La BULAC soutient l’ONG russe Memorial

Le logo de l’association russe Memorial

L’organisation non gouvernementale Memorial est une des associations russes de défense des droits de l’homme les plus anciennes et les plus connues. Le célèbre dissident Andrej Sakharov (1921-1989) participa notamment à sa fondation en 1989. L’association a constitué un réseau d’institutions consacré aux recherches sur l’histoire des répressions politiques en URSS et de la défense des droits de l’homme en Russie. L’ONG possède de riches fonds d’archives, ainsi qu’une bibliothèque et un musée. Elle mène en parallèle des activités pédagogiques et publie des travaux et recherches sur l’histoire des répressions politiques.

Depuis le 11 novembre 2021, deux associations affiliées à l’ONG, Memorial International et le Centre de protection des droits de l’homme “Memorial” sont poursuivies en justice par l’administration russe, une procédure pouvant conduire à leur fermeture. Depuis 2013, en effet, Memorial est considéré par l’État russe comme un « agent étranger », selon les termes d’une loi qui distingue les modalités de gestion des organisations bénéficiant de sources de financement étrangères. Les obligations administratives des ONG indépendantes ainsi désignées sont lourdes et chronophages : leurs publications de toute sorte doivent être signalées par un long avertissement, des rapports financiers détaillés doivent être produits régulièrement, etc. Tout manquement à ces obligations tatillonnes peut faire l’objet de poursuites.

L’arrêt de l’activité de cette ONG mettrait à mal la mission de vulgarisation et d’édition de livres qu’elle a entamée depuis 1989. À l’heure où une partie de l’opinion publique russe et les milieux académiques s’alarment de l’avenir de l’association, une centaine d’ouvrages consultables à la BULAC permettent de dresser un rapide panorama de l’activité éditoriale de Memorial.

26 titres de la maison d’édition Zvenʹâ (les Maillons), ancienne filiale de l’ONG, traitent des atteintes aux droits de l’homme pendant la guerre en Tchétchénie, ainsi qu’aux droits des réfugiés et des personnes déplacées dans le contexte des conflits de la région.

Image d’illustration de l’édition 2020 du concours scolaire «L’homme et l’histoire »

Six volumes réunissent les textes primés par le concours annuel organisé à destination des écoles depuis 1999, L’homme au XXe siècle. De nombreux titres sont des publications consacrées à l’identification des victimes de répressions : listes par lieux d’inhumation (Kommunarka et Boutovo, cimetière Novodevitchy), listes des femmes « membres de famille des traîtres de Patrie » détenues dans le camp en région d’Akmola (aujourd’hui au Kazakhstan), ainsi que des listes des dirigeants des organes répressifs soviétiques. L’édition de mémoires des dissidents célèbres, comme le général Grigorenko, fait écho au catalogue des textes autobiographiques sur les répressions que conservent les archives de Memorial.

Une quarantaine d’ouvrages ont été directement reçus par la BULAC sous la forme de dons de l’association. Citons, en premier lieu, le livre Убиты в Катыни (Tués à Katyn) et les trois volumes Убиты в Калинине, захоронены в Медном (Tués à Kalinine, enterrés à Mednoe) qui rassemblent les noms des 14 000 militaires polonais fusillés en 1940 par le NKV, la police politique soviétique. Ces volumes imposants sont parus grâce à une campagne de levée de fonds.

La BULAC conserve également des catalogues d’expositions organisées par l’association, comme Le droit à la correspondance), ou de présentation des collections du musée de l’association. Des actes de colloques sont également disponibles : Droit au nom (organisé par le Fonds Ioffe), Dissidents d’URSS, d’Europe Centrale et orientale (actes de la première journée en mémoire d’Arseni Roguinsky), etc.

Les collections de Memorial ont été à la source de plusieurs publications : des pièces d’archives publiées, comme Le journal d’un gardien de Goulag traduit en français ; des images, qui sont largement utilisées comme illustration de films ou des livres sur le Goulag, la Grande terreur en URSS ou la dissidence.

Couvertures de la revue Acta Samizdatica.
Collections de la BULAC.

La BULAC semble être la seule bibliothèque publique en France à posséder la collection complète de l’almanach Acta samizdatica, édité conjointement par Memorial et la Bibliothèque publique historique de Moscou. L’almanach réunit des sources et des recherches sur la presse clandestine de l’époque soviétique. Cette thématique est au coeur du projet collaboratif Dissinvent animé par les équipes de La contemporaine de Nanterre et la chercheuse Sophie Cœuré (université de Paris), dont la BULAC est partenaire.

À l’instar d’autres bibliothèques en Europe, la BULAC met à disposition de ses lecteurs des ouvrages édités par Memorial ou à partir des archives collectées par l’association. Elle propose ainsi des ressources précieuses à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de la violence politique en Union Soviétique et dans la Russie contemporaine. Si Memorial international devait mettre fin à ses activités, l’accès à ce domaine de recherche en plein essor serait considérablement entravé. Espérons que Memorial international continue sa mission pour que les institutions scientifiques puissent en bénéficier encore de longues années.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search