peu connue) puis transmettre les demandes à mon supérieur hiérarchique Amadeus Foulon, responsable de l’équipe Accueil.

J’apprécie l’écoute et l’attention que l’on porte à mon avis, et les efforts qui sont faits pour améliorer les services envers les lecteurs. Il était question d’investir dans du nouveau matériel pour la salle RJ.18, qui correspondrait davantage aux besoins de nos lecteurs, et nous réfléchissions à une nouvelle organisation de la salle, afin que tous puissent travailler côte à côte sans se déranger.


Et pour la suite ?

La mission de référent handicap m’intéresse particulièrement, car j’ai une forte appétence pour les relations humaines. Si j’arrive à évoluer dans la profession en réussissant un concours de catégorie B ou de catégorie A, j’aimerais avoir un poste en lien avec la formation. L’important pour moi, c’est de réussir à revenir à la BULAC ensuite, car je suis ce que l’on appelle dans le jargon un véritable « inalcoolique », terme qui désigne les étudiants qui ne parviennent pas vraiment à quitter le Pôle des langues et civilisations !


Un glossaire pour s’y retrouver !
  • Bulletinage des périodiques : le bulletinage est l’opération qui consiste à enregistrer des numéros de périodiques au fur et à mesure de leur arrivée à la bibliothèque. Cela permet de savoir si tous les numéros d’une revue sont bien arrivés à la bibliothèque.
  • Référent handicap : toute administration publique ou entreprise privée de plus de 250 salariés est dans l’obligation d’avoir un référent handicap, qui est chargé « d’orienter, d’informer et d’accompagner les personnes en situation de handicap » (article L5213-6-1 du Code du travail).
  • Quitus : le quitus est une attestation indiquant qu’un usager est en règle avec la bibliothèque. Il est délivré lorsque tous les documents empruntés ont été restitués. Il est nécessaire lors du transfert d’un dossier dans une autre université, ou lors d’une réinscription.
  • Personne allophone : personne dont la langue maternelle est une langue étrangère, dans la communauté où elle se trouve.

Si vous pouviez changer quelque chose dans la bibliothèque, ce serait quoi ?

J’aimerais pouvoir renforcer l’accueil et les services à destination des publics empêchés, des personnes en situation sociale précaire et des publics allophones*). Par exemple, les agents pourraient avoir sur leur badge les langues étrangères qu’ils maîtrisent. J’aimerais aussi développer davantage les liens que l’on entretient déjà avec l’Inalco.


Qu’appréciez-vous le plus ?

Ce que j’aime le plus à la BULAC, c’est la liberté dont on jouit pour mener nos missions. Nous avons toujours le droit à la parole, et même si l’organisation hiérarchique est présente, l’écoute tient une place importante. Toujours dans cette idée d’écoute et de partage, j’apprécie beaucoup mes missions au sein du pôle Médiation, j’aime cette posture de facilitateur dans l’accès aux ressources documentaires, d’autant plus pour ceux et celles qui ont des difficultés. C’est un des piliers de la charte des bibliothèques.

Et le moins ?

Étant donné le travail accompli, les services que l’on rend à un public de plus en plus large et varié, dans un contexte qui a récemment confirmé le fait que nous étions l’une des pierres angulaires de l’enseignement supérieur en étant le dernier lieu ouvert durant la crise du COVID 19, je trouve dommage que l’on n’ait pas une meilleure valorisation pécuniaire de nos missions.


S’il fallait choisir un livre de la BULAC, ce serait lequel ?

Manuscrit Dui yuan zheng da (Grégory Louge / BULAC).

Récemment j’ai été l’intermédiaire d’un écrivain-conférencier chinois, qui voulait avoir accès à la traduction en chinois d’un manuscrit du XIIIe siècle. Il s’agit de l’ouvrage de Najm al-Dîn Dâyah Râzî : 推原正达 (Dui yuan zheng da, cote CHI.845), qui est une traduction d’un traité de soufisme rédigé en persan et intitulé Mirsâd al-‘ibâd (La grande route des hommes de Dieu). Les traités de soufisme rédigés en langue persane et arabe ont joué un rôle important dans la pénétration de cette voie mystique de l’Islam en Chine. En raison de la révolution culturelle, cette traduction est introuvable en Chine, alors qu’elle est consultable à la BULAC. Grâce à Soline Lau-Suchet, et en respectant le cadre donné par le pôle de la Conservation, j’ai pu prendre des clichés de ce document et les envoyer à cette personne.


Derniers cartons du déménagement de l’annexe Dauphine (Grégory Louge / BULAC).

S’il fallait choisir un événement de la BULAC, ce serait lequel ?

Comme j’y ai participé, je dirais le déménagement ! Il a été particulièrement long et marquant. Avant 2011, la BIULO et l’Inalco étaient éclatés sur plusieurs sites de Paris et de sa périphérie. Au début des années 1990,  le personnel et des étudiants ont fait partie d’une des dernières manifestations place de la Sorbonne, avant la création des deux petits bassins, pour obtenir un site commun ! Je me rappelle avoir participé à une pièce de théâtre chinois classique aux accents de révolte. L’ouverture de la BULAC a été l’aboutissement de quelque chose attendu de longue date, et préparé depuis longtemps.


S’il fallait choisir un endroit à la BULAC ?

Je n’ai pas d’endroit préféré au sein de la bibliothèque, je m’y sens bien partout. À l’extérieur, j’aime beaucoup la terrasse, depuis laquelle on voit l’ensemble du jardin, c’est très beau ! 

Le jardin de la BULAC en mai 2021 (Grégoire Maisonneuve / BULAC).

D’autres choses que vous voulez partager avec nous ?

Lors d’un de mes voyages dans le Gansu, dans la ville de Linxia, j’ai pu rapporter des documents bilingues arabes-chinois utilisés par les confréries soufies, et uniquement publiées dans cette province. Nous les avons à la BULAC, ils sont en attente de catalogage. Cela va toujours dans cette idée d’être un facilitateur, comme pour le manuscrit chinois que la BULAC possède et dont j’ai pu envoyer des clichés en Chine (cf. supra).


Grégory vu par ses collègues de la BULAC

Amateur d’arts martiaux, sinophile patenté, professionnel aguerri de la BULAC, Grégory œuvre quotidiennement à la bonne marche du service public et au meilleur accueil possible de tous nos publics, et plus particulièrement ceux en situation de handicap.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search